Fiscal On.Line

Index des mots clés Fiscal On.Line

  RSS

Accueil Newsletter Fil d'actu Application mobile Archives Publicité
En général
Doctrine administrative
Veille législative
Veille réglementaire
Jurisprudence
En particulier
E-Fiscalité
Fiscalité de l’innovation
Fiscalité culture & média
Fiscalité immobilière
Fiscalité et environnement
Fiscalité associative
Fiscalité financière
Fiscalité sociale
Fiscalité de l’expatriation
Fiscalité et assurance
Fiscalité communautaire
Fiscalité internationale
En pratique
LFSS pour 2013
Paquet compétitivité
PLFSS 2016
Agenda fiscal
Chiffres utiles
Fiches techniques
Téléservices
Textes officiels
Cellule de régularisation fiscale
Réponse d’experts
Loi de Finances pour 2011
Réforme de la fiscalité du patrimoine
Réforme de la TVA immobilière
Loi de Finances pour 2012
Loi de Finances rectificative pour 2011
Le dispositif Scellier
Loi de finances rectificative pour 2011-IV
Présidentielle 2012
Loi de finances rectificative pour 2012-I
Déclaration de revenus 2011
La réforme fiscale de François Hollande
Loi de Finances rectificative pour 2012-II
Loi de Finances pour 2013
Loi de Finances rectificative pour 2012-III
Loi de Finances rectificative pour 2013-I
Déclaration des revenus "2012"
ISF 2013
Fraude fiscale
Réforme du logement
Economie sociale et solidaire
Loi de Finances 2016
Loi de Finances 2014
Dossier Crowdfunding
Loi Duflot
LFSS pour 2014
ISF 2014
Les Assises de la fiscalité
Déclaration des revenus 2014
Loi Pinel : artisanat, commerce et TPE
Projet de loi de Finances rectificative pour 2014
PLFRSS 2014
Loi de finances 2015
Application mobile
Transition énergétique
LFSS 2015
Projet de loi pour l’activité
PLFR 2014-II
Déclaration d’impôts 2015
ISF 2015
Loi de finances rectificative pour 2015
Plan d’urgence pour l’emploi
Impôt sur le revenu 2016
Projet de loi Sapin II
Loi de Finances pour 2017
Prélèvement à la source
LFSS pour 2017
Loi de finances rectificative pour 2016
Impôt sur le revenu 2017
Election présidentielle 2017
Droit des sociétés
Loi de Finances pour 2018
Loi Travail
LFSS pour 2018
Projet de loi « ELAN »
Loi PACTE
Loi de Finances rectificative pour 2017
Loi de Finances rectificative pour 2017-II
Le « droit à l’erreur »
Impôt sur le revenu 2018
PL : Transmission d’entreprise
Loi de Finances pour 2019
Réforme de la fiscalité locale
LFSS pour 2019
PLFR 2018
Pour approfondir
Chroniques
Entretiens
Etudes & rapports
Corporate
Bien préparer sa retraite
Tribune
Comptes-rendus et Synthèses
La bibliothèque du fiscaliste
Dossiers fiscaux
 
 



Allemagne : Réduction du soutien fédéral accordé à l’énergie solaire photovoltaïque

partager cet article
envoyer l'article par mail envoyer par mail

Réduction du soutien fédéral accordé à l’énergie solaire photovoltaïque

http://www.bulletins-electroniques....


Le gouvernement souhaite réduire les incitations financières à la production d’électricité photovoltaïque (PV).

Norbert Röttgen, Ministre fédéral de l’environnement, vient de rendre publiques les grandes lignes d’un projet de loi gouvernemental qui devrait voir le jour en février 2010, où il prévoit notamment une baisse forfaitaire de 15% du taux de rémunération garanti pour l’électricité d’origine solaire, afin de compenser la forte diminution des coûts de production enregistrée en 2009. Cette modification entrera en vigueur le 1er avril pour les installations sur les toits et le 1er juillet pour les installations sur les surfaces libres de bâtiments. Pour les installations solaires sur les terres agricoles, la réduction sera même de 25%. La loi sur les énergies renouvelables (EEG) a pour objectif de soutenir le développement des énergies renouvelables (EnR) jusqu’à ce qu’elles soient compétitives, moyennant un taux de rémunération dégressif au fil du temps : la baisse de 15% s’ajoutera donc à une baisse de 9% déjà entrée en vigueur au 1er janvier 2010, selon le calendrier prévu - le taux de rémunération aura ainsi baissé de 24% au total.

M. Röttgen affirme garder en vue l’objectif gouvernemental d’aide envers les EnR innovantes pour améliorer leur compétitivité. Cependant, une expansion rapide de courte durée, suivie comme en Espagne d’une réduction drastique des subventions et d’un effondrement des bénéfices, n’est pas dans l’intérêt de l’industrie. Or le développement éclair de l’énergie solaire a engendré pour la première fois, en 2009, des surcapacités de production. En Allemagne, 3.000 MW supplémentaires d’installations PV ont été installés en 2009 - soit le double de ce que prévoyait le scénario gouvernemental [1], avec comme conséquence une chute des prix des panneaux PV de 30% en moyenne, selon M. Röttgen, et ils devraient encore baisser de 10 à 15% cette année. La rémunération garantie par la loi EEG permet ainsi aux producteurs d’électricité PV de jouir de rendements disproportionnés [2]. Cependant, cette incitation financière coûte cher aux entreprises et aux ménages, car la différence entre le prix d’achat imposé de l’électricité solaire et le prix du marché très inférieur n’est pas assurée par l’Etat mais par un supplément sur la facture d’électricité, payée par les consommateurs finaux. De plus, l’excès d’aide au solaire serait contre-productif et conduirait à mal cibler les incitations économiques.

