Fiscal On.Line

Index des mots clés Fiscal On.Line

  RSS

Accueil Newsletter Fil d'actu Application mobile Archives Publicité
En général
Doctrine administrative
Veille législative
Veille réglementaire
Jurisprudence
En particulier
E-Fiscalité
Fiscalité de l’innovation
Fiscalité culture & média
Fiscalité immobilière
Fiscalité et environnement
Fiscalité associative
Fiscalité financière
Fiscalité sociale
Fiscalité de l’expatriation
Fiscalité et assurance
Fiscalité communautaire
Fiscalité internationale
En pratique
LFSS pour 2013
Paquet compétitivité
PLFSS 2016
Agenda fiscal
Chiffres utiles
Fiches techniques
Téléservices
Textes officiels
Cellule de régularisation fiscale
Réponse d’experts
Loi de Finances pour 2011
Réforme de la fiscalité du patrimoine
Réforme de la TVA immobilière
Loi de Finances pour 2012
Loi de Finances rectificative pour 2011
Le dispositif Scellier
Loi de finances rectificative pour 2011-IV
Présidentielle 2012
Loi de finances rectificative pour 2012-I
Déclaration de revenus 2011
La réforme fiscale de François Hollande
Loi de Finances rectificative pour 2012-II
Loi de Finances pour 2013
Loi de Finances rectificative pour 2012-III
Loi de Finances rectificative pour 2013-I
Déclaration des revenus "2012"
ISF 2013
Fraude fiscale
Réforme du logement
Economie sociale et solidaire
Loi de Finances 2016
Loi de Finances 2014
Dossier Crowdfunding
Loi Duflot
LFSS pour 2014
ISF 2014
Les Assises de la fiscalité
Déclaration des revenus 2014
Loi Pinel : artisanat, commerce et TPE
Projet de loi de Finances rectificative pour 2014
PLFRSS 2014
Loi de finances 2015
Application mobile
Transition énergétique
LFSS 2015
Projet de loi pour l’activité
PLFR 2014-II
Déclaration d’impôts 2015
ISF 2015
Loi de finances rectificative pour 2015
Plan d’urgence pour l’emploi
Impôt sur le revenu 2016
Projet de loi Sapin II
Loi de Finances pour 2017
Prélèvement à la source
LFSS pour 2017
Loi de finances rectificative pour 2016
Impôt sur le revenu 2017
Election présidentielle 2017
Droit des sociétés
Loi de Finances pour 2018
Loi Travail
LFSS pour 2018
Projet de loi « ELAN »
Loi PACTE
Loi de Finances rectificative pour 2017
Loi de Finances rectificative pour 2017-II
Le « droit à l’erreur »
Impôt sur le revenu 2018
PL : Transmission d’entreprise
Loi de Finances pour 2019
Réforme de la fiscalité locale
LFSS pour 2019
PLFR 2018
Loi MUES
Grand débat national
Impôt sur le revenu 2019
Pour approfondir
Chroniques
Entretiens
Etudes & rapports
Corporate
Bien préparer sa retraite
Tribune
Comptes-rendus et Synthèses
La bibliothèque du fiscaliste
Dossiers fiscaux
 
 



Dirigeants assimilés salariés, l’heure du choix est arrivée : primes ou dividendes ?

partager cet article
envoyer l'article par mail envoyer par mail

Quels droits à retraite sont générés par ces cotisations ?

Valeur d’achat du point AGIRC en 2013 : 5,3006 €. Avec 11 200 €, le dirigeant acquiert 2 113 points qui serviront une rente de (2 113 pts x 0,4352 €) 919 € par an, rente calculée en 2013 ! Et c’est bien là le problème !

L’achat du point est rentabilisé en 12 ans alors que l’espérance de vie des retraités AGIRC est en moyenne de 25 ans (homme et femme confondus).

Qui finance les 13 années manquantes ?

Avec 4 701 € par an de revenu disponible supplémentaire, quel patrimoine peut-on créer ? 2 solutions :

  • Travailler en amont de la fiscalité personnelle du dirigeant, ce ne sont pas 4 701 € qui sont épargnés, mais ce seront alors 4 701 € plus le gain IR qui seront épargnés.
  • Mettre les solutions en place en amont dans l’entreprise et laisser au dirigeant le même pouvoir d’achat qu’il avait avec sa prime, soit 40 654 €. L’entreprise met ainsi en place une solution collective avec le budget complémentaire.
Prime assimilé salarié DividendesMixte dividendes +solutions retraites collectives
Budget entreprise 100 000 € 100 000 € 100 000 € 89 675 € + (10 325 € retraite collective)
Revenu net disponible pour le dirigeant (fiscalité déduite TMI 30%) 40 654 € 45 355 € 40 607 € (pouvoir d’achat) +4 701 € (d’épargne personnelle) 40 654 €
Cotisations retraite ou épargne réalisée 14 000 € cotisations AGIRC dont 11 200 € serviront à acheter des points 4701€ ou(4701€plusle gain IR) Epargne personnelle annuelle du dirigeant Epargne collective annuelle 10 325 € taxes comprises (3)
Droits acquis ou épargne réalisée 2 113 points AGIRC (calcul 2013) 4 701 € capitalisés ou 4 701 € capitalisés+ gain IR 10 325 € épargne annuelle entreprise taxes inclues
En conclusion, la prime apporte moins de pouvoir d’achat que le dividende, mais elle génère des droits à retraite différés. Un seuil incompressible de revenus salariaux de 37 032 € est indispensable afin d’apporter un minimum de droits sociaux à retraite et prévoyance.

