Fiscal On.Line

Index des mots clés Fiscal On.Line

  RSS

Accueil Newsletter Fil d'actu Application mobile Archives Publicité
En général
Doctrine administrative
Veille législative
Veille réglementaire
Jurisprudence
En particulier
E-Fiscalité
Fiscalité de l’innovation
Fiscalité culture & média
Fiscalité immobilière
Fiscalité et environnement
Fiscalité associative
Fiscalité financière
Fiscalité sociale
Fiscalité de l’expatriation
Fiscalité et assurance
Fiscalité communautaire
Fiscalité internationale
En pratique
LFSS pour 2013
Paquet compétitivité
PLFSS 2016
Agenda fiscal
Chiffres utiles
Fiches techniques
Téléservices
Textes officiels
Cellule de régularisation fiscale
Réponse d’experts
Loi de Finances pour 2011
Réforme de la fiscalité du patrimoine
Réforme de la TVA immobilière
Loi de Finances pour 2012
Loi de Finances rectificative pour 2011
Le dispositif Scellier
Loi de finances rectificative pour 2011-IV
Présidentielle 2012
Loi de finances rectificative pour 2012-I
Déclaration de revenus 2011
La réforme fiscale de François Hollande
Loi de Finances rectificative pour 2012-II
Loi de Finances pour 2013
Loi de Finances rectificative pour 2012-III
Loi de Finances rectificative pour 2013-I
Déclaration des revenus "2012"
ISF 2013
Fraude fiscale
Réforme du logement
Economie sociale et solidaire
Loi de Finances 2016
Loi de Finances 2014
Dossier Crowdfunding
Loi Duflot
LFSS pour 2014
ISF 2014
Les Assises de la fiscalité
Déclaration des revenus 2014
Loi Pinel : artisanat, commerce et TPE
Projet de loi de Finances rectificative pour 2014
PLFRSS 2014
Loi de finances 2015
Application mobile
Transition énergétique
LFSS 2015
Projet de loi pour l’activité
PLFR 2014-II
Déclaration d’impôts 2015
ISF 2015
Loi de finances rectificative pour 2015
Plan d’urgence pour l’emploi
Impôt sur le revenu 2016
Projet de loi Sapin II
Loi de Finances pour 2017
Prélèvement à la source
LFSS pour 2017
Loi de finances rectificative pour 2016
Impôt sur le revenu 2017
Election présidentielle 2017
Droit des sociétés
Loi de Finances pour 2018
Loi Travail
LFSS pour 2018
Projet de loi « ELAN »
Loi PACTE
Loi de Finances rectificative pour 2017
Loi de Finances rectificative pour 2017-II
Le « droit à l’erreur »
Impôt sur le revenu 2018
PL : Transmission d’entreprise
Loi de Finances pour 2019
Réforme de la fiscalité locale
Pour approfondir
Chroniques
Entretiens
Etudes & rapports
Corporate
Bien préparer sa retraite
Tribune
Comptes-rendus et Synthèses
La bibliothèque du fiscaliste
Dossiers fiscaux
 
 



Fiscalité du "pas de porte"

partager cet article
envoyer l'article par mail envoyer par mail

Question

M. Pierre Cardo appelle l’attention de M. le ministre du budget, des comptes publics et de la fonction publique sur un problème lié à l’imposition du droit d’entrée dans les cas de bail commercial.

Il est en effet fréquent que le propriétaire d’un local commercial demande à son futur locataire un droit d’entrée.

L’administration fiscale, se basant sur une instruction fiscale et la doctrine administrative n° 4 A-242 n° 8, mise à jour le 9 mars 2001, estime que « les droits d’entrée, qui sont considérés entre les mains du bailleur comme des suppléments de loyers ou, d’une façon plus générale, comme des profits directement liés à la location de locaux commerciaux, doivent être compris en totalité dans les résultats de l’exercice au cours duquel ils sont réputés acquis en vertu des stipulations du contrat ».

