Fiscal On.Line

Index des mots clés Fiscal On.Line

  RSS

Accueil Newsletter Fil d'actu Application mobile Boutique Publicité
En général
Doctrine administrative
Veille législative
Veille réglementaire
Jurisprudence
En particulier
E-Fiscalité
Fiscalité de l’innovation
Fiscalité culture & média
Fiscalité immobilière
Fiscalité et environnement
Fiscalité associative
Fiscalité financière
Fiscalité sociale
Fiscalité de l’expatriation
Fiscalité et assurance
Fiscalité communautaire
Fiscalité internationale
En pratique
LFSS pour 2013
Paquet compétitivité
PLFSS 2016
Agenda fiscal
Chiffres utiles
Fiches techniques
Téléservices
Textes officiels
Cellule de régularisation fiscale
Réponse d’experts
Loi de Finances pour 2011
Réforme de la fiscalité du patrimoine
Réforme de la TVA immobilière
Loi de Finances pour 2012
Loi de Finances rectificative pour 2011
Le dispositif Scellier
Loi de finances rectificative pour 2011-IV
Présidentielle 2012
Loi de finances rectificative pour 2012-I
Déclaration de revenus 2011
La réforme fiscale de François Hollande
Loi de Finances rectificative pour 2012-II
Loi de Finances pour 2013
Loi de Finances rectificative pour 2012-III
Loi de Finances rectificative pour 2013-I
Déclaration des revenus "2012"
ISF 2013
Fraude fiscale
Réforme du logement
Economie sociale et solidaire
Loi de Finances 2016
Loi de Finances 2014
Dossier Crowdfunding
Loi Duflot
LFSS pour 2014
ISF 2014
Les Assises de la fiscalité
Déclaration des revenus 2014
Loi Pinel : artisanat, commerce et TPE
Projet de loi de Finances rectificative pour 2014
PLFRSS 2014
Loi de finances 2015
Application mobile
Transition énergétique
LFSS 2015
Projet de loi pour l’activité
PLFR 2014-II
Déclaration d’impôts 2015
ISF 2015
Loi de finances rectificative pour 2015
Plan d’urgence pour l’emploi
Impôt sur le revenu 2016
Projet de loi Sapin II
Loi de Finances pour 2017
Prélèvement à la source
LFSS pour 2017
Loi de finances rectificative pour 2016
Impôt sur le revenu 2017
Election présidentielle 2017
Droit des sociétés
Pour approfondir
Chroniques
Entretiens
Etudes & rapports
Corporate
Bien préparer sa retraite
Tribune
Comptes-rendus et Synthèses
La bibliothèque du fiscaliste
Dossiers fiscaux
 
 



Le robo-advisor, avenir de la banque ?

partager cet article
envoyer l'article par mail envoyer par mail

Le robo-advisor, avenir de la banque ?

Ces nouveaux venus sur le marché de l’épargne peinent à élaborer une offre véritablement différenciante, au regard de celles des « traditionnels » brokers on line, mais leur capacité à renouveler l’expérience clients pourrait s’avérer très précieuse, pour les établissements bancaires qui cherchent à moderniser leurs offres.

Par Luc Baqué, Directeur Général France et Paul Guadagnin, Manager

Le sujet des robo-advisors est devenu très tendance dans l’écosystème de la gestion de patrimoine, comme en témoigne la place centrale accordée à ce thème lors du dernier salon Patrimonia. Ces nouveaux venus dans l’univers du conseil patrimonial fascinent autant qu’ils inquiètent, mais il s’avère difficile d’anticiper la place qu’ils occuperont dans les années à venir, tant leurs profils sont variés et leur recherche d’un modèle économique viable délicate. Quelques enseignements peuvent être tirés de la communication plutôt décevante de Yomoni* après sa première année d’activité. Malgré les solides performances de la dizaine de gestions profilées proposées, Yomoni n’a collecté que six millions d’euros et n’a signé que 1500 mandats. Comment analyser ce départ mitigé pour le robo-advisor français le plus en vue ?

Il faut d’abord souligner que le marché français n’est pas aisé à conquérir. Les robo-advisors se sont principalement concentrés sur l’assurance-vie, or ce cadre d’investissement reste complexe, car il combine l’intervention d’un assureur, d’un distributeur et/ou d’un gérant d’actifs. De même, le fonds en euros, spécificité française, est une vraie concurrence pour les profils d’investissement les moins risqués et donc limite le potentiel de clients des robo-advisors qui les proposent. Les épargnants sont, en outre, susceptibles de s’interroger sur la solidité de ces start-up, le risque de leur confier son argent, les conséquences de leur éventuelle faillite.

L’argument de la réduction des coûts, finalement peu distinctif

La transparence et la réduction des coûts sont les principaux arguments des robo-advisors français. Certes, leurs frais sont faibles au regard de ceux des banques de détail, mais ils ne sont pas sensiblement différents de ceux appliqués par les courtiers ou les banques en ligne.

