Fiscal On.Line

Index des mots clés Fiscal On.Line

  RSS

Accueil Newsletter Fil d'actu Application mobile Boutique Publicité
En général
Doctrine administrative
Veille législative
Veille réglementaire
Jurisprudence
En particulier
E-Fiscalité
Fiscalité de l’innovation
Fiscalité culture & média
Fiscalité immobilière
Fiscalité et environnement
Fiscalité associative
Fiscalité financière
Fiscalité sociale
Fiscalité de l’expatriation
Fiscalité et assurance
Fiscalité communautaire
Fiscalité internationale
En pratique
LFSS pour 2013
Paquet compétitivité
Agenda fiscal
Chiffres utiles
Fiches techniques
Téléservices
Textes officiels
Cellule de régularisation fiscale
Réponse d’experts
Loi de Finances pour 2011
Réforme de la fiscalité du patrimoine
Réforme de la TVA immobilière
Loi de Finances pour 2012
Loi de Finances rectificative pour 2011
Le dispositif Scellier
Loi de finances rectificative pour 2011-IV
Présidentielle 2012
Loi de finances rectificative pour 2012-I
Déclaration de revenus 2011
La réforme fiscale de François Hollande
Loi de Finances rectificative pour 2012-II
Loi de Finances pour 2013
Loi de Finances rectificative pour 2012-III
Loi de Finances rectificative pour 2013-I
Déclaration des revenus "2012"
ISF 2013
Fraude fiscale
Réforme du logement
Economie sociale et solidaire
Loi de Finances 2016
Loi de Finances 2014
Dossier Crowdfunding
Loi Duflot
LFSS pour 2014
ISF 2014
Les Assises de la fiscalité
Déclaration des revenus 2014
Loi Pinel : artisanat, commerce et TPE
Projet de loi de Finances rectificative pour 2014
PLFRSS 2014
Loi de finances 2015
Application mobile
Transition énergétique
LFSS 2015
Projet de loi pour l’activité
PLFR 2014-II
Déclaration d’impôts 2015
ISF 2015
Pour approfondir
Chroniques
Entretiens
Etudes & rapports
Corporate
Bien préparer sa retraite
Tribune
Comptes-rendus et Synthèses
La bibliothèque du fiscaliste
Dossiers fiscaux
 
 



L’exercice de l’action en répétition de l’indu

partager cet article
envoyer l'article par mail envoyer par mail

Commentaires de l’arrêt de la CJCE du 28 novembre 2000 (Affaire Roquette Frères SA)

Le droit communautaire occupe dans le droit fiscal français une place de plus en plus considérable.

La Cour de Justice des Communautés Européennes dans un arrêt peut ainsi mettre en évidence la non-conformité d’une réglementation française avec la réglementation communautaire.

Dans cette hypothèse, le contribuable doit pouvoir obtenir le remboursement des impositions payées à tort par le biais d’une action en répétition de l’indu. Cette action est régie par les dispositions de l’article L.190 alinéa 3 du LPF : " l’action en restitution des sommes versées ou en paiement des droits à déduction non exercés ou l’action en réparation du préjudice subi, ne peut porter que sur la période postérieure au 1er janvier de la quatrième année précédent celle où la décision révélant la non-conformité est intervenue ".

La non-conformité avec le droit communautaire de cette limitation de l’effet rétroactif de l’action ouverte par cet article a suscité certaines controverses qui ont été résolues de manière explicite par un arrêt de la Cour de Justice des Communautés Européennes en date du 28 novembre 2000 aff. C-88/99 Roquete Frères SA.

Cette décision a été commentée par l’administration dans une note du 19 décembre 2000 de la DGI.

Dans cette décision, la juridiction européenne appelée à examiner la conformité au droit communautaire des dispositions de l’article L.190 alinéa 3 du LPF, juge que le droit communautaire ne s’oppose pas au mécanisme institué par ce texte prévoyant, en matière fiscale, que l’action en répétition de l’indu fondée sur la déclaration par une juridiction nationale ou communautaire de la non-conformité d’une règle nationale avec une règle nationale supérieure ou avec une règle communautaire ne peut porter que sur la période postérieure au 1er janvier de la quatrième année précédent celle où la décision juridictionnelle révélant la non-conformité est intervenue.

Il est incontestable que cette solution n’est pas parfaitement satisfaisante pour le contribuable.

La CJCE est saisie dans la plupart des hypothèses par le biais d’une plainte de la commission dans le cadre d’une action en manquement. Or, l’instruction de cette plainte est particulièrement longue ; elle prendra, dans la plupart des hypothèses, plusieurs années.

La limitation à quatre ans des exercices susceptibles de faire l’objet d’une action en répétition de l’indu apparaît dès lors pour le moins rigoureuse. Cette limitation constitue indubitablement une prime à la mauvaise foi des Etats.

Par ailleurs, les incidences financières des actions en répétition de l’indu auront nécessairement des effets limités. Ces inconvénients ne semblent pas avoir été pleinement perçus par la CJCE.

newsletter de Fiscalonline

Chronique fiscale du 19 février 2001

Aff. C-88/99


Publié le dimanche 4 mars 2001

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

[Connexion] [s'inscrire] [mot de passe oublié ?]

Autres articles associés aux mots clés :  Contentieux


 



Les articles les plus lus !
De l’OCDE à l’UE, entre influence positive et concurrence dans la lutte contre la fraude et l’évasion fiscales (I)
Définition des modalités d’application des crédits d’impôt au titre des investissements productifs outre-mer
Exposition « My Buenos Aires » à la Maison Rouge de Paris : plus qu’un mois
Depuis le 17 août 2015, le nouveau règlement européen sur les successions internationales a pris effet
La taxe annuelle sur les surfaces de stationnement en Ile-de-France est due avant le 1er septembre 2015
ISF : le Gouvernement n’envisage pas de supprimer l’exonération partielle des bois et forêts
Manuel Valls confirme une nouvelle baisse de la fiscalité des ménages
Modalités de taxation aux droits de mutation à titre gratuit en France d’un enfant mineur
[+ ...]


  A propos... Plan du site Nos partenaires Conditions générales Tous droits réservés ® 2000/2014