Fiscal On.Line

Index des mots clés Fiscal On.Line

  RSS

Accueil Newsletter Fil d'actu Partenaires Placements Publicité
En général
Doctrine administrative
Veille législative
Veille réglementaire
Jurisprudence
En particulier
E-Fiscalité
Fiscalité de l’innovation
Fiscalité culture & média
Fiscalité immobilière
Fiscalité et environnement
Fiscalité associative
Fiscalité financière
Fiscalité sociale
Fiscalité de l’expatriation
Fiscalité et assurance
Fiscalité communautaire
Fiscalité internationale
En pratique
LFSS pour 2013
Paquet compétitivité
Agenda fiscal
Chiffres utiles
Fiches techniques
Téléservices
Textes officiels
Nos publications interactives
Réponse d’experts
Loi de Finances pour 2011
Réforme de la fiscalité du patrimoine
Réforme de la TVA immobilière
Déclaration de revenus 2010
Loi de Finances pour 2012
Loi de Finances rectificative pour 2011
L’EIRL
Le dispositif Scellier
Deuxième plan de rigueur
Loi de finances rectificative pour 2011-IV
Présidentielle 2012
Loi de finances rectificative pour 2012-I
Déclaration de revenus 2011
La réforme fiscale de François Hollande
Loi de Finances rectificative pour 2012-II
Loi de Finances pour 2013
Loi de Finances rectificative pour 2012-III
Loi de Finances rectificative pour 2013-I
Déclaration des revenus "2012"
ISF 2013
Rénovation de la politique familiale
Réforme des retraites
Fraude fiscale
Réforme du logement
Economie sociale et solidaire
Loi de Finances 2014
Dossier Crowdfunding
Loi Duflot
Les levées de fonds Particeep
LFSS pour 2014
ISF 2014
Les Assises de la fiscalité
Déclaration des revenus 2014
Loi Pinel : artisanat, commerce et TPE
Loi visant à reconquérir l’économie réelle
Projet de loi de Finances rectificative pour 2014
PLFRSS 2014
Pour approfondir
Chroniques
Entretiens
Etudes & rapports
Corporate
Tribune
Comptes-rendus et Synthèses
La bibliothèque du fiscaliste
 
 



Arrêt Verkooijen : CEDH, libre circulation des capitaux, ISF

partager cet article

Droit communautaire : vers un statut prétorien de l’épargnant.

La construction européenne ne peut à l’évidence profiter qu’aux seules entreprises. Fondamentalement, les citoyens des divers Etats-membres peuvent bénéficier des libertés fondamentales dont la libre circulation des capitaux. Cette réalité essentielle paraît avoir été oubliée de certains Etats qui s’efforcent de priver leurs épargnants nationaux du bénéfice de cette liberté fondamentale.

Deux arrêts récents rendus par la Cour de Justice des Communautés Européennes peuvent constituer les premiers jalons d’un statut de l’épargnant privé. Dans un arrêt en date du 6 juin 2000 affaire C-35/98 Staatssecretaris Van Vinancien et BGM Verkooigen, la Cour a eu à se prononcer sur la compatibilité avec le droit communautaire d’une disposition d’une loi néerlandaise qui subordonnait l’octroi d’une exonération de l’impôt sur le revenu auquel sont soumis les dividendes versés à des personnes physiques actionnaires à la condition que lesdits dividendes soient versés par des sociétés ayant le siège dans ledit Etat-membre.

Plus précisément, il s’agissait d’un contribuable néerlandais qui souhaitait bénéficier de l’exonération des dividendes d’une société belge dans le cadre d’un plan d’épargne d’entreprise ouvert aux travailleurs du groupe Petrofina.

Pour tenter de justifier cette discrimination, le gouvernement néerlandais considérait qu’elle correspondait à un double objectif : en premier lieu, elle était conçue comme une mesure visant à améliorer le niveau des fonds propres des entreprises et à stimuler l’intérêt des personnes privées pour les actions néerlandaises. En second lieu, en particulier, pour les petits investisseurs, l’exonération avait pour objectif de compenser dans une certaine mesure, la double imposition qui résulterait dans le système fiscal néerlandais de la perception d’une partie de l’impôt sur les sociétés qui frappe les bénéfices réalisés par ces dernières et, d’autre part, de l’impôt sur le revenu du particulier actionnaire qui frappe les dividendes distribués par ces sociétés.

La réponse apportée par la CJCE est dépourvue d’ambiguïté.

La discrimination est censurée et les Etats ne peuvent se retrancher derrière les dispositions de l’article 58 du Traité sur l’Union européenne (ex. article 73 D) qui consacre le droit qu’ont les Etats-membres d’appliquer les dispositions pertinentes de leur législation fiscale qui établissent une distinction entre les contribuables qui ne se trouvent pas dans la même situation en ce qui concerne la résidence où les capitaux sont investis.

La portée de cet arrêt est considérable.

A la lumière des principes posés par cette solution, on peut notamment s’interroger sur la compatibilité du fonctionnement du PEA avec le Droit Communautaire. En effet, d’une manière générale, seules des actions et parts sociales émises par les sociétés ayant leur siège en France et soumises à l’impôt sur les sociétés dans les conditions de droit commun, au taux normal constituent un emploi autorisé du PEA. Les souscriptions d’actions émises par des sociétés européennes sont donc exclues. Cette exclusion paraît totalement contraire au droit communautaire.

Les principes posés par l’arrêt du 6 juin ont reçu application dans un arrêt en date du 26 septembre 2000 aff. C-478/98 Commission des communautés européennes c. Royaume de Belgique. Concrètement, l’arrêté royal belge du 4 octobre 1994 qui interdisait la souscription par les résidents belges (à l’exclusion des banques, des intermédiaires financiers et de certains investisseurs institutionnels) à un emprunt public d’un montant d’un milliard de DEM sur le marché des euro-obligations.

La Belgique s’était retranchée derrière le fait que la mesure en cause permettrait d’éviter que les personnes visées éludent le paiement de l’impôt en Belgique en ne déclarant pas les intérêts perçus. Cette consécration de la liberté de circulation des capitaux ne connaît que des exceptions limitées.

En l’état de la jurisprudence, pratiquement seul l’ordre public est expressément cité comme motif de dérogation par l’article 58 (ex. 73 D). Quant à la justification tirée de la cohérence du système fiscal, posé par l’arrêt Bachmann du 28 janvier 1992, aff. C-204/90) elle ne paraît plus devoir être retenue. Dès lors, la position de l’épargnant privé apparaît particulièrement assurée face aux législations étatiques discriminatoires.

MCB

newsletter de Fiscalonline

Chronique fiscale du 3 décembre 2000

Publié le jeudi 4 janvier 2001

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

[Connexion] [s'inscrire] [mot de passe oublié ?]

Autres articles associés aux mots clés : 


 



Les articles les plus lus !
Le Sénat rejette une nouvelle fois le budget rectificatif pour 2014
Cotisations sociales des particuliers employeurs : les députés doublent la déduction forfaitaire
Création d’une une aide à l’embauche des apprentis de 1000 € minimum
Le régime des plus-values de cession de valeurs mobilières en 2013 et en 2014
Mise à jour 2014 de la convention fiscale de l’OCDE
Intégration fiscale à l’horizontale : le sénateur Marini propose d’adapter la législation française
Plus-value immobilière et résidence principale : une exonération sous contrôle
Barème kilométrique 2014
[+ ...]


  A propos... Plan du site Nos partenaires Conditions générales Tous droits réservés ® 2000/2014