Fiscal On.Line

Index des mots clés Fiscal On.Line

  RSS

Accueil Newsletter Fil d'actu Application mobile Archives Publicité
En général
Doctrine administrative
Veille législative
Veille réglementaire
Jurisprudence
En particulier
E-Fiscalité
Fiscalité de l’innovation
Fiscalité culture & média
Fiscalité immobilière
Fiscalité et environnement
Fiscalité associative
Fiscalité financière
Fiscalité sociale
Fiscalité de l’expatriation
Fiscalité et assurance
Fiscalité communautaire
Fiscalité internationale
En pratique
LFSS pour 2013
Paquet compétitivité
PLFSS 2016
Agenda fiscal
Chiffres utiles
Fiches techniques
Téléservices
Textes officiels
Cellule de régularisation fiscale
Réponse d’experts
Loi de Finances pour 2011
Réforme de la fiscalité du patrimoine
Réforme de la TVA immobilière
Loi de Finances pour 2012
Loi de Finances rectificative pour 2011
Le dispositif Scellier
Loi de finances rectificative pour 2011-IV
Présidentielle 2012
Loi de finances rectificative pour 2012-I
Déclaration de revenus 2011
La réforme fiscale de François Hollande
Loi de Finances rectificative pour 2012-II
Loi de Finances pour 2013
Loi de Finances rectificative pour 2012-III
Loi de Finances rectificative pour 2013-I
Déclaration des revenus "2012"
ISF 2013
Fraude fiscale
Réforme du logement
Economie sociale et solidaire
Loi de Finances 2016
Loi de Finances 2014
Dossier Crowdfunding
Loi Duflot
LFSS pour 2014
ISF 2014
Les Assises de la fiscalité
Déclaration des revenus 2014
Loi Pinel : artisanat, commerce et TPE
Projet de loi de Finances rectificative pour 2014
PLFRSS 2014
Loi de finances 2015
Application mobile
Transition énergétique
LFSS 2015
Projet de loi pour l’activité
PLFR 2014-II
Déclaration d’impôts 2015
ISF 2015
Loi de finances rectificative pour 2015
Plan d’urgence pour l’emploi
Impôt sur le revenu 2016
Projet de loi Sapin II
Loi de Finances pour 2017
Prélèvement à la source
LFSS pour 2017
Loi de finances rectificative pour 2016
Impôt sur le revenu 2017
Election présidentielle 2017
Droit des sociétés
Loi de Finances pour 2018
Loi Travail
LFSS pour 2018
Projet de loi « ELAN »
Loi PACTE
Loi de Finances rectificative pour 2017
Loi de Finances rectificative pour 2017-II
Le « droit à l’erreur »
Impôt sur le revenu 2018
PL : Transmission d’entreprise
Loi de Finances pour 2019
Réforme de la fiscalité locale
Pour approfondir
Chroniques
Entretiens
Etudes & rapports
Corporate
Bien préparer sa retraite
Tribune
Comptes-rendus et Synthèses
La bibliothèque du fiscaliste
Dossiers fiscaux
 
 



Le marche de l’Art video

partager cet article

artprice

Le marche de l’Art video

Contrairement au marché de la photographie, les nouveaux media, dont la vidéo, ne bénéficient pas de vacations dédiées ni de départements spécialisés dans les sociétés de ventes aux enchères.

Considérées comme des pratiques artistiques émergentes, elles sont présentées à travers le monde via des festivals et des biennales, c’est-à-dire des événements curatés, mais elles n’ont pas encore trouvé leur modèle économique.

Sur le premier semestre de l’année 2011, le produit des ventes d’art contemporain a représenté 497 m€, dont 32 m€ pour la photographie (6,45%) et 4 m€ pour les autres nouveaux media (art vidéo, installations lumineuses et sonores). Ces deux marchés, qui n’ont pas le même âge, ne fonctionnent pas à la même vitesse.

- Un marché d’initié

Les installations video et les œuvres multimedia ne sont pas des œuvres classiques car elles demandent une mise en œuvre et une gestion bien particulières. Comme la technologie évolue, l’obsolescence fait partie intégrante de ces œuvres. Même s’il est toujours possible pour la video d’être transférée d’un support à un autre (sous le contrôle de l’artiste), les problématiques liées à la présentation, à la conservation, les questions de l’original et de la reproduction sont perçues comme autant de contraintes dont ne se libèrent que quelques initiés, enclins à collectionner la video avec assiduité.

Si les résistances de ce marché sont encore fortes, il existe bien quelques contre-exemples et alternatives.

Citons à ce titre les performances réalisées en salles de ventes par des artistes à forte notoriété tels que Bill VIOLA, Nam June PAIK, Felix GONZALEZ-TORRES ou Mike KELLEY.

