Fiscal On.Line

Index des mots clés Fiscal On.Line

  RSS

Accueil Newsletter Fil d'actu Application mobile Boutique Publicité
En général
Doctrine administrative
Veille législative
Veille réglementaire
Jurisprudence
En particulier
E-Fiscalité
Fiscalité de l’innovation
Fiscalité culture & média
Fiscalité immobilière
Fiscalité et environnement
Fiscalité associative
Fiscalité financière
Fiscalité sociale
Fiscalité de l’expatriation
Fiscalité et assurance
Fiscalité communautaire
Fiscalité internationale
En pratique
LFSS pour 2013
Paquet compétitivité
PLFSS 2016
Agenda fiscal
Chiffres utiles
Fiches techniques
Téléservices
Textes officiels
Cellule de régularisation fiscale
Réponse d’experts
Loi de Finances pour 2011
Réforme de la fiscalité du patrimoine
Réforme de la TVA immobilière
Loi de Finances pour 2012
Loi de Finances rectificative pour 2011
Le dispositif Scellier
Loi de finances rectificative pour 2011-IV
Présidentielle 2012
Loi de finances rectificative pour 2012-I
Déclaration de revenus 2011
La réforme fiscale de François Hollande
Loi de Finances rectificative pour 2012-II
Loi de Finances pour 2013
Loi de Finances rectificative pour 2012-III
Loi de Finances rectificative pour 2013-I
Déclaration des revenus "2012"
ISF 2013
Fraude fiscale
Réforme du logement
Economie sociale et solidaire
Loi de Finances 2016
Loi de Finances 2014
Dossier Crowdfunding
Loi Duflot
LFSS pour 2014
ISF 2014
Les Assises de la fiscalité
Déclaration des revenus 2014
Loi Pinel : artisanat, commerce et TPE
Projet de loi de Finances rectificative pour 2014
PLFRSS 2014
Loi de finances 2015
Application mobile
Transition énergétique
LFSS 2015
Projet de loi pour l’activité
PLFR 2014-II
Déclaration d’impôts 2015
ISF 2015
Loi de finances rectificative pour 2015
Plan d’urgence pour l’emploi
Impôt sur le revenu 2016
Projet de loi Sapin II
Loi de Finances pour 2017
Prélèvement à la source
LFSS pour 2017
Loi de finances rectificative pour 2016
Impôt sur le revenu 2017
Election présidentielle 2017
Droit des sociétés
Pour approfondir
Chroniques
Entretiens
Etudes & rapports
Corporate
Bien préparer sa retraite
Tribune
Comptes-rendus et Synthèses
La bibliothèque du fiscaliste
Dossiers fiscaux
 
 



La philanthropie en héritage : la nouvelle génération entre en scène

partager cet article
envoyer l'article par mail envoyer par mail

La philanthropie en héritage : la nouvelle génération entre en scène

Le rapport sur la Philanthropie Individuelle 2017 de BNP Paribas mené par The Economist Intelligence Unit, décrypte les motivations de la génération Y. Il se concentre sur leurs implications dans les fondations familiales et leur approche différente de la philanthropie, utilisant davantage les nouveaux outils digitaux et des stratégies innovantes.

Le rapport s’appuie sur de la recherche documentaire, des entretiens approfondis de Millennials et d’experts internationaux en philanthropie.

Les cinq nouvelles motivations de la nouvelle génération de philanthropes :

  • L’esprit entrepreneur social : les Millennials considèrent l’entrepreneuriat social et les organisations à but lucratif (contrairement au secteur à but non lucratif) comme étant une solution plus durable pour la réalisation de leurs ambitions philanthropiques. Les secteurs émergeants qu’ils ciblent en matière d’entrepreneuriat social sont : les fintechs, les technologies de l’éducation, les énergies renouvelables, l’agroalimentaire et l’agriculture.
  • L’approche globale : Alors que les baby-boomers se concentrent sur une seule région, la génération Y a une approche plus internationale du point de vue des causes et des régions qu’elle vise : la jeune génération souhaite étendre ses succès dans de nombreux endroits.
  • L’accent sur le moment présent : la génération Y ne souhaite pas attendre pour entrer en philanthropie, car elle a conscience de pouvoir changer le monde dès aujourd’hui.
  • Une utilisation différente des réseaux sociaux : les Millennials utilisent les réseaux sociaux de façon différente des baby-boomers, pour promouvoir leurs causes mais également pour trouver des bénéficiaires ou recruter des talents et s’informer des tendances.
  • La culture collaborative : La nouvelle génération considère qu’elle peut être plus efficace si elle est connectée avec ses pairs par l’intermédiaire de réseaux internationaux ou locaux pour rechercher des opportunités de co-investissements, de cofinancement, de nouvelles idées et les meilleures pratiques en matière de philanthropie.

