Fiscal On.Line

Index des mots clés Fiscal On.Line

  RSS

Accueil Newsletter Fil d'actu Application mobile Archives Publicité
En général
Doctrine administrative
Veille législative
Veille réglementaire
Jurisprudence
En particulier
E-Fiscalité
Fiscalité de l’innovation
Fiscalité culture & média
Fiscalité immobilière
Fiscalité et environnement
Fiscalité associative
Fiscalité financière
Fiscalité sociale
Fiscalité de l’expatriation
Fiscalité et assurance
Fiscalité communautaire
Fiscalité internationale
En pratique
LFSS pour 2013
Paquet compétitivité
PLFSS 2016
Agenda fiscal
Chiffres utiles
Fiches techniques
Téléservices
Textes officiels
Cellule de régularisation fiscale
Réponse d’experts
Loi de Finances pour 2011
Réforme de la fiscalité du patrimoine
Réforme de la TVA immobilière
Loi de Finances pour 2012
Loi de Finances rectificative pour 2011
Le dispositif Scellier
Loi de finances rectificative pour 2011-IV
Présidentielle 2012
Loi de finances rectificative pour 2012-I
Déclaration de revenus 2011
La réforme fiscale de François Hollande
Loi de Finances rectificative pour 2012-II
Loi de Finances pour 2013
Loi de Finances rectificative pour 2012-III
Loi de Finances rectificative pour 2013-I
Déclaration des revenus "2012"
ISF 2013
Fraude fiscale
Réforme du logement
Economie sociale et solidaire
Loi de Finances 2016
Loi de Finances 2014
Dossier Crowdfunding
Loi Duflot
LFSS pour 2014
ISF 2014
Les Assises de la fiscalité
Déclaration des revenus 2014
Loi Pinel : artisanat, commerce et TPE
Projet de loi de Finances rectificative pour 2014
PLFRSS 2014
Loi de finances 2015
Application mobile
Transition énergétique
LFSS 2015
Projet de loi pour l’activité
PLFR 2014-II
Déclaration d’impôts 2015
ISF 2015
Loi de finances rectificative pour 2015
Plan d’urgence pour l’emploi
Impôt sur le revenu 2016
Projet de loi Sapin II
Loi de Finances pour 2017
Prélèvement à la source
LFSS pour 2017
Loi de finances rectificative pour 2016
Impôt sur le revenu 2017
Election présidentielle 2017
Droit des sociétés
Loi de Finances pour 2018
Loi Travail
LFSS pour 2018
Projet de loi « ELAN »
Loi PACTE
Loi de Finances rectificative pour 2017
Loi de Finances rectificative pour 2017-II
Le « droit à l’erreur »
Impôt sur le revenu 2018
PL : Transmission d’entreprise
Loi de Finances pour 2019
Réforme de la fiscalité locale
LFSS pour 2019
PLFR 2018
Pour approfondir
Chroniques
Entretiens
Etudes & rapports
Corporate
Bien préparer sa retraite
Tribune
Comptes-rendus et Synthèses
La bibliothèque du fiscaliste
Dossiers fiscaux
 
 



Abondement des comptes épargne-temps

partager cet article
envoyer l'article par mail envoyer par mail

Question

Mr Yves Nicolin a, par une question en date du 2 décembre 2002, interrogé le ministre délégué au budget et à la réforme budgétaire sur la constitution de la provision déductible fiscalement pour la couverture des engagements au titre des comptes épargne-temps dans les entreprises pratiquant la modulation d’horaire annuelle.

Il lui cite l’exemple d’une entreprise où l’horaire convenu pour le premier semestre, période de haute activité de l’entreprise, est de 40 heures et, au second semestre, de 30 heures (soit une moyenne de 35 heures annualisée), avec une rémunération mensuelle fixe et identique tout au long de l’année.

Au 30 juin, date d’arrêté du bilan, l’entreprise devra au cours du second semestre payer le même salaire mensuel aux salariés, mais ceux-ci n’effectueront que 30 heures, soit un excédent à leur payer, par rapport à leur temps effectif de travail, de 5 heures par semaine pendant six mois.

L’entreprise devrait pouvoir valoriser cette somme qu’elle devra payer au personnel, étant précisé que l’on peut considérer qu’au cours du premier semestre les salariés ont travaillé plus que le montant du salaire qui leur est versé et donc créé une valeur ajoutée supérieure à leur rémunération.

Il lui demandait donc si la société concernée peut constituer cette provision déductible fiscalement pour compenser les heures non travaillées qu’elle sera amenée à rémunérer lors de la période de travail hebdomadaire de 30 heures.


Réponse du ministre

Les dépenses de personnel non encore réglées à la clôture d’un exercice ne peuvent être déduites du résultat de cet exercice qu’à la condition que l’entreprise ait contracté, à l’égard des salariés, des engagements fermes quant au principe et au mode de calcul des sommes dues et que l’obligation de payer celles-ci au cours d’un exercice ultérieur soit par ailleurs certaine.

Ces dépenses sont comptabilisées sous forme de charges à payer lorsque le montant en est exactement connu ou, dans le cas contraire, sous forme de provision correspondant à leur montant probable.

Dans le cas où une convention ou un accord d’entreprise ont prévu la modulation d’horaires annuelle et la fixation d’une rémunération mensuelle moyenne, il ne peut être considéré que l’entreprise a contracté une dette vis-à-vis de son personnel dès lors que, d’une part, la durée maximale hebdomadaire fixée par l’accord ou que le plafond annuel de 1 600 heures n’ont pas été dépassés et que, d’autre part, la rémunération versée est indépendante de l’horaire réellement effectué chaque mois.

En conséquence, et pour reprendre l’exemple utilisé, l’entreprise ne peut pas constituer de provision au 30 juin car elle n’a pas d’obligation de verser aux salariés des rémunérations supérieures.

Réciproquement, il ne pourra être considéré que le surplus d’heures rémunérées par rapport aux heures travaillées constitue pour l’entreprise une charge constatée d’avance à la clôture de l’exercice si la durée hebdomadaire du travail était de 30 heures au premier semestre.

newsletter de Fiscalonline

Réponse ministérielle Nicolin du 21 avril 2003

Question n°7782


Publié le lundi 28 avril 2003

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

[Connexion] [s'inscrire] [mot de passe oublié ?]

Autres articles associés aux mots clés : 


 



Les articles les plus lus !
Les députés adoptent l’abus de droit fiscal à deux étages
Les députés prorogent le dispositif "Censi-Bouvard" jusqu’en 2021
L’Assemblée Nationale fixe le régime fiscal des plus-values réalisées sur les actifs numériques
Réduction d’impôt « Pinel » : la Commission des Finances rétablit l’interdiction de mise en location à un ascendant ou à un descendant
La réduction d’impôt pour mise à disposition d’une flotte de vélos est étendue aux locations
Cession de crypto-actifs : le Gouvernement ne suit pas le Conseil d’Etat et propose une imposition au PFU à 30%
Déductibilité des charges afférentes à un logement resté vacant : il faut justifier de la volonté réelle de le louer
La Commission des Finances institue un abus de droit fiscal « à deux étages »
[+ ...]







Tout pour la gestion de mes impôts et de ma fiscalité en un clic
A propos... Plan du site Nos partenaires Conditions générales Tous droits réservés ® 2000/2018