Fiscal On.Line

Index des mots clés Fiscal On.Line

  RSS

Accueil Newsletter Fil d'actu Application mobile Boutique Publicité
En général
Doctrine administrative
Veille législative
Veille réglementaire
Jurisprudence
En particulier
E-Fiscalité
Fiscalité de l’innovation
Fiscalité culture & média
Fiscalité immobilière
Fiscalité et environnement
Fiscalité associative
Fiscalité financière
Fiscalité sociale
Fiscalité de l’expatriation
Fiscalité et assurance
Fiscalité communautaire
Fiscalité internationale
En pratique
LFSS pour 2013
Paquet compétitivité
PLFSS 2016
Agenda fiscal
Chiffres utiles
Fiches techniques
Téléservices
Textes officiels
Cellule de régularisation fiscale
Réponse d’experts
Loi de Finances pour 2011
Réforme de la fiscalité du patrimoine
Réforme de la TVA immobilière
Loi de Finances pour 2012
Loi de Finances rectificative pour 2011
Le dispositif Scellier
Loi de finances rectificative pour 2011-IV
Présidentielle 2012
Loi de finances rectificative pour 2012-I
Déclaration de revenus 2011
La réforme fiscale de François Hollande
Loi de Finances rectificative pour 2012-II
Loi de Finances pour 2013
Loi de Finances rectificative pour 2012-III
Loi de Finances rectificative pour 2013-I
Déclaration des revenus "2012"
ISF 2013
Fraude fiscale
Réforme du logement
Economie sociale et solidaire
Loi de Finances 2016
Loi de Finances 2014
Dossier Crowdfunding
Loi Duflot
LFSS pour 2014
ISF 2014
Les Assises de la fiscalité
Déclaration des revenus 2014
Loi Pinel : artisanat, commerce et TPE
Projet de loi de Finances rectificative pour 2014
PLFRSS 2014
Loi de finances 2015
Application mobile
Transition énergétique
LFSS 2015
Projet de loi pour l’activité
PLFR 2014-II
Déclaration d’impôts 2015
ISF 2015
Loi de finances rectificative pour 2015
Plan d’urgence pour l’emploi
Impôt sur le revenu 2016
Projet de loi Sapin II
Loi de Finances pour 2017
Prélèvement à la source
LFSS pour 2017
Loi de finances rectificative pour 2016
Pour approfondir
Chroniques
Entretiens
Etudes & rapports
Corporate
Bien préparer sa retraite
Tribune
Comptes-rendus et Synthèses
La bibliothèque du fiscaliste
Dossiers fiscaux
 
 



Assurance de prêt : les différentes options qui existent en fonction de son profil

partager cet article
envoyer l'article par mail envoyer par mail

Assurance de prêt : les différentes options qui existent en fonction de son profil

Une assurance de prêt « obligatoire »

Lorsque l’on contracte un emprunt auprès d’une banque ou d’un organisme financier, il est demandé de souscrire une assurance de prêt afin de fournir des garanties supplémentaires à l’organisme prêteur. Dans la plupart des cas, une assurance avec une couverture « classique » suffit, qu’il s’agisse d’une assurance de groupe ou d’une délégation d’assurance. Cette assurance, temporaire, se limite à la durée du crédit.

L’établissement prêteur va proposer son assurance « groupe » mais le client a la possibilité de « déléguer » son assurance via un organisme externe, démarche facilitée depuis le 26 juillet 2014 avec la Loi Hamon. En effet, l’assuré peut désormais résilier l’assurance souscrite pendant la 1ère année (quand il devait auparavant attendre au moins 1 an) et l’établissement prêteur a l’obligation d’être plus transparent avec l’assuré quant aux prérequis exigés sur sa couverture. La banque doit, par exemple, remettre à l’emprunteur une fiche de renseignements standardisée qui liste les garanties exigées pour le prêt, permettant ainsi à la concurrence de pouvoir proposer une délégation d’assurance aux garanties équivalentes. Ces deux mesures permettent à l’assuré de chercher une couverture équivalente et moins chère, afin d’être protégé sur toute la durée du prêt.