Le grand précurseur de l’art video, Nam June Paik qui entreprend des expériences de distorsions de l’image avec des aimants dès 1959, a vu sa légitimité historique récemment récompensée par des records d’enchères.

Mai 2007 fut un mois fort pour l’art video puisque Paik signait un record, quatre jours avant celui de Wolf VOSTELL. Christie’s Hong Kong dispersait alors une installation télévisuelle de Nam June Paik, intitulée Wright Brothers, qui culminait à 4,2 mHK$, soit 540 000 $ ou 364 000 €. Paik, qui détient le record mondial de l’art video, fut presque détrôné le 11 mai 2011 par l’installation Preparing the flute de William KENTRIDGE, vendue 500 000 $ (348 400 €) chez Sotheby’s New York.

- Belle percée des artistes asiatiques

Bien que l’offre soit mince, les récents succès de quelques signatures imposent petit à petit le genre sur le second marché.

On note aussi qu’en video plus qu’en photo, les plus belles révélations aux enchères sont le fait d’artistes asiatiques. Si l’on se penche en effet sur les quinze artistes les plus performants aux enchères avec des œuvres video et lumineuses cette année (juillet 2010-juin 2011) le tiers des artistes sont asiatiques, grâce aux enchères du Japonais Tatsuo MIYAJIMA (T.L. Sakura, près de 232 000 € le 27 novembre 2010 chez Christie’s Hong Kong, record cette année), des Chinois Hui LI (Ark No.2, 162 460 € chez Christie’s Hong Kong le 25 mai 2008), Zhijie QIU (Writing the orchid pavilion preface one thousand times, 135 000 €, Christie’s Hong Kong le 29 mai 2011, record cette année) et Zhen CHEN (avec l’installation lumineuse Lumière innocente vendue 125 000 € chez Sotheby’s New York le 11 mai 2011), du Coréen Lee Nam LEE (installation video Crossover Georges Pierre Seurat par exemple, cédée près de 36 000 € chez Christie’s Hong Kong le 29 mai 2011).

La collection d’art video et d’œuvres interactives étant intrinsèquement liée aux évolutions technologiques, à leur assimilation dans notre vie quotidienne et aux transformations qu’elles opèrent dans nos mentalités, ce marché dépend d’une révolution des mœurs qui passe par une relation plus spirituelle et moins matérielle à l’œuvre d’art.

A l’aube de l’histoire d’Internet et des réseaux sociaux, les video et les œuvres interactives ont un avenir radieux... et la dématérialisation de l’œuvre d’art peut participer à révolutionner l’économie de l’art de demain.

artprice

Source © Artprice.com

www.artprice.com

Communiqué d’Artprice du 6 octobre 2011

Publié le vendredi 7 octobre 2011

newsletter de Fiscalonline


Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

[Connexion] [s'inscrire] [mot de passe oublié ?]

Autres articles associés aux mots clés :  Art contemporain | Oeuvre d’art





Outil pratique

Toute l'information sur le marché de l’art au meilleur prix

artprice

Artprice.com donne accès à des banques de données qui vous permettent de connaître le prix des oeuvres d'art dans le cadre de vos achats, ventes, déclarations d'assurance d'oeuvres d'art et investissements dans l'art.

Artprice.com est également une place de marché qui permet aux acteurs du marché de l'art de se mettre en relation, pour acheter et vendre des oeuvres d'art. En outre, Artprice.com propose des services complémentaires qui visent à rendre le marché de l'art toujours plus transparent et accessible à tous.



 



Les articles les plus lus !
PLF2019 : nouveaux assouplissements apportés au Dutreil-transmission en Commission des Finances
Plus-value immobilière et travaux réalisés après l’achèvement : exclusion des dépenses de matériaux
Art : les meilleurs coups de marteau de la saison en 10 chiffres millionnaires
PLF2019 : La réduction d’impôt Pinel sera désormais appliquée aux Français de l’étranger
Création un crédit d’impôt solidarité pour les contribuables hébergeant gratuitement un réfugié
PLF2019 : Le Gouvernement propose un régime d’exonération « résidence principale » pour les non-résidents
La réduction d’impôt au titre des dons aux associations est étendue au prêt à usage d’un immeuble
Revenus de source française : vers un rapprochement du régime de taxation des résidents et non-résidents
[+ ...]





Les dossiers d'actualité
Fiscalité de crise
Loi de finances 2010
[+ ...]






version imprimable de l'article Impression

Réagir à l'article

envoyer l'article par mail envoyer par mail

Une difficulté sur le site ?





Les Codes
C.G.I
L.P.F



Inscrivez-vous à notre NEWSLETTER [ ici ]








Tout pour la gestion de mes impôts et de ma fiscalité en un clic
A propos... Plan du site Nos partenaires Conditions générales Tous droits réservés ® 2000/2018