Fiscal On.Line

Index des mots clés Fiscal On.Line

  RSS

Accueil Newsletter Fil d'actu Partenaires Placements Publicité
En général
Doctrine administrative
Veille législative
Veille réglementaire
Jurisprudence
En particulier
E-Fiscalité
Fiscalité de l’innovation
Fiscalité culture & média
Fiscalité immobilière
Fiscalité et environnement
Fiscalité associative
Fiscalité financière
Fiscalité sociale
Fiscalité de l’expatriation
Fiscalité et assurance
Fiscalité communautaire
Fiscalité internationale
En pratique
LFSS pour 2013
Paquet compétitivité
Agenda fiscal
Chiffres utiles
Fiches techniques
Téléservices
Textes officiels
Nos publications interactives
Réponse d’experts
Loi de Finances pour 2011
Réforme de la fiscalité du patrimoine
Réforme de la TVA immobilière
Déclaration de revenus 2010
Loi de Finances pour 2012
Loi de Finances rectificative pour 2011
L’EIRL
Le dispositif Scellier
Deuxième plan de rigueur
Loi de finances rectificative pour 2011-IV
Présidentielle 2012
Loi de finances rectificative pour 2012-I
Déclaration de revenus 2011
La réforme fiscale de François Hollande
Loi de Finances rectificative pour 2012-II
Loi de Finances pour 2013
Loi de Finances rectificative pour 2012-III
Loi de Finances rectificative pour 2013-I
Déclaration des revenus "2012"
ISF 2013
Rénovation de la politique familiale
Réforme des retraites
Fraude fiscale
Réforme du logement
Economie sociale et solidaire
Loi de Finances 2014
Dossier Crowdfunding
Loi Duflot
Les levées de fonds Particeep
LFSS pour 2014
ISF 2014
Les Assises de la fiscalité
Déclaration des revenus 2014
Loi Pinel : artisanat, commerce et TPE
Loi visant à reconquérir l’économie réelle
Projet de loi de Finances rectificative pour 2014
PLFRSS 2014
Loi de finances 2015
Pour approfondir
Chroniques
Entretiens
Etudes & rapports
Corporate
Tribune
Comptes-rendus et Synthèses
La bibliothèque du fiscaliste
 
 



JEI : le bâton de Pellerin de la ministre de l’économie numérique

partager cet article

JEI : le bâton de Pellerin de la ministre de l’économie numérique

Nouvelle ministre déléguée chargée des PME, de l’innovation et de l’économie numérique, rattachée au ministre du redressement productif, Fleur Pellerin aura fort à faire en ce début de quinquennat alors que se profile la réforme fiscale promise par François Hollande. Entre soutien à l’innovation et maitrise budgétaire, le statut de la jeune entreprise innovante sera vraisemblablement au coeur des débats au même titre que le crédit d’impôt recherche (CIR).


Le dispositif « jeunes entreprises innovantes » (JEI) a pour objectif d’apporter une aide à des entreprises de moins de huit ans, employant moins de 250 salariés et consacrant au moins 15 % de leurs charges à des dépenses de R&D.

- Les JEI sous l’angle social

JPEG - 25.9 ko

Dans cet objectif, les cotisations sociales des emplois hautement qualifiés, notamment des chercheurs et des ingénieurs indispensables à l’innovation, bénéficiaient jusqu’en 2010 d’un régime de faveur.

L’avantage consistait en une exonération des cotisations patronales de sécurité sociale, à l’exclusion des cotisations liées aux accidents du travail et aux maladies professionnelles (Art. 44 sexies A du CGI)

Ce régime de faveur a été largement remis en cause par la loi de finances pour 2011 (Art. 175).

Rappel du régime applicable en 2011
Depuis cette date, en effet, les gains et rémunérations versés aux salariés de JEI ne sont exonérés de cotisations sociales que pour la part de rémunération inférieure à 4,5 fois le Smic.
  • Le Smic brut mensuel étant fixé au 1er janvier 2011 à 1.365 € : seules les cotisations assises sur la part de rémunération inférieure à 6.142 € (1.365 x 4,5) étaient exonérées

- Par ailleurs, l’article 175 a instauré un plafond annuel de cotisations éxigibles par établissement employeur, fixé à 3 fois le plafond annuel de la Sécurité Sociale (Art. L 241-3 du Code de la sécurité sociale).

  • Le plafond annuel de la Sécurité Sociale étant fixé en 2011 à 35 352 € : le plafond s’élève à : 106.056 €

- Enfin, le texte prévoit une diminution progressive des exonérations de cotisations sociales :

  • 100% jusqu’à la fin de la troisième année suivant celle de la création de l’entreprise (Jusqu’à présent ladite exonération s’appliquait jusqu’à la septième année)
  • 75% à partir de la quatrième année suivant celle de la création de l’entreprise,
  • 50% à partir de la cinquième année,
  • 30% à partir de la sixième année et
  • 10% à partir de la septième année.

Soulignons que l’article 37 de la quatrième loi de finances rectificative pour 2011 est revenu, partiellement, sur la diminution progressive des exonérations de cotisations sociales largement critiquée par les intéressés et le parti socialiste.

