Fiscal On.Line

Index des mots clés Fiscal On.Line

  RSS

Accueil Newsletter Fil d'actu Application mobile Archives Publicité
En général
Doctrine administrative
Veille législative
Veille réglementaire
Jurisprudence
En particulier
E-Fiscalité
Fiscalité de l’innovation
Fiscalité culture & média
Fiscalité immobilière
Fiscalité et environnement
Fiscalité associative
Fiscalité financière
Fiscalité sociale
Fiscalité de l’expatriation
Fiscalité et assurance
Fiscalité communautaire
Fiscalité internationale
En pratique
LFSS pour 2013
Paquet compétitivité
PLFSS 2016
Agenda fiscal
Chiffres utiles
Fiches techniques
Téléservices
Textes officiels
Cellule de régularisation fiscale
Réponse d’experts
Loi de Finances pour 2011
Réforme de la fiscalité du patrimoine
Réforme de la TVA immobilière
Loi de Finances pour 2012
Loi de Finances rectificative pour 2011
Le dispositif Scellier
Loi de finances rectificative pour 2011-IV
Présidentielle 2012
Loi de finances rectificative pour 2012-I
Déclaration de revenus 2011
La réforme fiscale de François Hollande
Loi de Finances rectificative pour 2012-II
Loi de Finances pour 2013
Loi de Finances rectificative pour 2012-III
Loi de Finances rectificative pour 2013-I
Déclaration des revenus "2012"
ISF 2013
Fraude fiscale
Réforme du logement
Economie sociale et solidaire
Loi de Finances 2016
Loi de Finances 2014
Dossier Crowdfunding
Loi Duflot
LFSS pour 2014
ISF 2014
Les Assises de la fiscalité
Déclaration des revenus 2014
Loi Pinel : artisanat, commerce et TPE
Projet de loi de Finances rectificative pour 2014
PLFRSS 2014
Loi de finances 2015
Application mobile
Transition énergétique
LFSS 2015
Projet de loi pour l’activité
PLFR 2014-II
Déclaration d’impôts 2015
ISF 2015
Loi de finances rectificative pour 2015
Plan d’urgence pour l’emploi
Impôt sur le revenu 2016
Projet de loi Sapin II
Loi de Finances pour 2017
Prélèvement à la source
LFSS pour 2017
Loi de finances rectificative pour 2016
Impôt sur le revenu 2017
Election présidentielle 2017
Droit des sociétés
Loi de Finances pour 2018
Loi Travail
LFSS pour 2018
Projet de loi « ELAN »
Loi PACTE
Loi de Finances rectificative pour 2017
Loi de Finances rectificative pour 2017-II
Le « droit à l’erreur »
Impôt sur le revenu 2018
PL : Transmission d’entreprise
Pour approfondir
Chroniques
Entretiens
Etudes & rapports
Corporate
Bien préparer sa retraite
Tribune
Comptes-rendus et Synthèses
La bibliothèque du fiscaliste
Dossiers fiscaux
 
 



Budget de l’Etat en 2017 : Une très légère réduction du déficit, recouvrant une forte hausse des dépenses et des recettes

partager cet article
envoyer l'article par mail envoyer par mail

La Cour des comptes a rendu public son rapport sur le budget de l’État en 2017, accompagné de 66 analyses de l’exécution budgétaire.

L’exécution 2017 a été marquée par une croissance économique plus élevée que ne le prévoyait la loi de finances initiale (LFI). Malgré la forte hausse des recettes qui en a découlé, le déficit n’a été que très faiblement réduit, en raison d’une progression quasiment équivalente des dépenses. Celle-ci résulte, d’une part, du choix opéré en LFI d’augmenter la dépense de 5,9 Md€ (à périmètre constant) et, d’autre part, de la nécessité de remédier en cours d’année aux risques identifiés par la Cour en juin 2017, liés notamment aux sous-budgétisations, qui se sont concrétisés à hauteur de 6,4 Md€.

L’exécution du budget de l’État en 2017 met par ailleurs en évidence plusieurs risques et faiblesses affectant la qualité de la gestion et sa conformité aux grands principes budgétaires.

Le déficit budgétaire de l’État atteint 67,7 Md€ en 2017, en très légère réduction par rapport au niveau prévu en LFI (69,3 Md€). Il ne tient pas compte d’une recette de 1,5 Md€ de droits d’enregistrement qui n’a pas pu être comptabilisée. Ce déficit est supérieur de près de 22 Md€ à celui qui aurait permis de stabiliser le poids de la dette dans le PIB.

