Fiscal On.Line

Index des mots clés Fiscal On.Line

  RSS

Accueil Newsletter Fil d'actu Application mobile Boutique Publicité
En général
Doctrine administrative
Veille législative
Veille réglementaire
Jurisprudence
En particulier
E-Fiscalité
Fiscalité de l’innovation
Fiscalité culture & média
Fiscalité immobilière
Fiscalité et environnement
Fiscalité associative
Fiscalité financière
Fiscalité sociale
Fiscalité de l’expatriation
Fiscalité et assurance
Fiscalité communautaire
Fiscalité internationale
En pratique
LFSS pour 2013
Paquet compétitivité
PLFSS 2016
Agenda fiscal
Chiffres utiles
Fiches techniques
Téléservices
Textes officiels
Cellule de régularisation fiscale
Réponse d’experts
Loi de Finances pour 2011
Réforme de la fiscalité du patrimoine
Réforme de la TVA immobilière
Loi de Finances pour 2012
Loi de Finances rectificative pour 2011
Le dispositif Scellier
Loi de finances rectificative pour 2011-IV
Présidentielle 2012
Loi de finances rectificative pour 2012-I
Déclaration de revenus 2011
La réforme fiscale de François Hollande
Loi de Finances rectificative pour 2012-II
Loi de Finances pour 2013
Loi de Finances rectificative pour 2012-III
Loi de Finances rectificative pour 2013-I
Déclaration des revenus "2012"
ISF 2013
Fraude fiscale
Réforme du logement
Economie sociale et solidaire
Loi de Finances 2016
Loi de Finances 2014
Dossier Crowdfunding
Loi Duflot
LFSS pour 2014
ISF 2014
Les Assises de la fiscalité
Déclaration des revenus 2014
Loi Pinel : artisanat, commerce et TPE
Projet de loi de Finances rectificative pour 2014
PLFRSS 2014
Loi de finances 2015
Application mobile
Transition énergétique
LFSS 2015
Projet de loi pour l’activité
PLFR 2014-II
Déclaration d’impôts 2015
ISF 2015
Loi de finances rectificative pour 2015
Plan d’urgence pour l’emploi
Impôt sur le revenu 2016
Projet de loi Sapin II
Loi de Finances pour 2017
Prélèvement à la source
LFSS pour 2017
Loi de finances rectificative pour 2016
Impôt sur le revenu 2017
Election présidentielle 2017
Droit des sociétés
Pour approfondir
Chroniques
Entretiens
Etudes & rapports
Corporate
Bien préparer sa retraite
Tribune
Comptes-rendus et Synthèses
La bibliothèque du fiscaliste
Dossiers fiscaux
 
 



Assurance emprunteur : quel est l’interet d’opter pour la delegation d’assurance ?

partager cet article
envoyer l'article par mail envoyer par mail

Assurance emprunteur : quel est l’intérêt d’opter pour la délégation d’assurance ?

Par Benjamin Spivac, ingėnieur patrimonial

A partir du 1er janvier 2018, les emprunteurs auront la possibilité de résilier leur assurance emprunteur et d’en choisir une autre, présentant des garanties équivalentes à celle précédemment souscrite, à chaque date anniversaire de la souscription du contrat.

L’intérêt : donner la possibilité aux consommateurs de renégocier leur contrat d’assurance emprunteur au cours du prêt, une nouvelle mesure qui va au-delà de la Loi Hamon (renégociation possible un an après la souscription du prêt) avec à la clé des économies conséquentes pour l’emprunteur.

Victoire ! Après bien des déboires il est enfin possible de résilier à tout moment son assurance emprunteur, et cela n’a pas été simple pour les ouvrir à la concurrence …

Tout a commencé en 2001 : la loi Murcef pointait déjà du doigt la pratique bancaire, à systématiquement lier les emprunts avec une assurance emprunteur obligatoire. Ces assurances prennent en effet la charge de votre emprunt en cas de chômage, invalidité ou de décès. Petit à petit, les banques ont imposé à leurs clients de les souscrire, alors qu’elles ne sont pas toujours pertinentes. Si pour l’achat d’une résidence principale elles peuvent s’avérer utiles, elles ne le sont pas forcément pour des investissements en immobilier de rapport.

