Fiscal On.Line

Index des mots clés Fiscal On.Line

  RSS

Accueil Newsletter Fil d'actu Application mobile Boutique Publicité
En général
Doctrine administrative
Veille législative
Veille réglementaire
Jurisprudence
En particulier
E-Fiscalité
Fiscalité de l’innovation
Fiscalité culture & média
Fiscalité immobilière
Fiscalité et environnement
Fiscalité associative
Fiscalité financière
Fiscalité sociale
Fiscalité de l’expatriation
Fiscalité et assurance
Fiscalité communautaire
Fiscalité internationale
En pratique
LFSS pour 2013
Paquet compétitivité
PLFSS 2016
Agenda fiscal
Chiffres utiles
Fiches techniques
Téléservices
Textes officiels
Cellule de régularisation fiscale
Réponse d’experts
Loi de Finances pour 2011
Réforme de la fiscalité du patrimoine
Réforme de la TVA immobilière
Loi de Finances pour 2012
Loi de Finances rectificative pour 2011
Le dispositif Scellier
Loi de finances rectificative pour 2011-IV
Présidentielle 2012
Loi de finances rectificative pour 2012-I
Déclaration de revenus 2011
La réforme fiscale de François Hollande
Loi de Finances rectificative pour 2012-II
Loi de Finances pour 2013
Loi de Finances rectificative pour 2012-III
Loi de Finances rectificative pour 2013-I
Déclaration des revenus "2012"
ISF 2013
Fraude fiscale
Réforme du logement
Economie sociale et solidaire
Loi de Finances 2016
Loi de Finances 2014
Dossier Crowdfunding
Loi Duflot
LFSS pour 2014
ISF 2014
Les Assises de la fiscalité
Déclaration des revenus 2014
Loi Pinel : artisanat, commerce et TPE
Projet de loi de Finances rectificative pour 2014
PLFRSS 2014
Loi de finances 2015
Application mobile
Transition énergétique
LFSS 2015
Projet de loi pour l’activité
PLFR 2014-II
Déclaration d’impôts 2015
ISF 2015
Loi de finances rectificative pour 2015
Plan d’urgence pour l’emploi
Impôt sur le revenu 2016
Projet de loi Sapin II
Loi de Finances pour 2017
Prélèvement à la source
LFSS pour 2017
Loi de finances rectificative pour 2016
Pour approfondir
Chroniques
Entretiens
Etudes & rapports
Corporate
Bien préparer sa retraite
Tribune
Comptes-rendus et Synthèses
La bibliothèque du fiscaliste
Dossiers fiscaux
 
 



Frais professionnels des salariés pour faire baisser l’impôt

partager cet article
envoyer l'article par mail envoyer par mail

Frais professionnels des salariés pour faire baisser l’impôt

Se mettre aux frais réels ou garder le forfait légal de 10 % ? C’est la question que se pose tout salarié au moins une fois par an. C’est que le fisc vous laisse vraiment le choix. Conseils pour défiscaliser un peu, beaucoup votre salaire.

Pour déduire vos frais professionnels de vos revenus salariaux, vous avez le choix entre une déduction forfaitaire et la déduction de vos frais réels. Le choix ne vaut que pour année et peut être modifié l’année suivante.

La déduction forfaitaire pour frais professionnels de 10 % de votre salaire déclaré est calculée par l’administration fiscale sans intervention particulière de votre part.

Un salaire de 20.000 annuels, par exemple, sera imposé pour 18.000 € après application de la déduction forfaitaire de 10 %.

Afin de ne pas avantager exagérément les hauts revenus, le plafond de cette déduction de 10 % est (actuellement) fixé à 12.157 € . Cela signifie que la déduction de 10 % ne s’applique pas sur la fraction du salaire excédant 121.570 € par an.

Frais réels, un régime pas si compliqué

Pour commencer, oubliez l’idée fausse selon laquelle le régime des frais réels n’est avantageux que pour les salaires élevés. Faites vos comptes, et si vos frais professionnels sont supérieurs à 10 % de votre salaire, le jeu en vaut la chandelle. Il n’existe pas de liste exhaustive des frais professionnels. Parmi les frais les plus courants, on trouve les frais de transport, de repas, matériel, local professionnel etc.

Les frais de transport

Il s’agit du plus gros poste de dépenses qui peut à lui seul justifier l’option pour les frais réels.

Lorsque la distance séparant votre domicile de votre lieu de travail ne dépasse pas 40 km (donc 80 km aller et retour par jour), les frais correspondant sont déductibles en totalité (article 83-3° alinéa 7 du CGI). Si vous résidez à plus de 40 kilomètres de votre lieu de travail, les frais sont proratisés, c’est-à-dire que vous pouvez déduire les frais correspond à la distance « normale » donc 80 km aller et retour, et garder le surplus à votre charge.

