Fiscal On.Line

Index des mots clés Fiscal On.Line

  RSS

Accueil Newsletter Fil d'actu Application mobile Archives Publicité
En général
Doctrine administrative
Veille législative
Veille réglementaire
Jurisprudence
En particulier
E-Fiscalité
Fiscalité de l’innovation
Fiscalité culture & média
Fiscalité immobilière
Fiscalité et environnement
Fiscalité associative
Fiscalité financière
Fiscalité sociale
Fiscalité de l’expatriation
Fiscalité et assurance
Fiscalité communautaire
Fiscalité internationale
En pratique
LFSS pour 2013
Paquet compétitivité
PLFSS 2016
Agenda fiscal
Chiffres utiles
Fiches techniques
Téléservices
Textes officiels
Cellule de régularisation fiscale
Réponse d’experts
Loi de Finances pour 2011
Réforme de la fiscalité du patrimoine
Réforme de la TVA immobilière
Loi de Finances pour 2012
Loi de Finances rectificative pour 2011
Le dispositif Scellier
Loi de finances rectificative pour 2011-IV
Présidentielle 2012
Loi de finances rectificative pour 2012-I
Déclaration de revenus 2011
La réforme fiscale de François Hollande
Loi de Finances rectificative pour 2012-II
Loi de Finances pour 2013
Loi de Finances rectificative pour 2012-III
Loi de Finances rectificative pour 2013-I
Déclaration des revenus "2012"
ISF 2013
Fraude fiscale
Réforme du logement
Economie sociale et solidaire
Loi de Finances 2016
Loi de Finances 2014
Dossier Crowdfunding
Loi Duflot
LFSS pour 2014
ISF 2014
Les Assises de la fiscalité
Déclaration des revenus 2014
Loi Pinel : artisanat, commerce et TPE
Projet de loi de Finances rectificative pour 2014
PLFRSS 2014
Loi de finances 2015
Application mobile
Transition énergétique
LFSS 2015
Projet de loi pour l’activité
PLFR 2014-II
Déclaration d’impôts 2015
ISF 2015
Loi de finances rectificative pour 2015
Plan d’urgence pour l’emploi
Impôt sur le revenu 2016
Projet de loi Sapin II
Loi de Finances pour 2017
Prélèvement à la source
LFSS pour 2017
Loi de finances rectificative pour 2016
Impôt sur le revenu 2017
Election présidentielle 2017
Droit des sociétés
Loi de Finances pour 2018
Loi Travail
LFSS pour 2018
Projet de loi « ELAN »
Loi PACTE
Loi de Finances rectificative pour 2017
Loi de Finances rectificative pour 2017-II
Le « droit à l’erreur »
Impôt sur le revenu 2018
PL : Transmission d’entreprise
Loi de Finances pour 2019
Réforme de la fiscalité locale
LFSS pour 2019
PLFR 2018
Pour approfondir
Chroniques
Entretiens
Etudes & rapports
Corporate
Bien préparer sa retraite
Tribune
Comptes-rendus et Synthèses
La bibliothèque du fiscaliste
Dossiers fiscaux
 
 



Domiciliation : une menace de mort anachronique

partager cet article
envoyer l'article par mail envoyer par mail

Domiciliation : une menace de mort anachronique




Par le SYNAPHE, Syndicat National des Professionnels de l’Hébergement d’Entreprises.

La grave crise de confiance des citoyens envers les élus et les gouvernants justifie-t-elle la menace de mort d’une activité économique, celle de la domiciliation et de l’hébergement d’entreprises, comme gage politique d’une majorité en mal de rédemption ?

Le député Yann Galut - qui pilote le groupe de travail interne au Parti socialiste sur l’évasion fiscale - a déposé le 9 avril dernier, à l’Assemblée nationale, plusieurs propositions de loi sur l’exil fiscal, parmi lesquelles la suppression pure et simple des sociétés de domiciliation, qui contribueraient, selon lui, à étendre la fraude parce qu’elles permettent de choisir une adresse commerciale pour siège social.


Cette proposition meurtrit les professionnels de la domiciliation et des centres d’affaires car ils n’ont pas attendu la crise actuelle pour balayer devant leur porte. Les domiciliataires et les hébergeurs, regroupés au sein du Syndicat national des professionnels de l’hébergement d’entreprises (SYNAPHE), ont réussi, de leur propre initiative, un travail exemplaire de normalisation, pour ne pas dire de moralisation de leur profession, sans équivalent en Europe. Trois grandes étapes ont marqué cette volonté de rigueur et de probité.

Une profession exemplaire

Quand de nombreux secteurs d’activités sont dérégulés sous la pression des institutions européennes, les professionnels de la domiciliation fiscale en France ont œuvré pour que leur profession fixe les conditions d’exercice qu’ils doivent s’appliquer, s’obligeant à garantir une prestation minimale à leurs clients grâce à la création, en 2008, de la norme Afnor NF X 50-772. Cette première étape clarifie et impose des règles du jeu communes à la profession.

Le SYNAPHE a saisi, au courant de l’année 2010, l’opportunité de la transposition dans le droit français de la directive européenne de lutte contre le terrorisme et le blanchiment d’argent (Tracfin) pour que la domiciliation fiscale intègre ce dispositif.