Plusieurs tentatives avaient été faites pour extirper les consommateurs des tentacules de l’hydre des assurances emprunteur. Les premiers jalons ont été posés par la loi Lagarde en 2009. Ainsi depuis 2010, il était possible, pour tout souscripteur de prêt, de librement choisir son assurance. Cette loi interdisait aussi aux banques d’annexer de quelque manière que ce soit, le coût de l’emprunt au choix de l’assurance.

En pratique, les banques faisaient en général comprendre à leurs clients que s’ils voulaient le crédit, il fallait choisir l’assurance groupe. Seuls les clients les plus fortunés pouvaient se permettre d’être en position de force pour obtenir leur financement.

A la suite de cette première percée, la loi Hamon est venue, en 2014, accroitre les droits des emprunteurs en leur offrant la possibilité de changer librement d’assurance pendant la première année. Les clients pouvaient alors signer le contrat de prêt le plus avantageux sans prendre garde au taux de l’assurance. Une fois signé, ils pouvaient changer d’assurance dans l’année, en choisissant à leur guise leur nouveau partenaire.

Le coup de grâce devait venir de la loi Sapin II en 2016. Celle-ci prévoyait que chaque année, les emprunteurs puissent résilier leur assurance, pour en souscrire une autre plus favorable. Mais le trait fut dévié par les sages du conseil constitutionnel. Ils arguèrent d’un défaut de procédure.

Mais les députés n’en sont pas restés là. Ils se remirent bien vite à légiférer et leur acharnement a payé, car aujourd’hui, l’article L. 313-30 du code des assurances vous garantit votre droit de résiliation annuel. Ainsi dès 2018 vous pourrez demander à vos banques de résilier vos assurances emprunteur pour en souscrire de nouvelles moins couteuses.

Par ailleurs, un décret de 2017 sur le droit à l’oubli permet aux candidats à l’assurance de ne pas déclarer d’anciennes pathologies comme le cancer dans les questionnaires de santé.

Aujourd’hui environ 85% du marché est détenu par les banques. Cette situation de quasi-monopole aboutit inévitablement à des coûts élevés pour les clients.

Si l’espérance de gain mensuel n’est pas phénoménale, ramenée sur toute la durée de votre emprunt, cela peut représenter des dizaines de milliers d’euros. Cela dépend des montants empruntés, de votre âge, de votre questionnaire médical et de la durée du crédit.

A PROPOS D’AMPLEGEST


Créée en 2007, la société AMPLEGEST opère sur trois métiers :

  • Gestion privée : elle gère et conseille ses clients privés pour leurs placements et leurs objectifs patrimoniaux.
  • Family Office : elle s’occupe de la supervision du reporting et de l’organisation du Family Office de grandes familles internationales.
  • Asset Management : elle gère via une équipe d’analyste intégrée une gamme de fonds spécialisés.

newsletter de Fiscalonline

Communiqué de Benjamin Spivac, ingėnieur patrimonial

Publié le jeudi 20 avril 2017

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

[Connexion] [s'inscrire] [mot de passe oublié ?]

Autres articles associés aux mots clés :  Anoter


 



Les articles les plus lus !
Les intermédiaires fiscaux qui créent et vendent des dispositifs d’évasion fiscale dans le viseur de Bruxelles
Placements financiers des non-résidents exonérés d’ISF et titres de participation : critère de distinction
Bercy commente le renforcement du régime fiscal des impatriés
Logiciel obligatoire au 1er janvier 2018 : Le vrai et le faux !
Holdings animatrices : une avancée jurisprudentielle importante
Que faut-il penser du droit à l’erreur en matière fiscale ?
Plus-value immobilière : l’exonération résidence principale à l’épreuve de la notion d’unité d’habitation
Mécénat : modalités de valorisation des dons en nature pour le calcul de la réduction d’impôt
[+ ...]







Tout pour la gestion de mes impôts et de ma fiscalité en un clic
A propos... Plan du site Nos partenaires Conditions générales Tous droits réservés ® 2000/2016