Fiscal On.Line

Index des mots clés Fiscal On.Line

  RSS

Accueil Newsletter Fil d'actu Application mobile Archives Publicité
En général
Doctrine administrative
Veille législative
Veille réglementaire
Jurisprudence
En particulier
E-Fiscalité
Fiscalité de l’innovation
Fiscalité culture & média
Fiscalité immobilière
Fiscalité et environnement
Fiscalité associative
Fiscalité financière
Fiscalité sociale
Fiscalité de l’expatriation
Fiscalité et assurance
Fiscalité communautaire
Fiscalité internationale
En pratique
LFSS pour 2013
Paquet compétitivité
PLFSS 2016
Agenda fiscal
Chiffres utiles
Fiches techniques
Téléservices
Textes officiels
Cellule de régularisation fiscale
Réponse d’experts
Loi de Finances pour 2011
Réforme de la fiscalité du patrimoine
Réforme de la TVA immobilière
Loi de Finances pour 2012
Loi de Finances rectificative pour 2011
Le dispositif Scellier
Loi de finances rectificative pour 2011-IV
Présidentielle 2012
Loi de finances rectificative pour 2012-I
Déclaration de revenus 2011
La réforme fiscale de François Hollande
Loi de Finances rectificative pour 2012-II
Loi de Finances pour 2013
Loi de Finances rectificative pour 2012-III
Loi de Finances rectificative pour 2013-I
Déclaration des revenus "2012"
ISF 2013
Fraude fiscale
Réforme du logement
Economie sociale et solidaire
Loi de Finances 2016
Loi de Finances 2014
Dossier Crowdfunding
Loi Duflot
LFSS pour 2014
ISF 2014
Les Assises de la fiscalité
Déclaration des revenus 2014
Loi Pinel : artisanat, commerce et TPE
Projet de loi de Finances rectificative pour 2014
PLFRSS 2014
Loi de finances 2015
Application mobile
Transition énergétique
LFSS 2015
Projet de loi pour l’activité
PLFR 2014-II
Déclaration d’impôts 2015
ISF 2015
Loi de finances rectificative pour 2015
Plan d’urgence pour l’emploi
Impôt sur le revenu 2016
Projet de loi Sapin II
Loi de Finances pour 2017
Prélèvement à la source
LFSS pour 2017
Loi de finances rectificative pour 2016
Impôt sur le revenu 2017
Election présidentielle 2017
Droit des sociétés
Loi de Finances pour 2018
Loi Travail
LFSS pour 2018
Projet de loi « ELAN »
Loi PACTE
Loi de Finances rectificative pour 2017
Loi de Finances rectificative pour 2017-II
Le « droit à l’erreur »
Impôt sur le revenu 2018
PL : Transmission d’entreprise
Loi de Finances pour 2019
Réforme de la fiscalité locale
LFSS pour 2019
PLFR 2018
Pour approfondir
Chroniques
Entretiens
Etudes & rapports
Corporate
Bien préparer sa retraite
Tribune
Comptes-rendus et Synthèses
La bibliothèque du fiscaliste
Dossiers fiscaux
 
 



Art : Takashi Murakami - L’art manga à l’occidental

partager cet article

Les artistes contemporains les plus cotés s’avèrent aussi d’excellents chefs d’entreprises. Comme le Britannique Damien HIRST et l’Américain Jeff KOONS, le nippon Takashi MURAKAMI est un redoutable homme d’affaires distillant son œuvre dans tous les interstices possibles : de l’art "noble " à la peluche, en passant par des accessoires de mode et des pochettes de CD, Murakami inonde le marché.

L’artiste japonais le mieux connu en Occident depuis Katsushika HOKUSAI et Tsuguharu FOUJITA est souvent perçu comme le fils spirituel de Andy WARHOL, avec lequel il confie vouloir rivaliser par le nombre d’œuvres produites, Murakami lance la Hiropon factory en 1996, devenue la société de production Kaikai Kiki Co. en 2001. Cette société faisant travailler une centaine de personnes sur des œuvres uniques, en séries limitées, des produits dérivés, des films d’animation ou des pochettes de disques, lui permet d’assouvir ses ambitions. L’effet Kaikai Kiki, cumulé à sa première exposition à la Fondation Cartier de Paris (2002) et à sa collaboration avec Louis Vuitton allaient provoquer une véritable boulimie d’achats.

En 2003, le nombre de ses transactions en salles des ventes augmentait de +650% propulsant son chiffre d’affaires aux enchères de +258%.

L’année 2003 est un jalon dans sa carrière, car elle signe le début d’une fructueuse collaboration avec Louis Vuitton. Les deux parties y ont trouvé leur compte : la marque de luxe française lançait ainsi une opération séduction pour relancer son 1er marché, le Japon, et l’esthétique de Murakami devenait définitivement tendance, envahissant les rues des grandes métropoles. La progression de ses produits des ventes aux enchères annuels illustre une belle réussite : en 2002, son volume d’affaires en salles était inférieur à 1 m€, il affichait 3 m€ sur l’année 2003 pour culminer à 21,4 m€ sur l’année 2008 !

