Fiscal On.Line

Index des mots clés Fiscal On.Line

  RSS

Accueil Newsletter Fil d'actu Application mobile Boutique Publicité
En général
Doctrine administrative
Veille législative
Veille réglementaire
Jurisprudence
En particulier
E-Fiscalité
Fiscalité de l’innovation
Fiscalité culture & média
Fiscalité immobilière
Fiscalité et environnement
Fiscalité associative
Fiscalité financière
Fiscalité sociale
Fiscalité de l’expatriation
Fiscalité et assurance
Fiscalité communautaire
Fiscalité internationale
En pratique
LFSS pour 2013
Paquet compétitivité
PLFSS 2016
Agenda fiscal
Chiffres utiles
Fiches techniques
Téléservices
Textes officiels
Cellule de régularisation fiscale
Réponse d’experts
Loi de Finances pour 2011
Réforme de la fiscalité du patrimoine
Réforme de la TVA immobilière
Loi de Finances pour 2012
Loi de Finances rectificative pour 2011
Le dispositif Scellier
Loi de finances rectificative pour 2011-IV
Présidentielle 2012
Loi de finances rectificative pour 2012-I
Déclaration de revenus 2011
La réforme fiscale de François Hollande
Loi de Finances rectificative pour 2012-II
Loi de Finances pour 2013
Loi de Finances rectificative pour 2012-III
Loi de Finances rectificative pour 2013-I
Déclaration des revenus "2012"
ISF 2013
Fraude fiscale
Réforme du logement
Economie sociale et solidaire
Loi de Finances 2016
Loi de Finances 2014
Dossier Crowdfunding
Loi Duflot
LFSS pour 2014
ISF 2014
Les Assises de la fiscalité
Déclaration des revenus 2014
Loi Pinel : artisanat, commerce et TPE
Projet de loi de Finances rectificative pour 2014
PLFRSS 2014
Loi de finances 2015
Application mobile
Transition énergétique
LFSS 2015
Projet de loi pour l’activité
PLFR 2014-II
Déclaration d’impôts 2015
ISF 2015
Loi de finances rectificative pour 2015
Plan d’urgence pour l’emploi
Impôt sur le revenu 2016
Projet de loi Sapin II
Loi de Finances pour 2017
Prélèvement à la source
LFSS pour 2017
Loi de finances rectificative pour 2016
Pour approfondir
Chroniques
Entretiens
Etudes & rapports
Corporate
Bien préparer sa retraite
Tribune
Comptes-rendus et Synthèses
La bibliothèque du fiscaliste
Dossiers fiscaux
 
 



La Direction à Temps Partagé, un accélérateur pour la « French Tech »

partager cet article
envoyer l'article par mail envoyer par mail

La Direction à Temps Partagé, un accélérateur pour la « French Tech »

Plus de 550 000 entreprises ont été créées en France en 2014. Au cœur de ces créations figure un nombre croissant de start-up innovantes regroupées sous le label « French Tech », dont le développement constitue un enjeu économique majeur.

Mais ces jeunes pousses prometteuses sont très vite confrontées à des problématiques complexes : être compétitif, trouver un financement, attirer les talents, répondre aux exigences de performance souvent accrues par la présence de fonds d’investissement au capital...

Malgré le volontarisme des pouvoirs publics, pas facile de répondre à tous ces défis pour ces jeunes entreprises aux organisations légères. Le dirigeant y fait souvent office de directeur commercial et marketing, et s’occupe directement du contrôle des coûts, de la trésorerie, de la planification, des ressources humaines, etc. Or dès que l’entreprise doit accélérer et grossir, il devient impossible de tout mener de front. C’est pourquoi les entrepreneurs de la « French Tech » ont besoin, dès le premier tour de financement, d’un accompagnement stratégique et opérationnel de haut niveau... avec des ressources souvent limitées !

La Direction à Temps Partagé s’impose aujourd’hui comme une solution forte face à ces enjeux, en offrant l’opportunité aux entrepreneurs de s’entourer de managers de haut niveau sur des expertises stratégiques (finance, ressources humaines, marketing,...) et dans des conditions de coût et de durée maîtrisés.

Les 5 atouts de La Direction à Temps Partagé

1. Un regard neuf sur l’entreprise

En intégrant l’équipe de management, le directeur à temps partagé est en mesure d’adopter une vision objective et prospective de l’entreprise, tout en apportant un regard neuf qui profite à tous. Fort de son expérience, il est en mesure d’être force de proposition et de clarifier les priorités opérationnelles. 

2. Polyvalence et expertise sur des missions stratégiques

Les directeurs à temps partagé sont des managers de terrain qui ont accumulé des années d’expérience dans leur domaine d’expertise et ont occupé des postes à responsabilités. Qu’ils aient été dirigeants d’entreprise ou membres de comités de direction, ils bénéficient d’une expérience de haut niveau qui leur permet d’appréhender rapidement des situations variées et complexes, et d’y être rapidement opérationnels.

Directement impliqués dans les décisions stratégiques de l’entreprise, ces hommes et femmes de terrain peuvent intervenir dans différents domaines aux côtés des dirigeants :

  • Le financement et le contrôle de gestion :

Le Directeur Financier à temps partagé est moteur dans la mise en place des outils de pilotage de l’entreprise, dans la définition des principaux leviers de sa compétitivité et dans ses problématiques de financement. Ex : Construire et/ou structurer les documents de suivi financier ; Garantir le suivi des indicateurs de performance ; Trouver des sources de financement...