Lors de la souscription du prêt, selon l’usage qu’en aura l’acquéreur, il y a différents types d’assurances à mettre en place.

  • Dans le cas de l’acquisition d’une résidence principale, il faut souscrire a minima à une assurance décès, une assurance PTIA (Perte Totale et Irréversible d’Autonomie), une assurance ITT (Incapacité Temporaire de Travail) et IPT (Incapacité Permanente de Travail).
  • Dans le cas de l’achat d’une résidence locative, l’assurance décès et PTIA sont obligatoires, mais pas l’ITT car le propriétaire perçoit une rentrée d’argent chaque mois grâce au loyer.

Ces assurances sont systématiquement exigées par l’établissement prêteur, à moins que l’emprunteur ne parvienne à prouver qu’il dispose d’une épargne et/ou d’une assurance-vie suffisante pour couvrir le montant de son prêt en cas de problème.

Mais certains profils nécessitent un élargissement de leurs garanties du fait de leur profil, des risques qu’ils représentent...

S’il y a plusieurs emprunteurs

Dans le cas où plusieurs personnes contribueraient au remboursement de l’emprunt, il est important de vérifier que chacun est bien assuré proportionnellement à sa contribution. Cette répartition peut se faire de nombreuses manières.

Si, par exemple, on choisit d’assurer chaque personne pour la totalité du capital, la compagnie d’assurance paiera la totalité de ce qui est encore dû en cas de décès de l’un des assurés. Si chacun est assuré pour 50% du capital, l’assureur paiera alors seulement la moitié de ce qui est encore dû.

En fonction de son exercice professionnel

Si une personne est en activité professionnelle, l’ITT est fortement conseillée car, en cas d’incapacité à travailler, cette assurance prend en charge le remboursement de la mensualité en fonction de la quotité choisie. Les retraités n’ont pas à souscrire d’ITT, par définition, mais par contre au minimum à l’assurance décès et PTIA.

Une activité professionnelle à risque peut être un motif de majoration tarifaire pour l’assuré selon certaines compagnies.

Exemple d’assurance pour une personne seule :
  • Monsieur est pompier, il est né en 1980 et est non-fumeur.
  • Il achète un bien à 180 000€, sur 15 ans avec un taux fixe de 2,20% hors assurance.
  • Concernant son assurance, il est couvert en décès, PTIA et ITT/IPT à 100%.
    • La compagnie A classe son métier dans la catégorie des métiers à risque, et accepte de l’assurer pour un coût global de 3 478€,
    • la compagnie B ne majore pas son activité professionnelle, et propose une couverture équivalente pour un montant de 2 572€.

Exemple à titre indicatif qui n’engage en rien Immoprêt.

Pour une personne exerçant une profession liée à sa condition physique, la garantie IPP (Invalidité Permanente et Partielle) est fortement recommandée. Elle s’applique suite à un accident ou maladie provoquant une invalidité comprise entre 33% et 66%, invalidité ne lui permettant plus d’exercer son activité. Exemple : un chirurgien qui perdrait un doigt.

Dans le cas de certaines professions - comme kinésithérapeutes, ouvriers avec ports de charges lourdes... - il est conseillé de prendre l’option « psy-dos ». Elle consiste, moyennant une majoration de la cotisation, en la possibilité de racheter les exclusions relatives aussi bien aux atteintes discales et/ou vertébrales qu’aux affectations psychiatriques, troubles anxio-dépressifs. Si un assuré a des antécédents de troubles dépressifs par exemple, il pourra être assuré mais il y aura une majoration.

Options des contrats liées à la santé et au mode de vie

Certaines compagnies proposent des extensions de garanties pour la pratique de sports à risques. Pour d’autres c’est même un motif de non-assurance. Il est important de se pencher sur ce que les assureurs définissent comme « sports à risques », la pratique du ski de manière occasionnelle pouvant par exemple entrer dans cette catégorie.

Si l’assuré est fumeur, la majoration sur la prime d’assurance peut être importante d’une compagnie à une autre. Certaines ne tiennent pas compte du fait que l’assuré soit fumeur.

