Fiscal On.Line

Index des mots clés Fiscal On.Line

  RSS

Accueil Newsletter Fil d'actu Application mobile Archives Publicité
En général
Doctrine administrative
Veille législative
Veille réglementaire
Jurisprudence
En particulier
E-Fiscalité
Fiscalité de l’innovation
Fiscalité culture & média
Fiscalité immobilière
Fiscalité et environnement
Fiscalité associative
Fiscalité financière
Fiscalité sociale
Fiscalité de l’expatriation
Fiscalité et assurance
Fiscalité communautaire
Fiscalité internationale
En pratique
LFSS pour 2013
Paquet compétitivité
PLFSS 2016
Agenda fiscal
Chiffres utiles
Fiches techniques
Téléservices
Textes officiels
Cellule de régularisation fiscale
Réponse d’experts
Loi de Finances pour 2011
Réforme de la fiscalité du patrimoine
Réforme de la TVA immobilière
Loi de Finances pour 2012
Loi de Finances rectificative pour 2011
Le dispositif Scellier
Loi de finances rectificative pour 2011-IV
Présidentielle 2012
Loi de finances rectificative pour 2012-I
Déclaration de revenus 2011
La réforme fiscale de François Hollande
Loi de Finances rectificative pour 2012-II
Loi de Finances pour 2013
Loi de Finances rectificative pour 2012-III
Loi de Finances rectificative pour 2013-I
Déclaration des revenus "2012"
ISF 2013
Fraude fiscale
Réforme du logement
Economie sociale et solidaire
Loi de Finances 2016
Loi de Finances 2014
Dossier Crowdfunding
Loi Duflot
LFSS pour 2014
ISF 2014
Les Assises de la fiscalité
Déclaration des revenus 2014
Loi Pinel : artisanat, commerce et TPE
Projet de loi de Finances rectificative pour 2014
PLFRSS 2014
Loi de finances 2015
Application mobile
Transition énergétique
LFSS 2015
Projet de loi pour l’activité
PLFR 2014-II
Déclaration d’impôts 2015
ISF 2015
Loi de finances rectificative pour 2015
Plan d’urgence pour l’emploi
Impôt sur le revenu 2016
Projet de loi Sapin II
Loi de Finances pour 2017
Prélèvement à la source
LFSS pour 2017
Loi de finances rectificative pour 2016
Impôt sur le revenu 2017
Election présidentielle 2017
Droit des sociétés
Loi de Finances pour 2018
Loi Travail
LFSS pour 2018
Projet de loi « ELAN »
Loi PACTE
Loi de Finances rectificative pour 2017
Loi de Finances rectificative pour 2017-II
Le « droit à l’erreur »
Impôt sur le revenu 2018
PL : Transmission d’entreprise
Loi de Finances pour 2019
Réforme de la fiscalité locale
LFSS pour 2019
PLFR 2018
Loi MUES
Grand débat national
Impôt sur le revenu 2019
Pour approfondir
Chroniques
Entretiens
Etudes & rapports
Corporate
Bien préparer sa retraite
Tribune
Comptes-rendus et Synthèses
La bibliothèque du fiscaliste
Dossiers fiscaux
 
 



Evaluation des biens immobiliers : l’administration préconise la méthode par comparaison

partager cet article
envoyer l'article par mail envoyer par mail

Question :

M. Jacques Remiller appelle l’attention de Mme la ministre de l’économie, de l’industrie et de l’emploi sur les différentes méthodes d’évaluation de la valeur des biens immobiliers dans le cadre de la déclaration de l’ISF.

En effet, l’ISF est basé sur une déclaration spontanée du contribuable. Pour ce faire, celui-ci se réfère à la notice Cerfa du ministère de l’économie, des finances et de l’industrie. Dans celle de 2005 (n° 2725-ISF-NOT), page 20, il est précisé que l’évaluation peut être faite par comparaison (valeur du marché), par le revenu, ou par réajustement d’une valeur antérieure.

À partir du moment où le contribuable n’est pas vendeur, il n’y a pas de marché, c’est le calcul par réajustement sur la valeur antérieure (c’est-à-dire le prix d’achat ou le prix déclaré dans la succession, multiplié par le coefficient d’érosion monétaire), qui doit s’appliquer.

Or, c’est souvent la première méthode qui est utilisée par les contribuables, parce que cette note est peu explicite, ce qui ne répond pas à la volonté de transparence prônée par la charte du contribuable.

L’application généralisée du calcul par réajustement de la valeur antérieure permet de réduire ou de supprimer l’ISF sur les patrimoines les moins importants qui sont aujourd’hui victimes de la hausse spéculative de l’immobilier dans certains départements.

À partir du moment où il n’y a pas de vente, donc pas de marché, rien n’oblige les contribuables à faire leur déclaration sur le prix de l’immobilier.

