Fiscal On.Line

Index des mots clés Fiscal On.Line

  RSS

Accueil Newsletter Fil d'actu Partenaires Placements Publicité
En général
Doctrine administrative
Veille législative
Veille réglementaire
Jurisprudence
En particulier
E-Fiscalité
Fiscalité de l’innovation
Fiscalité culture & média
Fiscalité immobilière
Fiscalité et environnement
Fiscalité associative
Fiscalité financière
Fiscalité sociale
Fiscalité de l’expatriation
Fiscalité et assurance
Fiscalité communautaire
Fiscalité internationale
En pratique
LFSS pour 2013
Paquet compétitivité
Agenda fiscal
Chiffres utiles
Fiches techniques
Téléservices
Textes officiels
Nos publications interactives
Réponse d’experts
Loi de Finances pour 2011
Réforme de la fiscalité du patrimoine
Réforme de la TVA immobilière
Déclaration de revenus 2010
Loi de Finances pour 2012
Loi de Finances rectificative pour 2011
L’EIRL
Le dispositif Scellier
Deuxième plan de rigueur
Loi de finances rectificative pour 2011-IV
Présidentielle 2012
Loi de finances rectificative pour 2012-I
Déclaration de revenus 2011
La réforme fiscale de François Hollande
Loi de Finances rectificative pour 2012-II
Loi de Finances pour 2013
Loi de Finances rectificative pour 2012-III
Loi de Finances rectificative pour 2013-I
Déclaration des revenus "2012"
ISF 2013
Rénovation de la politique familiale
Réforme des retraites
Fraude fiscale
Réforme du logement
Economie sociale et solidaire
Loi de Finances 2014
Dossier Crowdfunding
Loi Duflot
Les levées de fonds Particeep
LFSS pour 2014
ISF 2014
Les Assises de la fiscalité
Déclaration des revenus 2014
Loi Pinel : artisanat, commerce et TPE
Loi visant à reconquérir l’économie réelle
Projet de loi de Finances rectificative pour 2014
PLFRSS 2014
Pour approfondir
Chroniques
Entretiens
Etudes & rapports
Corporate
Tribune
Comptes-rendus et Synthèses
La bibliothèque du fiscaliste
 
 



Chirurgiens, dermatologues, dentistes...... vous n’échapperez pas à la TVA !

partager cet article

Chirurgiens, dermatologues, dentistes...... vous n’échapperez pas à la TVA !

JPEG - 4.9 ko

Les interventions à visée purement esthétique effectuées par des professionnels de la santé ont longtemps bénéficié d’une exonération de TVA de fait. Cette exonération a été récemment remise en cause. Une contestation du principe même de la taxation semble vouée à l’échec. Pour Romain Pichot et Julien Steinberg, avocats fiscalistes du cabinet Courtois Lebel, mieux vaut mettre à profit le temps qui reste pour définir avec l’administration les meilleures modalités d’application de cette taxe et se préparer à ces nouvelles obligations.


Une contestation du principe même de la taxation semble vouée à l’échec

La taxation résulte en pratique d’un « rescrit » publié le 10 avril 2012 (res n° 2012/25, TCA).

Il s’agit d’une interprétation officielle prise par l’administration fiscale en réponse à une question posée par un médecin sur les conditions d’éligibilité des actes de médecine esthétique à l’exonération de TVA prévue par le Code général des impôts (article 261-4-1°). Cet article exonère de TVA « les prestations de soins à la personne dispensées par les membres des professions médicales et paramédicales réglementées ». La profession interprétait jusque-là la notion de « soins » de la manière la plus large, faisant ainsi bénéficier de l’exonération la majeure partie des actes effectués par les professionnels de la santé.

En réalité, un doute était déjà né d’une décision de la Cour de justice de l’Union européenne rendue en 2003 (CJUE 20/11/2003, aff. C-212/01 et C-307/01) qui précisait que l’exonération de TVA devait être réservée aux prestations à finalité thérapeutique, « c’est-à-dire celles menées dans le but de prévenir, de diagnostiquer, de soigner et, dans la mesure du possible, de guérir des maladies ou anomalies de santé... ». Suite à cette décision, l’Allemagne avait modifié sa position et imposé à ses praticiens de soumettre à la TVA les actes dont la finalité thérapeutique n’était pas établie. Le Royaume-Uni serait sur la même voie et la Commission européenne, saisie d’une pétition déposée par un citoyen allemand, vient de confirmer cette analyse.

Dans ce contexte, la pratique française d’exonération ne pouvait raisonnablement perdurer.


Mieux vaut s’atteler à définir avec l’administration fiscale les meilleures modalités d’application de la TVA...

Face à l’inquiétude provoquée par la publication de ce rescrit dans des professions jusque-là étrangères à la TVA, son application a été suspendue, le temps pour l’administration fiscale de définir les meilleures modalités d’application de la TVA avec les organisations représentatives des professions concernées.

On peut espérer que cette phase de concertation confirmera l’approche initiale de l’administration concernant le champ de la taxation. Le rescrit proposait en effet de reprendre la définition donnée par la Cour de justice de l’Union européenne mais ajoutait, fort opportunément à notre avis, qu’à titre de règle pratique, l’ensemble des actes faisant l’objet d’une prise en charge totale ou partielle par la sécurité sociale continuerait à bénéficier de l’exonération de TVA.

newsletter de Fiscalonline

Chronique du cabinet Courtois Lebel

Publié le vendredi 13 juillet 2012

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

[Connexion] [s'inscrire] [mot de passe oublié ?]

Autres articles associés aux mots clés :  Chirurgien | Santé


 



Les articles les plus lus !
Plus-value immobilière : proposition visant à aménager le régime d’exonération des non-résidents
Le régime des plus-values de cession de valeurs mobilières en 2013 et en 2014
Précisions sur l’exonération de retenue à la source sur les dividendes versés à des sociétés mères étrangères
Régularisation fiscale : l’objectif de 1,8 Md€ de recettes fin 2014 devrait être atteint
Les principales dispositions fiscales du PLFR2014 définitivement adoptées par le Parlement
Les sommes versées en exécution d’un contrat d’assurance-vie à un partenaire de PACS survivant sont exonérées de droits de mutation
Prorogation et aménagement du dispositif fiscal d’encouragement à l’investissement en forêt (DEFI forêt)
Budget rectificatif de la Sécurité sociale : les députés UMP saisissent le Conseil Constitutionnel
[+ ...]


  A propos... Plan du site Nos partenaires Conditions générales Tous droits réservés ® 2000/2014