  • Le marketing :

Le Directeur Marketing à temps partagé peut intervenir sur des missions de marketing stratégique pour une pénétration rapide des marchés prioritaires de l’entreprise.

Ex : Analyser le marché et détecter les opportunités pour l’entreprise ; Identifier un positionnement compétitif ; Recruter et manager une équipe marketing ; Choisir les bons prestataires en communication ou études de marché...

  • Les ressources humaines :

Le Directeur Des Ressources Humaines à temps partagé apporte son expertise pour faire du capital humain une composante essentielle de la réussite de l’entreprise.

Ex : Recruter et intégrer les nouveaux arrivants ; Motiver et fidéliser les collaborateurs ; Organiser la représentation du personnel...

3. Une relation de confiance, un engagement immédiatement opérationnel

Plus impliqué qu’un consultant, le directeur à temps partagé mène les projets de bout en bout et interagit avec les équipes opérationnelles. Son expertise et ses expériences antérieures lui permettent d’être rapidement sur le front, dans le périmètre défini par sa mission.

Véritable bras droit du dirigeant sur ses domaines d’expertise, il l’accompagne dans ses décisions stratégiques et l’épaule au quotidien. Ce renfort de haut niveau permet aux dirigeants de se focaliser sur leur cœur de métier en déléguant à une personne de confiance une partie des missions opérationnelles. 

4. Des coûts optimisés sans sacrifier les compétences

L’un des atouts majeurs de La Direction à Temps Partagé réside dans le coût de la prestation beaucoup plus compétitif à compétences égales qu’un contrat de travail à temps plein. Le recours à cette solution managériale permet de s’adapter aux moyens de l’entreprise sans transiger sur le niveau de compétences recherché. L’intervention est modulable, pouvant aller de plusieurs jours par semaine à une journée par mois, en fonction des besoins réels mais aussi des temps forts de l’activité de l’entreprise.

5. Un moteur d’excellence en interne

Pour mener à bien la conduite d’un projet, le directeur à temps partagé s’appuie sur les salariés en place. Son expertise et son expérience viennent stimuler les équipes et renforcer l’efficacité de l’organisation dans son ensemble, via l’apport de méthodes et, le cas échéant, le transfert de compétences.

Stéphane Fay, Président d’Atlays, déclare : « La Direction à Temps Partagé est un vrai métier qui trouve aujourd’hui toute sa place. Pour réussir, les entreprises de croissance confrontées à une concurrence forte et des exigences de performance rapide doivent intégrer des expertises de haut niveau dans leur organisation. C’est pourquoi un nombre croissant de dirigeants ont recours à La Direction à Temps Partagé. Et la vague « French Tech » actuellement en marche devrait encore renforcer, j’en suis convaincu, cette tendance de fond au cours des prochaines années. »

A propos d’ATLAYS


Créé en 2002, la société Atlays compte aujourd’hui une quinzaine de collaborateurs dont sept directeurs ayant tous occupé des postes de dirigeants. Atlays assure les fonctions financière, marketing et ressources humaines, de quelques jours par mois à plusieurs jours par semaine dans les PME/ETI de croissance. Atlays leur permet d’accéder ainsi à des compétences de direction de haut niveau en fonction de leurs besoins réels et de répondre à des problématiques complexes aussi diverses que la mise en place d’un reporting financier, la conception et la mise en place d’une nouvelle organisation ou la définition d’un positionnement stratégique compétitif.

Basée à Paris, la société a ouvert récemment des bureaux à Lyon et à Bordeaux.

Depuis sa création, Atlays a accompagné une soixantaine de sociétés dans des secteurs aussi variés que les sciences de la vie, l’e-commerce, l’édition logicielle, les biens de consommation, etc. Dans le cadre de ces missions structurantes, Atlays évolue en étroite relation avec les principaux fonds d’investissement engagés dans l’accompagnement des entreprises de croissance.

www.atlays.com

newsletter de Fiscalonline

Communiqué du 22 juin 2015

Publié le jeudi 9 juillet 2015

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

[Connexion] [s'inscrire] [mot de passe oublié ?]

Autres articles associés aux mots clés :  Anoter


 



Les articles les plus lus !
Le gouvernement précise "a minima" les conditions permettant de déterminer le caractère animateur d’une holding
Prélèvements sociaux sur les locations de biens meubles et immeubles : l’assemblée nationale restaure en commission le texte adopté en première lecture
Vers une obligation des plateformes en ligne à déclarer au fisc des revenus de leurs utilisateurs ?
Bruxelles propose l’application du taux réduit de TVA sur le livre numérique et la presse en ligne
PLFR2016 : Taxe « YouTube » : nouvelle offensive des députés en commission
La Cour des Comptes révèle que les aides de l’État à l’accession à la propriété sont de moins en moins efficaces
« De Ruyter » : pas de remboursement des sommes indument versées au titre de la CSG-CRDS aux résidents hors EEE
Conditions dans lesquelles certains fonds d’investissement peuvent octroyer des prêts aux entreprises
[+ ...]







Tout pour la gestion de mes impôts et de ma fiscalité en un clic
A propos... Plan du site Nos partenaires Conditions générales Tous droits réservés ® 2000/2016