Fiscal On.Line

Index des mots clés Fiscal On.Line

  RSS

Accueil Newsletter Fil d'actu Application mobile Archives Publicité
En général
Doctrine administrative
Veille législative
Veille réglementaire
Jurisprudence
En particulier
E-Fiscalité
Fiscalité de l’innovation
Fiscalité culture & média
Fiscalité immobilière
Fiscalité et environnement
Fiscalité associative
Fiscalité financière
Fiscalité sociale
Fiscalité de l’expatriation
Fiscalité et assurance
Fiscalité communautaire
Fiscalité internationale
En pratique
LFSS pour 2013
Paquet compétitivité
PLFSS 2016
Agenda fiscal
Chiffres utiles
Fiches techniques
Téléservices
Textes officiels
Cellule de régularisation fiscale
Réponse d’experts
Loi de Finances pour 2011
Réforme de la fiscalité du patrimoine
Réforme de la TVA immobilière
Loi de Finances pour 2012
Loi de Finances rectificative pour 2011
Le dispositif Scellier
Loi de finances rectificative pour 2011-IV
Présidentielle 2012
Loi de finances rectificative pour 2012-I
Déclaration de revenus 2011
La réforme fiscale de François Hollande
Loi de Finances rectificative pour 2012-II
Loi de Finances pour 2013
Loi de Finances rectificative pour 2012-III
Loi de Finances rectificative pour 2013-I
Déclaration des revenus "2012"
ISF 2013
Fraude fiscale
Réforme du logement
Economie sociale et solidaire
Loi de Finances 2016
Loi de Finances 2014
Dossier Crowdfunding
Loi Duflot
LFSS pour 2014
ISF 2014
Les Assises de la fiscalité
Déclaration des revenus 2014
Loi Pinel : artisanat, commerce et TPE
Projet de loi de Finances rectificative pour 2014
PLFRSS 2014
Loi de finances 2015
Application mobile
Transition énergétique
LFSS 2015
Projet de loi pour l’activité
PLFR 2014-II
Déclaration d’impôts 2015
ISF 2015
Loi de finances rectificative pour 2015
Plan d’urgence pour l’emploi
Impôt sur le revenu 2016
Projet de loi Sapin II
Loi de Finances pour 2017
Prélèvement à la source
LFSS pour 2017
Loi de finances rectificative pour 2016
Impôt sur le revenu 2017
Election présidentielle 2017
Droit des sociétés
Loi de Finances pour 2018
Loi Travail
LFSS pour 2018
Projet de loi « Logement »
Loi PACTE
Loi de Finances rectificative pour 2017
Loi de Finances rectificative pour 2017-II
Le « droit à l’erreur »
Impôt sur le revenu 2018
Pour approfondir
Chroniques
Entretiens
Etudes & rapports
Corporate
Bien préparer sa retraite
Tribune
Comptes-rendus et Synthèses
La bibliothèque du fiscaliste
Dossiers fiscaux
 
 



Imposition à la CFE : détermination de la date du commencement effectif d’une activité

partager cet article
envoyer l'article par mail envoyer par mail

Imposition à la CFE : détermination de la date du commencement effectif d’une activité

Bercy met à jour sa doctrine BOFIP relative à la détermination de la date du commencement effectif d’une activité imposable à la cotisation foncière des entreprises dans un établissement.

Lorsqu’un redevable crée un établissement, la cotisation foncière des entreprises (CFE) n’est pas due au titre de l’année de la création conformément l’article 1478-II du CGI, sauf s’il s’agit d’un établissement produisant de l’énergie électrique qui est imposable à compter de son raccordement au réseau (CGI, art. 1478, III).

Par création d’établissement, il convient d’entendre toute implantation nouvelle d’une entreprise dans une commune dès lors qu’elle ne s’analyse pas en un changement d’exploitant. Le début d’activité dans un nouvel établissement est caractérisé par la mise en œuvre d’une activité professionnelle. Ainsi, au regard des critères dégagés par la jurisprudence du Conseil d’État, il y a création d’établissement, au sens de l’article 1478 du CGI, à la double condition que l’entreprise ait, d’une part, disposé d’immobilisations et, d’autre part, versé des salaires ou réalisé des recettes (CE, arrêt du 12 janvier 1987, n° 46227).

Ces deux conditions sont cumulatives. Elles servent à déterminer la date du commencement effectif d’une activité imposable dans un établissement.

Remarque : Lorsque le redevable ne dispose d’aucun local ou terrain, il est redevable de la cotisation minimum conformément au II de l’article 1647 D du CGI. Dans ce cas, seule la condition relative au versement de salaires ou à la réalisation d’un chiffre d’affaires ou de recettes caractérise le début d’activité.

