Fiscal On.Line

Index des mots clés Fiscal On.Line

  RSS

Accueil Newsletter Fil d'actu Application mobile Archives Publicité
En général
Doctrine administrative
Veille législative
Veille réglementaire
Jurisprudence
En particulier
E-Fiscalité
Fiscalité de l’innovation
Fiscalité culture & média
Fiscalité immobilière
Fiscalité et environnement
Fiscalité associative
Fiscalité financière
Fiscalité sociale
Fiscalité de l’expatriation
Fiscalité et assurance
Fiscalité communautaire
Fiscalité internationale
En pratique
LFSS pour 2013
Paquet compétitivité
PLFSS 2016
Agenda fiscal
Chiffres utiles
Fiches techniques
Téléservices
Textes officiels
Cellule de régularisation fiscale
Réponse d’experts
Loi de Finances pour 2011
Réforme de la fiscalité du patrimoine
Réforme de la TVA immobilière
Loi de Finances pour 2012
Loi de Finances rectificative pour 2011
Le dispositif Scellier
Loi de finances rectificative pour 2011-IV
Présidentielle 2012
Loi de finances rectificative pour 2012-I
Déclaration de revenus 2011
La réforme fiscale de François Hollande
Loi de Finances rectificative pour 2012-II
Loi de Finances pour 2013
Loi de Finances rectificative pour 2012-III
Loi de Finances rectificative pour 2013-I
Déclaration des revenus "2012"
ISF 2013
Fraude fiscale
Réforme du logement
Economie sociale et solidaire
Loi de Finances 2016
Loi de Finances 2014
Dossier Crowdfunding
Loi Duflot
LFSS pour 2014
ISF 2014
Les Assises de la fiscalité
Déclaration des revenus 2014
Loi Pinel : artisanat, commerce et TPE
Projet de loi de Finances rectificative pour 2014
PLFRSS 2014
Loi de finances 2015
Application mobile
Transition énergétique
LFSS 2015
Projet de loi pour l’activité
PLFR 2014-II
Déclaration d’impôts 2015
ISF 2015
Loi de finances rectificative pour 2015
Plan d’urgence pour l’emploi
Impôt sur le revenu 2016
Projet de loi Sapin II
Loi de Finances pour 2017
Prélèvement à la source
LFSS pour 2017
Loi de finances rectificative pour 2016
Impôt sur le revenu 2017
Election présidentielle 2017
Droit des sociétés
Loi de Finances pour 2018
Loi Travail
LFSS pour 2018
Projet de loi « ELAN »
Loi PACTE
Loi de Finances rectificative pour 2017
Loi de Finances rectificative pour 2017-II
Le « droit à l’erreur »
Impôt sur le revenu 2018
PL : Transmission d’entreprise
Loi de Finances pour 2019
Réforme de la fiscalité locale
LFSS pour 2019
PLFR 2018
Loi MUES
Grand débat national
Impôt sur le revenu 2019
Pour approfondir
Chroniques
Entretiens
Etudes & rapports
Corporate
Bien préparer sa retraite
Tribune
Comptes-rendus et Synthèses
La bibliothèque du fiscaliste
Dossiers fiscaux
 
 



Déduction des frais d’acquisition de titres de société

partager cet article
envoyer l'article par mail envoyer par mail

Les intérêts, frais et charges versés depuis le 1er janvier 2009 par les salariés et les dirigeants (fiscalement assimilés à des salariés) pour l’acquisition ou la souscription de titre de la société dans laquelle ils exercent leur activité professionnelle sont déductibles au titre de leurs frais professionnels.


Rappel des règles anciennes

Il ressort de l’article 151 nonies I du CGI que les associés d’une société de personnes qui exercent leur activité professionnelle au sein de celle-ci peuvent déduire de la quote-part de bénéfice qui leur revient les frais liés à l’acquisition des parts.

En revanche une telle déduction n’était pas possible pour les associés dirigeants de sociétés assujetties à l’IS, à l’exception de deux situation :

  • Une société assujettie à l’IS ou une entreprise commerciale, associés d’une société également assujettie à l’IS peut déduire les frais financiers afférents à des emprunts contractés pour l’acquisition desdits titres.
  • Par deux arrêts du 25 octobre 2004 (Boutourlinsky n°255 092) et (François n°255 093), le Conseil d’Etat a admis la déduction, au titre des frais réels, des intérêts de l’emprunt contracté par des salariés exerçant la profession d’expert-comptable en vue d’acquérir des actions de la société d’expertise comptable dans laquelle ils exercent leur activité professionnelle, et dont les deux tiers au moins du capital doivent légalement être détenus par des experts-comptables,
    • dès lors que l’acquisition des titres est de nature à faciliter directement pour les intéressés la poursuite de leur contrat de travail
    • et que les intérêts déduits ne sont pas hors de proportion avec les revenus attendus de la poursuite desdits contrats.

Prenant acte de ces décisions l’administration a assouplit sa doctrine. Il ressort d’une instruction publiée le 23 novembre 2006 (BOI 5 F-20-06) que « les salariés, ainsi que les dirigeants fiscalement assimilés, qui optent pour le régime des frais réels et justifiés peuvent déduire de leur rémunération les intérêts d’emprunts contractés pour l’acquisition, le cas échéant par voie de souscription au capital initial ou à des augmentations de capital, des titres de la société dans laquelle ils travaillent en vue de la poursuite de leur contrat de travail, voire de la conclusion de celui-ci. Toutefois, l’utilité directe de cet achat pour l’acquisition ou la conservation des revenus doit être établie  ».