Ce butoir des 40 kilomètres n’est pas absolu. Vous pouvez déduire la totalité de vos frais de transport si des circonstances particulières liées à l’emploi ou à des contraintes familiales vous contraignent à habiter à plus de 40 kilomètres de votre lieu de travail.

Barème kilométrique

Pour calculer vos frais de trajet déductibles, vous pouvez recourir au barème kilomètre publié chaque année par l’administration fiscale (Barème kilométrique 2015).

Pour les adeptes des deux-roues à moteur, il est proposé un barème kilométrique pour les motos, et un autre pour les vélomoteurs et les scooters. Si vous utilisez les transports collectifs (TGV par exemple), vous pouvez déduire le prix des billets, des abonnements et des suppléments dans la mesure bien sûr où ils ne vous sont pas remboursés par votre employeur.

Pour calculer les dépenses de transport, on considère qu’une année comprend 220 jours de travail, mais dans certains secteurs on travaille 230 jours par an.

Frais de repas : tous à la cantine

S’il existe un restaurant d’entreprise auquel vous avez accès, vous devez y déjeuner, si du moins vous souhaitez déduire quelque chose pour vos frais de repas. En revanche, s’il n’existe pas de service de restauration rapide ou si vous n’y avez pas accès en raison de vos horaires de travail décalés, le menu fiscal est plus doux : on vous autorise à fréquenter un restaurant extérieur.

En toute hypothèse, vous ne pouvez jamais déduire au titre de vos frais de déjeuner la totalité de ce que vous avez payé. Logique fiscale : se nourrir est un besoin vital pour les humains qu’ils travaillent ou non.

Vous pouvez déduire en frais réels le coût du repas pris à la cantine, ou si elle n’existe pas au restaurant, diminué de la valeur de celui que vous auriez pris chez vous, évalué actuellement à 4,60 € par repas.

Si vous bénéficiez de titres restaurants, la part prise en charge par l’employeur est soustraite de vos dépenses.

Un bureau à la maison

Si votre employeur ne met aucun local (bureau, atelier…) à votre disposition et si votre activité nécessite un local, en l’occurrence dans votre logement, vous pouvez déduire la quote-part des charges correspondant à la pièce utilisée, que vous soyez locataire ou propriétaire. La déduction comprend une partie du loyer, de l’assurance, des charges de copropriété (si vous êtes propriétaire), de l’assurance, des frais de chauffage, des intérêts de l’emprunt ayant financé l’achat de la maison ou de l’appartement.

La quote-part de frais déductibles se calcule en fonction du rapport entre la superficie du local utilisé et la surface totale de votre habitation.

Exemple : un logement de 100 m2, dont une pièce de 25 m2 est utilisée comme local professionnel. Les frais déductibles sont de 25 % du coût total des frais de ce logement.

Si votre domicile est composé d’un studio, la déduction ne peut pas dépasser la moitié des charges totales.

D’autres frais professionnels déductibles : les frais de double résidence dans certains cas, les frais des appareillages non pris en charge par l’Assurance maladie, les frais de matériel informatique ou de téléphonie indispensable à votre activité et non fournis par l’employeur. Il s’y ajoute les frais de recherche d’emploi, de formation ou de préparation d’un diplôme.

Michèle Auteuil de fiscalonline

Application Fiscalonline


Plus d’infos, moins d’impôts ©


newsletter de Fiscalonline

Article de la rédaction du 22 mars 2015

Publié le jeudi 26 mars 2015

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

[Connexion] [s'inscrire] [mot de passe oublié ?]

Autres articles associés aux mots clés :  BCRSS15 | Fiscalité des particuliers


 



Les articles les plus lus !
Le gouvernement précise "a minima" les conditions permettant de déterminer le caractère animateur d’une holding
Prélèvements sociaux sur les locations de biens meubles et immeubles : l’assemblée nationale restaure en commission le texte adopté en première lecture
Vers une obligation des plateformes en ligne à déclarer au fisc des revenus de leurs utilisateurs ?
Bruxelles propose l’application du taux réduit de TVA sur le livre numérique et la presse en ligne
PLFR2016 : Taxe « YouTube » : nouvelle offensive des députés en commission
La Cour des Comptes révèle que les aides de l’État à l’accession à la propriété sont de moins en moins efficaces
« De Ruyter » : pas de remboursement des sommes indument versées au titre de la CSG-CRDS aux résidents hors EEE
Conditions dans lesquelles certains fonds d’investissement peuvent octroyer des prêts aux entreprises
[+ ...]







Tout pour la gestion de mes impôts et de ma fiscalité en un clic
A propos... Plan du site Nos partenaires Conditions générales Tous droits réservés ® 2000/2016