Or il apparaît que, par un arrêt de Cour administrative d’appel de Nantes du 15 mars 2006, la justice administrative considère que ces sommes doivent être étalées sur la durée du bail au motif qu’ils se rattachent à une prestation continue de location.

Bien que cet arrêt ait été confirmé par le Conseil d’État le 14 avril 2008, l’administration fiscale en refuse l’application au motif que « l’arrêt du Conseil d’État n’a pas été commenté par l’administration fiscale et que la doctrine administrative n’a pas été modifiée ».

Une telle position de non prise en compte de décisions successives des plus hautes autorités de justice administrative au seul motif que ces arrêts, applicables en droit, n’ont pas été commentés, étant susceptible d’ouvrir de nombreux litiges, il lui demande de lui indiquer les mesures qu’il entend prendre pour que l’administration fiscale prenne en considération les décisions de la justice administrative et notamment l’arrêt du Conseil d’État du 14 avril 2008.


Réponse du ministre

Selon les cas et l’intention des parties, telle qu’elle ressort des clauses contractuelles, le droit d’entrée, c’est-à-dire les sommes que le bailleur d’un local à usage commercial, industriel ou artisanal exige du preneur, en sus des loyers, peut représenter, notamment, le prix du droit au bail accordé au preneur, une avance sur loyers ou la contrepartie d’une prestation spécifique au profit du preneur.

Dès lors, lorsque le bailleur est une entreprise, l’exercice de rattachement du produit correspondant au droit d’entrée dépend de la nature de ce dernier.

Lorsqu’il représente le prix du droit au bail et des avantages qui y sont attachés, ou, d’une façon plus générale, constitue la contrepartie de prestations économiques offertes au preneur sur la durée du bail et conformément à l’arrêt du Conseil d’État GMSL du 14 avril 2008, le droit d’entrée rémunère une prestation continue, au sens du 2 bis de l’article 38 du code général des impôts.

Le produit correspondant est alors à comprendre dans les résultats du bailleur, de manière étalée sur la durée initiale du bail.

En revanche, lorsqu’il rémunère des prestations ponctuelles au profit du preneur, par exemple des travaux d’aménagement du local avant prise à bail, s’agissant de prestations dont l’achèvement est intervenu à la date de conclusion du bail, les sommes correspondant à ces prestations doivent être comprises dans les résultats de l’exercice au cours duquel le droit d’entrée est réputé acquis en vertu des stipulations du contrat.

La doctrine administrative (DB 4 A4 A-242 n° 8), selon laquelle les droits d’entrée doivent être dans tous les cas compris en totalité dans les résultats de l’exercice au cours duquel ils sont acquis, est donc rapportée dans les limites définies ci-dessus.

newsletter de Fiscalonline

Réponse ministérielle Cardo du 1er septembre 2009

N°44752


Publié le jeudi 3 septembre 2009

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

[Connexion] [s'inscrire] [mot de passe oublié ?]

Autres articles associés aux mots clés :  droit d’entrée | Pas de porte | Revpro


 



Les articles les plus lus !
Plus-value immobilière et travaux réalisés après l’achèvement : exclusion des dépenses de matériaux
Article 151 septies A : l’exonération de la plus-value placée en report d’imposition ne s’applique pas aux prélèvements sociaux
Délivrance irrégulière de documents permettant de bénéficier d’un avantage fiscal : l’amende de 25% est inconstitutionnelle
De la constitutionalité des modalités de calcul du plafonnement de l’IFI
Convention de « management fees » : nouveau cas de remise en cause de la déductibilité de factures intra-groupe
Appréciation de la période au titre de laquelle une JEI bénéficie des exonérations sociales
Le Forum mondial publie des notes de conformité sur la transparence fiscale pour sept autres juridictions
Suppression de l’ISF : Bercy précise les dispositifs continuant de produire des effets au-delà du 1er janvier 2018
[+ ...]







Tout pour la gestion de mes impôts et de ma fiscalité en un clic
A propos... Plan du site Nos partenaires Conditions générales Tous droits réservés ® 2000/2018