Fiscal On.Line

Index des mots clés Fiscal On.Line

  RSS

Accueil Newsletter Fil d'actu Application mobile Archives Publicité
En général
Doctrine administrative
Veille législative
Veille réglementaire
Jurisprudence
En particulier
E-Fiscalité
Fiscalité de l’innovation
Fiscalité culture & média
Fiscalité immobilière
Fiscalité et environnement
Fiscalité associative
Fiscalité financière
Fiscalité sociale
Fiscalité de l’expatriation
Fiscalité et assurance
Fiscalité communautaire
Fiscalité internationale
En pratique
LFSS pour 2013
Paquet compétitivité
PLFSS 2016
Agenda fiscal
Chiffres utiles
Fiches techniques
Téléservices
Textes officiels
Cellule de régularisation fiscale
Réponse d’experts
Loi de Finances pour 2011
Réforme de la fiscalité du patrimoine
Réforme de la TVA immobilière
Loi de Finances pour 2012
Loi de Finances rectificative pour 2011
Le dispositif Scellier
Loi de finances rectificative pour 2011-IV
Présidentielle 2012
Loi de finances rectificative pour 2012-I
Déclaration de revenus 2011
La réforme fiscale de François Hollande
Loi de Finances rectificative pour 2012-II
Loi de Finances pour 2013
Loi de Finances rectificative pour 2012-III
Loi de Finances rectificative pour 2013-I
Déclaration des revenus "2012"
ISF 2013
Fraude fiscale
Réforme du logement
Economie sociale et solidaire
Loi de Finances 2016
Loi de Finances 2014
Dossier Crowdfunding
Loi Duflot
LFSS pour 2014
ISF 2014
Les Assises de la fiscalité
Déclaration des revenus 2014
Loi Pinel : artisanat, commerce et TPE
Projet de loi de Finances rectificative pour 2014
PLFRSS 2014
Loi de finances 2015
Application mobile
Transition énergétique
LFSS 2015
Projet de loi pour l’activité
PLFR 2014-II
Déclaration d’impôts 2015
ISF 2015
Loi de finances rectificative pour 2015
Plan d’urgence pour l’emploi
Impôt sur le revenu 2016
Projet de loi Sapin II
Loi de Finances pour 2017
Prélèvement à la source
LFSS pour 2017
Loi de finances rectificative pour 2016
Impôt sur le revenu 2017
Election présidentielle 2017
Droit des sociétés
Loi de Finances pour 2018
Loi Travail
LFSS pour 2018
Projet de loi « ELAN »
Loi PACTE
Loi de Finances rectificative pour 2017
Loi de Finances rectificative pour 2017-II
Le « droit à l’erreur »
Impôt sur le revenu 2018
PL : Transmission d’entreprise
Loi de Finances pour 2019
Réforme de la fiscalité locale
LFSS pour 2019
PLFR 2018
Pour approfondir
Chroniques
Entretiens
Etudes & rapports
Corporate
Bien préparer sa retraite
Tribune
Comptes-rendus et Synthèses
La bibliothèque du fiscaliste
Dossiers fiscaux
 
 



Contrôle fiscal : l’administration a un droit de regard sur les exercices prescrits !

partager cet article
envoyer l'article par mail envoyer par mail






La procédure de contrôle fiscal menée par l’administration fiscale est souvent perçue comme une procédure intrusive pour le contribuable. Ce sentiment est exacerbé lorsque l’administration, qui dispose de pouvoirs étendus, fait preuve d’initiative, comme le rapporte l’arrêt du Conseil d’Etat en date du 5 février 2014 (CE, 5 fév. 2014, n°351404).

En l’espèce, l’administration fiscale procédait, de manière simultanée, à un contrôle sur place d’une SCI et à un contrôle sur pièces des déclarations de revenus des époux, seuls associés de la SCI. Ces contrôles étaient tous les deux réalisés au titre des années 2004 et 2005.

En 2001, la SCI avait fait l’acquisition d’un ensemble immobilier dans lequel d’importants travaux avaient été réalisés en 2002 et 2003, avant d’être mis en location.

