Fiscal On.Line

Index des mots clés Fiscal On.Line

  RSS

Accueil Newsletter Fil d'actu Application mobile Archives Publicité
En général
Doctrine administrative
Veille législative
Veille réglementaire
Jurisprudence
En particulier
E-Fiscalité
Fiscalité de l’innovation
Fiscalité culture & média
Fiscalité immobilière
Fiscalité et environnement
Fiscalité associative
Fiscalité financière
Fiscalité sociale
Fiscalité de l’expatriation
Fiscalité et assurance
Fiscalité communautaire
Fiscalité internationale
En pratique
LFSS pour 2013
Paquet compétitivité
PLFSS 2016
Agenda fiscal
Chiffres utiles
Fiches techniques
Téléservices
Textes officiels
Cellule de régularisation fiscale
Réponse d’experts
Loi de Finances pour 2011
Réforme de la fiscalité du patrimoine
Réforme de la TVA immobilière
Loi de Finances pour 2012
Loi de Finances rectificative pour 2011
Le dispositif Scellier
Loi de finances rectificative pour 2011-IV
Présidentielle 2012
Loi de finances rectificative pour 2012-I
Déclaration de revenus 2011
La réforme fiscale de François Hollande
Loi de Finances rectificative pour 2012-II
Loi de Finances pour 2013
Loi de Finances rectificative pour 2012-III
Loi de Finances rectificative pour 2013-I
Déclaration des revenus "2012"
ISF 2013
Fraude fiscale
Réforme du logement
Economie sociale et solidaire
Loi de Finances 2016
Loi de Finances 2014
Dossier Crowdfunding
Loi Duflot
LFSS pour 2014
ISF 2014
Les Assises de la fiscalité
Déclaration des revenus 2014
Loi Pinel : artisanat, commerce et TPE
Projet de loi de Finances rectificative pour 2014
PLFRSS 2014
Loi de finances 2015
Application mobile
Transition énergétique
LFSS 2015
Projet de loi pour l’activité
PLFR 2014-II
Déclaration d’impôts 2015
ISF 2015
Loi de finances rectificative pour 2015
Plan d’urgence pour l’emploi
Impôt sur le revenu 2016
Projet de loi Sapin II
Loi de Finances pour 2017
Prélèvement à la source
LFSS pour 2017
Loi de finances rectificative pour 2016
Impôt sur le revenu 2017
Election présidentielle 2017
Droit des sociétés
Loi de Finances pour 2018
Loi Travail
LFSS pour 2018
Projet de loi « ELAN »
Loi PACTE
Loi de Finances rectificative pour 2017
Loi de Finances rectificative pour 2017-II
Le « droit à l’erreur »
Impôt sur le revenu 2018
PL : Transmission d’entreprise
Loi de Finances pour 2019
Réforme de la fiscalité locale
Pour approfondir
Chroniques
Entretiens
Etudes & rapports
Corporate
Bien préparer sa retraite
Tribune
Comptes-rendus et Synthèses
La bibliothèque du fiscaliste
Dossiers fiscaux
 
 



Le régime d’incitation fiscale applicable aux investissements outre-mer en 2012

partager cet article
envoyer l'article par mail envoyer par mail

Baisse de la réduction d’impôt applicable aux investissements outre-mer des entreprises relevant de l’IR (« Girardin industriel »)

Par Maider De los Santos, Fiscaliste

Le régime d’incitation fiscale applicable aux investissements outre-mer, instauré par une loi du 11 juillet 1986, a été modifié, depuis lors, à de multiples reprises.

La dernière modification en date résulte de l’article 83, III de la loi de finances pour 2012, qui fixe les modalités d’application du « rabot fiscal » à la réduction d’impôt dont bénéficient investissements visés par l’article 199 undecies B du CGI.

On rappellera brièvement que sont concernés les investissements réalisés par des personnes physiques domiciliées en France au sens de l’article 4 B du CGI, dans le cadre d’une entreprise (entreprise individuelle, société de personne, groupement mentionné aux articles 239 quater ou 239 quater C du CGI) relevant de l’IR et exerçant une activité industrielle, commerciale, artisanale ou agricole.

Certains secteurs d’activités sont expressément exclus du dispositif (voir la liste dressée par l’article 199 undecies B).