JPEG - 32.4 ko

- L’article 37 a porté le plafond annuel de cotisations éxigibles par établissement employeur, à 5 fois fois le plafond annuel de la Sécurité Sociale (Art. L 241-3 du Code de la sécurité sociale).

  • Le plafond annuel de la Sécurité Sociale étant fixé en 2012 à 36.372 € : le plafond s’élève à : 181.875 €

- Par ailleurs et compte tenu du fait que les taux de cotisations sociales proposés dans la loi de finances pour 2011 pour les JEI ne sont pas en adéquation avec leur capacité réelle à y faire face, le législateur a revu ces taux dégressifs d’exonération de manière plus avantageuse pour l’ensemble des JEI,

Ainsi :

Montant de l’exonération (%) en 2011 Montant de l’exonération (%) à compter de 2012
100% jusqu’à la fin de la troisième année suivant celle de la création de l’entreprise 100% jusqu’à la fin de la troisième année suivant celle de la création de l’entreprise
75% à partir de la quatrième année suivant celle de la création de l’entreprise 80% à partir de la quatrième année suivant celle de la création de l’entreprise
50% à partir de la cinquième année 70% à partir de la cinquième année
30% à partir de la sixième année 60% à partir de la sixième année
10% à partir de la septième année 50% à partir de la septième année

- Les JEI sous l’angle fiscal

Rappelons qu’initialement, l’entreprise qui répondait aux conditions requises pour prétendre à la qualification de JEI pouvait bénéficier des allégements d’impôt sur les bénéfices suivants :

- exonération totale d’impôt sur les bénéfices pour les résultats des trois premiers exercices bénéficiaires, puis à hauteur de 50 % au titre des deux exercices bénéficiaires suivants ;

Le régime fiscal a été détaillé dans une instruction fiscale du 21 octobre 2004.

Le régime fiscal des JEI a également été aménagé, à la baisse cette fois-ci, par la quatrième loi de finances rectificative pour 2011.

  • La période d’exonération totale d’impôt sur les bénéfices (100%) passe de 36 mois à 12 mois.
  • La période d’exonération partielle (50%) passe de 24 mois à 12 mois.

Autrement dit, les JEI sont depuis le 1er janvier 2012 totalement exonérées d’impôt sur les revenus et d’impôt sur les sociétés à raison des bénéfices réalisés au cours du premier exercice ou de la première période d’imposition bénéficiaire, fixé limitativement à douze mois (Et partiellement exonérées au titre du second exercice).


Alors qu’on l’évoque à gauche depuis plus d’un an, le nouveau gouvernement pourrait, rétablir dans son intégrité le régime d’exonération de charges sociales des JEI qui existait avant 2011.

JPEG - 16.2 ko

Cette réforme, si elle était défendue, permettrait de réintroduire l’exonération totale (100%) des charges sociales jusqu’à la fin la septième année suivant celle de la création de l’entreprise.

En contrepartie l’avantage fiscal des JEI bénéficiaires pourrait être revu à la baisse.

Dans le cadre des débats sur le PLF 2012, le Sénat avait ainsi proposé :

- que les JEI ne bénéficient de l’exonération d’impôt sur les bénéfices qu’au titre des trois premiers exercices ou périodes d’imposition.

- que l’exonération partielle (50%) dont elles bénéficient actuellement au titre des deux exercices suivants serait supprimé.

- que les entreprises ne respectant plus les critères définissant une JEI ne soient plus soumises à l’impôt que pour la moitié de leur bénéfice pendant deux exercices.

Toutefois, le régime fiscal des JEI ayant déjà été corrigé (LFR 2011-IV - Art.37), les aménagements qui pourraient être opérés ne devraient pas être significatifs.


Si Madame Pellerin devait s’engager dans cette voie, comme l’y invitent les intéressés, elle devra convaincre son ministre de tutelle Arnaud Montebourg mais également Jérôme Cahuzac en charge du budget, de la nécessité d’une telle réforme.

Consultez notre dossier « La réforme fiscale de François Hollande »

newsletter de Fiscalonline

Article de la rédaction du 21 mai 2012

Publié le mardi 22 mai 2012

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

[Connexion] [s'inscrire] [mot de passe oublié ?]

Autres articles associés aux mots clés : 


 



Les articles les plus lus !
Les mesures fiscales du projet de loi de finances pour 2015
Les mesures officielles du projet de loi de finances pour 2015
Nouveau tarif de la taxe sur les véhicules de sociétés
Bercy met à jour sa doctrine relative aux modalités de déclaration d’impôt sur le revenu en ligne
L’accord FATCA entre la France et les Etats-Unis est entré en vigueur
Le régime des plus-values de cession de valeurs mobilières en 2013 et en 2014
Bruxelles lève le voile sur les enquêtes fiscales engagées à l’égard d’Apple, de Starbucks et Fiat Finance and Trade
Application de la formalité fusionnée aux donations et donations-partage comprenant des biens immeubles
[+ ...]


  A propos... Plan du site Nos partenaires Conditions générales Tous droits réservés ® 2000/2014