Fiscal On.Line

Index des mots clés Fiscal On.Line

  RSS

Accueil Newsletter Fil d'actu Application mobile Archives Publicité
En général
Doctrine administrative
Veille législative
Veille réglementaire
Jurisprudence
En particulier
E-Fiscalité
Fiscalité de l’innovation
Fiscalité culture & média
Fiscalité immobilière
Fiscalité et environnement
Fiscalité associative
Fiscalité financière
Fiscalité sociale
Fiscalité de l’expatriation
Fiscalité et assurance
Fiscalité communautaire
Fiscalité internationale
En pratique
LFSS pour 2013
Paquet compétitivité
PLFSS 2016
Agenda fiscal
Chiffres utiles
Fiches techniques
Téléservices
Textes officiels
Cellule de régularisation fiscale
Réponse d’experts
Loi de Finances pour 2011
Réforme de la fiscalité du patrimoine
Réforme de la TVA immobilière
Loi de Finances pour 2012
Loi de Finances rectificative pour 2011
Le dispositif Scellier
Loi de finances rectificative pour 2011-IV
Présidentielle 2012
Loi de finances rectificative pour 2012-I
Déclaration de revenus 2011
La réforme fiscale de François Hollande
Loi de Finances rectificative pour 2012-II
Loi de Finances pour 2013
Loi de Finances rectificative pour 2012-III
Loi de Finances rectificative pour 2013-I
Déclaration des revenus "2012"
ISF 2013
Fraude fiscale
Réforme du logement
Economie sociale et solidaire
Loi de Finances 2016
Loi de Finances 2014
Dossier Crowdfunding
Loi Duflot
LFSS pour 2014
ISF 2014
Les Assises de la fiscalité
Déclaration des revenus 2014
Loi Pinel : artisanat, commerce et TPE
Projet de loi de Finances rectificative pour 2014
PLFRSS 2014
Loi de finances 2015
Application mobile
Transition énergétique
LFSS 2015
Projet de loi pour l’activité
PLFR 2014-II
Déclaration d’impôts 2015
ISF 2015
Loi de finances rectificative pour 2015
Plan d’urgence pour l’emploi
Impôt sur le revenu 2016
Projet de loi Sapin II
Loi de Finances pour 2017
Prélèvement à la source
LFSS pour 2017
Loi de finances rectificative pour 2016
Impôt sur le revenu 2017
Election présidentielle 2017
Droit des sociétés
Loi de Finances pour 2018
Loi Travail
LFSS pour 2018
Projet de loi « ELAN »
Loi PACTE
Loi de Finances rectificative pour 2017
Loi de Finances rectificative pour 2017-II
Le « droit à l’erreur »
Impôt sur le revenu 2018
PL : Transmission d’entreprise
Loi de Finances pour 2019
Réforme de la fiscalité locale
Pour approfondir
Chroniques
Entretiens
Etudes & rapports
Corporate
Bien préparer sa retraite
Tribune
Comptes-rendus et Synthèses
La bibliothèque du fiscaliste
Dossiers fiscaux
 
 



Conditions de mise en oeuvre de la procédure d’abus de droit dans une opération d’apport-cession de titres

partager cet article
envoyer l'article par mail envoyer par mail

Conditions de mise en œuvre de la procédure d’abus de droit dans une opération d’apport-cession de titre

JPEG - 25.1 ko

- CE, 10e et 9e s. –s, 24 août 2011, n° 314579
- CE, 10e et 9e s. –s, 24 août 2011, n° 316928

Dans le cadre de ces deux arrêts, le Conseil d’Etat est venu préciser dans quelle mesure l’administration fiscale s’avère fondée à remettre en cause, en mettant en oeuvre la procédure de répression des abus de droit, des opérations d’apport cession de titres.


Plus exactement, ces deux arrêts émanant de la haute juridiction permettent d’affiner les situations dans lesquels est susceptible d’être mise en œuvre la procédure de l’abus de droit fiscal dans le cadre d’une telle opération.

Pour mémoire, deux arrêts (les arrêts Bazire et Bauchart) rendus le même jour (CE 8 octobre 2010) et présentant des faits tout à fait comparables, ont fixé les bases permettant de déterminer si une opération d’apport-cession peut être remise en cause sur le fondement de l’abus de droit (Art. L 64 du LPF).

Dans chacune de ces deux affaires, un couple a procédé à un apport de titres à une société civile nouvellement créée, cette dernière ayant opté pour l’impôt sur les sociétés. Les contribuables ont bénéficié, au titre de la plus-value, du régime de report d’imposition alors en vigueur. Peu de temps après cet apport, la société civile a cédé les titres reçus en apport avant de réinvestir ces sommes.

Le considérant de principe suivant est repris dans chacun de ces arrêts :

« lorsque l’administration entend remettre en cause les conséquences fiscales d’une opération qui s’est traduite par un report d’imposition au motif que les actes passés par le contribuable ne lui sont pas opposables, elle est fondée à se prévaloir des dispositions de l’article L. 64 du livre des procédures fiscales, [...] qu’en effet, une telle opération, dont l’intérêt fiscal est de différer l’imposition, entre dans le champ d’application de cet article dès lors qu’elle a nécessairement pour effet de minorer l’assiette de l’année au titre de laquelle l’impôt est normalement dû à raison de la situation et des activités réelles du contribuable ».