L’investissement doit en principe être le fait de l’entreprise elle-même. Sous certaines conditions, la réduction d’impôt pourra néanmoins bénéficier aux investissements réalisés dans le cadre de « schémas locatifs ». Dans ce cas, le propriétaire, non-utilisateur, donne le bien en location longue durée à l’entreprise (au moins 5 ans).

Les taux applicables varient selon que l’investissement est réalisé directement par l’entreprise exploitante ou qu’il s’inscrit dans le cadre d’un schéma locatif :


1. Taux applicables aux investissements réalisés directement par l’entreprise utilisatrice

- Les taux applicables en 2012 sont les suivants :

  • 38,25% pour les investissements en en Guadeloupe, en Martinique, à La Réunion, en Nouvelle-Calédonie, en Polynésie française, à Saint-Martin, à Saint-Barthélemy et dans les Terres australes et antarctiques françaises (comp : 45% en 2011) ;
  •  45,9% pour les investissements réalisés en Guyane, à Mayotte, à Saint-Pierre-et-Miquelon et à Wallis-et-Futuna (54% en 2011).

Ces taux sont cependant majorés pour les investissements suivants :

Investissements réalisés dans le secteur de la production d’énergies renouvelables (Sur cette notion, voir les précisions données par le BOI 5 B-2-07, n°143) : les taux de 38,25% et 45,9% sont portés respectivement à 45,9% et 53,55% (taux 2011 : 54% et 63%).

Travaux de rénovation et de réhabilitation d’hôtel, de résidences de tourisme et de villages vacances classés : 45,9% si les travaux sont réalisés en Polynésie française, dans les îles de Wallis-et-Futuna, dans les Terres australes et antarctiques françaises, à Mayotte, à Saint-Pierre-et-Miquelon et en Nouvelle-Calédonie. 53,55% si les travaux sont réalisés en Guadeloupe, en Martinique, à La Réunion et en Guyane (taux 2011 : respectivement 54% et 63%).

Le taux de 45% applicable aux équipements et opérations de pose de câbles sous-marin (art. 199 undecies B, I ter) n’a pas été modifié.


2. Taux applicables aux investissements réalisés dans le cadre de schéma locatifs.

L’entreprise individuelle, la société ou le groupement qui réalise l’investissement doit en principe l’exploiter dans le cadre d’une activité éligible

Le propriétaire du bien (entrepreneur individuel, associés de la société de personne ou du groupement ) qui n’en est pas l’utilisateur peut néanmoins, sous certaines conditions, bénéficier de la réduction d’impôt. L’investissement locatif peut être le fait d’une société IS dont toutes les actions sont détenues par des personnes physiques. Le ou les investissements devront dans ce cas être agrées par le ministre du budget.

Entre autres conditions, il est prévu que le propriétaire doit louer le bien d’investissement pour une durée de cinq ans au moins à une entreprise (ou pour la durée normale d’utilisation du bien si elle est inférieure). Par ailleurs, une partie de la réduction d’impôt doit être rétrocédée à l’entreprise locataire.

newsletter de Fiscalonline

Chronique de Maider de los Santos du 23 janvier 2011

Publié le mardi 24 janvier 2012

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

[Connexion] [s'inscrire] [mot de passe oublié ?]

Autres articles associés aux mots clés : 


 



Les articles les plus lus !
Plus-value immobilière et travaux réalisés après l’achèvement : exclusion des dépenses de matériaux
PLF2019 : Le Gouvernement propose un régime d’exonération « résidence principale » pour les non-résidents
Revenus de source française : vers un rapprochement du régime de taxation des résidents et non-résidents
Prélèvement à la source : le TESE ne peut pas être LA réponse aux maux des entreprises
PLF2019 : La réduction d’impôt Pinel sera désormais appliquée aux Français de l’étranger
Article 151 septies A : l’exonération de la plus-value placée en report d’imposition ne s’applique pas aux prélèvements sociaux
Le Gouvernement propose d’intégrer les inventions brevetables à la réforme du régime fiscal des brevets
Convention de « management fees » : nouveau cas de remise en cause de la déductibilité de factures intra-groupe
[+ ...]







Tout pour la gestion de mes impôts et de ma fiscalité en un clic
A propos... Plan du site Nos partenaires Conditions générales Tous droits réservés ® 2000/2018