Il semble donc nécessaire que le gouvernement réduise plus rapidement que prévu le taux de rémunération garanti aux producteurs d’électricité PV. Il n’est cependant pas prévu de freiner complètement le secteur solaire, a déclaré Norbert Röttgen, pour lequel la réduction des subventions exprime le succès du secteur PV. Les subventions avaient pour but l’introduction sur le marché ; en cas de succès, l’Etat doit se retirer. L’objectif est désormais l’installation de 3.000 MW supplémentaires par an. Ainsi, 4 à 5% de l’électricité pourraient provenir de l’énergie solaire d’ici 2020. Le gouvernement souhaite aussi profiter de ce projet de loi pour recentrer le soutien au solaire sur certaines priorités. Il s’agit de favoriser l’autoproduction par les ménages de l’électricité qu’ils consomment. En effet, les propriétaires d’installations sur les toits, qui utilisent eux-mêmes leur électricité au lieu de la fournir au réseau, ne doivent pas souffrir du nouveau règlement : au lieu des 3,5 c euros /kWh de subventions, ils obtiendront à l’avenir 5 c euros. D’autre part, le gouvernement veut privilégier l’installation de panneaux solaires sur les toits plutôt que sur les terres agricoles.

Le Conseil des Ministres et le Parlement doivent encore donner leur accord aux plans de Norbert Röttgen. Néanmoins, l’ampleur de la réforme souhaitée n’emporte pas l’approbation de l’opposition et des entreprises du secteur, qui jugent la réduction trop radicale et mettent en garde contre une vague de faillites et de licenciements, en particulier en Allemagne de l’Est où la branche PV est particulièrement développée. Le solaire représente aujourd’hui en Allemagne une centaine d’entreprises (Solarworld, Q-Cells, Schott Solar, Bosch-Ersol, etc.) qui réalisent un chiffre d’affaires de 6,2 milliards d’euros et emploient quelque 60.000 personnes.

Selon Stephan Kohler, chef de l’Agence allemande de l’énergie (DENA), la réforme de la loi EEG sera menée de telle sorte que les entreprises à haute productivité pourront survivre, dans un nouveau cycle d’investissements dans la branche PV. Pour faire face à la concurrence, en particulier asiatique, l’Allemagne devra investir en R&D, car la technologie allemande est reconnue à l’échelle mondiale, et elle a donc ici une bonne opportunité de consolider sa place. Une nouvelle orientation doit être donnée à la loi EEG, qui devra mettre l’accent sur la contribution à un approvisionnement électrique fiable, ainsi que sur la réduction des émissions de CO2. Il est en effet problématique que la technique PV reçoive une proportion énorme des subventions gouvernementales, par rapport à sa faible contribution à la production électrique allemande (moins de 1% actuellement). Les énergies éolienne, biomassique, la cogénération et les mesures d’efficacité énergétique, pourtant moins coûteuses et plus significatives à moyen terme dans le mix énergétique, reçoivent moins de subventions. Il faut donc équilibrer cette situation. Il s’agit également de mieux gérer les installations en fonction de la demande, afin d’éviter à l’avenir des prix d’électricité négatifs en cas de surproduction. Les subventions doivent aussi concorder avec les mesures prises à l’échelle européenne. Il est enfin urgent d’intégrer l’énergie solaire ainsi que les autres sources énergétiques fluctuantes dans le cadre d’un réseau intelligent global en Allemagne.

— 

[1] Soit en tout 9.000 MW de PV installés en Allemagne.

[2] Les propriétaires d’installations solaires qui fournissent de l’électricité au réseau reçoivent une indemnité fixée depuis le début de l’année à 39,14 c euros par kWh pour les installations sur les toits, d’une puissance maximale de 30 kW. Ces taux sont fixés pour 20 ans à partir de l’année de la mise en service. Les installations existantes ne sont donc pas touchées par les réductions prévues.


Source : - Communiqué du Ministère fédéral de l’environnement - 20/01/2010 - http://www.bmu.de/erneuerbare/energ...

Rédacteurs : Claire Vaille, claire.vaille@diplomatie.gouv.fr http://www.science-allemagne.fr

Origine : BE Allemagne numéro 468 (27/01/2010) - Ambassade de France en Allemagne / ADIT - http://www.bulletins-electroniques....

newsletter de Fiscalonline

BE Allemagne numéro 468 du 27 janvier 2010

BE Allemagne numéro 468 du 27 janvier 2010


Publié le samedi 30 janvier 2010

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

[Connexion] [s'inscrire] [mot de passe oublié ?]

Autres articles associés aux mots clés :  Energie solaire | Panneaux solaires | Photovoltaique


 



Les articles les plus lus !
Les députés adoptent l’abus de droit fiscal à deux étages
L’Assemblée Nationale fixe le régime fiscal des plus-values réalisées sur les actifs numériques
Les députés prorogent le dispositif "Censi-Bouvard" jusqu’en 2021
Réduction d’impôt « Pinel » : la Commission des Finances rétablit l’interdiction de mise en location à un ascendant ou à un descendant
Cession de crypto-actifs : le Gouvernement ne suit pas le Conseil d’Etat et propose une imposition au PFU à 30%
La réduction d’impôt pour mise à disposition d’une flotte de vélos est étendue aux locations
Déductibilité des charges afférentes à un logement resté vacant : il faut justifier de la volonté réelle de le louer
La Commission des Finances institue un abus de droit fiscal « à deux étages »
[+ ...]







Tout pour la gestion de mes impôts et de ma fiscalité en un clic
A propos... Plan du site Nos partenaires Conditions générales Tous droits réservés ® 2000/2018