Fiscal On.Line

Index des mots clés Fiscal On.Line

  RSS

Accueil Newsletter Fil d'actu Application mobile Archives Publicité
En général
Doctrine administrative
Veille législative
Veille réglementaire
Jurisprudence
En particulier
E-Fiscalité
Fiscalité de l’innovation
Fiscalité culture & média
Fiscalité immobilière
Fiscalité et environnement
Fiscalité associative
Fiscalité financière
Fiscalité sociale
Fiscalité de l’expatriation
Fiscalité et assurance
Fiscalité communautaire
Fiscalité internationale
En pratique
LFSS pour 2013
Paquet compétitivité
PLFSS 2016
Agenda fiscal
Chiffres utiles
Fiches techniques
Téléservices
Textes officiels
Cellule de régularisation fiscale
Réponse d’experts
Loi de Finances pour 2011
Réforme de la fiscalité du patrimoine
Réforme de la TVA immobilière
Loi de Finances pour 2012
Loi de Finances rectificative pour 2011
Le dispositif Scellier
Loi de finances rectificative pour 2011-IV
Présidentielle 2012
Loi de finances rectificative pour 2012-I
Déclaration de revenus 2011
La réforme fiscale de François Hollande
Loi de Finances rectificative pour 2012-II
Loi de Finances pour 2013
Loi de Finances rectificative pour 2012-III
Loi de Finances rectificative pour 2013-I
Déclaration des revenus "2012"
ISF 2013
Fraude fiscale
Réforme du logement
Economie sociale et solidaire
Loi de Finances 2016
Loi de Finances 2014
Dossier Crowdfunding
Loi Duflot
LFSS pour 2014
ISF 2014
Les Assises de la fiscalité
Déclaration des revenus 2014
Loi Pinel : artisanat, commerce et TPE
Projet de loi de Finances rectificative pour 2014
PLFRSS 2014
Loi de finances 2015
Application mobile
Transition énergétique
LFSS 2015
Projet de loi pour l’activité
PLFR 2014-II
Déclaration d’impôts 2015
ISF 2015
Loi de finances rectificative pour 2015
Plan d’urgence pour l’emploi
Impôt sur le revenu 2016
Projet de loi Sapin II
Loi de Finances pour 2017
Prélèvement à la source
LFSS pour 2017
Loi de finances rectificative pour 2016
Impôt sur le revenu 2017
Election présidentielle 2017
Droit des sociétés
Loi de Finances pour 2018
Loi Travail
LFSS pour 2018
Projet de loi « ELAN »
Loi PACTE
Loi de Finances rectificative pour 2017
Loi de Finances rectificative pour 2017-II
Le « droit à l’erreur »
Impôt sur le revenu 2018
PL : Transmission d’entreprise
Loi de Finances pour 2019
Réforme de la fiscalité locale
Pour approfondir
Chroniques
Entretiens
Etudes & rapports
Corporate
Bien préparer sa retraite
Tribune
Comptes-rendus et Synthèses
La bibliothèque du fiscaliste
Dossiers fiscaux
 
 



La CJUE libéralise les montages d’optimisation fiscale au sein de l’Union européenne

partager cet article
envoyer l'article par mail envoyer par mail




Retour de Sébastien Robineau, avocat associé chez Homère, sur une récente décision de la Cour de Justice de l’Union européenne qui libéralise les montages d’optimisation fiscale dans les groupes de sociétés implantées dans plusieurs Etats de l’Union.

Le sujet est technique, mais il est lourd de conséquences ! Alors que l’OCDE doit rendre plusieurs propositions en septembre pour contrecarrer les montages mondiaux d’optimisation fiscale, la Cour de justice de l’Union européenne vient de lâcher un pavé dans la marre de l’intégration fiscale (CJUE, 2e ch, 12 juin 2014, aff. C-39/13, C-40/13 et C-41/13).

Retour sur cette question.

