Fiscal On.Line

Index des mots clés Fiscal On.Line

  RSS

Accueil Newsletter Fil d'actu Application mobile Boutique Publicité
En général
Doctrine administrative
Veille législative
Veille réglementaire
Jurisprudence
En particulier
E-Fiscalité
Fiscalité de l’innovation
Fiscalité culture & média
Fiscalité immobilière
Fiscalité et environnement
Fiscalité associative
Fiscalité financière
Fiscalité sociale
Fiscalité de l’expatriation
Fiscalité et assurance
Fiscalité communautaire
Fiscalité internationale
En pratique
LFSS pour 2013
Paquet compétitivité
PLFSS 2016
Agenda fiscal
Chiffres utiles
Fiches techniques
Téléservices
Textes officiels
Cellule de régularisation fiscale
Réponse d’experts
Loi de Finances pour 2011
Réforme de la fiscalité du patrimoine
Réforme de la TVA immobilière
Loi de Finances pour 2012
Loi de Finances rectificative pour 2011
Le dispositif Scellier
Loi de finances rectificative pour 2011-IV
Présidentielle 2012
Loi de finances rectificative pour 2012-I
Déclaration de revenus 2011
La réforme fiscale de François Hollande
Loi de Finances rectificative pour 2012-II
Loi de Finances pour 2013
Loi de Finances rectificative pour 2012-III
Loi de Finances rectificative pour 2013-I
Déclaration des revenus "2012"
ISF 2013
Fraude fiscale
Réforme du logement
Economie sociale et solidaire
Loi de Finances 2016
Loi de Finances 2014
Dossier Crowdfunding
Loi Duflot
LFSS pour 2014
ISF 2014
Les Assises de la fiscalité
Déclaration des revenus 2014
Loi Pinel : artisanat, commerce et TPE
Projet de loi de Finances rectificative pour 2014
PLFRSS 2014
Loi de finances 2015
Application mobile
Transition énergétique
LFSS 2015
Projet de loi pour l’activité
PLFR 2014-II
Déclaration d’impôts 2015
ISF 2015
Loi de finances rectificative pour 2015
Plan d’urgence pour l’emploi
Impôt sur le revenu 2016
Projet de loi Sapin II
Loi de Finances pour 2017
Prélèvement à la source
LFSS pour 2017
Loi de finances rectificative pour 2016
Pour approfondir
Chroniques
Entretiens
Etudes & rapports
Corporate
Bien préparer sa retraite
Tribune
Comptes-rendus et Synthèses
La bibliothèque du fiscaliste
Dossiers fiscaux
 
 



Activision Blizzard avale un bonbon à 5,4 Md€ : une folie ?

partager cet article
envoyer l'article par mail envoyer par mail

Activision Blizzard avale un bonbon à 5,4 Md€ : une folie ?

Par Gabriel Guallino, Enseignant-chercheur au sein du Groupe INSEEC

Activision Blizzard, l’un des éditeurs de jeux les plus populaires au monde (Call of Duty, World of Warcraft…), a acquis hier King Digital Entertainment pour 5,4 milliards d’€. Si Activision est connu pour ces jeux sur ordinateur et console, il est plus discret sur ses revenus tirés du mobile (5% de son chiffre d’affaires). Cette entreprise, depuis sa fusion avec Vivendi Games en 2007, est l’un des géants des jeux vidéo mondiaux.

Candy Crush et ses dérivés sont des jeux « mignons », très populaires, mais ne doit-on pas craindre que la somme soit démesurée ? Si l’on se réfère aux chiffres publiés au 3 novembre 2015, la prime d’acquisition est évaluée à 16% (certains analystes la portant même à 20%). Il s’agit d’une prime raisonnable.

Cependant, en valeur absolue, les acquisitions récentes dans le digital, très médiatiques, n’ont pas atteint un tel niveau de prix. A titre d’exemple, Apple a acheté Beats Audio pour 3 milliards de dollars, ou Microsoft s’est porté acquéreur, pour 2,5 milliards de dollars, de l’éditeur de jeux Mojang, connu pour Minecraft.

