Fiscal On.Line

Index des mots clés Fiscal On.Line

  RSS

Accueil Newsletter Fil d'actu Application mobile Archives Publicité
En général
Doctrine administrative
Veille législative
Veille réglementaire
Jurisprudence
En particulier
E-Fiscalité
Fiscalité de l’innovation
Fiscalité culture & média
Fiscalité immobilière
Fiscalité et environnement
Fiscalité associative
Fiscalité financière
Fiscalité sociale
Fiscalité de l’expatriation
Fiscalité et assurance
Fiscalité communautaire
Fiscalité internationale
En pratique
LFSS pour 2013
Paquet compétitivité
PLFSS 2016
Agenda fiscal
Chiffres utiles
Fiches techniques
Téléservices
Textes officiels
Cellule de régularisation fiscale
Réponse d’experts
Loi de Finances pour 2011
Réforme de la fiscalité du patrimoine
Réforme de la TVA immobilière
Loi de Finances pour 2012
Loi de Finances rectificative pour 2011
Le dispositif Scellier
Loi de finances rectificative pour 2011-IV
Présidentielle 2012
Loi de finances rectificative pour 2012-I
Déclaration de revenus 2011
La réforme fiscale de François Hollande
Loi de Finances rectificative pour 2012-II
Loi de Finances pour 2013
Loi de Finances rectificative pour 2012-III
Loi de Finances rectificative pour 2013-I
Déclaration des revenus "2012"
ISF 2013
Fraude fiscale
Réforme du logement
Economie sociale et solidaire
Loi de Finances 2016
Loi de Finances 2014
Dossier Crowdfunding
Loi Duflot
LFSS pour 2014
ISF 2014
Les Assises de la fiscalité
Déclaration des revenus 2014
Loi Pinel : artisanat, commerce et TPE
Projet de loi de Finances rectificative pour 2014
PLFRSS 2014
Loi de finances 2015
Application mobile
Transition énergétique
LFSS 2015
Projet de loi pour l’activité
PLFR 2014-II
Déclaration d’impôts 2015
ISF 2015
Loi de finances rectificative pour 2015
Plan d’urgence pour l’emploi
Impôt sur le revenu 2016
Projet de loi Sapin II
Loi de Finances pour 2017
Prélèvement à la source
LFSS pour 2017
Loi de finances rectificative pour 2016
Impôt sur le revenu 2017
Election présidentielle 2017
Droit des sociétés
Loi de Finances pour 2018
Loi Travail
LFSS pour 2018
Projet de loi « ELAN »
Loi PACTE
Loi de Finances rectificative pour 2017
Loi de Finances rectificative pour 2017-II
Le « droit à l’erreur »
Impôt sur le revenu 2018
PL : Transmission d’entreprise
Loi de Finances pour 2019
Réforme de la fiscalité locale
LFSS pour 2019
PLFR 2018
Pour approfondir
Chroniques
Entretiens
Etudes & rapports
Corporate
Bien préparer sa retraite
Tribune
Comptes-rendus et Synthèses
La bibliothèque du fiscaliste
Dossiers fiscaux
 
 



La nouvelle fiscalité des plus-values de cession d’entreprise à l’épreuve de la réduction « Madelin »

partager cet article
envoyer l'article par mail envoyer par mail

La nouvelle fiscalité des plus-values de cession d’entreprise à l’épreuve de la réduction « Madelin »




A l’initiative du gouvernement les députés ont fait évoluer les modalités de prise en compte de la réduction d’impôt « Madelin » pour le nouveau régime d’imposition des plus-values mobilières en conciliant l’incitation à l’investissement dans les PME les plus risquées avec l’imposition des plus-values tirées de ces investissements.

Comme l’a annoncé le chef de l’Etat lors de son discours de clôture des assises de l’entrepreneuriat, une profonde réforme du régime de taxation des plus-values de cession d’entreprise doit voir le jour en 2014.

Intégré à l’article 11 du projet de loi de finances pour 2014, le nouveau régime des plus-values mobilières prévoit la suppression de l’abattement général pour durée de détention institué en 2013. En remplacement il est proposé deux mécanismes reposant sur un abattement calculé en fonction de la durée de détention des actions de l’entreprise : le régime de droit commun et le régime di « incitatif » dont l’abattement peut atteindre respectivement 65% et 85%.

