Fiscal On.Line

Index des mots clés Fiscal On.Line

  RSS

Accueil Newsletter Fil d'actu Application mobile Archives Publicité
En général
Doctrine administrative
Veille législative
Veille réglementaire
Jurisprudence
En particulier
E-Fiscalité
Fiscalité de l’innovation
Fiscalité culture & média
Fiscalité immobilière
Fiscalité et environnement
Fiscalité associative
Fiscalité financière
Fiscalité sociale
Fiscalité de l’expatriation
Fiscalité et assurance
Fiscalité communautaire
Fiscalité internationale
En pratique
LFSS pour 2013
Paquet compétitivité
PLFSS 2016
Agenda fiscal
Chiffres utiles
Fiches techniques
Téléservices
Textes officiels
Cellule de régularisation fiscale
Réponse d’experts
Loi de Finances pour 2011
Réforme de la fiscalité du patrimoine
Réforme de la TVA immobilière
Loi de Finances pour 2012
Loi de Finances rectificative pour 2011
Le dispositif Scellier
Loi de finances rectificative pour 2011-IV
Présidentielle 2012
Loi de finances rectificative pour 2012-I
Déclaration de revenus 2011
La réforme fiscale de François Hollande
Loi de Finances rectificative pour 2012-II
Loi de Finances pour 2013
Loi de Finances rectificative pour 2012-III
Loi de Finances rectificative pour 2013-I
Déclaration des revenus "2012"
ISF 2013
Fraude fiscale
Réforme du logement
Economie sociale et solidaire
Loi de Finances 2016
Loi de Finances 2014
Dossier Crowdfunding
Loi Duflot
LFSS pour 2014
ISF 2014
Les Assises de la fiscalité
Déclaration des revenus 2014
Loi Pinel : artisanat, commerce et TPE
Projet de loi de Finances rectificative pour 2014
PLFRSS 2014
Loi de finances 2015
Application mobile
Transition énergétique
LFSS 2015
Projet de loi pour l’activité
PLFR 2014-II
Déclaration d’impôts 2015
ISF 2015
Loi de finances rectificative pour 2015
Plan d’urgence pour l’emploi
Impôt sur le revenu 2016
Projet de loi Sapin II
Loi de Finances pour 2017
Prélèvement à la source
LFSS pour 2017
Loi de finances rectificative pour 2016
Impôt sur le revenu 2017
Election présidentielle 2017
Droit des sociétés
Loi de Finances pour 2018
Loi Travail
LFSS pour 2018
Projet de loi « ELAN »
Loi PACTE
Loi de Finances rectificative pour 2017
Loi de Finances rectificative pour 2017-II
Le « droit à l’erreur »
Impôt sur le revenu 2018
PL : Transmission d’entreprise
Loi de Finances pour 2019
Réforme de la fiscalité locale
LFSS pour 2019
Pour approfondir
Chroniques
Entretiens
Etudes & rapports
Corporate
Bien préparer sa retraite
Tribune
Comptes-rendus et Synthèses
La bibliothèque du fiscaliste
Dossiers fiscaux
 
 



Conditions d’exonération de la CET des professions relevant des BNC

partager cet article
envoyer l'article par mail envoyer par mail

Conditions d’exonération de la CET des professions relevant des BNC

Le ministre du budget vient de rappeler les conditions dans lesquelles les professionnels relevant du régime des bénéfices non commerciaux (BNC) peuvent être exonérés de tout ou partie de la contribution économique territoriale (CET).

Les professionnels relevant du régime des bénéfices non commerciaux (BNC) et assimilés sont imposés à la cotisation foncière des entreprises (CFE) et à la cotisation sur la valeur ajoutée des entreprises (CVAE), les deux composantes de la contribution économique territoriale (CET), dans les mêmes conditions que l’ensemble des redevables.

En effet, lors de la mise en place de la CET, le Conseil constitutionnel a censuré, dans sa décision n° 2009-599 DC du 29 décembre 2009, les dispositions qui visaient à maintenir dans la base d’imposition une fraction des recettes pour les titulaires de BNC employant moins de cinq salariés et n’étant pas soumis à l’impôt sur les sociétés (IS).

