Fiscal On.Line

Index des mots clés Fiscal On.Line

  RSS

Accueil Newsletter Fil d'actu Partenaires Placements Publicité
En général
Doctrine administrative
Veille législative
Veille réglementaire
Jurisprudence
En particulier
E-Fiscalité
Fiscalité de l’innovation
Fiscalité culture & média
Fiscalité immobilière
Fiscalité et environnement
Fiscalité associative
Fiscalité financière
Fiscalité sociale
Fiscalité de l’expatriation
Fiscalité et assurance
Fiscalité communautaire
Fiscalité internationale
En pratique
LFSS pour 2013
Paquet compétitivité
Agenda fiscal
Chiffres utiles
Fiches techniques
Téléservices
Textes officiels
Nos publications interactives
Réponse d’experts
Loi de Finances pour 2011
Réforme de la fiscalité du patrimoine
Réforme de la TVA immobilière
Déclaration de revenus 2010
Loi de Finances pour 2012
Loi de Finances rectificative pour 2011
L’EIRL
Le dispositif Scellier
Deuxième plan de rigueur
Loi de finances rectificative pour 2011-IV
Présidentielle 2012
Loi de finances rectificative pour 2012-I
Déclaration de revenus 2011
La réforme fiscale de François Hollande
Loi de Finances rectificative pour 2012-II
Loi de Finances pour 2013
Loi de Finances rectificative pour 2012-III
Loi de Finances rectificative pour 2013-I
Déclaration des revenus "2012"
ISF 2013
Rénovation de la politique familiale
Réforme des retraites
Fraude fiscale
Réforme du logement
Economie sociale et solidaire
Loi de Finances 2014
Dossier Crowdfunding
Loi Duflot
Les levées de fonds Particeep
LFSS pour 2014
ISF 2014
Les Assises de la fiscalité
Déclaration des revenus 2014
Loi Pinel : artisanat, commerce et TPE
Loi visant à reconquérir l’économie réelle
Projet de loi de Finances rectificative pour 2014
PLFRSS 2014
Loi de finances 2015
Application mobile
Transition énergétique
LFSS 2015
Projet de loi pour l’activité
Pour approfondir
Chroniques
Entretiens
Etudes & rapports
Corporate
Tribune
Comptes-rendus et Synthèses
La bibliothèque du fiscaliste
 
 



Le régime fiscal applicable aux cessions de parts de société civile professionnelle

partager cet article

Le régime fiscal applicable aux cessions de parts de société civile professionnelle

Le régime fiscal applicable aux cessions de parts de société civile professionnelle (SCP) varie selon que la société concernée relève du régime des sociétés de personnes ou a opté pour son assujettissement à l’impôt sur les sociétés (IS).


Ainsi, alors que les cessions de parts de SCP assujetties à l’IS relèvent du régime des plus-values des particuliers, les cessions de parts de SCP relevant du régime des sociétés de personnes dans lesquelles les contribuables exercent leur activité professionnelle sont considérées comme des éléments d’actif professionnel dont les cessions bénéficient du régime des plus-values et moins-values professionnelles.

JPEG - 18.6 ko

La cession des parts d’une SCP soumise à l’impôt sur les sociétés relève du régime prévu par les articles 150-0 A et suivants du CGI, applicable à l’ensemble des gains réalisés par les particuliers à raison de la cession de valeurs mobilières ou de droits sociaux.

Les gains nets réalisés sont alors imposés au taux forfaitaiire de 19 % et soumis aux prélèvements sociaux au taux global de 13,5 % (taux applicables pour les cessions réalisées à compter du 1er janvier 2011) au titre de l’année de réalisation de la cession.

En réponse à une question de Mme Zimmernann, le gouvernement vient de préciser que « la circonstance que les gains soient réinvestis dans la société dont les parts ont été cédées est sans incidence sur l’imposition due au titre de la cession de parts de la SCP ».

Si l’associé de la SCP apporte ses titres à une société soumise à l’IS, l’opération peut bénéficier du sursis d’imposition prévu à l’article 150-0 B du CGI.


En ce qui concerne la cession de parts de SCP relevant du régime des sociétés de personnes défini à l’article 8 ter du CGI, elle relève des règles applicables aux plus-values professionnelles lorsque l’associé exerce son activité professionnelle dans le cadre de la société.

Ainsi, les cessions de parts sociales détenues depuis plus de deux ans sont imposées au taux des plus-values à long terme, soit 16 % et soumises aux prélèvements sociaux. Il est rappelé que la plus-value est calculée en appliquant le mécanisme de correction du prix de revient des parts issus de la jurisprudence Quémener (CE, 16 février 2000).

La plus-value de cession des parts pourra, le cas échéant, bénéficier de dispositifs d’exonération et notamment de l’exonération totale ou partielle en fonction des recettes prévues à l’article 151 septies du CGI à condition que les parts soient détenues par l’associé depuis plus de cinq ans et que la quote-part des recettes lui revenant (majorée le cas échéant de ses recettes individuelles) soit inférieure à certaines limites.

Par ailleurs, si l’associé apporte ses parts à une autre société soumise à un régime réel d’imposition, il peut bénéficier d’un report d’imposition si les conditions prévues à l’article 151 octies B du CGI ou au IV bis de l’article 151 nonies du CGI sont remplies.

Crédit photo : Fotolia


Pour aller plus loin :

- Plus-values professionnelles : tableau de synthèse des principales exonérations

newsletter de Fiscalonline

Réponse ministérielle Marie-Jo Zimmermann du 22 mai 2012

Publié le jeudi 24 mai 2012

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

[Connexion] [s'inscrire] [mot de passe oublié ?]

Autres articles associés aux mots clés :  SCP | Transmission


 



Les articles les plus lus !
Le régime des plus-values de cession de valeurs mobilières en 2013 et en 2014
Barème kilométrique 2014
Professions réglementées : morceaux choisis dudit « projet de Loi » Macron
Aménagement des obligations déclaratives des plus-values de cession des valeurs mobilières
Les députés simplifient les règles d’affiliation des travailleurs indépendants
L’Assemblée nationale adopte en première lecture le projet de budget pour 2015
« Ce n’est pas à l’administration fiscale de régler la question des Holdings animatrices »
Une étude confirme que le manque à gagner TVA fait perdre des milliards
[+ ...]


  A propos... Plan du site Nos partenaires Conditions générales Tous droits réservés ® 2000/2014