Fiscal On.Line

Index des mots clés Fiscal On.Line

  RSS

Accueil Newsletter Fil d'actu Application mobile Archives Publicité
En général
Doctrine administrative
Veille législative
Veille réglementaire
Jurisprudence
En particulier
E-Fiscalité
Fiscalité de l’innovation
Fiscalité culture & média
Fiscalité immobilière
Fiscalité et environnement
Fiscalité associative
Fiscalité financière
Fiscalité sociale
Fiscalité de l’expatriation
Fiscalité et assurance
Fiscalité communautaire
Fiscalité internationale
En pratique
LFSS pour 2013
Paquet compétitivité
PLFSS 2016
Agenda fiscal
Chiffres utiles
Fiches techniques
Téléservices
Textes officiels
Cellule de régularisation fiscale
Réponse d’experts
Loi de Finances pour 2011
Réforme de la fiscalité du patrimoine
Réforme de la TVA immobilière
Loi de Finances pour 2012
Loi de Finances rectificative pour 2011
Le dispositif Scellier
Loi de finances rectificative pour 2011-IV
Présidentielle 2012
Loi de finances rectificative pour 2012-I
Déclaration de revenus 2011
La réforme fiscale de François Hollande
Loi de Finances rectificative pour 2012-II
Loi de Finances pour 2013
Loi de Finances rectificative pour 2012-III
Loi de Finances rectificative pour 2013-I
Déclaration des revenus "2012"
ISF 2013
Fraude fiscale
Réforme du logement
Economie sociale et solidaire
Loi de Finances 2016
Loi de Finances 2014
Dossier Crowdfunding
Loi Duflot
LFSS pour 2014
ISF 2014
Les Assises de la fiscalité
Déclaration des revenus 2014
Loi Pinel : artisanat, commerce et TPE
Projet de loi de Finances rectificative pour 2014
PLFRSS 2014
Loi de finances 2015
Application mobile
Transition énergétique
LFSS 2015
Projet de loi pour l’activité
PLFR 2014-II
Déclaration d’impôts 2015
ISF 2015
Loi de finances rectificative pour 2015
Plan d’urgence pour l’emploi
Impôt sur le revenu 2016
Projet de loi Sapin II
Loi de Finances pour 2017
Prélèvement à la source
LFSS pour 2017
Loi de finances rectificative pour 2016
Impôt sur le revenu 2017
Election présidentielle 2017
Droit des sociétés
Loi de Finances pour 2018
Loi Travail
LFSS pour 2018
Projet de loi « ELAN »
Loi PACTE
Loi de Finances rectificative pour 2017
Loi de Finances rectificative pour 2017-II
Le « droit à l’erreur »
Impôt sur le revenu 2018
PL : Transmission d’entreprise
Loi de Finances pour 2019
Réforme de la fiscalité locale
LFSS pour 2019
PLFR 2018
Pour approfondir
Chroniques
Entretiens
Etudes & rapports
Corporate
Bien préparer sa retraite
Tribune
Comptes-rendus et Synthèses
La bibliothèque du fiscaliste
Dossiers fiscaux
 
 



Apport d’une entreprise individuelle à une société : pas d’effet rétroactif possible

partager cet article
envoyer l'article par mail envoyer par mail

Question :

Mme Marie-Jo Zimmermann attire l’attention de Mme la ministre de l’économie, de l’industrie et de l’emploi sur les difficultés rencontrées par les entrepreneurs individuels à l’occasion de l’apport de leur entreprise individuelle à une société.

Compte tenu, en premier lieu de la difficulté pratique de connaître avec exactitude la valeur des éléments d’actif et de passif inclus dans la branche complète d’activité apportée à la date effective de l’apport, en second lieu de l’obligation de principe de faire intervenir préalablement à l’opération un commissaire aux apports dans l’hypothèse d’apports en nature à des sociétés de capitaux, et en troisième lieu à l’obligation d’enregistrer l’acte dans le délai d’un mois de sa date de réalisation, les praticiens ont développé une technique consistant à prévoir dans l’acte une date de réalisation de l’apport et une date d’entrée en jouissance antérieure ainsi qu’un effet fiscal rétroactif de l’apport à la date d’entrée en jouissance.