Exemple d’assurance pour une personne seule :
  • Monsieur est employé administratif ; il est né en 1979 et est fumeur.
  • Il achète un bien à 180 000€, sur 15 ans avec un taux fixe de 2,20% hors assurance.
  • Concernant son assurance, il est couvert en décès, PTIA et ITT/IPT à 100%.
    • La compagnie A ne majore pas le fait qu’il soit fumeur et accepte de l’assurer pour un coût global de 4 648€,
    • la compagnie B applique une majoration et propose une couverture équivalente pour un montant de 9 715€.

Exemple à titre indicatif qui n’engage en rien Immoprêt.

Une personne en surpoids sans aucun problème de santé peut être assurée sans majoration selon la compagnie.

Exemple d’assurance pour une personne seule :
  • Monsieur est employé administratif ; il est né en 1978 et est non-fumeur. Il mesure 1.60m pour 90kgs.
  • Il achète un bien à 180 000€, sur 15 ans avec un taux fixe de 2,20% hors assurance.
  • Concernant son assurance, il est couvert en décès, PTIA et ITT/IPT à 100%.
    • La compagnie A classe ne majore pas le fait qu’il soit en surpoids et accepte de l’assurer pour un coût global de 3 550€,
    • la compagnie B applique une majoration et propose une couverture équivalente pour un montant de 4 779€.

Exemple à titre indicatif qui n’engage en rien Immoprêt.

En cas de troubles importantes, physiques comme psychologiques, c’est l’AERAS (s’Assurer et Emprunter avec un Risque Aggravé de Santé) qui intervient car le risque représenté par l’assuré est trop grand. Conclue entre l’Etat, les fédérations professionnelles de la banque, de l’assurance et de la mutualité, les associations de malades et consommateurs, la convention AERAS vise à améliorer l’accès à l’emprunt et à l’assurance des personnes présentant un risque aggravé de santé. L’AERAS décide si ces personnes sont assurables et à quel coût ou si elles ne le sont pas.

« A chaque assuré son assurance. Quel que soit la vôtre, il est important de bien regarder les options intéressantes pour vous, les délais de carences et les franchises. », conclut Ulrich Maurel, président fondateur d’Immoprêt.

A propos d’Immoprêt


Créé à Dunkerque en 2006, Immoprêt est un courtier en crédit immobilier, avec plus de 150 collaborateurs répartis dans près de 70 agences sur tout le territoire. L’activité de ce réseau d’agences de proximité consiste à accompagner gratuitement ses clients dans leur recherche de financement de leurs projets immobiliers. Immoprêt bénéficie de partenariats avec toutes les banques du marché, lui permettant d’être indépendant vis-à-vis des institutions financières, et de proposer aux clients les meilleures conditions pour leur projet, en toute transparence. Immoprêt a accompagné 18 662 familles dans leur projet en 2013, et 25 617 en 2014. Le courtier est membre de l’AFIB.

www.immopret.fr

newsletter de Fiscalonline

Communiqué du 12 octobre 2015

Publié le lundi 12 octobre 2015

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

[Connexion] [s'inscrire] [mot de passe oublié ?]

Autres articles associés aux mots clés :  Anoter


 



Les articles les plus lus !
Un nouveau dispositif fiscal incitatif viendra se substituer aux régimes « Besson ancien » et « Borloo ancien »
Le Gouvernement propose de légaliser en droit fiscal le caractère commercial de l’activité de location meublée
Modalités de déclaration des transferts de sommes d’un montant supérieur à 50.000 €
Les plateformes en ligne du type Airbnb devront déclarer au Fisc les revenus perçus par leurs utilisateurs
Divorce par consentement mutuel sans juge : le gouvernement tire les conséquences fiscales
Le gouvernement précise les critères d’éligibilités au PEA-PME
Les députés aménagent les dispositifs ISF-PME et Madelin pour faciliter la sortie fiscale des investisseurs historiques
Plateformes collaboratives : seuils d’affiliation au RSI des personnes exerçant une activité locative
[+ ...]







Tout pour la gestion de mes impôts et de ma fiscalité en un clic
A propos... Plan du site Nos partenaires Conditions générales Tous droits réservés ® 2000/2016