Fiscal On.Line

Index des mots clés Fiscal On.Line

  RSS

Accueil Newsletter Fil d'actu Application mobile Boutique Publicité
En général
Doctrine administrative
Veille législative
Veille réglementaire
Jurisprudence
En particulier
E-Fiscalité
Fiscalité de l’innovation
Fiscalité culture & média
Fiscalité immobilière
Fiscalité et environnement
Fiscalité associative
Fiscalité financière
Fiscalité sociale
Fiscalité de l’expatriation
Fiscalité et assurance
Fiscalité communautaire
Fiscalité internationale
En pratique
LFSS pour 2013
Paquet compétitivité
PLFSS 2016
Agenda fiscal
Chiffres utiles
Fiches techniques
Téléservices
Textes officiels
Cellule de régularisation fiscale
Réponse d’experts
Loi de Finances pour 2011
Réforme de la fiscalité du patrimoine
Réforme de la TVA immobilière
Loi de Finances pour 2012
Loi de Finances rectificative pour 2011
Le dispositif Scellier
Loi de finances rectificative pour 2011-IV
Présidentielle 2012
Loi de finances rectificative pour 2012-I
Déclaration de revenus 2011
La réforme fiscale de François Hollande
Loi de Finances rectificative pour 2012-II
Loi de Finances pour 2013
Loi de Finances rectificative pour 2012-III
Loi de Finances rectificative pour 2013-I
Déclaration des revenus "2012"
ISF 2013
Fraude fiscale
Réforme du logement
Economie sociale et solidaire
Loi de Finances 2016
Loi de Finances 2014
Dossier Crowdfunding
Loi Duflot
LFSS pour 2014
ISF 2014
Les Assises de la fiscalité
Déclaration des revenus 2014
Loi Pinel : artisanat, commerce et TPE
Projet de loi de Finances rectificative pour 2014
PLFRSS 2014
Loi de finances 2015
Application mobile
Transition énergétique
LFSS 2015
Projet de loi pour l’activité
PLFR 2014-II
Déclaration d’impôts 2015
ISF 2015
Loi de finances rectificative pour 2015
Plan d’urgence pour l’emploi
Impôt sur le revenu 2016
Projet de loi Sapin II
Loi de Finances pour 2017
Prélèvement à la source
LFSS pour 2017
Loi de finances rectificative pour 2016
Impôt sur le revenu 2017
Election présidentielle 2017
Droit des sociétés
Loi de Finances pour 2018
Loi Travail
LFSS pour 2018
Projet de loi « Logement »
Plan d’action Entreprises
Loi de Finances rectificative pour 2017
Loi de Finances rectificative pour 2017-II
Le « droit à l’erreur »
Pour approfondir
Chroniques
Entretiens
Etudes & rapports
Corporate
Bien préparer sa retraite
Tribune
Comptes-rendus et Synthèses
La bibliothèque du fiscaliste
Dossiers fiscaux
 
 



Augmentation du taux de CSG : les plus-values immobilières 2017 ne seraient pas visées en définitive

partager cet article
envoyer l'article par mail envoyer par mail

Augmentation du taux de CSG : les plus-values immobilières 2017 ne seraient pas visées en définitive !

(Suite de l’article « L’augmentation de 1,7% du taux de CSG s’appliquera sur les plus-values immobilières de 2017 ? » )

Mercredi nous nous sommes fait l’écho du fait que les députés avaient, lors de l’examen du PLFSS pour 2018 en seconde lecture, rétabli l’article 7 dans sa version, telle qu’adoptée par l’Assemblée Nationale en première lecture en prévoyant que l’augmentation du taux global des prélèvements sociaux sur les revenus du patrimoine s’appliquerait à compter de l’imposition des revenus de l’année 2017.

En effet, lors de son passage au Palais du Luxembourg, les sénateurs ont, s’agissant de la contribution mentionnée à l’article L. 136-6 du code de la sécurité sociale, modifié par amendement (n°235) et avec l’avis défavorable du Gouvernement la date d’entrée en vigueur de l’augmentation de 1,7% du taux de CSG

Le texte amendé prévoyait ainsi une entrée en vigueur « le 11 octobre 2017 », correspondant « à la date de présentation du projet de loi de financement de la sécurité sociale pour 2018, en Conseil des Ministres. »

M. Jean-Marie Morisset co-auteur de l’amendement adopté a fait valoir au cours de débats en séance publique qu’une personne qui aurait vendu un bien au mois de février dernier et aurait payé la CSG au moment de la cession se verrait réclamer, l’année suivante, l’augmentation de 1,7 %, et ce pour un bien vendu un an auparavant. « Cela paraît quelque peu contradictoire » avait conclu le sénateur.

Si l’on met de côté l’incongruité de la situation conduisant l’administration fiscale à recouvrir un reliquat de prélèvements sociaux sur une plus-value liquidée en 2017, la disposition de nouveau adoptée par les députés vise-t-elle véritablement les plus-values immobilières de l’article 150-U du CGI comme semblent l’affirmer les sénateurs.

Rappelons que les modalités d’entrée en vigueur de la hausse du taux global des prélèvements sociaux en ce qui concerne les revenus du capital sont issues d’un amendement Gouvernemental adopté en première lecture.

