Fiscal On.Line

Index des mots clés Fiscal On.Line

  RSS

Accueil Newsletter Fil d'actu Application mobile Archives Publicité
En général
Doctrine administrative
Veille législative
Veille réglementaire
Jurisprudence
En particulier
E-Fiscalité
Fiscalité de l’innovation
Fiscalité culture & média
Fiscalité immobilière
Fiscalité et environnement
Fiscalité associative
Fiscalité financière
Fiscalité sociale
Fiscalité de l’expatriation
Fiscalité et assurance
Fiscalité communautaire
Fiscalité internationale
En pratique
LFSS pour 2013
Paquet compétitivité
PLFSS 2016
Agenda fiscal
Chiffres utiles
Fiches techniques
Téléservices
Textes officiels
Cellule de régularisation fiscale
Réponse d’experts
Loi de Finances pour 2011
Réforme de la fiscalité du patrimoine
Réforme de la TVA immobilière
Loi de Finances pour 2012
Loi de Finances rectificative pour 2011
Le dispositif Scellier
Loi de finances rectificative pour 2011-IV
Présidentielle 2012
Loi de finances rectificative pour 2012-I
Déclaration de revenus 2011
La réforme fiscale de François Hollande
Loi de Finances rectificative pour 2012-II
Loi de Finances pour 2013
Loi de Finances rectificative pour 2012-III
Loi de Finances rectificative pour 2013-I
Déclaration des revenus "2012"
ISF 2013
Fraude fiscale
Réforme du logement
Economie sociale et solidaire
Loi de Finances 2016
Loi de Finances 2014
Dossier Crowdfunding
Loi Duflot
LFSS pour 2014
ISF 2014
Les Assises de la fiscalité
Déclaration des revenus 2014
Loi Pinel : artisanat, commerce et TPE
Projet de loi de Finances rectificative pour 2014
PLFRSS 2014
Loi de finances 2015
Application mobile
Transition énergétique
LFSS 2015
Projet de loi pour l’activité
PLFR 2014-II
Déclaration d’impôts 2015
ISF 2015
Loi de finances rectificative pour 2015
Plan d’urgence pour l’emploi
Impôt sur le revenu 2016
Projet de loi Sapin II
Loi de Finances pour 2017
Prélèvement à la source
LFSS pour 2017
Loi de finances rectificative pour 2016
Impôt sur le revenu 2017
Election présidentielle 2017
Droit des sociétés
Loi de Finances pour 2018
Loi Travail
LFSS pour 2018
Projet de loi « Logement »
Loi PACTE
Loi de Finances rectificative pour 2017
Loi de Finances rectificative pour 2017-II
Le « droit à l’erreur »
Impôt sur le revenu 2018
Pour approfondir
Chroniques
Entretiens
Etudes & rapports
Corporate
Bien préparer sa retraite
Tribune
Comptes-rendus et Synthèses
La bibliothèque du fiscaliste
Dossiers fiscaux
 
 



Cellule de régularisation des avoirs non déclarés : plus que quelques jours pour agir

partager cet article
envoyer l'article par mail envoyer par mail

Pour une lecture interactive :cliquez sur le lien

La cellule de régularisation des avoirs non déclarés a été mise en place en avril dernier par le Ministère du Budget.

JPEG - 6.5 ko

Cette cellule permet aux contribuables résidents fiscaux français qui détiennent à l’étranger des avoirs non déclarés de régulariser leur situation en ayant l’assurance de ne pas encourir de poursuites pénales (fiscales) et en bénéficiant généralement d’intérêts de retard et de pénalités atténués.

En revanche, le montant en principal de l’impôt reste dû.

La faculté de saisine de la cellule est ouverte jusqu’au 31 décembre 2009.

L’ouverture d’un dossier de régularisation peut avoir des conséquences principalement sur trois types d’imposition :

  • l’impôt de solidarité sur la fortune (ISF),
  • l’impôt sur le revenu (IR)
  • et les droits de mutation.

Les avoirs détenus à l’étranger provenant d’activités illégales (trafics d’armes, drogue, vols, etc) ne peuvent pas bénéficier de la clémence de l’administration fiscale.


I. Les modalités de prescription des différents impôts

En matière d’ISF : Le délai de prescription est de six ans plus l’année en cours. En pratique, pour un dossier ouvert auprès de la cellule de régularisation, seront concernées les années 2003 à 2009.

Les avoirs étrangers déclarés à cette occasion viendront s’ajouter au patrimoine déclaré en France pour constituer la base de la régularisation et déterminer la charge d’ISF.

En matière d’IR : Le délai de prescription de l’IR est de trois ans. La reprise s’effectuera donc sur les années 2006, 2007 et 2008.

Le montant des revenus déclarés à l’occasion de la régularisation s’ajoutera aux montants précédemment déclarés par le contribuable.