Il souhaite donc savoir si le Gouvernement prévoit de les en informer, afin de leur permettre de bénéficier de cette disposition dans le strict cadre de la loi actuelle.

Réponse :

Pour la liquidation de I’ISF, conformément aux dispositions des articles 761 et 885 S du code général des impôts (CGI), les biens immobiliers doivent être évalués à leur valeur vénale réelle au 1er janvier de l’année d’imposition d’après la déclaration détaillée et estimative des parties. La valeur vénale réelle d’un bien immobilier correspond à sa valeur marchande, c’est-à-dire au prix auquel ce bien pourrait être vendu si son propriétaire décidait de le céder au 1er janvier de l’année, date du fait générateur de l’ISF.

La notice n° 2725 se réfère d’ailleurs explicitement, en ce qui concerne la valeur déclarée des immeubles bâtis, à la valeur vénale en précisant qu’il s’agit du prix auquel les biens pourraient être négociés à la date du 1er janvier.

La doctrine administrative et la jurisprudence considèrent que la valeur vénale des biens immobiliers est déterminée en priorité par comparaison avec des cessions de biens identiques ou tout au moins similaires intervenues à des dates proches et antérieures au 1er janvier de l’année considérée.

En effet, s’agissant de rechercher à quel prix pourrait se négocier un immeuble s’il était mis en vente, cette méthode d’évaluation par comparaison est sans conteste la mieux appropriée et la plus juste puisqu’elle s’appuie sur les données réelles du marché immobilier avec prise en compte des caractéristiques physiques et juridiques du bien considéré.

Pour déterminer la valeur vénale des immeubles, la notice d’ISF propose trois méthodes d’évaluation : par comparaison, par le revenu s’agissant d’immeubles de rapport si l’ensemble de l’immeuble est productif de revenus, et par réajustement d’une valeur antérieure.

Elle ne peut certes détailler la mise en oeuvre de ces méthodes mais renvoie dans sa partie « conseils pratiques » à deux fiches méthodologiques accessibles sur le site www.impots.gouv.fr., où chaque méthode d’évaluation est exposée avec ses avantages et ses inconvénients et où il est précisé, in fine, que la méthode d’évaluation par le revenu et d’après une valeur antérieure « ne doivent être utilisées qu’à défaut de termes de comparaison suffisamment nombreux et probants, la méthode d’évaluation par comparaison étant de loin la meilleure ».

La méthode d’évaluation par réajustement d’une valeur antérieure permet d’obtenir la valeur vénale actuelle d’un immeuble en partant de la valeur donnée au même immeuble à l’occasion d’une mutation ou d’une déclaration antérieure, est affectée d’un coefficient de réajustement fixé compte tenu de l’évolution constatée sur le marché local pour les immeubles de même nature.

L’emploi de la méthode d’évaluation par réajustement nécessite donc une bonne connaissance du marché immobilier et de son évolution au niveau local pour apprécier à la fois la sincérité du prix ou de la valeur antérieurement déclarée et le coefficient de réajustement à retenir.

En outre, il ne faut pas omettre de prendre en compte, le cas échéant, les modifications affectant la consistance ou l’usage du bien, intervenues depuis la dernière mutation ou déclaration et susceptibles d’avoir une répercussion importante sur sa valeur.

C’est pourquoi l’utilisation de cette méthode n’est préconisée qu’à défaut de termes de comparaison suffisamment nombreux et probants.

newsletter de Fiscalonline

Réponse ministérielle Remiller du 17 février 2009

Question n°35028


Publié le jeudi 19 février 2009

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

[Connexion] [s'inscrire] [mot de passe oublié ?]

Autres articles associés aux mots clés :  Evaluation | Immeuble


 



Les articles les plus lus !
Plus-value des non résidents : modèle d’attestation à produire pour bénéficier de la dispense de CSG et de CRDS
Plus-value mobilière : l’abattement renforcé s’applique aux titres d’une société issue d’une activité exercée antérieurement à titre individuel
Report d’imposition de la plus-value d’apport de titres : nouveaux aménagements proposés par le Gouvernement
Régime fiscal d’une donation-partage à des enfants adoptés sous la forme simple après divorce
Conditions d’éligibilité à la réduction d’impôt d’un don versé à une collectivité territoriale
Règles de répartition entre les bénéficiaires du capital d’une assurance vie.
Plus-value immobilière : le Gouvernement n’envisage pas de remettre en cause l’exonération « résidence principale »
Apport à une Holding de titres sous engagement Dutreil : un député demande des précisions sur l’appréciation du quota de 75 %
[+ ...]







Tout pour la gestion de mes impôts et de ma fiscalité en un clic
A propos... Plan du site Nos partenaires Conditions générales Tous droits réservés ® 2000/2019/a>