Fiscal On.Line

Index des mots clés Fiscal On.Line

  RSS

Accueil Newsletter Fil d'actu Application mobile Archives Publicité
En général
Doctrine administrative
Veille législative
Veille réglementaire
Jurisprudence
En particulier
E-Fiscalité
Fiscalité de l’innovation
Fiscalité culture & média
Fiscalité immobilière
Fiscalité et environnement
Fiscalité associative
Fiscalité financière
Fiscalité sociale
Fiscalité de l’expatriation
Fiscalité et assurance
Fiscalité communautaire
Fiscalité internationale
En pratique
LFSS pour 2013
Paquet compétitivité
PLFSS 2016
Agenda fiscal
Chiffres utiles
Fiches techniques
Téléservices
Textes officiels
Cellule de régularisation fiscale
Réponse d’experts
Loi de Finances pour 2011
Réforme de la fiscalité du patrimoine
Réforme de la TVA immobilière
Loi de Finances pour 2012
Loi de Finances rectificative pour 2011
Le dispositif Scellier
Loi de finances rectificative pour 2011-IV
Présidentielle 2012
Loi de finances rectificative pour 2012-I
Déclaration de revenus 2011
La réforme fiscale de François Hollande
Loi de Finances rectificative pour 2012-II
Loi de Finances pour 2013
Loi de Finances rectificative pour 2012-III
Loi de Finances rectificative pour 2013-I
Déclaration des revenus "2012"
ISF 2013
Fraude fiscale
Réforme du logement
Economie sociale et solidaire
Loi de Finances 2016
Loi de Finances 2014
Dossier Crowdfunding
Loi Duflot
LFSS pour 2014
ISF 2014
Les Assises de la fiscalité
Déclaration des revenus 2014
Loi Pinel : artisanat, commerce et TPE
Projet de loi de Finances rectificative pour 2014
PLFRSS 2014
Loi de finances 2015
Application mobile
Transition énergétique
LFSS 2015
Projet de loi pour l’activité
PLFR 2014-II
Déclaration d’impôts 2015
ISF 2015
Loi de finances rectificative pour 2015
Plan d’urgence pour l’emploi
Impôt sur le revenu 2016
Projet de loi Sapin II
Loi de Finances pour 2017
Prélèvement à la source
LFSS pour 2017
Loi de finances rectificative pour 2016
Impôt sur le revenu 2017
Election présidentielle 2017
Droit des sociétés
Loi de Finances pour 2018
Loi Travail
LFSS pour 2018
Projet de loi « ELAN »
Loi PACTE
Loi de Finances rectificative pour 2017
Loi de Finances rectificative pour 2017-II
Le « droit à l’erreur »
Impôt sur le revenu 2018
PL : Transmission d’entreprise
Loi de Finances pour 2019
Réforme de la fiscalité locale
Pour approfondir
Chroniques
Entretiens
Etudes & rapports
Corporate
Bien préparer sa retraite
Tribune
Comptes-rendus et Synthèses
La bibliothèque du fiscaliste
Dossiers fiscaux
 
 



Le monde de la finance est-il toujours en crise ?

partager cet article
envoyer l'article par mail envoyer par mail

Le monde de la finance est-il toujours en crise ?

Selon la dernière étude du Groupe Norton Rose, les points de vue diffèrent …

JPEG - 2.8 ko

Paris, 4 novembre 2010


Selon la dernière étude menée par le Groupe Norton Rose, cabinet d’avocats d’affaires international, auprès de 314 professionnels du monde de la finance (banques, assurances, fonds d’investissements), la réponse sur la persistance de la crise économique est aujourd’hui contrastée. Elle dépend notamment de la zone géographique et du secteur de l’industrie financière concernés.

Dans les faits, deux grands types de réponses à la crise se dégagent selon que les pays ont été obligés de renflouer leurs banques ou non. Par ailleurs, l’arrêt des discussions sur un nouvel ordre économique mondial a fait ressurgir le spectre d’un arbitrage réglementaire et détourne les investissements des pays où la réforme est la plus engagée. Ainsi, la majorité des personnes interrogées dans le cadre de cette étude estiment que le risque d’une nouvelle crise financière internationale n’a pas encore été efficacement dissipé.

James Bateson, responsable du secteur des Institutions Financières pour Norton Rose LLP, commente :

« En septembre 2008 après la faillite de Lehman Brothers, les Etats étaient parvenus à un consensus.

Face au risque d’une récession mondiale, ils estimaient alors nécessaire de coopérer afin d’apporter une réponse globale pour gérer leurs problèmes.

