Fiscal On.Line

Index des mots clés Fiscal On.Line

  RSS

Accueil Newsletter Fil d'actu Application mobile Archives Publicité
En général
Doctrine administrative
Veille législative
Veille réglementaire
Jurisprudence
En particulier
E-Fiscalité
Fiscalité de l’innovation
Fiscalité culture & média
Fiscalité immobilière
Fiscalité et environnement
Fiscalité associative
Fiscalité financière
Fiscalité sociale
Fiscalité de l’expatriation
Fiscalité et assurance
Fiscalité communautaire
Fiscalité internationale
En pratique
LFSS pour 2013
Paquet compétitivité
PLFSS 2016
Agenda fiscal
Chiffres utiles
Fiches techniques
Téléservices
Textes officiels
Cellule de régularisation fiscale
Réponse d’experts
Loi de Finances pour 2011
Réforme de la fiscalité du patrimoine
Réforme de la TVA immobilière
Loi de Finances pour 2012
Loi de Finances rectificative pour 2011
Le dispositif Scellier
Loi de finances rectificative pour 2011-IV
Présidentielle 2012
Loi de finances rectificative pour 2012-I
Déclaration de revenus 2011
La réforme fiscale de François Hollande
Loi de Finances rectificative pour 2012-II
Loi de Finances pour 2013
Loi de Finances rectificative pour 2012-III
Loi de Finances rectificative pour 2013-I
Déclaration des revenus "2012"
ISF 2013
Fraude fiscale
Réforme du logement
Economie sociale et solidaire
Loi de Finances 2016
Loi de Finances 2014
Dossier Crowdfunding
Loi Duflot
LFSS pour 2014
ISF 2014
Les Assises de la fiscalité
Déclaration des revenus 2014
Loi Pinel : artisanat, commerce et TPE
Projet de loi de Finances rectificative pour 2014
PLFRSS 2014
Loi de finances 2015
Application mobile
Transition énergétique
LFSS 2015
Projet de loi pour l’activité
PLFR 2014-II
Déclaration d’impôts 2015
ISF 2015
Loi de finances rectificative pour 2015
Plan d’urgence pour l’emploi
Impôt sur le revenu 2016
Projet de loi Sapin II
Loi de Finances pour 2017
Prélèvement à la source
LFSS pour 2017
Loi de finances rectificative pour 2016
Impôt sur le revenu 2017
Election présidentielle 2017
Droit des sociétés
Loi de Finances pour 2018
Loi Travail
LFSS pour 2018
Projet de loi « ELAN »
Loi PACTE
Loi de Finances rectificative pour 2017
Loi de Finances rectificative pour 2017-II
Le « droit à l’erreur »
Impôt sur le revenu 2018
PL : Transmission d’entreprise
Loi de Finances pour 2019
Réforme de la fiscalité locale
Pour approfondir
Chroniques
Entretiens
Etudes & rapports
Corporate
Bien préparer sa retraite
Tribune
Comptes-rendus et Synthèses
La bibliothèque du fiscaliste
Dossiers fiscaux
 
 



La retenue à la source et le droit communautaire

partager cet article
envoyer l'article par mail envoyer par mail

Commentaires de l’arrêt de la CJCE du 4 octobre 2001 relatif aux conditions de mise en oeuvre de la retenue à la source

Les revenus distribués par une société française à des bénéficiaires dont le domicile fiscal ou le siège social est situé hors de France font l’objet de retenue à la source dont le taux est en principe de 25 % (CGI, article 119 bis 2).

Ce principe souffre deux séries d’exceptions :

- d’une part, la plupart des conventions internationales prévoient la réduction, voire, la suppression de la retenue à la source applicable aux dividendes versés aux résidents de l’autre Etat.

- d’autre part, une dispense de retenue à la source est prévue sur les dividendes versés à une société mère établie dans un autre Etat membre de la Communauté européenne et détentrice d’une participation d’au moins 25 % dans le capital de la société distributrice (CGI , article 119 ter).

Ce dernier texte n’est en fait que la transposition en droit national de la directive 90/435/ C.E.E. du Conseil du 23 juillet 1990 concernant le régime fiscal commun applicable aux sociétés mères et filiales d’Etats membres différents. Compte tenu de la quasi exhaustivité de la réglementation communautaire, on pouvait s’attendre à ce que la notion de retenue à la source soit définie avec une relative précision. Tel n’est pas le cas.

Seul l’article 7 paragraphe 1 de la directive semble fournir, "a contrario", les éléments d’une définition.

Un arrêt récent de la CJCE en date 4 octobre 2001( Aff. C-294/99 Athinaïki Zythopoiia et Elliniko Dimosio) pallie très largement ces lacunes conceptuelles.

Les faits de l’espèce sont les suivants : une société grecque avait des revenus qui, en principe, étaient exonérés de l’impôt grec sur le revenu mais qui y ont été cependant soumis au motif que cette société avait distribué des bénéfices à la société Amstel international qui possédait 92,17 % de son capital.

