Fiscal On.Line

Index des mots clés Fiscal On.Line

  RSS

Accueil Newsletter Fil d'actu Application mobile Archives Publicité
En général
Doctrine administrative
Veille législative
Veille réglementaire
Jurisprudence
En particulier
E-Fiscalité
Fiscalité de l’innovation
Fiscalité culture & média
Fiscalité immobilière
Fiscalité et environnement
Fiscalité associative
Fiscalité financière
Fiscalité sociale
Fiscalité de l’expatriation
Fiscalité et assurance
Fiscalité communautaire
Fiscalité internationale
En pratique
LFSS pour 2013
Paquet compétitivité
PLFSS 2016
Agenda fiscal
Chiffres utiles
Fiches techniques
Téléservices
Textes officiels
Cellule de régularisation fiscale
Réponse d’experts
Loi de Finances pour 2011
Réforme de la fiscalité du patrimoine
Réforme de la TVA immobilière
Loi de Finances pour 2012
Loi de Finances rectificative pour 2011
Le dispositif Scellier
Loi de finances rectificative pour 2011-IV
Présidentielle 2012
Loi de finances rectificative pour 2012-I
Déclaration de revenus 2011
La réforme fiscale de François Hollande
Loi de Finances rectificative pour 2012-II
Loi de Finances pour 2013
Loi de Finances rectificative pour 2012-III
Loi de Finances rectificative pour 2013-I
Déclaration des revenus "2012"
ISF 2013
Fraude fiscale
Réforme du logement
Economie sociale et solidaire
Loi de Finances 2016
Loi de Finances 2014
Dossier Crowdfunding
Loi Duflot
LFSS pour 2014
ISF 2014
Les Assises de la fiscalité
Déclaration des revenus 2014
Loi Pinel : artisanat, commerce et TPE
Projet de loi de Finances rectificative pour 2014
PLFRSS 2014
Loi de finances 2015
Application mobile
Transition énergétique
LFSS 2015
Projet de loi pour l’activité
PLFR 2014-II
Déclaration d’impôts 2015
ISF 2015
Loi de finances rectificative pour 2015
Plan d’urgence pour l’emploi
Impôt sur le revenu 2016
Projet de loi Sapin II
Loi de Finances pour 2017
Prélèvement à la source
LFSS pour 2017
Loi de finances rectificative pour 2016
Impôt sur le revenu 2017
Election présidentielle 2017
Droit des sociétés
Loi de Finances pour 2018
Loi Travail
LFSS pour 2018
Projet de loi « ELAN »
Loi PACTE
Loi de Finances rectificative pour 2017
Loi de Finances rectificative pour 2017-II
Le « droit à l’erreur »
Impôt sur le revenu 2018
PL : Transmission d’entreprise
Loi de Finances pour 2019
Réforme de la fiscalité locale
LFSS pour 2019
PLFR 2018
Pour approfondir
Chroniques
Entretiens
Etudes & rapports
Corporate
Bien préparer sa retraite
Tribune
Comptes-rendus et Synthèses
La bibliothèque du fiscaliste
Dossiers fiscaux
 
 



L’ISF et les expatriés : Actifs immobiliers et parts sociales sont concernés

partager cet article
envoyer l'article par mail envoyer par mail

Cette année, les règles de l’ISF (Impôt de Solidarité sur la Fortune) sont connues à l’avance… Aucune modification n’étant à enregistrer par rapport à l’an dernier. Le calcul à effectuer par les non-résidents français est différent de celui à réaliser par les résidents français. Assiette, disposition particulière et outil de défiscalisation… point sur les déclarations des expatriés.





Par Olivier Grenon-Andrieu, Président d’Equance.

L’assiette fiscale (1) : pas de déclaration pour les actifs mobiliers

Quand le contribuable réside en France, c’est son patrimoine mondial qui entre dans l’assiette de l’ISF. Les personnes physiques domiciliées hors de France sont, elles, assujetties à l’ISF sur les biens détenus uniquement en France. Certaines personnes sont exonérées d’ISF, via la convention fiscale signée entre la France et leur pays de résidence, mais cela concerne très peu d’expatriés.

Toute personne qui détient plus de 1,3 million de patrimoine net en France est assujettie à l’ISF. Ainsi, celle-ci doit déposer une déclaration 2725 quand le patrimoine s’élève à plus de 2,57 millions d’euros. C’est la déclaration 2042 pour l’impôt sur le revenu (IR) qui fait foi quand le patrimoine net est inférieur 2,57 millions d’euros, mais supérieur à 1,3 million. Pour cette catégorie de contribuables, il n’y a ainsi plus de déclaration ISF spécifique.