A présent, ils sont confrontés à des réalités économiques différentes, en particulier parmi les membres du G20.

Les personnes interrogées ont le sentiment que la volonté d’aboutir à une coopération mondiale en matière de réforme réglementaire a faibli.

Certains pays vont de l’avant, mettant en place de nouveaux plans en matière d’imposition, de fiscalité des transactions, de plafonnement des bonus et de réforme réglementaire ou structurelle. D’autres font plutôt marche arrière, entraînant un statu quo. »

- Principales conclusions de l’étude

- 73% des personnes interrogées perçoivent une bipolarisation croissante entre les pays où le soutien à l’industrie financière a été nécessaire, et les autres.

- 87% identifient l’Asie (incluant la Chine) comme la région du monde offrant les meilleures perspectives pour les affaires dans le paysage financier actuel. Celle-ci est suivie par l’Australie (27%) et l’Afrique du Sud (26%).

- 66% estiment que le besoin en matière de coopération mondiale pour aboutir à une réforme réglementaire ayant diminué, le risque de voir apparaître une nouvelle crise financière n’a pas été efficacement résolu.

- 77% des sondés s’attendent à ce que la reprise soit longue et ténue (48%) voire inexistante dans un futur proche (29%). Seulement 22% redoutent une nouvelle récession (scénario du « double creux » ou « W ») alors qu’ils étaient 29% à avoir cette crainte dans la précédente étude du Groupe Norton Rose, parue au cours du 4ème trimestre 2009.

- 74% pensent qu’il faudra attendre plus de 12 mois avant de revenir à un niveau de liquidités dans le système bancaire comparable à celui existant avant la crise. Ce pourcentage est en nette progression par rapport à avril 2009, (34% des personnes interrogées exprimaient cette opinion) et au quatrième trimestre 2009 (36%), la majorité d’alors étant plus optimiste sur les délais pour retrouver une situation normale.

L’étude nous apprend également que ce ne sont pas des facteurs économiques, tels que l’inflation et la déflation, qui impactent toujours sérieusement la stratégie des institutions financières, mais des risques multiples. Pour 39% des répondants, ce sont les risques liés à leur marché qui ont la plus forte probabilité d’impacter leurs affaires dans les douze prochains mois, suivis de près par les risques liés au manque de liquidités (34%) et les risques réglementaires (31%).

James Bateson poursuit :

« Les résultats de notre étude démontrent qu’il est peut-être temps d’arrêter de parler de « crise financière mondiale ». Toutes les économies ne sont pas confrontées aux mêmes réalités. Un nombre important de régions prospèrent malgré les contraintes liées au manque de liquidités des banques. Par ailleurs, il existe de nombreuses opportunités à saisir dans les pays qui continuent à se développer. C’est clairement le cas pour la région Asie-Pacifique. Néanmoins, d’autres régions, et en particulier celles qui possèdent des ressources naturelles importantes et bénéficient de systèmes politiques et financiers stables, offrent aussi d’excellentes perspectives de croissance. »

« Bien que les personnes interrogées à cette occasion s’attendent à présent à une reprise beaucoup plus lente que ce qu’elles prévoyaient lors de notre précédent compte-rendu, l’inquiétude de vivre une nouvelle récession (scénario du « double creux » ou « W ») s’est éloignée. La tendance générale démontre que les choses vont dans le bon sens, malgré un marché toujours fluctuant face aux données économiques et financières et aux inquiétudes persistantes envers la zone Euro. »

Il conclut :

« Nos études confirment clairement que l’appétit des institutions financières en matière de risques a quelque peu évolué depuis 2008. Bien que nous observions les frémissements d’une reprise du secteur des fusions-acquisitions, la volatilité du marché demeure un obstacle majeur à la reprise de l’ensemble des activités du monde des affaires. Les modifications réglementaires ont aussi été citées, par une proportion significative des personnes interrogées, comme ayant un effet réducteur. A mesure que la confiance renaîtra et que les futurs aménagements réglementaires se concrétiseront, les stratégies à moyen-long terme viendront soutenir la stabilité du marché et encourageront un retour des opérations à des niveaux plus normaux. »


Autres conclusions de l’étude par régions ou pays interrogés :

- Europe Continentale

  • 63% des personnes interrogées conviennent que l’accroissement de la consolidation fiscale dans les pays de la zone Euro est une issue nécessaire à l’agitation récente du marché.