Conformément à l’article R123-168 du Code de commerce, le domiciliataire fournit, au centre des impôts et aux organismes de recouvrement des cotisations et contributions de Sécurité sociale compétents une liste des personnes qui se sont domiciliées dans ses locaux au cours de cette période ou qui ont mis fin à leur domiciliation ainsi que chaque année, avant le 15 janvier, une liste des personnes domiciliées au 1er janvier.

Dans le cadre du dispositif Tracfin, chaque domiciliataire doit classifier ses clients selon trois catégories de vigilance : faible, moyenne et renforcée. Cette étape exige donc des domiciliataires une contrainte de transparence sans égale hors du secteur financier. Ainsi, en poussant le législateur à inscrire la domiciliation fiscale dans son périmètre, le SYNAPHE a propulsé sa profession dans une démarche citoyenne.

Enfin, depuis le 1er janvier 2011 (ordonnance n°2009-104 du 30 janvier 2009 et décret n°2009-1695 du 30 décembre 2009), un domiciliataire doit obtenir l’agrément de sa préfecture pour pouvoir exercer. Cela signifie concrètement que les domiciliataires sont désormais comptés et identifiés et qu’ils doivent suivre des conditions d’exercice strictement encadrées. Cette troisième étape fait du domiciliataire en France un acteur économique digne de confiance.

La France fait aujourd’hui figure d’exemple en Europe. L’harmonisation de notre activité au niveau européen constitue d’ailleurs un axe de réflexion majeur du SYNAPHE, membre fondateur de la Confédération européenne des syndicats de centres d’affaires (EuroCBCA).

Des emplois injustement mis en danger

Les professionnels - sur lesquels l’opprobre a été publiquement jetée et massivement relayée par les médias - veulent croire que leur accusateur a agi par méconnaissance plutôt que par démagogie. Pour lever les a-priori, le SYNAPHE invite le député Yann Galut à visiter, sans tarder, un ou plusieurs domiciliataire(s) afin qu’il se rende compte de leur travail quotidien contre la fraude fiscale.

Au-delà de ces questions sensibles, soulignons aussi l’utilité publique des hébergeurs, notamment auprès de l’accompagnement et de l’aide à la création des start-up et TPE, qui ne pourraient démarrer dans de bonnes conditions sans une offre compétitive des centres d’affaires, en moyenne 30 % moins cher qu’un bail 3/6/9 ans.

À l’anathème, notre Syndicat préfère la rencontre et le dialogue pour que cesse une menace de mort anachronique sur un secteur d’activité qui, rappelons-le, pèse 400 millions d’euros de chiffre d’affaires et emploie plus de 1 000 salariés.

Bruno Rébillé

Président du Syndicat national des professionnels de l’hébergement d’entreprises.

A propos du SYNAPHE

Créé en 1993, le SYNAPHE est le Syndicat National des Professionnels de l’Hébergement d’Entreprises.

Il représente tous les professionnels dont l’activité consiste à fournir un espace, des moyens, des services et un accompagnement à leur développement économique. Le SYNAPHE défend en France, au niveau national et local, les intérêts collectifs d’environ 250 centres d’affaires et de domiciliation impliqués dans une politique de qualité rigoureuse.

La participation active du SYNAPHE à la définition d’un cadre législatif du secteur d’activité et de ses bonnes pratiques aboutit, en 2009, à l’obtention d’un agrément préfectoral du domiciliataire qui légitime les centres d’affaires et de domiciliation.

- Chiffres clés

  • 200 sociétés adhérentes
  • 250 centres d’affaires et de domiciliation
  • 250 000 m2 de bureaux équipés
  • 8 000 bureaux équipés
  • 12 000 postes de travail
  • 40 000 sociétés clientes domiciliées
  • 60 000 clients utilisateurs

www.synaphe.fr

newsletter de Fiscalonline

Tribine libre du Syndicat National des Professionnels de l’Hébergement d’Entreprises

Publié le jeudi 18 avril 2013

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

[Connexion] [s'inscrire] [mot de passe oublié ?]

Autres articles associés aux mots clés : 


 



Les articles les plus lus !
Modalités de calcul d’une plus-value d’un bien acquis en nue-propriété moyennant rente viagère
Réduction d’impôt « Pinel » : la Commission des Finances rétablit l’interdiction de mise en location à un ascendant ou à un descendant
La Commission des Finances est favorable à l’imposition des gains de cession de « bitcoin » au PFU à 30%
PLF 2019 (partie II) : Florilège d’amendements adoptés en Commission des Finances
La Commission des Finances institue un abus de droit fiscal « à deux étages »
Plus-value immobilière : ces indices qui font tomber l’exonération « résidence principale »
Comité de l’abus de droit fiscal : quel que soit le sens de l’avis la charge de la preuve pèsera uniquement sur l’administration
Un projet de budget rectificatif pour 2018 sans aucune disposition fiscale
[+ ...]







Tout pour la gestion de mes impôts et de ma fiscalité en un clic
A propos... Plan du site Nos partenaires Conditions générales Tous droits réservés ® 2000/2018