Fiscal On.Line

Index des mots clés Fiscal On.Line

  RSS

Accueil Newsletter Fil d'actu Application mobile Archives Publicité
En général
Doctrine administrative
Veille législative
Veille réglementaire
Jurisprudence
En particulier
E-Fiscalité
Fiscalité de l’innovation
Fiscalité culture & média
Fiscalité immobilière
Fiscalité et environnement
Fiscalité associative
Fiscalité financière
Fiscalité sociale
Fiscalité de l’expatriation
Fiscalité et assurance
Fiscalité communautaire
Fiscalité internationale
En pratique
LFSS pour 2013
Paquet compétitivité
PLFSS 2016
Agenda fiscal
Chiffres utiles
Fiches techniques
Téléservices
Textes officiels
Cellule de régularisation fiscale
Réponse d’experts
Loi de Finances pour 2011
Réforme de la fiscalité du patrimoine
Réforme de la TVA immobilière
Loi de Finances pour 2012
Loi de Finances rectificative pour 2011
Le dispositif Scellier
Loi de finances rectificative pour 2011-IV
Présidentielle 2012
Loi de finances rectificative pour 2012-I
Déclaration de revenus 2011
La réforme fiscale de François Hollande
Loi de Finances rectificative pour 2012-II
Loi de Finances pour 2013
Loi de Finances rectificative pour 2012-III
Loi de Finances rectificative pour 2013-I
Déclaration des revenus "2012"
ISF 2013
Fraude fiscale
Réforme du logement
Economie sociale et solidaire
Loi de Finances 2016
Loi de Finances 2014
Dossier Crowdfunding
Loi Duflot
LFSS pour 2014
ISF 2014
Les Assises de la fiscalité
Déclaration des revenus 2014
Loi Pinel : artisanat, commerce et TPE
Projet de loi de Finances rectificative pour 2014
PLFRSS 2014
Loi de finances 2015
Application mobile
Transition énergétique
LFSS 2015
Projet de loi pour l’activité
PLFR 2014-II
Déclaration d’impôts 2015
ISF 2015
Loi de finances rectificative pour 2015
Plan d’urgence pour l’emploi
Impôt sur le revenu 2016
Projet de loi Sapin II
Loi de Finances pour 2017
Prélèvement à la source
LFSS pour 2017
Loi de finances rectificative pour 2016
Impôt sur le revenu 2017
Election présidentielle 2017
Droit des sociétés
Loi de Finances pour 2018
Loi Travail
LFSS pour 2018
Projet de loi « ELAN »
Loi PACTE
Loi de Finances rectificative pour 2017
Loi de Finances rectificative pour 2017-II
Le « droit à l’erreur »
Impôt sur le revenu 2018
PL : Transmission d’entreprise
Loi de Finances pour 2019
Réforme de la fiscalité locale
LFSS pour 2019
PLFR 2018
Pour approfondir
Chroniques
Entretiens
Etudes & rapports
Corporate
Bien préparer sa retraite
Tribune
Comptes-rendus et Synthèses
La bibliothèque du fiscaliste
Dossiers fiscaux
 
 



Déficits français et traitement fiscal allemand : une fiscalité qui s’européanise

partager cet article
envoyer l'article par mail envoyer par mail

Déficits français et traitement fiscal allemand : une fiscalité qui s’européanise

L’impôt sur les sociétés français permet un report en avant illimité des déficits ainsi qu’un report en arrière.

- Le carry-back :

Conformément à l’article 220 quinquies-I du CGI (al.1) le déficit constaté au titre d’un exercice donné par une entreprise soumise à l’impôt sur les sociétés peut, sur option, être considéré comme une charge déductible du bénéfice de l’antépénultième exercice et, le cas échéant, de celui de l’avant-dernier exercice puis de l’exercice précédent, dans la limite de la fraction non distribuée de ces bénéfices.

Autrement dit, ce mécanisme de report en arrière des déficits (« carry-back »), permet aux sociétés d’imputer le déficit constaté à la clôture d’un exercice sur les bénéfices des 3 exercices précédents l’exercice déficitaire.