- Asie

  • 72% pensent qu’il y existe un conflit potentiel entre le rôle des régulateurs en Asie visant à promouvoir leurs centres financiers respectifs et la mise en place d’une réglementation équilibrée.

- Australie

  • Malgré la confiance en la croissance économique australienne (65% la décrivent comme stable ou forte), il subsiste toujours une inquiétude concernant une augmentation du nombre des faillites : 60% des sondés s’accordent à dire qu’il y aura de nombreuses faillites dans les 12 prochains mois, 100% considèrent que les PME sont les plus vulnérables.

- Moyen-Orient

  • 65% des personnes interrogées désignent le secteur bancaire et financier traditionnel comme source de financement la plus probable pour leurs clients pour les 12 mois à venir. La finance islamique recueille également 53% des suffrages.


    En complément des principaux résultats exposés dans ce communiqué, l’intégralité de la sixième étude de la série intitulée « Reprise financière mondiale : une question de perspective », est téléchargeable à l’adresse suivante www.nortonrose.com/FIsurvey

Cette étude analyse l’ensemble des réponses des professionnels du secteur de la finance (banques, assurances, fonds d’investissements), interrogés en Asie-Pacifique, en Europe et au Moyen-Orient entre le 13 juillet et le 17 septembre 2010.

A propos de Norton Rose LLP
Norton Rose LLP appartient au Groupe Norton Rose, l’un des grands cabinets d’avocats d’affaires internationaux. Nos différents bureaux offrent à nos clients une large gamme de services juridiques en Europe, au Moyen-Orient et en Asie-Pacifique.


Connaître le métier de nos clients et apprécier les enjeux de leur secteur d’activité est pour nous essentiel.


Organisés localement et globalement par pôles de compétences juridiques et par expertises sectorielles, nos avocats possèdent une véritable capacité d’intervention multinationale et offrent à nos clients une connaissance approfondie de leur secteur d’activité, partout dans le monde. Nous agissons plus particulièrement auprès des institutions financières, des acteurs des marchés de l’énergie, des infrastructures et des matières premières, des transports, et des technologies.


Plus de 1800 avocats interviennent au sein de nos 30 bureaux à Abu Dhabi, Amsterdam, Athènes, Bahreïn, Bangkok, Brisbane, Bruxelles, Canberra, Dubaï, Francfort, Hong Kong, Londres, Melbourne, Milan, Moscou, Munich, Paris, Pékin, Perth, Le Pirée, Prague, Rome, Shanghai, Sydney, Singapour, Tokyo et Varsovie et de nos bureaux affiliés à Djakarta, Hô Chi Minh-Ville et Riyad.


En France, 180 personnes dont 19 associés et une centaine d’avocats composent à ce jour le bureau parisien.


Le Groupe Norton Rose rassemble Norton Rose LLP, Norton Rose Australia et leurs affiliés.

Contacts presse :
- Carole Guettier,
- Norton Rose LLP,
- Responsable Marketing, Relations Clients
- Tel : + 33 (0)1 56 59 52 75
- Mail : carole.guettier@nortonrose.com

- Jérôme Broun,
- Agence Rumeur Publique
- Tel : +33 (0)1 55 74 52 34
- Mzil : jerome@rumeurpublique.fr

newsletter de Fiscalonline

Communiqué de presse de Norton Rose LLP du 4 novembre 2010

Publié le vendredi 5 novembre 2010

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

[Connexion] [s'inscrire] [mot de passe oublié ?]

Autres articles associés aux mots clés : 


 



Les articles les plus lus !
Qualification de l’activité de marchand de biens : La Cour affine son faisceau d’indices
Rôle des équipements dans l’exonération pour reprise d’entreprises industrielles en difficulté
Transmissions à titre gratuit de biens ruraux loués par bail à long terme : le seuil est relevé à 300 000 €
Elargissement de l’exonération de droits au titre des dons et legs à l’ensemble des Fondations et Associations reconnues d’utilité publique
Les députés instituent une réduction temporaire d’impôt au titre d’investissements dans la robotique et la transformation numérique
Dutreil-transmission : l’augmentation du taux d’exonération à 90 % impose une évaluation par le Conseil d’État
Plus-value immobilière et travaux réalisés après l’achèvement : exclusion des dépenses de matériaux
PLF2019 : nouveaux assouplissements apportés au Dutreil-transmission en Commission des Finances
[+ ...]







Tout pour la gestion de mes impôts et de ma fiscalité en un clic
A propos... Plan du site Nos partenaires Conditions générales Tous droits réservés ® 2000/2018