Lors de l’examen en première lecture du projet de loi à l’Assemblée Nationale, les députés ont adopté, à l’initiative du rapporteur général de la Commission des Finances (Christian Eckert) et avec l’avis favorable du Gouvernement, un amendement interdisant le cumul du bénéfice du régime « incitatif » (à abattement renforcé sur les plus-values de cession) et de la réduction d’impôt sur le revenu « Madelin » (1).

Cet amendement visait, selon le rapporteur, à éviter le cumul de deux avantages, l’un à l’entrée, à savoir la réduction d’impôt Madelin, et l’abattement pour durée de détention majoré (Régime dit incitatif) à la sortie. « Il serait tout de même curieux de bénéficier d’un avantage à l’entrée en investissant dans du Madelin, puis d’un taux de 4,85 %, me semble-t-il, au bout de huit ans dans le régime le plus favorable. On pourrait aboutir à un taux d’abattement supérieur à 100 % ! » avait, à l’époque, souligné M. Eckert.

Dans les faits, cette mesure conduisait les personnes ayant bénéficié de cette réduction d’impôt de 18 % du montant investi au capital d’une PME à être automatiquement imposé au titre de l’éventuelle plus-value de sortie au régime « normal » d’abattement.

Olivier Mathiot (Co-fondateur de PriceMinister-Rakuten et investisseur) et Jean-david Chamboredon (Président d’ISAI et porte-parole des « pigeons ») avaient, à l’époque, fustigé la contradiction de cet amendement qui pénalisait l’accès au nouveau régime des plus-values censé favoriser l’investissement dans les jeunes entreprises !

Pointant du doigt les effets pervers de la solution adoptée par l’Assemblée Nationale, le rapporteur de la Commission des Finances du sénat François Marc avait, quant à lui, simulations à l’appui (Rapport n°156), souligné que « seul un gain extrêmement élevé aurait permis de compenser l’absence de réduction Madelin pour le régime incitatif ».

Conscient que l’amendement Eckert risquait de fragiliser le dispositif voulu par le Président de la République, le gouvernement est revenu sur le principe de non cumul de la réduction Madelin et du nouveau régime des plus-values de cession d’entreprise. En effet, à la faveur de la nouvelle lecture du projet de loi à l’Assemblée Nationale, il a présenté, à la plus grande surprise de son rapporteur général, un amendement proposant de calculer la plus-value en tenant compte, le cas échéant, de la réduction d’impôt Madelin que le cédant a obtenue au moment de son investissement dans la société dont il cède des parts, droits ou titres.

En dépit de la surprise qu’il a suscitée l’amendement du gouvernement présenté à la dernière minute est la copie conforme de l’amendement présenté par M. François Marc et adopté par le Sénat avant le rejet du projet de loi par les sénateurs.

En pratique et comme l’a souligné Gilles Carrez lors des débats « si huit ans après avoir investi dans une entreprise en bénéficiant d’une réduction d’impôt au titre du dispositif Madelin, vous vendez vos parts avec une plus-value, on y ajoutera le montant de la réduction Madelin ».

Christian Eckert « plutôt enclin à ne pas accepter cet amendement », s’est finalement rangé du côté gouvernement à l’issue d’une nouvelle suspension de séance.


Dossier Loi de Finances 2014

newsletter de Fiscalonline

Article de la rédaction du 16 décembre 2013

Publié le mardi 17 décembre 2013

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

[Connexion] [s'inscrire] [mot de passe oublié ?]

Autres articles associés aux mots clés : 


 



Les articles les plus lus !
Réduction d’impôt « Pinel » : la Commission des Finances rétablit l’interdiction de mise en location à un ascendant ou à un descendant
Déductibilité des charges afférentes à un logement resté vacant : il faut justifier de la volonté réelle de le louer
PLF 2019 (partie II) : Florilège d’amendements adoptés en Commission des Finances
La Commission des Finances est favorable à l’imposition des gains de cession de « bitcoin » au PFU à 30%
Modalités de calcul d’une plus-value d’un bien acquis en nue-propriété moyennant rente viagère
La Commission des Finances institue un abus de droit fiscal « à deux étages »
Comité de l’abus de droit fiscal : quel que soit le sens de l’avis la charge de la preuve pèsera uniquement sur l’administration
Plus-value immobilière : ces indices qui font tomber l’exonération « résidence principale »
[+ ...]







Tout pour la gestion de mes impôts et de ma fiscalité en un clic
A propos... Plan du site Nos partenaires Conditions générales Tous droits réservés ® 2000/2018