Fiscal On.Line

Index des mots clés Fiscal On.Line

  RSS

Accueil Newsletter Fil d'actu Application mobile Boutique Publicité
En général
Doctrine administrative
Veille législative
Veille réglementaire
Jurisprudence
En particulier
E-Fiscalité
Fiscalité de l’innovation
Fiscalité culture & média
Fiscalité immobilière
Fiscalité et environnement
Fiscalité associative
Fiscalité financière
Fiscalité sociale
Fiscalité de l’expatriation
Fiscalité et assurance
Fiscalité communautaire
Fiscalité internationale
En pratique
LFSS pour 2013
Paquet compétitivité
PLFSS 2016
Agenda fiscal
Chiffres utiles
Fiches techniques
Téléservices
Textes officiels
Cellule de régularisation fiscale
Réponse d’experts
Loi de Finances pour 2011
Réforme de la fiscalité du patrimoine
Réforme de la TVA immobilière
Loi de Finances pour 2012
Loi de Finances rectificative pour 2011
Le dispositif Scellier
Loi de finances rectificative pour 2011-IV
Présidentielle 2012
Loi de finances rectificative pour 2012-I
Déclaration de revenus 2011
La réforme fiscale de François Hollande
Loi de Finances rectificative pour 2012-II
Loi de Finances pour 2013
Loi de Finances rectificative pour 2012-III
Loi de Finances rectificative pour 2013-I
Déclaration des revenus "2012"
ISF 2013
Fraude fiscale
Réforme du logement
Economie sociale et solidaire
Loi de Finances 2016
Loi de Finances 2014
Dossier Crowdfunding
Loi Duflot
LFSS pour 2014
ISF 2014
Les Assises de la fiscalité
Déclaration des revenus 2014
Loi Pinel : artisanat, commerce et TPE
Projet de loi de Finances rectificative pour 2014
PLFRSS 2014
Loi de finances 2015
Application mobile
Transition énergétique
LFSS 2015
Projet de loi pour l’activité
PLFR 2014-II
Déclaration d’impôts 2015
ISF 2015
Loi de finances rectificative pour 2015
Plan d’urgence pour l’emploi
Impôt sur le revenu 2016
Projet de loi Sapin II
Loi de Finances pour 2017
Prélèvement à la source
LFSS pour 2017
Loi de finances rectificative pour 2016
Pour approfondir
Chroniques
Entretiens
Etudes & rapports
Corporate
Bien préparer sa retraite
Tribune
Comptes-rendus et Synthèses
La bibliothèque du fiscaliste
Dossiers fiscaux
 
 



Investir aux Etats-Unis procure une rentabilité globale nette deux fois plus intéressante qu’en France !

partager cet article
envoyer l'article par mail envoyer par mail

Investir aux Etats-Unis procure une rentabilité globale nette deux fois plus intéressante qu’en France !




Alors que l’investissement immobilier à l’étranger se démocratise de plus en plus, Victor Pagès, fondateur de My US Investment, cabinet de conseil en immobilier aux Etats-Unis démontre qu’à rendement locatif égal, investir dans l’immobilier américain est plus intéressant qu’en France.

En s’appuyant sur un exemple chiffré, Victor Pagès détaille le processus de déclaration de revenus fonciers générés aux Etats-Unis qui, grâce à la convention fiscale bilatérale franco-américaine, offre une rentabilité nette - après impôts - deux fois supérieure aux Etats-Unis. Explication.

Avec une fiscalité changeante et une réglementation de plus en plus lourde, le marché de l’investissement immobilier en France est en crise depuis déjà quelques années. Les Français, qui sont à la recherche de produits immobiliers à rendement confortable allié à un environnement fiscal stable, sont de plus en plus nombreux à franchir les frontières, notamment vers les Etats-Unis.

« La convention fiscale franco-américaine permet aux investisseurs français d’éviter la double imposition grâce à un mécanisme de crédit d’impôts obtenu en France. Ils bénéficient par ailleurs d’une exonération des prélèvements sociaux en France car la CSG et la CRDS sont des impôts entrant dans le champ d’application de la convention fiscale et ne s’appliquent donc pas à des revenus de source étrangère, indique Victor Pagès.

Conséquence : pour deux investissements à variables identiques - l’un en France et l’autre aux Etats-Unis - d’un montant de 120.000 $ (95.238 €), avec un loyer mensuel brut de 1.195 $ (948 €), le contribuable français aura un taux d’imposition global de 15,40 % aux Etats-Unis, contre 56,50 % en France. Ce qui implique une rentabilité nette après impôts presque double aux Etats-Unis.

