Fiscal On.Line

Index des mots clés Fiscal On.Line

  RSS

Accueil Newsletter Fil d'actu Partenaires Placements Publicité
En général
Doctrine administrative
Veille législative
Veille réglementaire
Jurisprudence
En particulier
E-Fiscalité
Fiscalité de l’innovation
Fiscalité culture & média
Fiscalité immobilière
Fiscalité et environnement
Fiscalité associative
Fiscalité financière
Fiscalité sociale
Fiscalité de l’expatriation
Fiscalité et assurance
Fiscalité communautaire
Fiscalité internationale
En pratique
LFSS pour 2013
Paquet compétitivité
Agenda fiscal
Chiffres utiles
Fiches techniques
Téléservices
Textes officiels
Nos publications interactives
Réponse d’experts
Loi de Finances pour 2011
Réforme de la fiscalité du patrimoine
Réforme de la TVA immobilière
Déclaration de revenus 2010
Loi de Finances pour 2012
Loi de Finances rectificative pour 2011
L’EIRL
Le dispositif Scellier
Deuxième plan de rigueur
Loi de finances rectificative pour 2011-IV
Présidentielle 2012
Loi de finances rectificative pour 2012-I
Déclaration de revenus 2011
La réforme fiscale de François Hollande
Loi de Finances rectificative pour 2012-II
Loi de Finances pour 2013
Loi de Finances rectificative pour 2012-III
Loi de Finances rectificative pour 2013-I
Déclaration des revenus "2012"
ISF 2013
Rénovation de la politique familiale
Réforme des retraites
Fraude fiscale
Réforme du logement
Economie sociale et solidaire
Loi de Finances 2014
Dossier Crowdfunding
Loi Duflot
Les levées de fonds Particeep
LFSS pour 2014
ISF 2014
Les Assises de la fiscalité
Déclaration des revenus 2014
Loi Pinel : artisanat, commerce et TPE
Loi visant à reconquérir l’économie réelle
Projet de loi de Finances rectificative pour 2014
PLFRSS 2014
Loi de finances 2015
Pour approfondir
Chroniques
Entretiens
Etudes & rapports
Corporate
Tribune
Comptes-rendus et Synthèses
La bibliothèque du fiscaliste
 
 



Le programme fiscal comparé des principaux candidats à la présidentielle 2012

partager cet article

JPEG - 25.6 ko

Le programme fiscal comparé des principaux candidats à la présidentielle 2012

Nicolas Sarkozy

François Hollande

François Bayrou

|

Marine Le Pen

|

Jean-Luc Mélenchon

|

Eva Joly

| |

Fiscalité des particuliers

Propositions :

- Augmentation de la fiscalité sur les dividendes par la réduction de l’abattement de 40 % et du dispositif d’abattement forfaitaire

- Taxe sur les exilés fiscaux : l’assiette sera constituée de l’ensemble des revenus du patrimoine privé (placements financiers ; placements immobiliers plus-values)

- Réduction de niches fiscales (4,5 Milliards €) :

  • Réduction de la déductibilité des dépenses de gros travaux en revenus fonciers (Elle ne serait maintenue que pour les dépenses liées à l’accessibilité des personnes handicapées ou au désamiantage) ;
  • Mise en place d’un rabot sur les niches fiscales des entreprises, à l’exception du crédit impôt-recherche et du PTZ ;
  • Alignement des impôts payés par les élus locaux sur les règles qui valent pour tous les français

- Réduction par deux sur cinq ans de l’impôt de mutation sur les ventes d’immeubles

Propositions :

- Maintien du régime fiscal des contrats d’assurance-vie détenus depuis plus de 8 ans

- Plus-values immobilières : rétablissement de l’abattement pour durée de détention antérieur à 2004 (5% par an à compter de la seconde année)

- Fusion à terme de l’impôt sur le revenu et de la CSG dans le cadre d’un prélèvement simplifié sur le revenu (PSR)

- Imposition des revenus du capital comme ceux du travail

- Création d’une tranche supplémentaire d’impôt de 45% pour les revenus supérieurs à 150 000 € par part

- tranche d’imposition à 75% au dessus de 1 million d’euros

- Plafonnement des niches fiscales à 10 000 €

- Abaissement du plafond du quotient familial pour les ménages les plus aisés

- Suppression des allégements de l’ISF institués en 2011 et relèvement des taux d’imposition des plus gros patrimoines

- Retour au barème de l’ISF, mais maintien des déductions d’ISF pour les investissements qui sont faits dans les PME (TEPA-ISF)