Pour le calcul du patrimoine net taxable des non-résidents, sont considérés, pour un patrimoine net cumulé de 1,3 million d’euros :

  • L’ensemble des actifs immobiliers (passifs immobiliers déduits).
  • Les droits sociaux (parts de société), dès lors qu’ils dépassent 10 % des droits sociaux de l’entreprise.

Ainsi, pour les non-résidents, les actifs mobiliers (comptes bancaires et assurance-vie, entre autres) n’entrent pas dans l’assiette de l’ISF. Depuis 2008, les comptes courants d’associés sont également neutralisés à l’ISF.

Dans ce calcul, la difficulté est de valoriser des parts de sociétés non cotées comme les titres de PME. Car, en cas de contestation de la valeur, l’administration fiscale fera appel à ses experts pour en déterminer le prix. Concernant l’estimation des biens immobiliers, les contribuables peuvent se rendre sur le site des finances publiques « Patrim », accessible sur l’espace personnel de l’usager, pour avoir accès aux bases de données de l’administration fiscale.

Disposition particulière pour les non-résidents

La loi de modernisation de l’économie du 4 août 2008 a ajouté une disposition très particulière concernant l’ISF et les non-résidents : quand une personne rentre en France après avoir passé 5 ans comme non-résident, hors de France, l’ensemble des actifs immobiliers et mobiliers détenus à l’étranger ne font pas partie de l’assiette ISF pendant les 5 années suivant le retour.

Il est ainsi conseillé, pour les expatriés, de réaliser, si l’occasion se présente, un investissement à l’étranger avant le retour en France

Outils de défiscalisation

Pour rappel, les non-résidents n’ont pas accès au système du bouclier fiscal. Mais les non-résidents sont éligibles, au même titre que les résidents, aux outils de défiscalisation traditionnels :

  • FIP & FCPI ISF, dans la limite de 50 % de l’investissement, plafonné à 18.000 €.
  • Holding ISF, dans la limite de 50 % de l’investissement et plafonné à 45.000 €.
  • Loueur Meublé professionnel : sous certaines conditions, permet d’exclure le montant de l’acquisition de la base ISF
  • Acquisition cash en nue-propriété : permettant d’exclure le montant du bien acquis de la base taxable à l’ISF

Rappelons que ces opérations de défiscalisation donnent accès à des déductions d’impôts temporaires, uniquement pour l’année d’investissement. Il s’agit donc de les réaliser chaque année...

A propos d’Equance :


Equance est une société de Conseil en Gestion Privée Internationale proposant des prestations allant du conseil en gestion de patrimoine, au suivi fiscal et à la mise en œuvre de solutions pour le compte de résidents et non-résidents français. La société s’appuie sur un réseau indépendant de consultants en gestion de patrimoine répartis sur le territoire français et dans plus de 45 pays. Forte des 20 ans d’expérience de ses associés, la société s’est imposée parmi les leaders dans les prestations de Conseil en Gestion Privée des Français de l’étranger et comme un acteur alternatif significatif sur le marché national. Société par Actions Simplifiée au capital de 100 000 Euros, indépendante, Equance est dirigée par Olivier Grenon-Andrieu, Président, et Didier Bujon, Directeur Général.

www.equance.com




newsletter de Fiscalonline

Communiqué du 7 mai 2014

Publié le jeudi 8 mai 2014

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

[Connexion] [s'inscrire] [mot de passe oublié ?]

Autres articles associés aux mots clés :  Fiscalité des particuliers | ISF | Non résident


 



Les articles les plus lus !
Les députés refusent d’inscrire dans la loi une définition de la « holding animatrice »
Report d’imposition de la plus-value d’apport de titres : nouveaux aménagements proposés par le Gouvernement
Réduction d’impôt « Pinel » en zones B2 et C : maintien de l’extension du délai de réalisation de l’acquisition au 15 mars 2019
Prélèvement à la source, crédits d’impôts et réductions d’impôt : en pratique ?
Scandale des « CumEx Files » et arbitrage de dividendes : les députés amendent le dispositif adopté au Sénat
Les députés de la majorité proposent de maintenir le taux actuel de la quote-part de la « niche Copé » à 12 %
PLF 2019 : le Sénat a adopté avec modifications le projet de loi en première lecture
Plus-value et résidence principale : l’occupation de la maison à titre habituel et effectif doit être justifiée
[+ ...]







Tout pour la gestion de mes impôts et de ma fiscalité en un clic
A propos... Plan du site Nos partenaires Conditions générales Tous droits réservés ® 2000/2018