« « III. – A. – Les I et II du présent article s’appliquent :

1° Pour les revenus d’activité, les revenus de remplacement et les sommes engagées ou produits réalisés à l’occasion des jeux, aux cotisations et contributions dues au titre des périodes intervenant à compter du 1er janvier 2018 ;

À compter de l’imposition des revenus de l’année 2017, en ce qu’ils concernent la contribution mentionnée à l’article L. 136‑6 du code de la sécurité sociale, sous réserve du II de l’article 34 de la loi n° 2016‑1918 du 29 décembre 2016 de finances rectificative pour 2016 ;

3° Dans les conditions et sous les réserves définies par le présent III, aux faits générateurs intervenant à compter du 1er janvier 2018, en ce qu’ils concernent la contribution mentionnée à l’article L. 136‑7 du code de la sécurité sociale. »

En pratique :

  • pour les revenus du patrimoine, la hausse de taux entrera en vigueur à raison des rôles émis à compter du 1er janvier 2018 ;
  • pour les produits de placement, elle s’appliquera aux faits générateurs intervenant à compter du 1er janvier 2018.


Le problème est de savoir de quel régime relèvent les plus-values immobilières : l’articleL 136-6 du CSSou l’article L 136-7 du CSS.

La CSG recouvre trois impositions distinctes qui concernent :

- les revenus d’activité et de remplacement (CSS, art L. 136-1 à CSS, art. L. 136-5) ;

- les revenus du patrimoine (CSS, art L. 136-6 et CGI, art. 1600-0C) ;

- les produits de placement (CSS, art L. 136-7 et CGI, art. 1600-0D).

Les revenus imposés au titre des revenus du patrimoine sont limitativement énumérés par la loi (Article L136-6). Il s’agit :

  • Des revenus fonciers (Art. L. 136-6-I-a du CSS) ;
  • Des rentes viagères constituées à titre onéreux (Art. L. 136-6-I-b du CSS) ;
  • Des revenus de capitaux mobiliers (Art. L. 136-6-I-c du CSS) ;
  • Des Plus-values, gains en capital, profits, distributions et avantages divers (Art. L. 136-6-I-e du CSS)

Sont ainsi soumis aux prélèvements sociaux au titre des revenus du patrimoine, les plus-values professionnelles à long terme, les plus-values privées sur valeurs mobilières et droits sociaux, certains produits de l’épargne salariale et les profits sur instruments financiers à terme (CSS, art. L. 136-6, I-e, I-e bis et al.15 et 16).

Contrairement à ce que les sénateurs indiquent dans leur amendement n°235, ne sont donc pas expressément visés les plus-values immobilières, le terme générique« plus-value » devant s’entendre des seules plus-values mobilières et professionnelles.

Les produits de placement sont limitativement énumérés par la loi (Article L136-7 du CSS). Il s’agit :

  • des produits de placement à revenu fixe ;
  • des Revenus distribués ;
  • Plus-values immobilières et sur certains meubles (sont visées les plus-values mentionnées de l’article 150 U du CGI à l’article 150 UC du CGI (taxées à un taux proportionnel lors de la cession).

Il s’ensuit qu’à la lettre du texte, quand l’article 7 du PLFSS pour 2018 dispose que la hausse de 1,7% des prélèvements sociaux s’appliquera « à compter de l’imposition des revenus de l’année 2017, en ce qu’ils concernent la contribution mentionnée à l’article L. 136-6 du code de la sécurité sociale », les plus-values immobilières ne sont pas expressément visées.

En tant que revenus de placements visés à l’article 7-III-A-3°, seules les plus-values immobilières dont le fait générateur interviendra à compter du 1er janvier 2018 seront assujetties aux prélèvements sociaux au taux de 17,2%. Partant les plus-values dégagées en 2017 continueront d’être taxées, s’agissant de ces prélèvements, au taux de 15,5%.

Nous nous excusons pour cette erreur d’appréciation initiale (voir notre premier article). Nous déplorerons que le ministre M. Darmanin n’ait pas attiré l’attention des sénateurs sur cette distinction (revenus du patrimoine et produits de placement) pour rejeter leur amendement qui était mal fondé en droit, puisque les plus-values immobilières ne relèvent pas de l’article L136-6 du CSS.

Morale : revenir au texte, seulement le texte, toujours le texte !

newsletter de Fiscalonline

Article de la rédaction du 29 novembre 2017

Publié le mercredi 29 novembre 2017

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

[Connexion] [s'inscrire] [mot de passe oublié ?]

Autres articles associés aux mots clés :  alaune | BCRSS15 | Fiscalité des particuliers | mafiscalite | PVIM


 



Les articles les plus lus !
Logiciel obligatoire au 1er janvier 2018 : Le vrai et le faux !
Plus-values immobilières : les aménagements opérés par le Gouvernement
Un tirage spécial du loto sera affecté au sauvetage du patrimoine immobilier français
Changement de régime fiscal des sociétés : précision sur le régime des droits de mutation
Suppression du certificat de non-imposition pour le conjoint survivant ou le partenaire pacsé du défunt
Les députés adoptent les aménagement à la réforme du prélèvement à la source
Création d’un abattement fiscal exceptionnel sur les plus-values de terrain bâti ou à bâtir
Art : les 10 meilleures enchères des ventes de prestige de Londres
[+ ...]







Tout pour la gestion de mes impôts et de ma fiscalité en un clic
A propos... Plan du site Nos partenaires Conditions générales Tous droits réservés ® 2000/2016