Fiscal On.Line

Index des mots clés Fiscal On.Line

  RSS

Accueil Newsletter Fil d'actu Application mobile Archives Publicité
En général
Doctrine administrative
Veille législative
Veille réglementaire
Jurisprudence
En particulier
E-Fiscalité
Fiscalité de l’innovation
Fiscalité culture & média
Fiscalité immobilière
Fiscalité et environnement
Fiscalité associative
Fiscalité financière
Fiscalité sociale
Fiscalité de l’expatriation
Fiscalité et assurance
Fiscalité communautaire
Fiscalité internationale
En pratique
LFSS pour 2013
Paquet compétitivité
PLFSS 2016
Agenda fiscal
Chiffres utiles
Fiches techniques
Téléservices
Textes officiels
Cellule de régularisation fiscale
Réponse d’experts
Loi de Finances pour 2011
Réforme de la fiscalité du patrimoine
Réforme de la TVA immobilière
Loi de Finances pour 2012
Loi de Finances rectificative pour 2011
Le dispositif Scellier
Loi de finances rectificative pour 2011-IV
Présidentielle 2012
Loi de finances rectificative pour 2012-I
Déclaration de revenus 2011
La réforme fiscale de François Hollande
Loi de Finances rectificative pour 2012-II
Loi de Finances pour 2013
Loi de Finances rectificative pour 2012-III
Loi de Finances rectificative pour 2013-I
Déclaration des revenus "2012"
ISF 2013
Fraude fiscale
Réforme du logement
Economie sociale et solidaire
Loi de Finances 2016
Loi de Finances 2014
Dossier Crowdfunding
Loi Duflot
LFSS pour 2014
ISF 2014
Les Assises de la fiscalité
Déclaration des revenus 2014
Loi Pinel : artisanat, commerce et TPE
Projet de loi de Finances rectificative pour 2014
PLFRSS 2014
Loi de finances 2015
Application mobile
Transition énergétique
LFSS 2015
Projet de loi pour l’activité
PLFR 2014-II
Déclaration d’impôts 2015
ISF 2015
Loi de finances rectificative pour 2015
Plan d’urgence pour l’emploi
Impôt sur le revenu 2016
Projet de loi Sapin II
Loi de Finances pour 2017
Prélèvement à la source
LFSS pour 2017
Loi de finances rectificative pour 2016
Impôt sur le revenu 2017
Election présidentielle 2017
Droit des sociétés
Loi de Finances pour 2018
Loi Travail
LFSS pour 2018
Projet de loi « ELAN »
Loi PACTE
Loi de Finances rectificative pour 2017
Loi de Finances rectificative pour 2017-II
Le « droit à l’erreur »
Impôt sur le revenu 2018
PL : Transmission d’entreprise
Loi de Finances pour 2019
Réforme de la fiscalité locale
LFSS pour 2019
PLFR 2018
Pour approfondir
Chroniques
Entretiens
Etudes & rapports
Corporate
Bien préparer sa retraite
Tribune
Comptes-rendus et Synthèses
La bibliothèque du fiscaliste
Dossiers fiscaux
 
 



Fiscalité des entreprises étrangères en France

partager cet article
envoyer l'article par mail envoyer par mail

Question :

M. Jean Louis Masson attire l’attention de Mme la ministre de l’économie, de l’industrie et de l’emploi sur les difficultés que rencontrent certaines entreprises étrangères destinataires d’une mise en demeure d’avoir à déposer en France une déclaration de résultat, en application des dispositions de l’article 223 du CGI au titre de l’existence supposée d’un établissement stable en France.

Les entreprises qui estiment ne pas avoir en France d’établissement stable et qui se soumettent à la mise en demeure souscrivent en pratique une déclaration de résultat vierge.

A l’issue de la procédure de rectification, l’administration qui s’estime fondée à reconnaître l’existence d’un établissement stable propose de rectifier le résultat taxable en France, constate, au vu de la déclaration de résultat souscrite et notamment de l’annexe 2051 sur laquelle figure le tableau des capitaux propres, que ce dernier n’est pas resté investi dans l’entreprise, considère dès lors être en présence de bénéfices distribués en application des dispositions de l’article 109 du CGI et demande, en application des dispositions de l’article 117 du CGI la désignation des bénéficiaires des distributions ainsi réputées effectuées.

En réponse à la demande de désignation des bénéficiaires, les entreprises étrangères se désignent elles-mêmes en tant que seules bénéficiaires des sommes en cause dès lors que ce résultat rectifié a été intégré dans leurs comptes sociaux.

Les services fiscaux considèrent quant à eux que la réponse faite conformément à ce qui précède, équivaut à un défaut de réponse ou à une réponse fantaisiste, au motif que la question portait sur la désignation d’un tiers et que l’entreprise contrôlée ne peut se désigner elle-même sans être suspectée de fantaisie.

L’administration en conclut, qu’à défaut de réponse suffisante, il y a lieu de faire application des pénalités prévues à l’article 1759 du CGI.

