Fiscal On.Line

Index des mots clés Fiscal On.Line

  RSS

Accueil Newsletter Fil d'actu Application mobile Archives Publicité
En général
Doctrine administrative
Veille législative
Veille réglementaire
Jurisprudence
En particulier
E-Fiscalité
Fiscalité de l’innovation
Fiscalité culture & média
Fiscalité immobilière
Fiscalité et environnement
Fiscalité associative
Fiscalité financière
Fiscalité sociale
Fiscalité de l’expatriation
Fiscalité et assurance
Fiscalité communautaire
Fiscalité internationale
En pratique
LFSS pour 2013
Paquet compétitivité
PLFSS 2016
Agenda fiscal
Chiffres utiles
Fiches techniques
Téléservices
Textes officiels
Cellule de régularisation fiscale
Réponse d’experts
Loi de Finances pour 2011
Réforme de la fiscalité du patrimoine
Réforme de la TVA immobilière
Loi de Finances pour 2012
Loi de Finances rectificative pour 2011
Le dispositif Scellier
Loi de finances rectificative pour 2011-IV
Présidentielle 2012
Loi de finances rectificative pour 2012-I
Déclaration de revenus 2011
La réforme fiscale de François Hollande
Loi de Finances rectificative pour 2012-II
Loi de Finances pour 2013
Loi de Finances rectificative pour 2012-III
Loi de Finances rectificative pour 2013-I
Déclaration des revenus "2012"
ISF 2013
Fraude fiscale
Réforme du logement
Economie sociale et solidaire
Loi de Finances 2016
Loi de Finances 2014
Dossier Crowdfunding
Loi Duflot
LFSS pour 2014
ISF 2014
Les Assises de la fiscalité
Déclaration des revenus 2014
Loi Pinel : artisanat, commerce et TPE
Projet de loi de Finances rectificative pour 2014
PLFRSS 2014
Loi de finances 2015
Application mobile
Transition énergétique
LFSS 2015
Projet de loi pour l’activité
PLFR 2014-II
Déclaration d’impôts 2015
ISF 2015
Loi de finances rectificative pour 2015
Plan d’urgence pour l’emploi
Impôt sur le revenu 2016
Projet de loi Sapin II
Loi de Finances pour 2017
Prélèvement à la source
LFSS pour 2017
Loi de finances rectificative pour 2016
Impôt sur le revenu 2017
Election présidentielle 2017
Droit des sociétés
Loi de Finances pour 2018
Loi Travail
LFSS pour 2018
Projet de loi « ELAN »
Loi PACTE
Loi de Finances rectificative pour 2017
Loi de Finances rectificative pour 2017-II
Le « droit à l’erreur »
Impôt sur le revenu 2018
PL : Transmission d’entreprise
Loi de Finances pour 2019
Réforme de la fiscalité locale
Pour approfondir
Chroniques
Entretiens
Etudes & rapports
Corporate
Bien préparer sa retraite
Tribune
Comptes-rendus et Synthèses
La bibliothèque du fiscaliste
Dossiers fiscaux
 
 



Contrat de génération : aides ou contraintes pour les entreprises ?

partager cet article
envoyer l'article par mail envoyer par mail

Contrat de génération : aides ou contraintes pour les entreprises ?

JPEG - 12.3 ko

Jean-Louis Flèche, associé Baker Tilly France, présente les principales caractéristiques de ce nouveau dispositif entré en vigueur le 17 mars 2013.

Quels sont les objectifs de ce nouveau contrat ?

Ces objectifs sont inscrits dans la loi : faciliter l’insertion durable des jeunes dans l’emploi en CDI, favoriser l’embauche et le maintien dans l’emploi des salariés âgés et assurer la transmission des savoirs et compétences.

Il s’agit donc d’un nouveau dispositif d’aide à l’emploi ?

Oui et non.

- Pour les PME et les groupes de moins de 300 salariés, on peut parler de dispositif incitatif.

- Pour les structures plus grandes, il s’agit de mesures contraignantes et sans contrepartie financière.

Quels sont les critères d’effectif ?

La configuration du dispositif dépend de l’effectif moyen apprécié au 31 décembre :

- Les entreprises de moins de 50 salariés n’appartenant pas à un groupe d’au moins 50 salariés bénéficieront d’une aide dès lors qu’elles procèdent à l’embauche d’un jeune de moins de 26 ans en CDI tout en maintenant dans l’emploi en CDI un salarié âge de 57 ans ou plus. Le dispositif s’applique aux embauches réalisées à compter du 1er janvier 2013 ;

- Les entreprises de 50 à moins de 300 salariés et les entreprises de moins de 50 salariés appartenant à un groupe de 50 à moins de 300 salariés devront, pour bénéficier de l’aide, être couvertes par un accord collectif ou un plan d’action intergénérationnel ;

- Enfin, les entreprises d’au moins 300 salariés ou appartenant à un groupe d’au moins 300 salariés ne pourront prétendre à aucune aide, mais devront conclure un accord ou arrêter un plan d’action avant le 30 septembre 2013, sous peine de pénalité financière.

Quel est le montant de l’aide ?

L’aide est de quatre mille euros par an. Elle est allouée durant trois ans au maximum.

Pour les entreprises concernées, en quoi consiste l’accord ou le plan intergénérationnel ?

En résumé, l’entreprise doit établir un diagnostic interne sur la situation des jeunes et des seniors, puis négocier un accord comportant des engagements en relation avec les objectifs définis par la loi.

En cas d’échec des négociations, ces mesures sont définies par l’employeur dans un plan d’action. L’accord ou le plan est soumis au contrôle de l’administration.

Les entreprises d’au moins 300 salariés ou appartenant à un groupe d’au moins 300 salariés qui n’auraient pas répondu à ces obligations au 30 septembre 2013 encourront une pénalité mensuelle allant jusqu’à 1 % de la masse salariale ou 10 % des réductions Fillon.

www.bakertillyfrance.com

newsletter de Fiscalonline

Chronique de Jean-Louis Flèche associé Baker Tilly France

Publié le jeudi 25 avril 2013

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

[Connexion] [s'inscrire] [mot de passe oublié ?]

Autres articles associés aux mots clés : 


 



Les articles les plus lus !
PLF2019 : nouveaux assouplissements apportés au Dutreil-transmission en Commission des Finances
Plus-value immobilière et travaux réalisés après l’achèvement : exclusion des dépenses de matériaux
Art : les meilleurs coups de marteau de la saison en 10 chiffres millionnaires
PLF2019 : La réduction d’impôt Pinel sera désormais appliquée aux Français de l’étranger
PLF2019 : Le Gouvernement propose un régime d’exonération « résidence principale » pour les non-résidents
Création un crédit d’impôt solidarité pour les contribuables hébergeant gratuitement un réfugié
La réduction d’impôt au titre des dons aux associations est étendue au prêt à usage d’un immeuble
Revenus de source française : vers un rapprochement du régime de taxation des résidents et non-résidents
[+ ...]







Tout pour la gestion de mes impôts et de ma fiscalité en un clic
A propos... Plan du site Nos partenaires Conditions générales Tous droits réservés ® 2000/2018