Le traitement fiscal des revenus de sources étrangères ouvre donc de nouvelles opportunités aux investisseurs français à la recherche de produits sécurisés et à fort rendement ! »

EXPLICATION CHIFFREE :

(Simulation proposée à titre d’exemple et non contractuelle – 1€ = $1,26)

A- Revenus fonciers générés et résultat imposable

Bien situé aux Etats-Unis Bien situé en France
Loyer annuel brut 11 381 € 11 381 €
Charges locatives annuelles (3 083) € (3 083) €
LOYER ANNUEL NET 8 298 € 8 298 €
Rentabilité nette 8,62% 8,62%
Amortissement (sur 27,5 ans) (2 771) €
Exemption (abattement $3900 / an) (3 095) €
RESULTAT IMPOSABLE 2 433 € 8 298 €
Explications


USA : Amortissement linéaire du bâti sur 27,5 ans et "Personal Exemption" correspondant à un abattement fiscal qui s’élève en 2014 à $3900.

France : Le propriétaire ne bénéficie pas d’amortissement ou d’abattement sur ses loyers nets. De ce fait, le revenu imposable reste égal au revenu net.

B- Imposition dans le pays où se trouve le bien

Bien situé aux Etats-Unis Bien situé en France
Tranche d’imposition marginale 10% 41%
Impôt sur le revenu (243) € (3 402) €
CSG-CRDS (15,5%) - (1 286) €
Total Impôts du pays du bien (243) € (4 689) €
Explications


USA : Imposition à l’IR sur la tranche marginale à 10% (jusqu’à $9 075).

France : Imposition à l’IR sur la tranche marginale à 41% et CSG / CRDS à 15,5%.

C- Imposition supplémentaire en France pour un bien situé aux Etats-Unis

Bien situé aux Etats-Unis
Loyer net de charge 8 298 €
Impôt supplémentaire en France (1 035) €
Explications


France : 8 298 € de revenus supplémentaires sur une base imposable de 100 000 euros en France augmenteront le taux effectif d’imposition de 27,50% à 28,53% et génèreront donc un surplus d’impôts de 1 035 €.

Récapitulatif

Un investisseur devra donc déclarer ses revenus fonciers de source américaine en trois temps :

1/ Aux Etats-Unis, où il sera imposé selon les tranches marginales de l’impôt sur le revenu. Pour un revenu imposable inférieur à $9 075, l’imposition sera de 10%.

2/ En France où il conviendra de déclarer ses revenus fonciers selon les règles fiscales françaises afin de déterminer le taux effectif d’imposition mondial.

3/ Un crédit d’impôt sera alors octroyé à l’investisseur sur la partie des revenus américains. Ce crédit d’impôt est « égal à l’impôt français », conformément à l’article 24 de la convention fiscale franco-américaine. Et les prélèvements sociaux ne sont donc pas appliqués à ces revenus étrangers.

L’impact fiscal sur les revenus fonciers de source étrangère est donc presque nul. Seul un supplément d’impôt sera dû en France puisque ces revenus viendront gonfler le taux effectif d’imposition moyen.

Bien situé aux Etats-Unis Bien situé en France
Loyer annuel bru 11 381 € 11 381 €
Charges locatives annuelles (3 083) € (3 083) €
Loyers annuels nets 8 298 €8 298 €
Impôts payés aux Etats-Unis (243) € - €
Impôts payés en France (1 035) € (4 689) €
TOTAL IMPOTS PAYÉS (1 278) € (4 689) €
TAUX D’IMPOSITION GLOBAL15,40%56,50%
Loyer net après impôts 7 021 € 3 610 €
RENDEMENT NET APRES IMPOTS 7,29% 3,75%

Un investissement générant la même rentabilité sera presque 2 fois plus rentable après impôts aux Etats-Unis qu’en France. Le phénomène s’amplifie d’autant plus qu’un placement immobilier en France avec un taux de rendement supérieur à 8% est aujourd’hui extrêmement rare.

newsletter de Fiscalonline

Communiqué du 25 novembre 2014

Publié le mardi 25 novembre 2014

1 Message


Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

[Connexion] [s'inscrire] [mot de passe oublié ?]

Autres articles associés aux mots clés :  BCRSS15 | Fiscalité des particuliers | Non résident


 



Les articles les plus lus !
Le Gouvernement propose de légaliser en droit fiscal le caractère commercial de l’activité de location meublée
Divorce par consentement mutuel sans juge : le gouvernement tire les conséquences fiscales
Plateformes collaboratives : seuils d’affiliation au RSI des personnes exerçant une activité locative
Le gouvernement précise "a minima" les conditions permettant de déterminer le caractère animateur d’une holding
Les députés aménagent les dispositifs ISF-PME et Madelin pour faciliter la sortie fiscale des investisseurs historiques
Plus-value immobilière : les régimes d’exonération en faveur de la construction de logements sociaux sont prorogés de 3 ans
Le gouvernement précise les critères d’éligibilités au PEA-PME
Modalités de déclaration des transferts de sommes d’un montant supérieur à 50.000 €
[+ ...]







Tout pour la gestion de mes impôts et de ma fiscalité en un clic
A propos... Plan du site Nos partenaires Conditions générales Tous droits réservés ® 2000/2016