Pour autant, la réponse faite par les entreprises est tout à fait exacte.

De plus, la question se pose de savoir dans quelle mesure l’administration en charge du contrôle peut demander le nom du bénéficiaire du bénéfice ainsi rectifié alors que les dispositions de l’article 115 quinquies du CGI prévoient expressément une présomption de distribution des bénéfices réalisés en France par les sociétés étrangères à personnes identifiées comme étant des associés étrangers.

Enfin, comment l’administration peut-elle faire application des dispositions de l’article 109 du CGI en faisant référence à la seule déclaration de résultat souscrite par l’entreprise étrangère sans égard à ses comptes sociaux et au fait que les bénéfices en cause ont été mis en réserves ou incorporés au capital dans lesdits comptes.

Il lui demande si l’article 109 du CGI peut être mis en œuvre sur la base des seules indications fournies dans la déclaration de résultat de l’établissement stable ou s’il doit être nécessairement fait référence aux données figurant dans les comptes sociaux de l’entreprise étrangère dans lesquels ont été enregistrés les bénéfices rectifiée en France.


Réponse

En application des dispositions de l’article 115 quinquies du code général des impôts (CGI), les bénéfices réalisés par une société étrangère en France sont réputés distribués, au titre de chaque exercice, à des associés n’ayant pas leur siège social ou leur domicile fiscal en France.

Ces bénéfices s’entendent du montant total des résultats, imposables ou exonérés, après déduction de l’impôt sur les sociétés.

Indépendamment de ces dispositions, l’article 117 du CGI prévoit que dans le cas où la masse des revenus distribués excède le montant des distributions déclarées par l’entreprise, celle-ci est invitée à fournir à l’administration, dans un délai de trente jours, toutes informations complémentaires sur les bénéficiaires de l’excédent de distribution.

Comme le précisent de manière combinée l’article 116 et le 2° du 2 de l’article 223 du CGI, l’obligation de déclaration porte sur les sommes réparties aux associés, actionnaires ou porteurs de parts, ainsi que sur les sommes ou valeurs mises à leur disposition et présentant le caractère de revenus distribués conformément aux dispositions des articles 109 à 115 ter du CGI, sans qu’il soit fait référence à l’article 115 quinquies précité.

Dès lors, les dispositions de l’article 117 du CGI ne sont pas applicables aux bénéfices réputés distribués en application des dispositions de l’article 115 quinquies de ce même code.

Cela étant, les dispositions de l’article 115 quinquies du CGI ne sauraient être regardées comme privant l’administration de la faculté d’imposer sur la base d’un autre fondement légal les bénéfices soumis à l’impôt sur les sociétés en France distribués par une société étrangère.

Il en est ainsi par exemple lorsque l’administration met en évidence qu’une fraction du bénéfice retenu pour l’assiette de l’impôt sur les sociétés français réalisé par l’établissement stable a été désinvesti, cette fraction de bénéfice constituant alors un revenu distribué au sens du 1° du 1 de l’article 109 du CGI pour lequel l’administration est fondée à recourir aux dispositions de l’article 117 du CGI afin d’en connaître le bénéficiaire.

Naturellement, l’affectation au siège du bénéfice réalisé en France par la société étrangère ne constitue pas un revenu distribué au sens du 1° du 1 de l’article 109 du CGI puisque celui-ci n’est pas désinvesti ; en conséquence, pour l’application aux établissements stables français de sociétés étrangères des articles 41 et 44 de l’annexe Il au CGI, qui fixent les modalités de détermination des montants désinvestis d’une société, il ne doit pas être tenu compte des sommes figurant au passif du bilan de l’établissement qui ont pour origine un flux entre le siège et son établissement.

newsletter de Fiscalonline

Réponse ministérielle Jean Louis Masson du 18 novembre 2010

N°12145


Publié le lundi 22 novembre 2010

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

[Connexion] [s'inscrire] [mot de passe oublié ?]

Autres articles associés aux mots clés :  Bénéfices | Etablissement stable


 



Les articles les plus lus !
Aménagement du régime de report d’imposition de la plus-value d’apport de titres
La fiscalité latente ne peut pas être prise en compte dans l’évaluation des parts des SCI
Elargissement du périmètre du régime fiscal des « impatriés » aux transferts intragroupe en contrat local
Les députés suppriment le dispositif d’exonération des intérêts de prêts familiaux qui n’avait plus lieu d’être
Les députés prorogent le dispositif "Censi-Bouvard" jusqu’en 2021
Bitcoin : une imposition au PFU
Prorogation jusqu’au 31 décembre 2019 du taux de 25% de la réduction d’impôt « Madelin »
Dispositif Pinel en zones B2 et C : les députés décalent de 3 mois la fin du régime transitoire
[+ ...]







Tout pour la gestion de mes impôts et de ma fiscalité en un clic
A propos... Plan du site Nos partenaires Conditions générales Tous droits réservés ® 2000/2018