Fiscal On.Line

Index des mots clés Fiscal On.Line

  RSS

Accueil Newsletter Fil d'actu Partenaires Placements Publicité
En général
Doctrine administrative
Veille législative
Veille réglementaire
Jurisprudence
En particulier
E-Fiscalité
Fiscalité de l’innovation
Fiscalité culture & média
Fiscalité immobilière
Fiscalité et environnement
Fiscalité associative
Fiscalité financière
Fiscalité sociale
Fiscalité de l’expatriation
Fiscalité et assurance
Fiscalité communautaire
Fiscalité internationale
En pratique
LFSS pour 2013
Paquet compétitivité
Agenda fiscal
Chiffres utiles
Fiches techniques
Téléservices
Textes officiels
Nos publications interactives
Réponse d’experts
Loi de Finances pour 2011
Réforme de la fiscalité du patrimoine
Réforme de la TVA immobilière
Déclaration de revenus 2010
Loi de Finances pour 2012
Loi de Finances rectificative pour 2011
L’EIRL
Le dispositif Scellier
Deuxième plan de rigueur
Loi de finances rectificative pour 2011-IV
Présidentielle 2012
Loi de finances rectificative pour 2012-I
Déclaration de revenus 2011
La réforme fiscale de François Hollande
Loi de Finances rectificative pour 2012-II
Loi de Finances pour 2013
Loi de Finances rectificative pour 2012-III
Loi de Finances rectificative pour 2013-I
Déclaration des revenus "2012"
ISF 2013
Rénovation de la politique familiale
Réforme des retraites
Fraude fiscale
Réforme du logement
Economie sociale et solidaire
Loi de Finances 2014
Dossier Crowdfunding
Loi Duflot
Les levées de fonds Particeep
LFSS pour 2014
ISF 2014
Les Assises de la fiscalité
Déclaration des revenus 2014
Loi Pinel : artisanat, commerce et TPE
Loi visant à reconquérir l’économie réelle
Projet de loi de Finances rectificative pour 2014
PLFRSS 2014
Loi de finances 2015
Pour approfondir
Chroniques
Entretiens
Etudes & rapports
Corporate
Tribune
Comptes-rendus et Synthèses
La bibliothèque du fiscaliste
 
 



Taxe due par les opérateurs agréés de jeux ou de paris en ligne

partager cet article

Le 12 mai dernier le Conseil Constitutionnel a décidé que la loi relative à l’ouverture à la concurrence et à la régulation du secteur des jeux d’argent et de hasard en ligne était conforme à la Constitution (Décision n° 2010-605 DC du 12 mai 2010).

Cette loi organise l’ouverture du secteur des jeux d’argent et de hasard.

S’agissant des dispositions fiscales la loi prévoit notamment la mise en place d’un droit fixe dû par les opérateurs de jeux en ligne soumis au contrôle de l’Autorité de régulation des jeux en ligne lors du dépôt de la demande d’agrément ou du renouvellement de celle-ci (Art. 1012 du CGI). Il sera également perçu au titre de chaque année au cours de la période de validité de l’agrément.

Le gouvernement vient de préciser le lontant et les modalités de paiement de ce droit fixe.

Soulignons que la mission de préfiguration de l’autorité de régulation des jeux en ligne (ARJEL) a mis en ligne début mars (notre article sur le sujet) les projets de cahier des charges juridique et de dossier des exigences techniques sur le site Internet suivant : www.pre-arjel.fr

Ce cahier des charges précisait notamment les modalités de paiement des droits mentionnés à l’article 1012 du CGI.

Le droit fixe est de :

- 5 000 € si la demande porte sur un seul agrément ;
- 8 000 € si la demande porte sur deux agréments ;
- 10 000 € si la demande porte sur trois agréments.

Au titre de chaque agrément délivré ou renouvelé, au 1er janvier de chaque année suivant celle au cours de laquelle l’agrément a été délivré ou renouvelé, le droit dû est de :

- 20 000 € lorsque l’opérateur n’est titulaire que d’un seul agrément ;
- 30 000 € lorsque l’opérateur est titulaire de deux agréments ;
- 40 000 € lorsque l’opérateur est titulaire de trois agréments.

Enfin, lors d’une demande de renouvellement de l’agrément, le droit dû est de :

- 2 500 € si la demande de renouvellement porte sur un seul agrément ;
- 4 000 € si la demande de renouvellement porte sur deux agréments ;
- 5 000 € si la demande de renouvellement porte sur trois agréments.


Modalités de paiement

  • Les redevables établis en France acquittent le droit mentionné à l’article 1012 du CGI auprès du comptable du service des impôts du siège de la direction de l’entreprise, ou, à défaut, du principal établissement.

Toutefois, les redevables mentionnés à l’article 344-0 A acquittent le droit fixe au service chargé des grandes entreprises.

  • Les redevables établis dans un autre Etat membre de la Communauté européenne acquittent le droit fixe auprès de la recette de la direction des résidents à l’étranger et des services généraux.

Toutefois, par dérogation aux dispositions du premier alinéa, les redevables établis dans un autre Etat membre de la Communauté européenne, qui ont désigné en France, avant le 1er janvier 2002, un représentant mentionné à l’article 289 A du CGI, acquittent le droit fixe auprès du service des impôts dont dépend le lieu d’imposition de ce représentant.

  • Enfin, les redevables non établis dans la Communauté européenne acquittent le droit fixe auprès du SIE dont dépend le lieu d’imposition du représentant désigné en application de l’article 289 A du CGI, ou à défaut, de l’article 302 bis ZN du même code.

newsletter de Fiscalonline

Décret du 14 mai 2010

n° 2010-494, JO 15 mai 2010, p.9051


Publié le samedi 15 mai 2010

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

[Connexion] [s'inscrire] [mot de passe oublié ?]

Autres articles associés aux mots clés :  jeux en ligne | Paris


 



Les articles les plus lus !
Impôts : les engagements de Manuel Valls
Déclaration relative à la politique de prix de transfert : l’imprimé est en ligne
Le régime des plus-values de cession de valeurs mobilières en 2013 et en 2014
Vers une suppression de la première tranche de l’impôt sur le revenu en 2015
La fiscalité, l’outil du Président Hollande pour soutenir le financement et l’investissement
Projet BEPS ou la lutte contre l’évasion fiscale de la part des entreprises multinationales
Crowdfunding : le gouvernement précise le statut des intermédiaires et des conseillers en investissements participatifs
Le régime fiscal de la société qui attribue gratuitement des actions à ses salariés
[+ ...]


  A propos... Plan du site Nos partenaires Conditions générales Tous droits réservés ® 2000/2014