- Suppression de l’exonération sur les grosses successions

- Diminution de l’abattement sur les successions (100.000 € par enfant. L’exonération en faveur des conjoints survivants sera conservée)

- Augmentation de 25% de l’allocation de rentrée scolaire

Propositions :

- coup de rabot de 15% sur les niches fiscales (Ex : l’exonération des revenus issus des heures supplémentaires)

- Création de deux tranches supplémentaires d’impôt sur le revenu : la tranche marginale actuelle à 41 % portée à 45 % et une tranche de solidarité pour les revenus supérieurs à 250 000 € par part portée à 50 %

- Institution d’une contribution de solidarité sur le patrimoine (CSP) pour tout patrimoine au-dessus de 1 million d’euro

Propositions :

- Intégration de la taxe d’habitation à l’impôt sur le revenu

- Fusion de l’ISF et de la taxe foncière (Nouvelle imposition sur le patrimoine)

- Alourdissement de la fiscalité des dividendes

- Fixation de la tranche supérieure de l’impôt sur le revenu à 46%

- Mise en place d’une fiscalité modérée des collectivités locales

- Création d’un revenu parental (versement d’un revenu équivalent à 80% du SMIC pendant 3 ans à partir du 2ème enfant, renouvellement d’une durée de 4 ans pour le 3e enfant)

- Fixation du plafond à partir duquel est accordée la pension de réversion au conjoint de la personne décédée à 30 000 €

Propositions :

- Suppression du bouclier fiscal

- Augmentation de l’ISF et de l’impôt sur les revenus du capital

- Vote d’une loi anti-évasion fiscale pour taxer les revenus des français à l’étranger

- Pas de fusion entre la CSG et l’impôt sur le revenu

- Institution d’une nouvelle cotisation sociale sur les revenus financiers

- Interdiction des stock-options et des LBO

Propositions :

- Suppression du prélèvement libératoire pour les revenus du capital

- Coup de rabot sur les niches fiscales touchant l’IRPP

- Intégration des revenus du capital dans l’IRPP

- Multiplication par 5 la taxe sur les logements vacants

- Création de 2 nouvelles tranches d’IRPP : 60 % à partir de 100 000 € et 70 % à partir de 500 000 €

- Plafonnement des niches fiscales

- Limitation de l’exonération d’ISF à la détention directe d’un capital productif (Suppression partielle de l’exonération de l’ISF pour les biens professionnels)

- Suppression de la niche plus-value immobilière (hors résidence principale)

- Retour au taux moyen de taxation des successions qui était en vigueur en 2000

Fiscalité des entreprises

Propositions :

- Création d’un impôt sur les bénéfices minimum pour les grands groupes du CAC 40 Imposition minimale sur les grands groupes : les entreprises concernées pourraient être celles qui entrent dans le champ d’application de la taxe sur les transactions financières (entreprises dont le siège est en France et dont la capitalisation boursière excède 1Md€, qu’il s’agisse de filiales ou de holdings)

- Fiscalisation dans les conditions de droit commun des entreprises du secteur Internet (Taxe Google)

Avance par OSEO du montant du crédit d’impôt recherche aux PME

Propositions :

- Mise en place de trois taux d’imposition différents sur les sociétés : 35% pour les grandes, 30% pour les petites et moyennes, 15% pour les très petites

- Modulation de l’impôt sur les sociétés au bénéfice des PME et des entreprises qui réinvestissent leurs bénéfice : un taux d’imposition bas quand le bénéfice est réinvesti dans l’entreprise et un taux d’imposition plus élevé quand le bénéfice est distribué aux actionnaires

- Suppression des stock-option (Sauf pour les entreprises naissantes)

- Encadrement des bonus

- Réforme et simplification du crédit d’impôt recherche (CIR)avec un renforcement de l’incitation à embaucher des docteurs dans l’assiette du CIR

- Orientation des financements, des aides publiques et des allégements fiscaux vers les entreprises qui investiront sur notre territoire, qui y localiseront leurs activités et qui seront offensives à l’exportation.

- Obligations pour les entreprises qui se délocalisent de rembourser les aides publiques reçues

- Réforme de la procédure des LBO

- Transmission d’entreprise : « la plus-value de cession devra être traitée comme un revenu exceptionnel » !