Considérant qu’il s’agissait de travaux d’amélioration, les époux ont déduit le montant des travaux de leur revenu imposable au titre des années 2004 et 2005.

A l’issue de ses contrôles, l’administration a considéré qu’il s’agissait de travaux d’agrandissement qui ne constituent pas des charges déductibles.

Par arrêt en date du 14 avril 2011, la Cour administrative d’appel de Nantes a rétabli l’impôt qui avait été partiellement écarté par jugement du Tribunal administratif de Nantes.

Dans son arrêt, le Conseil d’Etat rejette le pourvoi des époux, et considère que l’administration pouvait, pour remettre en cause les déficits déduits par les époux, associés de la SCI, rechercher l’origine de ces déficits dans des documents relatifs à des exercices prescrits.

Le point principal de cet arrêt réside dans le fait que le contrôle sur place portait sur les années 2004 et 2005. Toutefois, l’administration a examiné les documents sociaux de la société relatifs aux exercices prescrits 2002 et 2003 pour déterminer l’origine des déficits imputés sur les exercices faisant l’objet du contrôle.

Le Conseil prend soin de préciser que l’administration a pu examiner ces documents « pour rechercher l’origine des déficits que (les époux) avaient imputés sur leurs revenus fonciers ».

Dès lors, le Conseil d’Etat considère que l’administration fiscale n’a pas violé les droits et garanties du contribuable, l’examen des comptes d’exercices prescrits n’ayant pas eux-mêmes été rectifiés. Cet examen avait pour seule finalité de déterminer l’origine des déficits imputés sur l’impôt sur le revenu des associés, au titre des années concernées par le contrôle sur pièces.

En outre, le couple considérait que l’administration n’avait pas respecté son obligation d’information sur la teneur et l’origine des renseignements et documents obtenus de tiers sur lesquels était fondé le redressement. Pour le Conseil d’Etat, cette obligation, imposée par l’article L.76 B du Livre de procédure fiscale, a été respectée. En effet, les documents en question étaient les déclarations fiscales de la SCI dont ses associés avaient obligatoirement connaissance.

L’enseignement à tirer de l’arrêt commenté réside dans le fait que l’administration fiscale, procédant au contrôle simultané de la SCI et de ses associés peut légalement, pour rechercher l’origine des déficits imputés par ces derniers, examiner les documents de la société relatifs aux exercices, même prescrits, correspondant à ces déficits.

Maigre consolation à cet arrêt, l’examen des documents relatifs à des exercices prescrits pour fonder le redressement d’impôt sur le revenu n’a été possible que parce que les époux étaient les seuls associés de la SCI. Si cela constitue une condition à l’application de cette jurisprudence, les constitutions de SCI à des fins patrimoniales risquent d’être largement affectées.

Par Jean-François Bégoc - Avocat


www.homere-avocats.com

newsletter de Fiscalonline

Par Jean-François Bégoc - Avocat chez Homère

Publié le mardi 6 mai 2014

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

[Connexion] [s'inscrire] [mot de passe oublié ?]

Autres articles associés aux mots clés : 


 



Les articles les plus lus !
Les députés adoptent l’abus de droit fiscal à deux étages
Les députés prorogent le dispositif "Censi-Bouvard" jusqu’en 2021
L’Assemblée Nationale fixe le régime fiscal des plus-values réalisées sur les actifs numériques
Réduction d’impôt « Pinel » : la Commission des Finances rétablit l’interdiction de mise en location à un ascendant ou à un descendant
La réduction d’impôt pour mise à disposition d’une flotte de vélos est étendue aux locations
Cession de crypto-actifs : le Gouvernement ne suit pas le Conseil d’Etat et propose une imposition au PFU à 30%
Déductibilité des charges afférentes à un logement resté vacant : il faut justifier de la volonté réelle de le louer
La Commission des Finances institue un abus de droit fiscal « à deux étages »
[+ ...]







Tout pour la gestion de mes impôts et de ma fiscalité en un clic
A propos... Plan du site Nos partenaires Conditions générales Tous droits réservés ® 2000/2018