Le chiffre d’affaires spectaculaire de 2008 doit beaucoup à My lonesome cowboy, une sculpture de 2,54 mètres représentant l’éjaculation triomphante d’un satyre version manga. L’œuvre défrayait la chronique en signant un record à 13,5 m$ (8,7 m€) en mai à New York, contre une fourchette d’estimation de 3-4 m$. Il existe quatre épreuves du Cow-boy lubrique, dont une est conservée à la pointe de la Douane, récent sanctuaire d’exposition vénitien de la collection François Pinault. Le célèbre collectionneur enrichissait encore en 2009 sa collection du Palazzo Grassi (Venise) d’une immense toile de plus de sept mètres intitulée The Emergence of God at the Reversal of Fate, toujours signée Murakami.

Sur la période juillet 2009-juin 2010, les scores du nippon sont en berne, malgré sa 25ème place parmi les artistes contemporains classés par produit de ventes. Ses recettes sont en effet tombées de 8 m€ entre juillet 2008 et juin 2009 à 3,4 m€. Murakami, qui affichait un marché particulièrement spéculatif pendant la bulle, s’est fait discret en salle des ventes : parmi les 223 œuvres vendues entre juillet 2009 et juin 2010, outre la pléthore d’œuvres multiples et abordables, il enregistrait neuf enchères à plus de 100 000 €, mais aucun score millionnaire. A défaut de résultats spectaculaires en salles de ventes, Takashi Murakami se retrouve sous les feux de la rampe grâce à son exposition théâtrale au Château de Versailles, qui se poursuit jusqu’au 12 décembre 2010.

Ses fans dépourvus d’un budget suffisant pour espérer acquérir une toile ou une importante sculpture peuvent se consoler avec la manne de figurines et de lithographies très largement éditées, dont les prix s’échelonnent de quelques dizaines à quelques centaines d’euros. Les sérigraphies inondent le marché et représentent 63% des œuvres de l’artiste proposées aux enchères dans le monde.

La distinction entre l’œuvre d’art et le produit dérivé est annihilée dans l’art de Murakami, si bien que l’on trouve même des planches de skateboard sérigraphiées en salles des ventes. Comptez entre 800 et 1 000 € pour vous déplacer sur une planche dans le pur style Poku.


Source © Artprice.com

www.artprice.com

Communiqué d’Artprice du 27 septembre 2010

Publié le mardi 28 septembre 2010

newsletter de Fiscalonline


Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

[Connexion] [s'inscrire] [mot de passe oublié ?]

Autres articles associés aux mots clés :  Oeuvre d’art





Outil pratique

Toute l'information sur le marché de l’art au meilleur prix

artprice

Artprice.com donne accès à des banques de données qui vous permettent de connaître le prix des oeuvres d'art dans le cadre de vos achats, ventes, déclarations d'assurance d'oeuvres d'art et investissements dans l'art.

Artprice.com est également une place de marché qui permet aux acteurs du marché de l'art de se mettre en relation, pour acheter et vendre des oeuvres d'art. En outre, Artprice.com propose des services complémentaires qui visent à rendre le marché de l'art toujours plus transparent et accessible à tous.



 



Les articles les plus lus !
Les intérêts de l’avance consentie sur un contrat d’assurance-vie peut être déduite des revenus fonciers
Dispositif « Denormandie » : élargissement du Pinel aux acquisitions de logements anciens faisant l’objet de travaux d’amélioration
Les députés refusent d’inscrire dans la loi une définition de la « holding animatrice »
Conditions d’application du cumul emploi retraite en 2018
Report d’imposition de la plus-value d’apport de titres : nouveaux aménagements proposés par le Gouvernement
Liste des sociétés concernées par la taxe sur les transactions financières au 1er décembre 2018
Prélèvement à la source, crédits d’impôts et réductions d’impôt : en pratique ?
Réduction d’impôt « Pinel » en zones B2 et C : maintien de l’extension du délai de réalisation de l’acquisition au 15 mars 2019
[+ ...]





Les dossiers d'actualité
Fiscalité de crise
Loi de finances 2010
[+ ...]






version imprimable de l'article Impression

Réagir à l'article

envoyer l'article par mail envoyer par mail

Une difficulté sur le site ?





Les Codes
C.G.I
L.P.F



Inscrivez-vous à notre NEWSLETTER [ ici ]








Tout pour la gestion de mes impôts et de ma fiscalité en un clic
A propos... Plan du site Nos partenaires Conditions générales Tous droits réservés ® 2000/2018