En étant imposés à la CFE sur la seule valeur locative des biens passibles d’une taxe foncière et redevables de la CVAE à partir de 500 000 € de recettes, leur charge fiscale a diminué de façon très significative.

Comme les autres catégories de redevables, les titulaires relevant du régime des BNC peuvent bénéficier, sous certainees conditions, d’une des exonérations temporaires de CFE prévues dans le cadre de la politique d’aménagement du territoire, visées par les articles

- 1464 B et 1464 C (entreprises nouvelles),
- 1465 A (zones de revitalisation rurale),
- 1466 A (zones urbaines sensibles, bassins d’emploi à redynamiser, zones franches urbaines et zones de restructuration de la défense)
- et 1466 E (pôle de compétitivité) du code général des impôts (CGI).

De manière plus spécifique, certains professionnels relevant du régime des BNC tels, par exemple, les artistes lyriques et dramatiques, les auteurs et compositeurs, ou encore les photographes auteurs, les peintres ou les sculpteurs, bénéficient d’une exonération permanente et de plein droit de CFE prévue à l’article 1460 du CGI.

Pour les jeunes avocats, celle-ci ne s’applique que sur deux années.

De même, aux termes de l’article 1464 D du CGI, les médecins et auxiliaires médicaux établis dans des communes rurales peuvent bénéficier d’une exonération temporaire de CFE, comprise entre deux et cinq ans, accordée sur délibération de la collectivité territoriale concernée.

S’agissant des entrepreneurs ayant opté pour le régime micro-social simplifié prévu à l’article L. 133-6-8 du code de la sécurité sociale, ils sont exonérés, sous certaines conditions et, conformément aux dispositions prévues à l’article 1464 K du CGI, de CFE pour une période de deux ans à compter de l’année qui suit celle de la création de leur entreprise.

L’article 47 de la loi n° 2012-1510 du 29 décembre 2012 de finances rectificative pour 2012 permet aux contribuables ayant déjà bénéficié, au titre des années 2010 et 2011, de l’exonération de CFE dans les conditions prévues à l’article 1464 K du CGI d’être, dans les mêmes conditions, exonérés de CFE au titre de l’année 2012.

Cette exonération est accordée, sous la forme d’un dégrèvement, sur demande du contribuable effectuée dans le délai légal de réclamation pour la CFE.

Enfin, en application de l’article 1586 nonies du CGI, les titulaires de BNC totalement exonérés de CFE de plein droit le sont également de CVAE. Les exonérations et abattements de CVAE facultatifs sont de même nature que les exonérations et abattements facultatifs pouvant s’appliquer en matière de CFE. Ils peuvent être soit permanents, soit temporaires.


Source :Question N° : 10624 JOAN du 4 juin 2013

newsletter de Fiscalonline

Réponse ministérielle Thierry Lazaro du 4 juin 2013

Publié le jeudi 6 juin 2013

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

[Connexion] [s'inscrire] [mot de passe oublié ?]

Autres articles associés aux mots clés :  CETCFECVAE | CVAE


 



Les articles les plus lus !
Plus-value immobilière : les non-résidents pourront bénéficier de l’exonération résidence principale
Dutreil-transmission : l’augmentation du taux d’exonération à 90 % impose une évaluation par le Conseil d’État
Qualification de l’activité de marchand de biens : La Cour affine son faisceau d’indices
Les députés instituent une réduction temporaire d’impôt au titre d’investissements dans la robotique et la transformation numérique
Transmissions à titre gratuit de biens ruraux loués par bail à long terme : le seuil est relevé à 300 000 €
Elargissement de l’exonération de droits au titre des dons et legs à l’ensemble des Fondations et Associations reconnues d’utilité publique
Crédit d’impôt recherche nouvelles collections : la société éligible doit assurer la production des biens manufacturés
PLSS2019 : La suppression des prélèvements sociaux pour les non-résidents prend forme
[+ ...]







Tout pour la gestion de mes impôts et de ma fiscalité en un clic
A propos... Plan du site Nos partenaires Conditions générales Tous droits réservés ® 2000/2018