Même si comparaison n’est pas raison, dans l’industrie du cinéma, Disney a acquis Marvel ou Lucasfilm pour des montants inférieurs alors que leur potentiel de croissance était largement supérieur aux jeux réalisés par King.

De plus, si on s’intéresse aux facteurs de risques publiés dans le document de référence (8-K) du 3 novembre 2015 d’Activision, plusieurs incertitudes pèsent sur King : une dépendance en chiffre d’affaires à un jeu phare, une incapacité à sortir un autre best seller malgré le lancement de Candy Crush Soda ou de Bubble Witch Saga, un ralentissement du nombre de joueurs, etc. Des chiffres communiqués récemment viennent d’ailleurs confirmer ces inquiétudes : le nombre d’utilisateurs mensuel se stabilise et celui d’utilisateurs payant est en baisse. Ne va-t-on pas assister à un scénario à la Rovio, auteur du célèbre Angry Birds, qui n’a pas réussi à développer un jeu aussi populaire qu’Angry Birds et qui a du récemment licencier une partie de son personnel ?

Les arguments stratégiques sont cependant au rendez-vous :

Activision est fortement dépendant des jeux sur ordinateur et console, alors que la croissance sur les tablettes et smartphones est largement supérieure ; Même en baisse, le nombre d’utilisateurs payants sur Candy Crush est supérieur à celui de World of Warcraft ; Activision par cette acquisition, achète un portefeuille de jeux et d’utilisateurs sur lesquels il va pouvoir capitaliser afin de créer des synergies.

Il s’agit certainement d’une diversification nécessaire pour cette entreprise. De plus, certains titres d’Activision ont certainement un potentiel important sur mobile, et leur transfert représenterait une synergie potentielle mais était-ce nécessaire de racheter King pour mettre en œuvre cette stratégie ?

En conclusion, il y a fort à craindre qu’Activision n’ait à déprécier dans un avenir proche la survaleur générée par l’acquisition de King, la dépréciation des actifs acquis étant souvent le signal qu’une acquisition était trop coûteuse. Mais, quand nous voyons des acquisitions récentes dans les réseaux sociaux, ou dans la communication avec, par exemple, l’acquisition de Nokia par Microsoft par exemple, n’est-ce pas en passe de devenir une habitude ?

Par Gabriel Guallino, enseignant-chercheur au sein du centre de recherche du Groupe INSEEC Gabriel Guallino est enseignant-chercheur et occupe des fonctions d’encadrement et de coordination de programmes depuis plus de 10 ans. Spécialiste des questions liées aux fusions-acquisitions et professeur en management stratégique et stratégie d’intégration & fusion-acquisition des entreprises, il a publié de nombreux articles parus sur ces sujets dans les revues CNRS et FNEGE.

newsletter de Fiscalonline

Communiqué du 4 novembre 2015

Publié le mercredi 4 novembre 2015

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

[Connexion] [s'inscrire] [mot de passe oublié ?]

Autres articles associés aux mots clés :  Anoter


 



Les articles les plus lus !
La règle du rappel fiscal des donations antérieures est conforme à la Constitution
Immixtion d’une holding dans la gestion de ses filiales et modalités de déduction de la TVA : Bercy met à jour sa doctrine
Etat comparatif des impôts prélevés sur la commune de Paris et le 16ème arrondissement
PLFSS 2017 : les spécificités des gîtes ruraux relatives aux cotisations sociales mieux prises en compte
Les députés instituent une nouvelle dépense de recherche externalisée ouvrant droit au CIR
Remboursement du précompte mobilier et affaire ACCOR : Bruxelles saisit la CJUE contre la France
Le Gouvernement propose de légaliser en droit fiscal le caractère commercial de l’activité de location meublée
Un nouveau dispositif fiscal incitatif viendra se substituer aux régimes « Besson ancien » et « Borloo ancien »
[+ ...]







Tout pour la gestion de mes impôts et de ma fiscalité en un clic
A propos... Plan du site Nos partenaires Conditions générales Tous droits réservés ® 2000/2016