Au-delà de ce seuil de revenus, le dirigeant a le choix entre :

  • Percevoir une prime, il minimise son pouvoir d’achat en maximisant ses cotisations dans les régimes obligatoires de retraite.
  • Percevoir des dividendes, il privilégie alors la capitalisation pour se créer une retraite supplémentaire, capitalisation réalisée soit à titre personnel, soit en amont dans l’entreprise par la mise en place de solutions collectives.

Il est donc possible de jouer sur les 2 tableaux, sa propre retraite et celle de ses salariés, valorisant ainsi son entreprise.

Le choix entre primes et dividendes doit désormais être pensé par rapport à la dégradation inévitable des revenus de remplacement. Majoré à court terme, le choix du dividende pour un niveau de consommation plus élevé est perdant à long terme, si le pouvoir d’achat supplémentaire n’est pas épargné à titre personnel ou par le biais de l’entreprise pour constituer des revenus différés.


- (1) Le dividende n’intègre pas l’assiette de calcul du montant de cotisation affectée à la retraite et à la prévoyance d’entreprise en franchise fiscale et sociale.
- (2) Pour un budget annuel de 100 000 € charges patronales de 45% inclues est perçue une prime brute 68 965 €. Le taux d’appel (taux de cotisation) AGIRC est de 20,30% en 2013 mais le taux contractuel (le taux qui permet d’acquérir des points) est de 16,24 %, soit 16,24 % * 68 965 € = 11 200 €.

- (3) L’épargne collective est soumise

  • soit à une taxe de 20% (forfait social) dans le cadre de l’épargne salariale et de régimes de retraite supplémentaire dit article 83
  • soit à une taxe de 24% dans la cadre de régimes de retraite à prestations définies
L’Union Financière de France en quelques mots

Créée en 1968, l’Union Financière de France est une banque spécialisée dans le conseil en gestion de patrimoine, qui offre des produits et services adaptés aux clients particuliers et aux entreprises. Sa gamme de produits comprend l’immobilier, les valeurs mobilières et l’assurance vie ainsi qu’un large éventail de produits destinés aux entreprises (plan d’épargne retraite, plan d’épargne salariale, gestion de liquidités à moyen terme, etc.).

L’Union Financière de France dispose d’un réseau dense présent partout en France et est composée de 1150 salariés, dont 900 dédiés au conseil. Au 30 septembre 2013, l’Union Financière de France compte 137 000 clients, dont 115 000 particuliers et 22 000 entreprises.

L’Union Financière de France est cotée sur Euronext Paris Compartiment B Code Euroclear 3454 Code ISIN FR0000034548.

newsletter de Fiscalonline

Chronique de Nadine Racamier, adjoint au Responsable Développement Offre Entreprise et Partenariat

Publié le vendredi 6 décembre 2013

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

[Connexion] [s'inscrire] [mot de passe oublié ?]

Autres articles associés aux mots clés :  Salarié


 



Les articles les plus lus !
Report d’imposition de la plus-value d’apport de titres : nouveaux aménagements proposés par le Gouvernement
Cession de l’usufruit temporaire de parts de société à l’épreuve de l’acte anormal de gestion
Retenue à la source applicable à certaines sociétés étrangères : le Conseil d’Etat censure le mode de calcul désavantageux de l’article 115 quinquies du CGI
La qualification de holding animatrice ne saurait être subordonnée à une prise de participation majoritaire
La mise en demeure de déposer la déclaration des revenus du défunt doit être adressée à tous les héritiers
Les titulaires de pensions de vieillesse ou de la carte d’invalidité ne peuvent bénéficier de l’exonération de plus-value en cas de cession de parts de SCI
Taxe GAFA : une approche imparfaite et nécessairement transitoire selon Syntec Numérique
L’article 4 bis du CGI : un piège pour les entreprises françaises de navigation aérienne et maritime et leurs salariés non-résidents
[+ ...]







Tout pour la gestion de mes impôts et de ma fiscalité en un clic
A propos... Plan du site Nos partenaires Conditions générales Tous droits réservés ® 2000/2019/a>