Ainsi, ces arrêts ont admis la possibilité pour l’administration de sanctionner, par la mise en œuvre de la procédure de répression des abus de droit, une opération permettant de bénéficier d’un report d’imposition.

Une fois le principe posé, le Conseil d’Etat a précisé les situations dans lesquelles il y a abus de droit.

Il a jugé que les opérations sont constitutives d’un abus de droit lorsqu’ « il s’agit d’un montage ayant pour seule finalité de permettre au contribuable, en interposant une société

- de disposer effectivement des liquidités obtenues lors de la cession de ces titres tout en restant détenteur des titres de la société reçus en échange lors de l’apport ;

- qu’il n’a en revanche pas ce caractère s’il ressort de l’ensemble de l’opération que cette société a, conformément à son objet, effectivement réinvesti le produit de ces cessions dans une activité économique ».

Aussi, dans les arrêts Bazire et Bauchart, le Conseil d’Etat a considéré que les opérations n’avaient pas été inspirées par un motif exclusivement fiscal dès lors qu’il était avéré que la société bénéficiaire des apports avait réinvesti le produit de la cession des titres reçus en apport dans une activité économique.


Dans les deux nouvelles affaires soumises à sa censure, la haute juridiction affine son analyse

- Première affaire (N°314579) : M. et Mme B ont fait apport de leurs actions de la SA Assistance service à la SCI 1-5 rue de Sévigné , dont ils détenaient la moitié des parts, l’autre moitié étant détenue par un autre couple qui était également possesseur du reste des actions de la SA Assistance service et qui a procédé, au même moment, au même apport. Cette SCI, qui a pour objet social la gestion d’immeubles, a peu après revendu pour le prix d’apport sa participation dans le capital de la SA Assistance service et réinvesti le produit de cette cession dans l’acquisition de parts de SCI et d’un immeuble.

La conseil d’Etat a considéré M. et Mme B n’apportaient pas la preuve de ce que cette opération avait un autre motif que celui d’atténuer ou d’éluder le paiement de la plus-value qu’ils auraient normalement supportée s’ils n’avaient pas réalisé l’apport dès lors :

  • qu’eu égard au caractère conjoint de l’apport, de la cession, du réemploi et de la gestion du produit de cette cession, ce produit pouvait être appréhendé par les contribuables ;
  • qu’il n’a jamais été soutenu que ces investissements immobiliers réalisés par une SCI à caractère patrimonial s’inscrivaient dans le cadre d’une activité économique poursuivie par les porteurs de parts de la SCI ;

Autrement, la possibilité d’appréhension du produit de la cession est de nature à caractériser l’abus de droit.


- Seconde affaire (N°316928) : Le Conseil d’Etat estime que le réinvestissement du produit des cessions dans une activité économique n’est pas établit dès lors que :

  • 15 % seulement des produits de la cession ont été réinvestis dans des prises de participations dans deux SARL exploitant des bars-restaurants ;
  • si 40 % des produits de cession ont été affectés à des avances en compte courant au profit de ces deux SARL, ces apports, en l’absence de preuve de ce qu’ils ont été employés au financement de travaux ou d’acquisition d’éléments d’actif de ces sociétés, ne peuvent pas être regardés comme des investissements dans une activité économique ;
  • le solde des produits de cession, placé en valeurs mobilières, doit être regardé comme ayant un caractère patrimonial

Autrement dit, le réinvestissement ne se présume pas et doit être prouvé. L’affectation en compte courant ne constitue pas une preuve du réinvestissement dans une activité économique. Par ailleurs le réinvestissement doit porter sur un pourcentage supérieur à 15%.

© Fiscalonline


Les derniers avis du Comité de l’abus de droit fiscal :

- Trois nouveaux avis du Comité de l’abus de droit fiscal : Les montages internationaux à l’honneur

- Abus de droit fiscal : quatre nouveau avis du comité


Restez informé...abonnez-vous à notre newsletter

newsletter de Fiscalonline

Affaire n°316928

Affaire n°314579


Publié le mardi 8 novembre 2011

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

[Connexion] [s'inscrire] [mot de passe oublié ?]

Autres articles associés aux mots clés :  Abus de droit | Apports | Plus-value professionnelle


 



Les articles les plus lus !
Assujettissement à la taxe d’habitation des personnes accueillies en EHPAD
Pas d’abaissement du taux réduit de TVA sur les droits d’entrée appliquées aux musées privés
Prélèvement à la source de l’impôt : les mesures transitoires
Retenue à la source sur les dividendes de source française perçus par une société européenne : l’avocat général de la CJUE rend ses conclusions
Plus-value : les travaux de remplacement complet de l’installation électrique peuvent venir en majoration du prix d’acquisition
Bercy commente la diminution du taux de l’impôt sur les sociétés et les mesures de coordination y attachées
TVA : précisions relatives aux prestations de services se rattachant à un immeuble
Les apports du décret du 29 Juin 2018 en matière de documentation de prix de transfert
[+ ...]







Tout pour la gestion de mes impôts et de ma fiscalité en un clic
A propos... Plan du site Nos partenaires Conditions générales Tous droits réservés ® 2000/2018