En matière de droits de mutation (droit de succession) : Le délai de prescription en matière de droits de mutation est de six ans.

Ainsi, si les avoirs étrangers ont fait l’objet de successions ou de donations au cours des périodes couvertes par le délai de prescription, les droits d’enregistrement seront dus sur ces mutations.


II. Les pénalités et intérêts de retard

Taux des intérêts de retard : Le taux des intérêts de retard est de 0,75 % par mois, soit 9 % par an jusqu’au 31 décembre 2005, et de 0,4 % par mois, soit 4,8 %, par an à compter du 1er janvier 2006.

Dans le cadre de la cellule de régularisation, il ressort des dossiers ayant déjà été traités par le Cabinet que le taux applicable dépend du degré de bonne foi du contribuable et qu’il peut être plafonné à 10 %.

Taux des pénalités : Le taux des pénalités varie en principe de 10 % à 80 % en fonction du comportement du contribuable.

Une pénalité de 40 % est applicable en cas de manquement délibéré du contribuable et une pénalité de 80 % en cas de manœuvres frauduleuses.

Il ressort des dossiers ayant déjà été traités que le taux de la pénalité applicable peut varier entre 5 % et 20 %.

Absence de poursuites pénales fiscales : Un des principaux attraits de la régularisation est l’absence des poursuites pénales habituellement attachées aux fraudes fiscales. Les sanctions fiscales encourues sont donc les intérêts de retard et les pénalités quelque soit l’impôt concerné.


III. la procédure

Pour entamer une procédure de régularisation, le contribuable ou son conseil, pourra contacter de manière anonyme la cellule de régularisation (cellule-regularisation@dgfip.finances.gouv.fr, Tel : 01 53 18 05 62) afin d’exposer sa situation.

  • En pratique : Cette prise de contact est formalisée par un courrier décrivant, toujours anonymement, la situation du contribuable et le cas échéant présentant les axes de résolutions proposées.

Suite au dépôt de ce dossier, une négociation avec l’administration fiscale débute. Si les conséquences financières finalisées avec l’administration fiscale sont agréées par le contribuable, l’anonymat est alors levé et le contribuable dépose des déclarations rectificatives d’impôt sur le revenu et d’impôt sur la fortune.


IV. Expériences pratiques

La publicité faite autour de la cellule de régularisation a amené certains contribuables à se poser la question de l’opportunité de la régularisation de leurs avoirs étrangers.

Solliciter la cellule de régularisation nécessite généralement un accompagnement juridique et fiscal afin d’appréhender les problématiques suivantes :

  • L’analyse des structures de droit étranger (Trust, Fondations, etc.) et des revenus générés pour les besoins du calcul de l’impôt sur la fortune et / ou de l’impôt sur le revenu ;
  • L’évaluation des actifs localisés à l’étranger ;
  • La collecte de l’ensemble des documents bancaires retraçant l’évolution des avoirs à l’étranger ;
  • Les éventuelles répercussions d’une régularisation sur d’autres personnes (par exemple des cohéritiers).

Dès lors que les dossiers de régularisation doivent être déposés impérativement avant le 31 décembre 2009, il est fortement recommandé d’analyser dans les meilleurs délais l’opportunité d’une régularisation.


A propos des auteurs

Nicolas Melot et Maxime Buchet

- Melot & Buchet Avocats
- 46, rue de Provence
- 75009 Paris

www.mb-avocat.com

- Tel : 01 77 72 66 70
- Fax : 01 77 72 66 71

newsletter de Fiscalonline

Fiche technique du 8 décembre 2009

Publié le mercredi 9 décembre 2009

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

[Connexion] [s'inscrire] [mot de passe oublié ?]

Autres articles associés aux mots clés : 


 



Les articles les plus lus !
Impact du prélèvement à la source sur la déductibilité des travaux : précisions du Gouvernement
Plus-value : l’associé d’une structure d’exercice libéral à l’épreuve de l’abattement fixe de 500 000 €
Rétropédalage du Gouvernement concernant le régime de la TVA sur marge des aménageurs lotisseurs
Plus-values immobilières : pas d’extension de l’abattement exceptionnel aux biens immobiliers cédés en zone B1
La chirurgie réfractive réalisée par un ophtalmologiste est couverte par l’exonération de TVA
Taux de l’impôt sur les sociétés de 2018 à 2022
Proposition de loi visant à réduire l’imposition sur les successions et à faciliter la transmission de patrimoine aux jeunes générations
Revenus des enfants : quels sont ceux qui doivent être déclarés ?
[+ ...]







Tout pour la gestion de mes impôts et de ma fiscalité en un clic
A propos... Plan du site Nos partenaires Conditions générales Tous droits réservés ® 2000/2018