Ainsi, le début d’activité est caractérisé dès lors que l’entreprise :

  • a disposé d’immobilisations ;
  • et, soit versé des salaires (il est tenu compte du premier versement de salaires par l’entreprise), soit réalisé un chiffre d’affaires ou des recettes.

S’agissant de la condition relative à la disposition d’immobilisations, celles-ci s’entendent des biens passibles d’une taxe foncière dont le redevable a disposé pour les besoins de son activité professionnelle et qui servent à déterminer sa base d’imposition à la CFE (réelle ou forfaitaire).

S’agissant de la condition relative à la réalisation d’un chiffre d’affaires ou de recettes :

    • le chiffre d’affaires correspond au montant hors taxes des produits réalisés par le redevable avec les tiers dans le cadre de son activité professionnelle normale et courante. Il est tenu compte notamment des ventes de produits fabriqués, prestations de services et marchandises ainsi que des autres produits d’exploitation, des produits financiers ou des produits exceptionnels lorsque ceux-ci sont afférents à des activités réalisées de manière fréquente et régulière ;
    • les recettes, c’est-à-dire les sommes encaissées, correspondent, pour les titulaires de bénéfices non commerciaux n’exerçant pas l’option mentionnée à l’article 93 A du CGI, aux recettes hors taxes résultant de l’exercice de la profession et, pour les titulaires de revenus fonciers, des recettes brutes hors taxes au sens de l’article 29 du CGI.

Remarque 1 : Les remboursements de charges communes effectués à une société civile de moyens (SCM) par ses associés constituent pour la SCM des produits d’exploitation à comprendre dans son chiffre d’affaires.

Remarque 2 : Pour les entreprises ayant pour activité principale la gestion des valeurs mobilières qu’elles détiennent, le chiffre d’affaires à retenir tient compte des produits financiers.

Les entreprises n’employant pas de salariés - tel peut être notamment le cas des auto-entrepreneurs et des micro-entreprises - ne sont pas imposables à la CFE, tant qu’elles ne réalisent pas de chiffre d’affaires ou de recettes, leur activité professionnelle devant alors être considérée comme n’ayant pas encore débuté.

La première année au cours de laquelle ces entreprises réalisent du chiffre d’affaires ou des recettes constituent, au sens de la CFE, leur année de création. Au titre de cette année, elles ne sont pas non plus redevables de cette cotisation, par application des dispositions du II de l’article 1478 du CGI.

Leur première imposition à la CFE est établie au titre de l’année suivant celle au cours de laquelle elles ont, pour la première fois, réalisé du chiffre d’affaires ou des recettes.

Pour les entreprises employant des salariés, la première année d’imposition à la CFE correspond à l’année suivant celle au cours de laquelle elles ont, pour la première fois, soit versé des salaires soit réalisé du chiffre d’affaires ou des recettes.

Une fois créées, les entreprises peuvent demander à bénéficier des exonérations de plein droit ou facultatives de CFE. Dans le cas des exonérations temporaires, la période d’exonération débute à la date de création, au sens de la CFE, de l’entreprise, soit au moment de la vérification des conditions énoncées dans la présente section.

Remarque : Une entreprise qui, n’employant pas de salariés et n’ayant pas encore réalisé de chiffre d’affaires ou de recettes, recevrait un avis d’imposition à la CFE peut demander le dégrèvement de cette cotisation auprès du service des impôts dont elle dépend, en fournissant la preuve de l’absence de versement de salaires et de réalisation de chiffre d’affaires ou de recettes.




L’ensemble de ces commentaires sont issus d’une mise à jour de la base BOFIP en date du 16 décembre 2014

newsletter de Fiscalonline

Article de la rédaction du 16 décembre 2014

Publié le mardi 16 décembre 2014

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

[Connexion] [s'inscrire] [mot de passe oublié ?]

Autres articles associés aux mots clés :  BCRSS15 | CETCFECVAE | Fiscalité des entreprises


 



Les articles les plus lus !
Rétropédalage du Gouvernement concernant le régime de la TVA sur marge des aménageurs lotisseurs
Proposition de loi visant à réduire l’imposition sur les successions et à faciliter la transmission de patrimoine aux jeunes générations
L’exonération de droits de succession au profit des frères et sœurs vivant ensemble et la condition de domiciliation commune
Entrée en application de l’IFI : quelles conséquences pour les détenteurs de SCPI et d’OPCI ?
Revenus des enfants : quels sont ceux qui doivent être déclarés ?
Plus-value immobilière : nouvelle décision concernant la prise en compte des dépenses de matériaux en majoration du prix d’acquisition
La distribution de dividendes par la remise de biens immobiliers n’est pas taxable aux DMTO
Statut fiscal des volontaires : imposables sur le revenu ou pas
[+ ...]







Tout pour la gestion de mes impôts et de ma fiscalité en un clic
A propos... Plan du site Nos partenaires Conditions générales Tous droits réservés ® 2000/2018