Si l’acquisition de titres par les salariés et dirigeants membres de professions réglementées est réputée directement utile à l’acquisition ou la conservation des revenus, pour les autres salariés cette utilité directe doit être démontrée.


Nouvelles règles :

Dans un souci d’harmonisation des dispositifs l’article 37 de la LFR pour 2008 autorise la déduction des frais, droits et intérêts versés pour acquérir ou souscrire des parts ou actions de société ayant une activité industrielle, commerciale, artisanale, agricole ou libérale dans laquelle le salarié ou le dirigeant exerce son activité professionnelle principale, dès lors que ces dépenses sont utiles à l’acquisition ou à la conservation de ses revenus (Art. 83-3° du CGI)

Champ d’application de la déduction

  • Contribuables visés : Il s’agit des salariés quel que soit la nature de leur contrat de travail et des dirigeants relevant du régime fiscal des salariés et optant pour les frais réels. A priori (En attente des commentaires administratifs) ne devraient être concernés que les dirigeants imposés dans la catégorie des traitements et salaires (dirigeants de SA, de SAS, gérants minoritaires de SARL à l’IS, gérants relevant de l’article 62 du CGI).
  • Activité exercée par les contribuables : ils doivent exercer dans la société leur activité professionnelle principale. Cela implique une participation directe, régulière et personnelle et suppose l’accomplissement d’actes et de diligences réelles. Il conviendra d’attendre les commentaires pour savoir si la déduction est possible pour les intérêts d’emprunt versés avant la prise de fonction.
  • Sociétés concernées : Celles exerçant une activité industrielle, commerciale, artisanale, agricole ou libérale. par suite, devraient être exclues les sociétés dont l’activité est la gestion de leur propre patrimoine privé et les holdings non animatrices de groupe.

Conditions de la déduction

  • Intérêts admis en déduction : Il s’agit de ceux qui correspondent à la part de l’emprunt dont le montant est proportionné à la rémunération annuelle perçue ou escomptée au moment où l’emprunt est contracté. Il ressort des débats parlementaires qu’à titre de règle pratique, le montant des intérêts déductibles devrait correspondre à ceux dus pour la part de l’emprunt qui n’excède pas le triple de la rémunération annuelle allouée au salarié, ou escomptée à brève échéance, lors de la souscription de l’emprunt. Pour rappel il s’agit de la règle édictée par l’instruction précité 23 novembre 2006 (BOI 5 F-20-06). L’exemple de calcul cité dans l’instruction est celui-ci :
    • Un salarié acquiert des titres de la société dans laquelle il travaille pour un montant de 700 000 €, financé par des fonds propres à hauteur de 200 000 € et par un emprunt de 500 000 € qui génère un montant total d’intérêts de 80 000 €. Le salaire annuel net dont bénéficie le salarié à la suite de cette acquisition est de 100 000 €. Le prix d’achat des titres acquis facilitant la poursuite du contrat de travail est égal à : 100 000 € x 3, soit 300 000 €. Le montant des intérêts déductibles s’élève en conséquence à : (300 000 / 700 000) x 80 000, soit 34 286 €.

Pour l’appréciation de la condition de proportionnalité, la rémunération prise en compte s’entend des revenus mentionnés àl’article 79 du CGI et imposés sur le fondement de cet article.

  • Règle de non cumul : Certaines souscriptions ou acquisitions de titres donnant lieu à des réductions d’impôt ne peuvent donner lieu à aucune déduction d’intérêt d’emprunt. Il s’agit des réductions d’impôt visées aux articles :

Il en est de même des souscriptions et acquisitions de titres figurant dans un plan d’épargne en actions défini à l’article 163 quinquies D ou dans un plan d’épargne salariale.


Cette déduction des intérêts d’emprunt devrait s’appliquer pour la première fois au titre des sommes verseés à compter du 1er janvier 2009, en l’absence d’entrée en vigueur spécifique du texte de loi.

newsletter de Fiscalonline

Article 37 de la Loi de finances rectificative pour 2008

n°2008-1443, JO 30 déc. 2008, p.20518


Publié le vendredi 6 mars 2009

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

[Connexion] [s'inscrire] [mot de passe oublié ?]

Autres articles associés aux mots clés :  Dirigeant | Emprunt | Intérêts


 



Les articles les plus lus !
Cession de l’usufruit temporaire de parts de société à l’épreuve de l’acte anormal de gestion
La qualification de holding animatrice ne saurait être subordonnée à une prise de participation majoritaire
Retenue à la source applicable à certaines sociétés étrangères : le Conseil d’Etat censure le mode de calcul désavantageux de l’article 115 quinquies du CGI
La mise en demeure de déposer la déclaration des revenus du défunt doit être adressée à tous les héritiers
Report d’imposition de la plus-value d’apport de titres : nouveaux aménagements proposés par le Gouvernement
Les titulaires de pensions de vieillesse ou de la carte d’invalidité ne peuvent bénéficier de l’exonération de plus-value en cas de cession de parts de SCI
Taxe GAFA : une approche imparfaite et nécessairement transitoire selon Syntec Numérique
Retraites à prestations définies : quand la France transpose une directive européenne…
[+ ...]







Tout pour la gestion de mes impôts et de ma fiscalité en un clic
A propos... Plan du site Nos partenaires Conditions générales Tous droits réservés ® 2000/2019/a>