Cette imputation fait naître une créance remboursable sur le Trésor correspondant à l’excédent d’impôt antérieurement versé. Pour mémoire, les créances nées du report en arrière des déficits des exercices clos jusqu’au 30 septembre 2009 ont pu, sur demande de l’entreprise, faire l’objet d’un remboursement anticipé en 2009. Cette mesure exceptionnelle n’a toutefois pas été reconduite. La ministre de l’économie a estimé que le dispositif « se justifiait pleinement dans le contexte économique exceptionnel de la fin de l’année 2008, dès lors qu’il était destiné à soutenir la trésorerie de nos entreprises. Coûteux pour le budget de l’État, il constituait une mesure conjoncturelle, et non une mesure structurelle » (Réponse ministérielle Jean-Marc Roubaud du 3 août 2010).

L’option pour le carry-back a notamment pour intérêt de mettre le contribuable à l’abri de la péremption de ces déficits ordinaires. Le report en avant des déficits permet de considérer le déficit subi pendant un exercice comme une charge de l’exercice suivant, et de manière illimitée.


- Le report en avant des déficits

C’est l’article 89 de la loi de finances pour 2004 qui a autorisé, pour les exercices ouverts à compter du 1er janvier 2004, le report en avant illimité des déficits pour les entreprises soumises à l’impôt sur les sociétés. Auparavant, ce report était limité à 5 ans.

Le report en avant permet notamment de bénéficier d’une trésorerie supplémentaire l’année qui suit l’imputation du déficit. En effet, l’option pour le report en avant permet de réaliser une économie temporaire sur les acomptes d’impôt sur les sociétés, ceux-ci étant calculés sur les résultats n-2 et n-1 après imputation des déficits.


Ces deux règles sont très favorables.

Comme nous l’avons indiqué dans un précédent article, « si ces mécanismes existent également Outre-Rhin, l’avantage qu’il procure est bien moindre que celui dont peuvent se prévaloir les entreprises françaises ».

Ainsi, le report en arrière allemand est notamment limité à un an et plafonné à 511 500 euros.

Dans le cadre des mesures prises pour réduire le déficit, le gouvernement Fillon propose « d’aligner les règles françaises d’utilisation des pertes fiscales sur le régime allemand et d’initier ainsi sans délai la convergence entre nos deux régimes d’impôt sur les sociétés ».

- Report en arrière : les déficits ne pourront plus être imputés, dorénavant, que sur le bénéfice de l’année antérieure. L’excédent non imputé sera reporté en avant.

- Report en avant : une entreprise ne pourra plus imputer de déficits au-delà de 60 % de son bénéfice. Quel que soit le montant de leurs déficits passés, les entreprises bénéficiaires devront donc payer un impôt sur les sociétés calculé sur au moins 40 % de leur résultat. La fraction non imputée des déficits sera reportée sur les années suivantes.

Cette limitation ne sera applicable qu’à la fraction des bénéfices excédant 1 million d’euros.


Cette mesure s’appliquera à l’impôt sur les sociétés dû au titre des exercices clos à compter de la date de promulgation de la loi.

© Fiscalonline.com

newsletter de Fiscalonline

Mseures du gouvernement Fillon pour réduire le déficit

Le dossier de presse du gouvernement


Publié le samedi 27 août 2011

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

[Connexion] [s'inscrire] [mot de passe oublié ?]

Autres articles associés aux mots clés :  Carry-back | Déficit


 



Les articles les plus lus !
PLF 2019 : le Sénat a adopté avec modifications le projet de loi en première lecture
Plus-value et résidence principale : l’occupation de la maison à titre habituel et effectif doit être justifiée
Vente en bloc d’un immeuble acquis par fractions successives : condition d’imputation de la moins-value
La procédure d’adoption de la loi de finances rectificative pour 2018 est conforme à la Constitution
Régime fiscal des impatriés : précision sur les salariés appelés pour occuper un emploi en France
Plan d’action TVA : le Conseil adopte quatre ajustements à court terme
Articulation entre crédit d’impôt recherche et jeune entreprise innovante
Les solutions du Gouvernement face à la fraude à la TVA sur les plateformes en ligne
[+ ...]







Tout pour la gestion de mes impôts et de ma fiscalité en un clic
A propos... Plan du site Nos partenaires Conditions générales Tous droits réservés ® 2000/2018