« Depuis quelques années, nous observons que nos clients cherchent de plus en plus à avoir un impact positif sur la société », explique Sofia Merlo, Co-CEO de BNP Paribas Wealth Management. « Les Millennials, en particulier, repoussent les frontières de la philanthropie traditionnelle grâce à leur esprit plus collaboratif et leurs convictions pour l’entrepreneuriat social, l’impact investing et le co-financement. »

« Comprendre et anticiper les motivations, les valeurs et les ambitions de la jeune génération, est pour nous un enjeu essentiel pour transformer l’expérience que nous leur offrons en tant que futurs clients », précise Vincent Lecomte, Co-CEO de BNP Paribas Wealth Management. « Cette nouvelle expérience client que nous concevons en collaboration avec nos clients et des fintechs propose des services innovants, des opportunités de networking et un accès à notre programme de formation NextGen ».

Comment les philanthropes de la génération Y considèrent leur héritage familial ?

Les Millennials considèrent qu’ils ne doivent pas nécessairement se sentir liés à leur héritage familial. Ils parviennent à trouver un équilibre entre leur héritage et l’innovation. Si certains préfèrent gérer leur projets philanthropiques seuls en mettant en place des structures indépendantes et en constituant leurs propres indicateurs de performance, d’autres, en revanche, demeurent alignés aux objectifs de leur famille et parents, tout en y injectant quelques pratiques modernes.

« Ce qui rend la famille si différente de tout le reste est le soutien qu’elle apporte. Nous étudions le projet philanthropique ensemble et décidons si nous souhaitons ou non nous y engager », explique Koon Ho Yan, 32 ans, Fondateur de l’EasyKnit Foundation, Hong Kong.

Dans la recherche d’impact, la génération Y a une approche spécifique pour ses investissements. Elle n’hésite pas à être en rupture avec les générations précédentes, en recourant à l’impact investing, à l’évaluation de l’impact ou à des solutions hybrides. Les Millennials mêlent ainsi davantage leurs projets d’investissement et leurs activités philanthropiques, contrairement à leurs aînés.

« Lorsque j’ai rejoint la fondation, 40 % du portefeuille était placé dans des impact investments. Je me suis alors posée la question pourquoi l’ensemble de nos investissements n’était pas dans l’impact investing », explique Stéphanie Cordes, 27 ans, Vice-présidente, Cordes Foundation, USA.

En tant que génération très orientée vers les résultats, les jeunes philanthropes ont recours aux outils digitaux pour identifier et surveiller leurs indicateurs de performance clés. Le rapport présente certains de ces nouveaux outils technologiques, notamment le Système de cartographie des données du European Foundation Center qui fournit les principales données indiquant comment diriger une fondation dans 80 pays différents, ou les Outils de mesure IRIS, conçus pour mesurer la performance sociale, environnementale et financière d’un investissement.

« Nous avons modifié notre structure organisationnelle de manière à assurer une gestion plus professionnelle de la fondation et nous mesurons la performance. Nous attachons une grande importance à fournir aux principales parties prenantes et au grand public des informations claires et transparentes sur nos objectifs stratégiques », explique Lavinia Jacobs, 36 ans, Présidente, Conseil d’administration, Jacobs Foundation, Suisse.

Le rapport sur la Philanthropie Individuelle 2017 de BNP Paribas traduit une volonté de mieux comprendre, servir et célébrer les philanthropes du monde entier. BNP Paribas Wealth Management a offert ses conseils à plus de 800 clients dans le cadre de leurs activités philanthropiques depuis 2008, grâce à ses équipes récompensées à plusieurs reprises et basées en Europe, en Asie et aux États-Unis.

LISEZ L’INTÉGRALITÉ DU RAPPORT EN CLIQUANT ICI (En Anglais)

A propos de BNP Paribas Wealth Management


BNP Paribas Wealth Management est une banque privée de premier plan à l’échelle mondiale et 1ère banque privée de la zone Euro. Présente dans 3 régions (Europe, Asie et États-Unis), elle emploie plus de 6 600 professionnels qui proposent à une clientèle d’investisseurs privés de multiples solutions pour optimiser et gérer leur patrimoine. A fin décembre 2016, la banque gérait 344 milliards d’euros d’actifs.

newsletter de Fiscalonline

Communiqué du 21 avril 2017

Publié le lundi 24 avril 2017

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

[Connexion] [s'inscrire] [mot de passe oublié ?]

Autres articles associés aux mots clés :  Anoter


 



Les articles les plus lus !
Placements financiers des non-résidents exonérés d’ISF et titres de participation : critère de distinction
La quatrième directive anti-blanchiment est entrée en vigueur
Les intermédiaires fiscaux qui créent et vendent des dispositifs d’évasion fiscale dans le viseur de Bruxelles
Plus-value immobilière : l’exonération résidence principale à l’épreuve de la notion d’unité d’habitation
Bercy commente le renforcement du régime fiscal des impatriés
Logiciel obligatoire au 1er janvier 2018 : Le vrai et le faux !
Holdings animatrices : une avancée jurisprudentielle importante
Que faut-il penser du droit à l’erreur en matière fiscale ?
[+ ...]







Tout pour la gestion de mes impôts et de ma fiscalité en un clic
A propos... Plan du site Nos partenaires Conditions générales Tous droits réservés ® 2000/2016