Cette technique est inspirée des dispositions du code de commerce applicables en matière de fusion, de scission et d’apport partiel d’actifs entre sociétés.

Cette pratique, qui semblait jusqu’ici admise par l’administration fiscale malgré l’inexistence de dispositions légales permettant de donner un effet fiscal rétroactif à l’opération, fait actuellement l’objet de remises en cause par certains services.

Ceux-ci proposent essentiellement deux sortes de rectifications.

  • La première consiste à rejeter l’effet fiscal rétroactif prévu dans l’acte d’apport en l’absence de base légale ou de doctrine opposable.
  • La seconde consiste à considérer que le fait générateur de la cessation d’activité de l’entrepreneur individuel a eu lieu à la date de l’entrée en jouissance prévue à l’acte. Faute de position officielle, les services se livrent à des analyses divergentes.

Aussi, elle lui demande de bien vouloir clarifier la position de l’administration à cet égard et de préciser notamment si et dans quelles conditions il sera admis de donner un effet fiscal rétroactif à une opération d’apport d’une entreprise individuelle à une société, que l’opération soit placée ou non sous le régime de faveur de l’article 151 octies du CGI.


Réponse du ministre

L’apport d’une entreprise individuelle à une société entraîne, en principe, la taxation immédiate des plus-values constatées à l’occasion de la réalisation de l’apport.

Toutefois, l’article 151 octies du code général des impôts permet sous certaines conditions, et sur option du contribuable, d’éviter l’imposition immédiate des plus-values constatées du fait de l’apport en société.

Que l’opération d’apport soit ou non placée sous ce régime, la date de réalisation de la plus-value s’entend de la date à laquelle l’opération d’apport a été réalisée d’un point de vue juridique, indépendamment de la date d’effet qui a pu lui être donnée par les parties.

Dans ces conditions, dès lors qu’aucune disposition légale ne le prévoit, il n’est pas admis de donner un effet fiscal rétroactif à une opération d’apport d’une entreprise individuelle à une société sachant qu’en tout état de cause l’apport ne peut être réalisé qu’à compter de la date à laquelle cette dernière société a été effectivement constituée, c’est-à-dire immatriculée au registre du commerce et des sociétés. En effet, l’article L. 210-6 du code de commerce prévoit que les sociétés commerciales jouissent de la personnalité morale à compter de la date de leur immatriculation au registre du commerce et des sociétés.

newsletter de Fiscalonline

Réponse ministérielle Zimmermann du 5 mai 2009

Question n°23790


Publié le jeudi 7 mai 2009

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

[Connexion] [s'inscrire] [mot de passe oublié ?]

Autres articles associés aux mots clés :  Entreprise | Plus-value | Transmission


 



Les articles les plus lus !
Réduction d’impôt « Pinel » : la Commission des Finances rétablit l’interdiction de mise en location à un ascendant ou à un descendant
La Commission des Finances est favorable à l’imposition des gains de cession de « bitcoin » au PFU à 30%
PLF 2019 (partie II) : Florilège d’amendements adoptés en Commission des Finances
Modalités de calcul d’une plus-value d’un bien acquis en nue-propriété moyennant rente viagère
La Commission des Finances institue un abus de droit fiscal « à deux étages »
Plus-value immobilière : ces indices qui font tomber l’exonération « résidence principale »
Comité de l’abus de droit fiscal : quel que soit le sens de l’avis la charge de la preuve pèsera uniquement sur l’administration
Un projet de budget rectificatif pour 2018 sans aucune disposition fiscale
[+ ...]







Tout pour la gestion de mes impôts et de ma fiscalité en un clic
A propos... Plan du site Nos partenaires Conditions générales Tous droits réservés ® 2000/2018