L’intégration fiscale permet à une société française soumise à l’impôt sur les sociétés et qui détient au moins 95 % du capital et des droits de vote de ses filiales, elles-mêmes françaises et soumises à l’impôt sur les sociétés, de devenir le redevable unique de l’impôt sur les sociétés pour le compte de son groupe. Ainsi, les déficits fiscaux des unes viennent s’imputer sur les bénéfices fiscaux des autres, permettant ainsi au redevable unique de l’impôt sur les sociétés de ne s’acquitter que de l’impôt dû sur les résultats compensés de son groupe.

Une belle économie immédiate en matière d’impôt sur les sociétés !

En effet, pourquoi conserver des déficits fiscaux indéfiniment reportables alors que, par ailleurs, d’autres sociétés du groupe sont tenues de payer un impôt sur les sociétés dont le montant peut être élevé ?

Le Code général des impôts ne s’applique qu’en France, territorialité de la loi oblige, et ce ne sont pas nos voisins européens qui vont s’en plaindre ! Aussi, aux termes des articles 223 et suivants du Code général des impôts, l’intégration fiscale n’est-elle permise qu’entre sociétés dont le siège est implanté en France.

Ce n’est pas l’avis de la Cour de Justice de l’Union européenne.

Aux termes d’un arrêt rendu le 12 juin dernier relatif à l’intégration fiscale de droit néerlandais, elle a jugé que les dispositions des articles 49 et 54 du Traité sur le fonctionnement de l’Union européenne (TFUE) s’opposent, au nom de la liberté d’établissement au sein des pays de l’Union européenne, à ce que la législation interne d’un Etat membre puisse limiter le mécanisme de l’intégration fiscale aux seules sociétés résidentes au sein de ce même Etat.

Cette décision est sans précédent ! Elle rend possible en droit communautaire les schémas d’intégration fiscale entre des sociétés implantées dans différents états de l’Union européenne. Et si la société mère a son siège dans un Etat dont la fiscalité est plus douce que celle de l’Etat ou des Etats de ses filiales, tant mieux pour elle.

Les décisions de la Cour de Justice de l’Union européenne n’ont pas pour effet de modifier le droit de chacun des Etats de l’Union européenne. Elles interprètent le droit communautaire et les juridictions nationales sont alors tenues d’apprécier le droit national à la lumière du droit communautaire lorsqu’elles tranchent un point de droit national.

En tout état de cause, cette décision va conduire le législateur français à devoir revoir sa copie. En effet, le régime de l’intégration fiscale en droit néerlandais est très proche de celui du droit français… A bon entendeur !


www.homere-avocats.com

Homère est un cabinet d’avocats d’affaires basé à Paris et dans la Caraïbe. Il intervient dans les domaines du droit des sociétés, des fusions-acquisitions, de la fiscalité, du droit social. Sa spécificité consiste à accompagner les entrepreneurs dans la stratégie globale de leur entreprise. Sébastien Robineau, dirigeant de Homère, développe une spécialité dans les entreprises familiales.

newsletter de Fiscalonline

Article de Sébastien Robineau, avocat associé chez Homère du 30 juin 2014

Publié le vendredi 11 juillet 2014

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

[Connexion] [s'inscrire] [mot de passe oublié ?]

Autres articles associés aux mots clés :  BCRSS15 | Fiscalité des entreprises | Intégration fiscale


 



Les articles les plus lus !
Assurance vie : Fin de non recevoir pour la transférabilité des contrats
Emmanuel Macron exclut toute refonte de la fiscalité sur les succession
Vers un allègement des obligations déclaratives des plateformes collaboratives
Extension de l’application de l’article 209 B du CGI à tous les ETNC : le Gouvernement met son véto
Pas d’élargissement de l’assiette de la redevance TV aux tablettes selon Gérald Darmanin
« Salariés impatriés » : précisions sur la future dispense temporaire d’affiliation régime d’assurance vieillesse
Bruxelles envisagerait de passer au vote à la majorité qualifiée dans le domaine de la fiscalité
Modification des seuils d’effectifs conditionnant plusieurs dispositifs fiscaux : le Gouvernement précise son projet
[+ ...]







Tout pour la gestion de mes impôts et de ma fiscalité en un clic
A propos... Plan du site Nos partenaires Conditions générales Tous droits réservés ® 2000/2018