Fiscal On.Line

Index des mots clés Fiscal On.Line

  RSS

Accueil Newsletter Fil d'actu Application mobile Archives Publicité
En général
Doctrine administrative
Veille législative
Veille réglementaire
Jurisprudence
En particulier
E-Fiscalité
Fiscalité de l’innovation
Fiscalité culture & média
Fiscalité immobilière
Fiscalité et environnement
Fiscalité associative
Fiscalité financière
Fiscalité sociale
Fiscalité de l’expatriation
Fiscalité et assurance
Fiscalité communautaire
Fiscalité internationale
En pratique
LFSS pour 2013
Paquet compétitivité
PLFSS 2016
Agenda fiscal
Chiffres utiles
Fiches techniques
Téléservices
Textes officiels
Cellule de régularisation fiscale
Réponse d’experts
Loi de Finances pour 2011
Réforme de la fiscalité du patrimoine
Réforme de la TVA immobilière
Loi de Finances pour 2012
Loi de Finances rectificative pour 2011
Le dispositif Scellier
Loi de finances rectificative pour 2011-IV
Présidentielle 2012
Loi de finances rectificative pour 2012-I
Déclaration de revenus 2011
La réforme fiscale de François Hollande
Loi de Finances rectificative pour 2012-II
Loi de Finances pour 2013
Loi de Finances rectificative pour 2012-III
Loi de Finances rectificative pour 2013-I
Déclaration des revenus "2012"
ISF 2013
Fraude fiscale
Réforme du logement
Economie sociale et solidaire
Loi de Finances 2016
Loi de Finances 2014
Dossier Crowdfunding
Loi Duflot
LFSS pour 2014
ISF 2014
Les Assises de la fiscalité
Déclaration des revenus 2014
Loi Pinel : artisanat, commerce et TPE
Projet de loi de Finances rectificative pour 2014
PLFRSS 2014
Loi de finances 2015
Application mobile
Transition énergétique
LFSS 2015
Projet de loi pour l’activité
PLFR 2014-II
Déclaration d’impôts 2015
ISF 2015
Loi de finances rectificative pour 2015
Plan d’urgence pour l’emploi
Impôt sur le revenu 2016
Projet de loi Sapin II
Loi de Finances pour 2017
Prélèvement à la source
LFSS pour 2017
Loi de finances rectificative pour 2016
Impôt sur le revenu 2017
Election présidentielle 2017
Droit des sociétés
Loi de Finances pour 2018
Loi Travail
LFSS pour 2018
Projet de loi « Logement »
Loi PACTE
Loi de Finances rectificative pour 2017
Loi de Finances rectificative pour 2017-II
Le « droit à l’erreur »
Impôt sur le revenu 2018
Pour approfondir
Chroniques
Entretiens
Etudes & rapports
Corporate
Bien préparer sa retraite
Tribune
Comptes-rendus et Synthèses
La bibliothèque du fiscaliste
Dossiers fiscaux
 
 



La pression fiscale continue de croître dans la zone de l’OCDE

partager cet article
envoyer l'article par mail envoyer par mail

La pression fiscale continue de croître dans la zone de l’OCDE




Selon les dernières Statistiques des recettes publiques que l’OCDE publie chaque année, les recettes fiscales poursuivent leur rebond depuis le creux enregistré dans presque tous les pays en 2008 et 2009, au plus fort de la crise économique mondiale. Le ratio moyen recettes fiscales-PIB dans les pays de l’OCDE s’est établi à 34.6 %[1] en 2012, contre 34.1 % en 2011 et 33.8 % en 2010.

Le rapport des recettes fiscales au PIB a augmenté dans 21 des 30 pays pour lesquels des données sont disponibles pour 2012, et il a diminué dans 9 pays seulement. Le nombre de pays où le ratio est en hausse et de ceux où il est en baisse est resté inchangé par rapport à 2011, ce qui indique une tendance continue à l’accroissement des recettes.

En 2012, c’est en Grèce, en Hongrie, en Italie et en Nouvelle-Zélande que la progression a été la plus marquée, tandis qu’Israël, le Portugal et le Royaume-Uni ont accusé les plus fortes baisses.

L’élévation de la pression fiscale entre 2011 et 2012 est imputable à la conjugaison de divers facteurs. Dans les régimes progressifs, les recettes augmentent plus vite que les revenus durant les périodes de croissance des revenus réels. À cela se sont ajoutées des réformes fiscales discrétionnaires, de nombreux pays alourdissant la fiscalité et/ou élargissant la base d’imposition. Le rôle joué par les réformes discrétionnaires a été plus important dans une poignée de pays européens où le niveau du PIB a en fait baissé en 2012.