- Allègement cotisation foncière des entreprises (CFE)

- Modulation de la fiscalité locale des entreprise en fonction des investissements réalisés

Propositions :

- Mise en place d’un avantage fiscal lorsqu’une grande entreprise aura créé une structure d’investissement en direction des PME ou pris une participation dans une telle structure

- Réforme de la niche Copé et de la déductibilité des emprunts en cas de LBO

- Création d’un crédit d’impôt innovation, parallèle au crédit impôt recherche

Propositions :

- Mise en place de dispositifs d’incitation fiscale au bénéfice des Business Angel

- Réforme de l’impôt sur les sociétés (IS) :

  • création de trois types de taux unique d’IS de 15%, 25% et 34% (Répartition du produit de l’impôt entre l’Etat et les collectivités)
  • Fusion de l’IS et de la contribution économique territoriale (CET)
  • Modulation de l’IS pour inciter les entreprises à adopter une politique salariale plus généreuse et distribuer davantage de leurs profits à leurs salariés

- Assujettissement des entrepreneurs individuels relevant normalement du régime fiscal des BIC-BNC-BA à l’IS

- Possibilité d’amortir un fonds de commerce

- Conditionnement du CIR au maintien intégral par l’entreprise bénéficiaire des centres de R&D en France

Propositions :

- Abolition des pôles de compétitivité

- Taxation des revenus financiers des entreprises

- Mise en place du principe de modulation de l’IS

- Remboursement des aides publiques par les entreprises qui délocalisent et licencient

- Conditionnement des aides accordées à des exigences sociales et environnementales

- Recentrage du CIR sur les PME

- Durcissement de la fiscalité des groupes de société (Intérêts intra-groupe, Prix de transfert...)

- Réintégration dans l’assiette de l’IS des rémunérations excessives (Au-delà d’1 M€)

Propositions :

- Réforme du système de prix de transfert

- Instauration d’un impôt plancher de 17 % sur les bénéfices des entreprises

- Recentrage du CIR sur les PME et soumission du dispositif à des conditions sociales et environnementales

- Mise en place d’une taxe sur la rente pétrolière et gazière

Mesures sociales

Propositions :

- Allègement de charges sociales salariales sur les bas salaires. Cet allègement s’applique aux salariés rémunérés entre 1 et 1,3 Smic. Elle s’appliquera à 7 millions de salariés : salariés du secteur privé ; fonctionnaires et autres agents publics ; travailleurs indépendants ; particuliers employeurs. Les salariés à temps partiel sont donc inclus dans le champ de la mesure.

- Exonération de charges pour l’embauche d’un senior. L’exonération s’applique aux salariés embauchés en CDI ou en CDD de plus de 6 mois. Elle est limitée au plafond de la Sécurité sociale (36 000 euros par an).

- Application du principe « Zéro Chiffre d’affaires – Zéro charge » aux travailleurs indépendants. Cette mesure concerne 500 000 travailleurs indépendants, qui bénéficieront de la suppression des cotisations minimales et leur remplacement par des prélèvements indexés sur le revenu.

- Suppression de la prime pour l’emploi

- Paiement des retraites le 1er du mois au lieu du 8, pour que les retraités ne soient plus pénalisés par ce décalage

Propositions :

- Ré-institution droit de partir à la retraite à taux plein à 60 ans dès lors qu’ils auront cotisé la totalité de leurs annuités

- Augmentation de la part de rémunération forfaitaire des médecins généralistes

- Encadrement des dépassements d’honoraires

- Baisse du prix des médicaments

- Supression du droit d’entrée dans le dispositif de l’aide médicale d’État (AME)

- Augmentation des cotisations chômage sur les entreprises qui abusent des emplois précaires

- Suppression de la défiscalisation et des exonérations de cotisation sociale sur les heures supplémentaires, sauf pour les TPE

Propositions :

- Ouverture pour toute entreprise de moins de 50 salariés d’un droit à un emploi sans charges pendant deux ans, pourvu qu’il s’agisse d’un CDI (avec période d’essai) proposé à un jeune dont ce sera le premier emploi ou à un chômeur.

Propositions :

- Institution d’une Contribution Sociale aux Importations égale à 3 % du montant des biens importés pour financer une diminution des charges des cotisations sociales salariales

- Instauration un délai de carence d’un an de résidence continue en France et de cotisation avant de bénéficier de tous les avantages de la Sécurité sociale

- Suppression des aides sociales pour les fraudeurs récidivistes

- Lutte contre les arrêts maladie de complaisance et les fraudes dans le système ambulancier

- Gel du montant du forfait hospitalier et des taxes sur les mutuelles de santé

- Retour au principe de 40 annuités de cotisation pour pouvoir bénéficier d’une retraite à taux plein

- Retour progressif de l’âge légal de départ à la retraite à 60 ans

- Fusion des régimes de base et des régimes complémentaires

- Elargissement de l’assiette du financement des retraites aux revenus du capital

Propositions :