La forte hausse des recettes de l’État (+ 14,4 Md€ par rapport à 2016 et + 5,5 Md€ par rapport à la LFI) provient de la progression des recettes fiscales, permise par une conjoncture économique favorable, et de la baisse sans précédent des prélèvements sur recettes.

Les dépenses fiscales ont cependant augmenté de 5,4 Md€, ce qui traduit l’inefficacité des dispositifs de maîtrise mis en place.

La hausse des recettes n’a toutefois pas permis de réduire le déficit de l’État de façon plus importante, en raison d’une forte augmentation concomitante de ses dépenses. Sur les seuls budgets des ministères (c’est-à-dire hors dette et pensions), la hausse de la dépense atteint 10,6 Md€ par rapport à 2016 (+ 4,8 %), soit une progression inégalée depuis 2007. Les dépenses de personnel ont augmenté de 3,9 % en 2017, soit plus qu’au cours des six dernières années cumulées. Celles de fonctionnement sont également en forte hausse par rapport à 2016 (+ 4,7 % à périmètre constant, hors recapitalisation d’Areva), tout comme les dépenses d’intervention (+ 5,1 %).

La confirmation des risques constatés par la Cour sur les dépenses

Dans son audit de juin 2017, la Cour avait identifié des écarts sur les dépenses, évalués entre 4,6 et 6,6 Md€, qui affectaient la sincérité du budget de l’État. Ces écarts se sont concrétisés à hauteur de 6,4 Md€, dont 4,35 Md€ de sous-budgétisations.

Au total, le budget exécuté s’avère significativement différent du budget initial, les dépenses (hors personnel) de certaines missions s’éloignant nettement des crédits votés, à la hausse comme à la baisse.

Des entorses récurrentes aux grands principes budgétaires

La mise en réserve de crédits du budget général de l’État a atteint 14,3 Md€ en 2017 (hors personnel). La mise en réserve, dont le niveau a crû sensiblement depuis 2015, a été détournée de son objectif initial de couverture des aléas de gestion, essentiellement pour pallier les sous-budgétisations. En 2017, 71 % des crédits gelés ont été finalement dégelés, en raison du caractère largement virtuel d’une mise en réserve portant sur des dépenses inéluctables.

De ce fait, en dépit de l’importance de la mise en réserve initiale et malgré des redéploiements et des annulations massives, des mesures de financement supplémentaire très significatives ont été nécessaires, passant notamment par des ouvertures nettes de crédits de 3,1 Md€ et la consommation de 1,1 Md€ de crédits de 2016 reportés.

D’autres pratiques, comme les modalités de gestion des programmes d’investissements d’avenir ou le recours croissant à des fonds sans personnalité juridique, constituent des entorses au principe d’universalité budgétaire.

La Cour formule dix propositions visant à améliorer les conditions d’élaboration, de présentation et d’exécution des lois de finances.


Lire le rapport et les analyses d’exécution budgétaire

newsletter de Fiscalonline

Communiqué du 24 mai 2018

Publié le mercredi 23 mai 2018

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

[Connexion] [s'inscrire] [mot de passe oublié ?]

Autres articles associés aux mots clés :  Anoter


 



Les articles les plus lus !
Mise en ligne du projet de loi relatif à la croissance et la transformation des entreprises (PACTE)
BEPS : La Commission des Finances de l’Assemblée Nationale a adopté le projet de loi autorisant la ratification de la convention multilatérale
Les mesures du projet de loi relatif à la croissance et la transformation des entreprises (PACTE)
Le Conseil d’Etat affine les critères permettant de qualifier la Holding animatrice de groupe
Plafond des prélèvements réalisés au titre d’une même souscription ouvrait droit à la réduction d’impôt IR-PME
Taux de l’impôt sur les sociétés de 2018 à 2022
Plus-value de revente de lots dans un immeuble acquis en bloc : utilisation de la méthode des millièmes de copropriété
Art : le top 10 de l’estampe contemporaine
[+ ...]







Tout pour la gestion de mes impôts et de ma fiscalité en un clic
A propos... Plan du site Nos partenaires Conditions générales Tous droits réservés ® 2000/2018