Fiscal On.Line

Index des mots clés Fiscal On.Line

  RSS

Accueil Newsletter Fil d'actu Application mobile Archives Publicité
En général
Doctrine administrative
Veille législative
Veille réglementaire
Jurisprudence
En particulier
E-Fiscalité
Fiscalité de l’innovation
Fiscalité culture & média
Fiscalité immobilière
Fiscalité et environnement
Fiscalité associative
Fiscalité financière
Fiscalité sociale
Fiscalité de l’expatriation
Fiscalité et assurance
Fiscalité communautaire
Fiscalité internationale
En pratique
LFSS pour 2013
Paquet compétitivité
PLFSS 2016
Agenda fiscal
Chiffres utiles
Fiches techniques
Téléservices
Textes officiels
Cellule de régularisation fiscale
Réponse d’experts
Loi de Finances pour 2011
Réforme de la fiscalité du patrimoine
Réforme de la TVA immobilière
Loi de Finances pour 2012
Loi de Finances rectificative pour 2011
Le dispositif Scellier
Loi de finances rectificative pour 2011-IV
Présidentielle 2012
Loi de finances rectificative pour 2012-I
Déclaration de revenus 2011
La réforme fiscale de François Hollande
Loi de Finances rectificative pour 2012-II
Loi de Finances pour 2013
Loi de Finances rectificative pour 2012-III
Loi de Finances rectificative pour 2013-I
Déclaration des revenus "2012"
ISF 2013
Fraude fiscale
Réforme du logement
Economie sociale et solidaire
Loi de Finances 2016
Loi de Finances 2014
Dossier Crowdfunding
Loi Duflot
LFSS pour 2014
ISF 2014
Les Assises de la fiscalité
Déclaration des revenus 2014
Loi Pinel : artisanat, commerce et TPE
Projet de loi de Finances rectificative pour 2014
PLFRSS 2014
Loi de finances 2015
Application mobile
Transition énergétique
LFSS 2015
Projet de loi pour l’activité
PLFR 2014-II
Déclaration d’impôts 2015
ISF 2015
Loi de finances rectificative pour 2015
Plan d’urgence pour l’emploi
Impôt sur le revenu 2016
Projet de loi Sapin II
Loi de Finances pour 2017
Prélèvement à la source
LFSS pour 2017
Loi de finances rectificative pour 2016
Impôt sur le revenu 2017
Election présidentielle 2017
Droit des sociétés
Loi de Finances pour 2018
Loi Travail
LFSS pour 2018
Projet de loi « ELAN »
Loi PACTE
Loi de Finances rectificative pour 2017
Loi de Finances rectificative pour 2017-II
Le « droit à l’erreur »
Impôt sur le revenu 2018
PL : Transmission d’entreprise
Loi de Finances pour 2019
Réforme de la fiscalité locale
LFSS pour 2019
PLFR 2018
Pour approfondir
Chroniques
Entretiens
Etudes & rapports
Corporate
Bien préparer sa retraite
Tribune
Comptes-rendus et Synthèses
La bibliothèque du fiscaliste
Dossiers fiscaux
 
 



La gestion du risque pour les actifs financiers du chef d’entreprise

partager cet article
envoyer l'article par mail envoyer par mail

La gestion du risque pour les actifs financiers du chef d’entreprise

PNG - 8.5 ko

Par Vincent Dupin, Ingénieur Patrimonial chez UFF

Parmi les réflexions courantes du chef d’entreprise figure celle du placement de ses actifs privés mais aussi celle du placement de la trésorerie de l’entreprise. A l’aune des dernières crises financières (2008-2009 et 2011), quels éléments de décision doit-il apprécier, notamment en termes de risques encourus ?


Premier niveau de réflexion, au plan privé comme au plan des réserves de trésorerie

1- Déterminer l’horizon de placement des capitaux

Afin de comprendre cette nécessité préalable à toute décision de placement, il suffit de considérer deux exemples :

  • Exemple 1 : placer en obligation à 10 ans des capitaux que l’on aura besoin d’utiliser dans 5 ans, n’est pas adapté. En effet, le risque de perte en capital au bout des 5 ans n’est pas négligeable.
  • Exemple 2 : placer en compte à terme à 1 an une somme dont on ne prévoit l’utilisation que dans 5 ans, n’est pas adapté. En effet, le risque de fluctuation des taux (baisse puis hausse), notamment, n’est pas correctement maîtrisé.

Il faut donc définir l’horizon du placement au préalable et choisir un « support financier de placement » adapté à cet horizon.