Les nouvelles données indiquent une progression des recettes au niveau des administrations centrales, des États et des administrations régionales, après la contraction enregistrée en 2008 et 2009, alors que la pression fiscale moyenne au niveau des collectivités locales est restée constante depuis 2007.

Autres principales conclusions :

  • La charge fiscale moyenne dans les pays de l’OCDE a augmenté de 0.5 point, passant à 34.6 % en 2012. Cette évolution a fait suite à des hausses de 0.2 et 0.3 point de pourcentage en 2010 et 2011, inversant la baisse observée sur la période 2007-2009, où la charge fiscale était revenue de 35 % à 33.6 %. Ce taux est encore inférieur au tout dernier pic de 2007, lorsque le rapport des recettes fiscales au PIB s’établissait en moyenne à 35 %.
  • Entre 2011 et 2012, les hausses les plus marquées de la pression fiscale ont été observées en Hongrie (1.8 point) et en Grèce (1.6 point). Au nombre des autres pays où le ratio impôts-PIB a augmenté sensiblement entre 2011 et 2012 figurent l’Italie, la Nouvelle-Zélande (1.4 point), ainsi que la Belgique, la France et l’Islande (1.2 point).
  • La plus forte baisse a été enregistrée en Israël, où le taux est tombé de 32.6 % à 31.6 %. Au Portugal et au Royaume-Uni, la diminution a été de 0.5 point.
  • La progression aux États-Unis, où le taux est passé de 24.0 % du PIB en 2011 à 24.3 % en 2012, a été plus faible que dans l’ensemble de la zone de l’OCDE.
  • Comparé aux ratios impôts-PIB de 2007 (avant la récession), le ratio en 2012 était encore inférieur de plus de 3 points dans quatre pays – Espagne, Islande, Israël et Suède. C’est en Israël que le recul a été le plus prononcé – ramenant le ratio de 36.4 % en 2007 à 31.6 % du PIB en 2012.
  • La pression fiscale en Turquie s’est accentuée, à 27.7 % en 2012 contre 24.1 % en 2007. Quatre autres pays (Belgique, France, Luxembourg et Mexique) ont notifié des hausses de plus de 1.5 point pour la même période.
  • Le Danemark a le ratio impôts-PIB le plus élevé parmi les pays de l’OCDE (48 % en 2012), suivi de la Belgique et de la France (43.5 %).
  • Les ratios impôts-PIB les plus bas dans la zone OCDE sont ceux du Mexique (19.6 % en 2012) et du Chili (20.8 %). Viennent ensuite les États-Unis, avec le troisième ratio le plus faible (24.3 %) dans la zone OCDE, et la Corée (26.8 %).
  • Les recettes de l’impôt sur le revenu des personnes physiques et de l’impôt sur les sociétés se redressent actuellement, après la forte contraction observée durant la période de crise 2008-09. Les données pour 2011 – la dernière année pour laquelle une ventilation des recettes par catégorie d’impôt est disponible pour tous les pays de l’OCDE – montrent que la part de ces impôts dans les recettes totales, à 33.5 %, reste inférieure à celle de 2007, qui s’élevait à 35.9 %. La part des cotisations de sécurité sociale s’est accrue de 1.6 point pour atteindre en moyenne 26.2 % des recettes totales.

Utilisez le simulateur de l’OCDE

Des informations supplémentaires, notamment les principaux résultats, sont disponibles à l’adresse http://www.oecd.org/tax/revenue-statistics.htm.

Source : OCDE

newsletter de Fiscalonline

Communiqué de l’OCDE du 18 décembre 2013

Publié le vendredi 20 décembre 2013

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

[Connexion] [s'inscrire] [mot de passe oublié ?]

Autres articles associés aux mots clés : 


 



Les articles les plus lus !
Impact du prélèvement à la source sur la déductibilité des travaux : précisions du Gouvernement
Abandons de créances aux entreprises en difficulté : du flou au bizarre
Pas d’exclusion de la dispense de TVA lorsque le bénéficiaire de la transmission cède aussitôt à un tiers l’universalité acquise
Revenus des enfants : quels sont ceux qui doivent être déclarés ?
Rétropédalage du Gouvernement concernant le régime de la TVA sur marge des aménageurs lotisseurs
Plus-value : l’associé d’une structure d’exercice libéral à l’épreuve de l’abattement fixe de 500 000 €
Plus-values immobilières : pas d’extension de l’abattement exceptionnel aux biens immobiliers cédés en zone B1
La chirurgie réfractive réalisée par un ophtalmologiste est couverte par l’exonération de TVA
[+ ...]







Tout pour la gestion de mes impôts et de ma fiscalité en un clic
A propos... Plan du site Nos partenaires Conditions générales Tous droits réservés ® 2000/2018