Fiscal On.Line

Index des mots clés Fiscal On.Line

  RSS

Accueil Newsletter Fil d'actu Application mobile Archives Publicité
En général
Doctrine administrative
Veille législative
Veille réglementaire
Jurisprudence
En particulier
E-Fiscalité
Fiscalité de l’innovation
Fiscalité culture & média
Fiscalité immobilière
Fiscalité et environnement
Fiscalité associative
Fiscalité financière
Fiscalité sociale
Fiscalité de l’expatriation
Fiscalité et assurance
Fiscalité communautaire
Fiscalité internationale
En pratique
LFSS pour 2013
Paquet compétitivité
PLFSS 2016
Agenda fiscal
Chiffres utiles
Fiches techniques
Téléservices
Textes officiels
Cellule de régularisation fiscale
Réponse d’experts
Loi de Finances pour 2011
Réforme de la fiscalité du patrimoine
Réforme de la TVA immobilière
Loi de Finances pour 2012
Loi de Finances rectificative pour 2011
Le dispositif Scellier
Loi de finances rectificative pour 2011-IV
Présidentielle 2012
Loi de finances rectificative pour 2012-I
Déclaration de revenus 2011
La réforme fiscale de François Hollande
Loi de Finances rectificative pour 2012-II
Loi de Finances pour 2013
Loi de Finances rectificative pour 2012-III
Loi de Finances rectificative pour 2013-I
Déclaration des revenus "2012"
ISF 2013
Fraude fiscale
Réforme du logement
Economie sociale et solidaire
Loi de Finances 2016
Loi de Finances 2014
Dossier Crowdfunding
Loi Duflot
LFSS pour 2014
ISF 2014
Les Assises de la fiscalité
Déclaration des revenus 2014
Loi Pinel : artisanat, commerce et TPE
Projet de loi de Finances rectificative pour 2014
PLFRSS 2014
Loi de finances 2015
Application mobile
Transition énergétique
LFSS 2015
Projet de loi pour l’activité
PLFR 2014-II
Déclaration d’impôts 2015
ISF 2015
Loi de finances rectificative pour 2015
Plan d’urgence pour l’emploi
Impôt sur le revenu 2016
Projet de loi Sapin II
Loi de Finances pour 2017
Prélèvement à la source
LFSS pour 2017
Loi de finances rectificative pour 2016
Impôt sur le revenu 2017
Election présidentielle 2017
Droit des sociétés
Loi de Finances pour 2018
Loi Travail
LFSS pour 2018
Projet de loi « ELAN »
Loi PACTE
Loi de Finances rectificative pour 2017
Loi de Finances rectificative pour 2017-II
Le « droit à l’erreur »
Impôt sur le revenu 2018
PL : Transmission d’entreprise
Loi de Finances pour 2019
Réforme de la fiscalité locale
Pour approfondir
Chroniques
Entretiens
Etudes & rapports
Corporate
Bien préparer sa retraite
Tribune
Comptes-rendus et Synthèses
La bibliothèque du fiscaliste
Dossiers fiscaux
 
 



De l’inutilité de se "PACSER" avant le 31 décembre 2010

partager cet article
envoyer l'article par mail envoyer par mail

Au regard de la législation actuelle, l’année qui suit celle du mariage ou du PACS les contribuables ont trois déclarations à remplir :

- Chaque époux ou partenaire de PACS dépose une déclaration (Imprimé 2042) en tant que "célibataire" en y indiquant la part de ses propres revenus pour la période allant du 1er janvier jusqu’au jour du mariage ou du PACS

- Le couple dépose une déclaration commune en y indiquant les revenus perçus du jour du mariage ou du PACS jusqu’au 31 décembre.

En fonction des revenus perçus par chacun des futurs époux (partenaires) et de la date de l’union, cette triple déclaration permet de bénéficier d’une économie d’impôt d’autant plus importante que l’écart de revenus est important.