- Rétablissement des 35 heures

- Retour du droit à la retraite à 60 ans à taux plein

- Fixation du SMIC à 1 700 € brut par mois pour 35 heures

- Remboursement à 100 % des dépenses de santé

- Revenu maximum fixé à 360 000 €/an

- Suppression des exonérations de cotisations sociales patronales

Propositions :

- Suppression des exonérations sur les heures supplémentaires

- Diminution du prix de certains médicaments

- Augmentation de plus de 25% du RSA socle (de 467 € à 600 €/mois)

- Augmentation de l’AAH (743 €) pour atteindre le Smic en 5 ans

- Rétablissement de la retraite à 60 ans

- Suppression des franchises médicales

Mesures diverses

Propositions :

- Lutte contre la fraude fiscale

- Suppression du Privilège du Trésor Public ;

- Augmentation du rendement de la taxe sur les transactions financières dans le cadre de la directive européenne

Propositions :

- Interdiction faite aux banques françaises d’exercer dans les paradis fiscaux

- Surtaxation des bénéfices des banques

- Institution d’une taxe sur les transactions financières

- Création d’un livret d’épargne industrie dédié au financement des PME et des entreprises innovantes

- Doublement du plafond du livret développement durable

- Mise en place d’une contribution climat-énergie aux frontières de l’Europe

- Renforcement de la loi SRU (Les exigences en matière de construction de logements sociaux seraient portés à 25%)

- Réduction de 30% de la rémunération du président de la République et des ministres

- Rétablissement de la TVA à 5,5% pour les livres

Propositions :

- Création d’un statut pour les Business-Angels à l’image des fonds de private equity

- Création d’un livret d’épargne industrie

Propositions :

- Institution d’une réserve spéciale de réindustrialisation (15% du résultat net) à la charge des 50 plus fortes capitalisations boursière

- Constitution de fonds d’investissement dédiés aux PME alimentés via des incitations fiscales sur la fiscalité du capital

- Majoration du taux de TVA pour les produits de luxe

- Alourdissement de la taxation des terrains constructibles non construits

- Réécriture du CGI

- Suppression de la niche Copé

- Atténuation de l’exonération des dividendes de filiales dont bénéficient les grands groupes

- Annulation des conventions fiscales avec tous les paradis fiscaux

- Instauration d’une taxe sur les transactions financières

Propositions :

- Blocage des échanges de capitaux avec les paradis fiscaux

- Abrogation de toutes les aides fiscales au logement spéculatif privé

- Plus-value immobilière : Rétablissement de l’abattement annuel de10 % au bout de la cinquième année et d’exonération pour les étrangers.

- Institution d’une taxe sur les bureaux vides

- Mise en place d’une taxe « kilométrique » de manière à réduire les transports de marchandises

- Généralisation et doublement du « versement transport »
- Augmentation significative de la « taxe Buffet » sur les droits de diffusion des manifestations sportives à la télévision

Propositions :

- Suppression de la niche TVA restauration

- Introduction d’une taxe sur les profits des laboratoires

- Suppression des exonérations sur les heures supplémentaires

- Lutte contre la fraude dans les paradis fiscaux

- Création d’une taxe sur les énergies non renouvelables intégrant une taxation du carbone à 36 € la tonne de CO2.

- Suppression en 5 ans de la niche fiscale sur le diesel

- Suppression de la niche fiscale sur les pesticides

- Si vous avez raté le début :

Le programme fiscal comparé des candidats « déclarés » à la présidentielle 2012


JPEG - 18.6 ko

Crédits photo : © kotoyamagami

newsletter de Fiscalonline

Article de la rédaction du 20 avril 2011

Publié le samedi 21 avril 2012

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

[Connexion] [s'inscrire] [mot de passe oublié ?]

Autres articles associés aux mots clés : 


 



Les articles les plus lus !
Bercy commente le régime des plus-values de cession de terrains à bâtir à compter du 1er septembre 2014
Le régime des plus-values de cession de valeurs mobilières en 2013 et en 2014
Limitation des possibilités d’exploitation des déficits à des fins d’optimisation fiscale
Accord FATCA entre la France et les Etats-Unis : avis favorable de la Commission des Finances (AN)
Reconduction de la convention fiscale entre la France et le Royaume d’Arabie Saoudite
Nouvel avenant à la convention franco-luxembourgeoises : conséquences sur les plus-values de cession de titres de SPI françaises
La Cour des Comptes préconise de limiter les incitations fiscales à adhérer à un organisme de gestion agréé
Terrain à bâtir : le régime fiscal des plus-values immobilières est assoupli
[+ ...]


  A propos... Plan du site Nos partenaires Conditions générales Tous droits réservés ® 2000/2014