Yomoni mise ainsi sur les ETF pour réduire les frais des instruments sous-jacents, mais ils sont tout aussi disponibles chez les brokers on line. Chaque robo-advisor vante la simplicité de son « expérience client ». Là encore, le parcours client est effectivement ludique, mais pas vraiment révolutionnaire par rapport à ceux des courtiers et banques en ligne, qui eux aussi ont digitalisé la souscription de produits de placement, de l’ouverture du compte jusqu’à la signature. De même, concernant le profilage des clients et l’allocation d’actifs qui en découle, les autres acteurs de l’épargne en ligne ont aussi des arguments.

Mais comparer les acteurs traditionnels de la distribution en ligne aux robo-advisors n’est-il pas une erreur ? Leur moteur de performance, lié à ce fameux « Robot », n’offre-t-il pas une caractéristique véritablement disruptive ? Si tel est le cas, est-ce réellement un avantage ? Pas sûr. En effet, il semble difficile pour un investisseur particulier de faire confiance à un robot pour gérer ses économies, sans que ce dernier ait fait ses preuves ou n’explique sa méthode de gestion.

Mais l’investisseur doit être rassuré, la gestion mise en œuvre, par exemple par Yomoni ou Wesave, est, en réalité, belle et bien orchestrée par des gérants en chair et en os, qui s’appuient sur des modèles financiers pour définir leurs allocations, comme dans nombre de sociétés de gestion… Ces robo-advisors sont donc très proches des acteurs traditionnels de la distribution en ligne.

Aussi, le principal atout de ces sociétés est finalement de remettre l’expérience client au goût du jour. Cependant, les robo-advisors risquent de peiner à attirer une clientèle plus âgée et d’abord séduite par la solidité d’une banque ou l’historique et le renom d’un gérant. En conséquence, il y a fort à parier que l’avenir de ces nouveaux acteurs passe donc par une alliance avec les banques traditionnelles. Elles apporteront leur track record, ainsi que leur marque. Quant aux robo-advisors, ils apporteront leur savoir-faire en matière de digitalisation et d’expérience client, thèmes ô combien chers aux établissements bancaires dans le cadre de leur démarche de modernisation de leur offre. Pour certains, les solutions qui en naîtront permettront de réduire leurs coûts d’acquisition clients, pour d’autres, elles permettront de rajeunir leur offre produit sans pour autant cannibaliser leurs services existants. C’est ainsi que Swissquote, une banque en ligne helvétique, a pris les devants en intégrant un service de robo-advisor « eprivate banking » à son offre de banque en ligne.

* Yomoni est l’un des tout premiers « robo-advisors » français, aux côtés de Wesave en gestion sous mandat, Advize, Fundshop, Marie Quantier en gestion conseillée.

Article de L’Agefi Quotidien sur la communication de Yomoni sur sa première année :

http://www.agefi.fr/fintech/actuali...

A propos d’Alpha FMC


Fondé à Londres en 2003, Alpha FMC est un cabinet de conseil dédié aux acteurs de la gestion d’actifs et de la banque privée.

Alpha FMC opère à partir de 6 bureaux : Paris, Londres, Luxembourg, Amsterdam, New-York et Boston. Doté de 160 consultants spécialisés, soit la plus importante équipe dans son univers, le cabinet conseille 75 des 100 plus grandes sociétés de gestion et banques privées internationales.

Le bureau parisien a été créé en 2010 et compte aujourd’hui près de 40 consultants. Alpha FMC accompagne ses clients sur des sujets de Stratégie Corporate, Organisation, M&A, Transformation Digitale, Conformité, Sélection de systèmes.

Alpha FMC a été élu meilleur cabinet de conseil Européen par le magazine Funds Europe.

www.alphafmc.com

newsletter de Fiscalonline

Communiqué du 8 décembre 2016

Publié le vendredi 9 décembre 2016

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

[Connexion] [s'inscrire] [mot de passe oublié ?]

Autres articles associés aux mots clés :  Anoter


 



Les articles les plus lus !
Placements financiers des non-résidents exonérés d’ISF et titres de participation : critère de distinction
La quatrième directive anti-blanchiment est entrée en vigueur
Les intermédiaires fiscaux qui créent et vendent des dispositifs d’évasion fiscale dans le viseur de Bruxelles
Plus-value immobilière : l’exonération résidence principale à l’épreuve de la notion d’unité d’habitation
Bercy commente le renforcement du régime fiscal des impatriés
Holdings animatrices : une avancée jurisprudentielle importante
Logiciel obligatoire au 1er janvier 2018 : Le vrai et le faux !
Que faut-il penser du droit à l’erreur en matière fiscale ?
[+ ...]







Tout pour la gestion de mes impôts et de ma fiscalité en un clic
A propos... Plan du site Nos partenaires Conditions générales Tous droits réservés ® 2000/2016