Cet « avantage fiscal » comme le présente M. François Baroin, Ministre du Budget, devrait disparaitre à compter de la déclaration de revenus 2011, pour l’impôt payé en 2012.

En effet, dans le cadre des mesures fiscales du PLF pour 2011, le gouvernement propose que l’année du mariage ou de la conclusion du PACS, les contribuables soient soumis au dépôt d’une seule déclaration de revenus.

Toutefois, les nouveaux époux et les partenaires liés par un PACS pourraient opter, l’année du mariage ou de la conclusion du PACS, pour l’imposition distincte de leurs revenus sur l’ensemble de l’année.


Une question se pose depuis l’annonce de cette mesure : faut il courir se PACSER afin de bénéficier du dispositif de faveur avant qu’il ne disparaisse ?

Rien n’est moins sûr :

- D’une part, tout dépend des revenus perçus par les futurs partenaires de PACS. Il convient de faire des simulations afin de déterminer si une « union » aujourd’hui est toujours fiscalement opportune.

- D’autre part, nous attirons votre attention sur le fait que le PACS n’est « opposable aux tiers qu’à compter du jour où les formalités de publicité sont accomplies » (Art. 515-3-1 du Code civil)

Le ministre du Budget l’a récemment rappelé a l’occasion d’une question au gouvernement.

Il précise en effet, qu’aux termes des dispositions des articles 515-3 et 515-3-1 du code civil, « il appartient au greffier d’enregistrer la déclaration de PACS et de procéder aux formalités de publicité. Préalablement à cet enregistrement, les futurs partenaires doivent remettre au greffier du tribunal d’instance une déclaration conjointe accompagnée d’une convention passée entre eux par acte authentique ou par acte sous seing privé. Dès lors que ces formalités sont accomplies, le PACS prend effet entre les parties à compter de son enregistrement par le greffier, qui lui confère une date certaine, et ne devient opposable aux tiers, y compris l’administration fiscale, qu’à compter du jour où les formalités de publicité sont accomplies.

En conséquence, la date à prendre en compte pour la détermination des obligations fiscales à l’impôt sur le revenu est celle de la mention du PACS en marge d’un acte déjà inscrit, tel que l’acte de naissance, par l’officier d’état civil, dans les conditions et délais mentionnés à l’article 6 du décret n 2006-1806 du 23 décembre 2006 » (RM Roy JOAN du 23 juin 2009, question n°46106).

Or si les formalités de publicité ne sont réalisées qu’à la fin du mois de décembre, le PACS n’a plus véritablement d’intérêt...fiscalement parlant... car comme l’a souligné M. Baroin on ne s’unit pas uniquement pour les impôts !


Quoi de neuf depuis la publication de cet article ?

- PLF 2011 : Remise en cause de l’avantage fiscal accordé aux couples qui se marient : rien n’est encore fait

© Fiscalonline

newsletter de Fiscalonline


Publié le lundi 11 octobre 2010

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

[Connexion] [s'inscrire] [mot de passe oublié ?]

Autres articles associés aux mots clés : 


 



Les articles les plus lus !
Prélèvement à la source de l’impôt : les mesures transitoires
Bercy commente la diminution du taux de l’impôt sur les sociétés et les mesures de coordination y attachées
Retenue à la source sur les dividendes de source française perçus par une société européenne : l’avocat général de la CJUE rend ses conclusions
TVA : précisions relatives aux prestations de services se rattachant à un immeuble
La CJUE retoque partiellement la CSPE et autorise « sous condition » son remboursement
Plus-value : les travaux de remplacement complet de l’installation électrique peuvent venir en majoration du prix d’acquisition
Les apports du décret du 29 Juin 2018 en matière de documentation de prix de transfert
Précision sur l’abattement sur les plus-values réalisées par les dirigeants de PME partant à la retraite
[+ ...]







Tout pour la gestion de mes impôts et de ma fiscalité en un clic
A propos... Plan du site Nos partenaires Conditions générales Tous droits réservés ® 2000/2018