Pour les actifs privés, cela sera relativement aisé, fonction d’objectifs patrimoniaux.

Par exemple :

Objectif patrimonialHorizon de placement considéréSupports financiers adaptés à cet horizon (notamment)
Réserves de précaution Moins d’un an Livret A, Livrets bancaires, OPCVM1 (SICAV2/ FCP3) monétaire
Aider l’installation professionnelle d’un enfant dans 5 ans Moyen-terme OPCVM à durée recommandée 3 à 5 ans
Préparer sa retraite dans 20 ans Très long terme OPCVM obligations Haut Rendement, OPCVM actions

[1] Organisme de Placement Collectif en Valeurs Mobilières [2] Société d’Investissement à Capital Variable [3] Fonds Commun de Placement

Pour les réserves de trésorerie de l’entreprise, le dirigeant pourra s’appuyer sur l’état prévisionnel de trésorerie et prendre une marge de sécurité (niveau d’activité fluctuant de l’entreprise).

On pourra par exemple considérer :

Réserves de trésorerieHorizon de placement considéré Supports financiers adaptés (notamment)
Activité courante Moins d’un an OPCVM (SICAV/ FCP) monétaire
Renouvellement d’un actif productif dans 3 ans Court-terme Compte à terme (CAT), Titres de créances négociables (TCN), OPCVM à durée recommandée 3 ans
Rachat d’un concurrent dans 5 ans Moyen-terme OPCVM à durée recommandée 5 ans

2- Déterminer le niveau de risque de fluctuation maximale accepté pour ces capitaux

Certains placements, comme les OPCVM, offrent une liquidité (possibilité de vendre rapidement) importante. En contrepartie de cet avantage notamment, mais aussi de la recherche sur la durée recommandée d’un rendement supérieur au rendement sans risque, leur valeur fluctue au gré des marchés. Ils peuvent donc baisser momentanément, fortement dans certains cas.

Pour ses actifs privés, le niveau de baisse maximale accepté par le chef d’entreprise est, dans la plupart des cas, exclusivement lié à sa psychologie personnelle au regard de cette fluctuation. Ce niveau, mesuré sur l’année, pourra ainsi être nul pour certains, de -5% pour d’autres, de -20% pour d’autres encore, voire plus encore pour les plus résistants au stress que cela peut produire.

En revanche, en ce qui concerne la trésorerie d’une entreprise, la fluctuation à la baisse peut poser une difficulté non négligeable en raison de ses implications comptables et fiscales.

En effet, à la clôture de l’exercice, la valeur des titres de placement doit être comparée à leur valeur d’origine. En cas de baisse, l’entreprise doit passer une provision, laquelle vient diminuer le résultat distribuable…et donc nuit à la distribution de dividendes dont les associés auraient pu bénéficier.

De plus, dans le cadre d’une société assujettie à l’IS, les OPCVM font l’objet d’un traitement particulier.

Enfin, la baisse des actifs placés peut se produire alors que le contexte économique est plus difficile pour l’entreprise et son besoin de liquidités vient alors en opposition avec la fluctuation défavorable du placement.

Bien entendu, ces aspects doivent être combinés avec la psychologie personnelle du chef d’entreprise au regard de la fluctuation.

Afin d’aider le chef d’entreprise dans sa prise de décision, ces conseils devraient lui permettre de choisir, en matière de risque de fluctuation, entre un investissement :
- sans risque
- à risque faible
- à risque modéré
- à risque fort

newsletter de Fiscalonline

Chronique de Vincent Dupin, Ingénieur Patrimonial chez UFF

Publié le mardi 25 octobre 2011

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

[Connexion] [s'inscrire] [mot de passe oublié ?]

Autres articles associés aux mots clés : 


 



Les articles les plus lus !
Aménagement du régime de report d’imposition de la plus-value d’apport de titres
La fiscalité latente ne peut pas être prise en compte dans l’évaluation des parts des SCI
Bitcoin : une imposition au PFU
Elargissement du périmètre du régime fiscal des « impatriés » aux transferts intragroupe en contrat local
Les députés suppriment le dispositif d’exonération des intérêts de prêts familiaux qui n’avait plus lieu d’être
Les députés prorogent le dispositif "Censi-Bouvard" jusqu’en 2021
Prorogation jusqu’au 31 décembre 2019 du taux de 25% de la réduction d’impôt « Madelin »
Les députés adoptent l’abus de droit fiscal à deux étages
[+ ...]







Tout pour la gestion de mes impôts et de ma fiscalité en un clic
A propos... Plan du site Nos partenaires Conditions générales Tous droits réservés ® 2000/2018