Fiscal On.Line

Index des mots clés Fiscal On.Line

  RSS

Accueil Newsletter Fil d'actu Application mobile Archives Publicité
En général
Doctrine administrative
Veille législative
Veille réglementaire
Jurisprudence
En particulier
E-Fiscalité
Fiscalité de l’innovation
Fiscalité culture & média
Fiscalité immobilière
Fiscalité et environnement
Fiscalité associative
Fiscalité financière
Fiscalité sociale
Fiscalité de l’expatriation
Fiscalité et assurance
Fiscalité communautaire
Fiscalité internationale
En pratique
LFSS pour 2013
Paquet compétitivité
PLFSS 2016
Agenda fiscal
Chiffres utiles
Fiches techniques
Téléservices
Textes officiels
Cellule de régularisation fiscale
Réponse d’experts
Loi de Finances pour 2011
Réforme de la fiscalité du patrimoine
Réforme de la TVA immobilière
Loi de Finances pour 2012
Loi de Finances rectificative pour 2011
Le dispositif Scellier
Loi de finances rectificative pour 2011-IV
Présidentielle 2012
Loi de finances rectificative pour 2012-I
Déclaration de revenus 2011
La réforme fiscale de François Hollande
Loi de Finances rectificative pour 2012-II
Loi de Finances pour 2013
Loi de Finances rectificative pour 2012-III
Loi de Finances rectificative pour 2013-I
Déclaration des revenus "2012"
ISF 2013
Fraude fiscale
Réforme du logement
Economie sociale et solidaire
Loi de Finances 2016
Loi de Finances 2014
Dossier Crowdfunding
Loi Duflot
LFSS pour 2014
ISF 2014
Les Assises de la fiscalité
Déclaration des revenus 2014
Loi Pinel : artisanat, commerce et TPE
Projet de loi de Finances rectificative pour 2014
PLFRSS 2014
Loi de finances 2015
Application mobile
Transition énergétique
LFSS 2015
Projet de loi pour l’activité
PLFR 2014-II
Déclaration d’impôts 2015
ISF 2015
Loi de finances rectificative pour 2015
Plan d’urgence pour l’emploi
Impôt sur le revenu 2016
Projet de loi Sapin II
Loi de Finances pour 2017
Prélèvement à la source
LFSS pour 2017
Loi de finances rectificative pour 2016
Impôt sur le revenu 2017
Election présidentielle 2017
Droit des sociétés
Loi de Finances pour 2018
Loi Travail
LFSS pour 2018
Projet de loi « Logement »
Loi PACTE
Loi de Finances rectificative pour 2017
Loi de Finances rectificative pour 2017-II
Le « droit à l’erreur »
Impôt sur le revenu 2018
Pour approfondir
Chroniques
Entretiens
Etudes & rapports
Corporate
Bien préparer sa retraite
Tribune
Comptes-rendus et Synthèses
La bibliothèque du fiscaliste
Dossiers fiscaux
 
 



La taxe malus sur les véhicules d’occasion sur la sellette

partager cet article
envoyer l'article par mail envoyer par mail

La Commission a demandé à la France de modifier, dans un délai de deux mois, un aspect particulier de sa législation relative à la taxe dite "malus", qu’elle considère discriminatoire à l’égard des véhicules d’occasion en provenance d’un autre Etat membre.


La législation française prévoit l’application d’une taxe dite "malus", due sur la première immatriculation en France des voitures particulières les plus polluantes.

La Commission ne conteste pas ce régime tel qu’il est appliqué aux véhicules neufs, ni sa finalité.

Toutefois, elle considère qu’un aspect de la législation française n’est pas conforme à l’article 90 du Traité CE tel qu’interprété de manière constante par la Cour de justice européenne en ce qui concerne la taxation des véhicules d’occasion en provenance des autres Etats membres.

Il s’agit de la méthode retenue par la France pour tenir compte de la dépréciation subie par les véhicules d’occasion introduits en France en provenance d’un autre Etat membre, et qui sont soumis à cette taxe (réduction de 10% par année écoulée depuis la première immatriculation).

La Commission considère que cette méthode est discriminatoire en raison :

  • de l’application d’une dépréciation linéaire de 10% par an, ce qui ne reflète pas la dépréciation réelle subie, en particulier les premières années ;
  • de l’utilisation d’un critère unique (sans prise en compte d’autres critères, tels que par exemple le kilométrage), ce qui ne permet pas notamment de tenir compte d’un usage supérieur à l’usage habituel ;
  • et de l’impossibilité de contester l’application de ce mode de calcul forfaitaire, en faisant référence à la dépréciation réelle subie par le véhicule, par le biais d’une expertise par exemple.

Les citoyens qui souhaitent obtenir remboursement des taxes perçues en violation du droit communautaire peuvent le cas échéant faire valoir leurs droits devant les instances nationales compétentes.

La procédure engagée par la Commission a pour objectif de faire modifier pour le futur les dispositions nationales qui seraient non-co nformes au droit communautaire.

newsletter de Fiscalonline

Communiqué de la Commission européenne du 20 novembre 2009

IP/09/1765


Publié le mercredi 25 novembre 2009

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

[Connexion] [s'inscrire] [mot de passe oublié ?]

Autres articles associés aux mots clés :  véhicule


 



Les articles les plus lus !
Impact du prélèvement à la source sur la déductibilité des travaux : précisions du Gouvernement
Abandons de créances aux entreprises en difficulté : du flou au bizarre
Pas d’exclusion de la dispense de TVA lorsque le bénéficiaire de la transmission cède aussitôt à un tiers l’universalité acquise
Revenus des enfants : quels sont ceux qui doivent être déclarés ?
Rétropédalage du Gouvernement concernant le régime de la TVA sur marge des aménageurs lotisseurs
Plus-value : l’associé d’une structure d’exercice libéral à l’épreuve de l’abattement fixe de 500 000 €
Plus-values immobilières : pas d’extension de l’abattement exceptionnel aux biens immobiliers cédés en zone B1
Statut fiscal des volontaires : imposables sur le revenu ou pas
[+ ...]







Tout pour la gestion de mes impôts et de ma fiscalité en un clic
A propos... Plan du site Nos partenaires Conditions générales Tous droits réservés ® 2000/2018