Le problème théorique était donc suivant : " y a-t-il " retenue à la source " au sens à l’article 5,paragraphe 1, de la directive 90/435/CEE du Conseil de 23 juillet 1990, lorsqu’une disposition de droit national prévoit, en cas de distribution de bénéfices par une filiale (SA ou société similaire) à sa société-mère, que, pour déterminer le revenu imposable de la filiale, on prend en considération les bénéfices nets totaux réalisés par celle-ci, y compris les revenus qui ont été soumis à une imposition spéciale entraînant l’extinction de la dette fiscale ainsi que les revenus non imposables, alors que ces deux catégories de revenus ne seraient pas imposables, sur la base de la législation nationale, s’ils étaient restés au sein de la filiale et n’avaient pas été distribués à la société mère ? "

La CJCE a considéré qu’en l’espèce il y avait " retenue à la source ".

Le raisonnement de la juridiction communautaire s’organise autour de trois propositions complémentaires :

Afin d’apprécier si l’imposition des bénéfices distribués relève de l’article 5 paragraphe 1 de la directive, il convient de se référer au libellé de cette disposition et de constater que les termes " retenue " qui y figurent ne sont pas limités à certains types d’impositions nationales précises ( CJCE 8 juin 2000, aff. C-375/98 Epson Europe ).

Il convient de relever que selon une jurisprudence constante, la qualification d’une imposition, d’une taxe, ou d’un prélèvement regard du droit communautaire incombe à la cour en fonction des caractéristiques objectives de l’imposition, indépendamment de la qualification qui lui est donnée en droit national.

L’imposition grecque en cause a pour fait générateur le versement des dividendes. L’imposition en cause porte en effet, sur des revenus qui ne sont taxés qu’en cas de distribution de dividendes et dans la limite des dividendes versés. Une preuve en est que, comme l’ont souligné la requérante au principal et la Commission, la filiale ne peut compenser l’élargissement de sa base imposable générée , conformément à l’article 106, paragraphe 2 et 3, du code de l’impôt sur les revenus par la distribution de bénéfices avec un revenu négatif qu’elle aurait réalisé au cours d’exercice antérieur, contrairement au principe fiscal du report des pertes qui est pourtant consacré par le droit hellénique.

Ceci étant, cet arrêt doit être éclairé par les conclusions de l’avocat général M. SIEGBERT ALBER . " Selon l’interprétation large, exigée par la Cour , la notion de retenue à la source comprend toute réglementation fiscale qui entraîne une imposition des distribution des bénéfices effectuées par une société filiale se trouvant sur le territoire national à destination de la société mère se trouvant à l’étranger. La désignation concrète ou l’organisation de l’impôt importent peu. En revanche, ne saurait faire partie de la retenue à la source l’imposition de l’activité de la société filiale établie sur le territoire national. Celle-ci est en principe pas concernée par la directive. D’ailleurs, les Etats membres ne sont pas autorisés a institué, à cet égard, des dispositions équivalant, en pratique, à une retenue à la source. On constate donc que, dans le champ d’application de la directive, sont interdites toutes les dispositions fiscales qui lient à la distribution de bénéfices des charges fiscales particulières qui n’existeraient pas en l’absence de cette distribution de bénéfices. Ainsi, la distribution de bénéfices est en fait, assimilée à la thésaurisation de ceux-ci ".

Le critère mis en avant est donc simple, il débouche sur une symétrie :

si la distribution n’entraîne pas de charges particulières qui n’existeraient pas en l’absence de distribution particulières , il y a retenue à la source.

En revanche , si ces charges existent quand il y a ou non répartition de revenus, il n’y a pas de retenue à la source.

newsletter de Fiscalonline

Chronique fiscale du 30 octobre 2001

Aff. C-294/99


Publié le dimanche 4 novembre 2001

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

[Connexion] [s'inscrire] [mot de passe oublié ?]

Autres articles associés aux mots clés :  Convention internationale | Dividendes


 



Les articles les plus lus !
Imposition à l’IFI des personnes victimes d’un accident et handicapées
Les députés dispensent les opérateurs de plateforme de déclarer au Fisc les sommes perçues par certains utilisateurs
Le Gouvernement propose de pérenniser le principe d’indemnisation des « indics » fiscaux
Extension de la convention judiciaire d’intérêt public (CJIP) aux délits de fraude fiscal
Pas d’exonération de taxe d’habitation au bénéfice des français établis hors de France
Assurance vie : Fin de non recevoir pour la transférabilité des contrats
Vers un allègement des obligations déclaratives des plateformes collaboratives
Emmanuel Macron exclut toute refonte de la fiscalité sur les succession
[+ ...]







Tout pour la gestion de mes impôts et de ma fiscalité en un clic
A propos... Plan du site Nos partenaires Conditions générales Tous droits réservés ® 2000/2018