Fiscal On.Line

Index des mots clés Fiscal On.Line

  RSS

Accueil Newsletter Fil d'actu Application mobile Archives Publicité
En général
Doctrine administrative
Veille législative
Veille réglementaire
Jurisprudence
En particulier
E-Fiscalité
Fiscalité de l’innovation
Fiscalité culture & média
Fiscalité immobilière
Fiscalité et environnement
Fiscalité associative
Fiscalité financière
Fiscalité sociale
Fiscalité de l’expatriation
Fiscalité et assurance
Fiscalité communautaire
Fiscalité internationale
En pratique
LFSS pour 2013
Paquet compétitivité
PLFSS 2016
Agenda fiscal
Chiffres utiles
Fiches techniques
Téléservices
Textes officiels
Cellule de régularisation fiscale
Réponse d’experts
Loi de Finances pour 2011
Réforme de la fiscalité du patrimoine
Réforme de la TVA immobilière
Loi de Finances pour 2012
Loi de Finances rectificative pour 2011
Le dispositif Scellier
Loi de finances rectificative pour 2011-IV
Présidentielle 2012
Loi de finances rectificative pour 2012-I
Déclaration de revenus 2011
La réforme fiscale de François Hollande
Loi de Finances rectificative pour 2012-II
Loi de Finances pour 2013
Loi de Finances rectificative pour 2012-III
Loi de Finances rectificative pour 2013-I
Déclaration des revenus "2012"
ISF 2013
Fraude fiscale
Réforme du logement
Economie sociale et solidaire
Loi de Finances 2016
Loi de Finances 2014
Dossier Crowdfunding
Loi Duflot
LFSS pour 2014
ISF 2014
Les Assises de la fiscalité
Déclaration des revenus 2014
Loi Pinel : artisanat, commerce et TPE
Projet de loi de Finances rectificative pour 2014
PLFRSS 2014
Loi de finances 2015
Application mobile
Transition énergétique
LFSS 2015
Projet de loi pour l’activité
PLFR 2014-II
Déclaration d’impôts 2015
ISF 2015
Loi de finances rectificative pour 2015
Plan d’urgence pour l’emploi
Impôt sur le revenu 2016
Projet de loi Sapin II
Loi de Finances pour 2017
Prélèvement à la source
LFSS pour 2017
Loi de finances rectificative pour 2016
Impôt sur le revenu 2017
Election présidentielle 2017
Droit des sociétés
Loi de Finances pour 2018
Loi Travail
LFSS pour 2018
Projet de loi « ELAN »
Loi PACTE
Loi de Finances rectificative pour 2017
Loi de Finances rectificative pour 2017-II
Le « droit à l’erreur »
Impôt sur le revenu 2018
PL : Transmission d’entreprise
Loi de Finances pour 2019
Réforme de la fiscalité locale
Pour approfondir
Chroniques
Entretiens
Etudes & rapports
Corporate
Bien préparer sa retraite
Tribune
Comptes-rendus et Synthèses
La bibliothèque du fiscaliste
Dossiers fiscaux
 
 



253.000 emplois créés entre 2010 et 2013 dans les entreprises soutenues par le capital-investissement français

partager cet article
envoyer l'article par mail envoyer par mail

253.000 emplois créés entre 2010 et 2013 dans les entreprises soutenues par le capital-investissement français

En 2013, 36.100 nouveaux emplois, malgré des perspectives économiques moroses 60% créés par des entreprises accompagnées par le capital-transmission (LBO) 1/3 dans les secteurs d’avenir, renouveau du tissu économique 1/4 dans l’industrie, malgré les difficultés du secteur au plan national

253.000 CREATIONS NETTES D’EMPLOIS EN 4 ANS

L’Association Française des Investisseurs pour la Croissance (AFIC) et EY publient les chiffres 2013 de la croissance des entreprises accompagnées par les acteurs français du capital-investissement. Les données disponibles pour 2 889 entreprises françaises permettent de mesurer l’impact du capital-investissement français sur l’évolution de leurs effectifs et de leurs chiffres d’affaires.

Au cours des quatre dernières années, de 2010 à 2013, plus de 253.000 emplois nets ont été créés (effectifs totaux France et étranger) par les entreprises françaises accompagnées par les acteurs français du capital-investissement, alors qu’en France le secteur marchand supprimait près de 60.000 emplois.

En 2013, dans une conjoncture économique très tendue depuis le début de la crise de 2008, ce sont 36.097 nouveaux emplois nets qui ont été générés, quand le secteur marchand français en perdait 68.100, et que le chômage touchait 174 00 personnes de plus.

Ces chiffres sont le solde net des hausses et des baisses d’effectif au cours de 2013. Sur cette année, dans 40% des entreprises (1.176 entreprises) les effectifs ont progressé de 74.712 emplois, dans 30% des entreprises (901) les effectifs ont baissé de 38.615 emplois. Le solde correspond à des effectifs stables.

CROISSANCE CUMULEE DES CHIFFRES D’AFFAIRES, + 20,7% EN 4 ANS

Les entreprises accompagnées par le capital- investissement français ont maintenu entre 2010 et 2013 une croissance moyenne cumulée de leurs chiffres d’affaires de +20,7%, soit plus du double du cumul de croissance du PIB nominal français (+ 9,0%).

En 2013, la croissance de leurs chiffres d’affaires s’établit à + 1,4%, dans un contexte de ralentissement de la croissance mondiale1, malgré un climat des affaires très dégradé2, et en dépit du repli de l’investissement des PME françaises (-9,5%, soit le taux d’investissement le plus bas depuis 20003).

60% DES CREATIONS D’EMPLOIS VIENNENT DU CAPITAL-TRANSMISSION-LBO

En 2013 comme en 2012 le capital-transmission-LBO reste le plus important contributeur à la création d’emplois, avec près de 60% des emplois nets créés (+ 21.306 emplois nets). Année après année ces chiffres soulignent que, contrairement à certaines idées fausses, le capital-transmission-LBO est créateur d’emplois en France.

Le capital-innovation enregistre cette année à nouveau la plus forte progression des effectifs (+6,4%) et du chiffre d’affaires (+18,4%), preuve du dynamisme continu de ce segment qui contribue au renouvellement du tissu économique et à l’amélioration de la croissance potentielle en France.

1/3 DES CREATIONS D’EMPLOIS VIENNENT DES SECTEURS D’AVENIR, 1/4 DE L’INDUSTRIE

Présent dans tous les principaux secteurs d’activité, le capital-investissement français se distingue tout particulièrement en 2013 en création d’emplois dans :

  • les secteurs d’avenir avec un tiers des emplois créés : près de 12.000 emplois nets dans l’informatique, le numérique, le médical, la biotechnologie, les télécoms, la communication et l’énergie (+ 12.174) ;
  • l’industrie et la chimie avec plus du quart des emplois créés : près de 10.000 emplois nets (+ 9.953), alors que la France continue à se désindustrialiser. A noter également que la progression du chiffre d’affaires y a été près de 4 fois supérieure au PIB français (+4,1% vs +1,1% en 2013).

Le secteur plus traditionnel des services et transports reste le plus fort créateur d’emplois, avec presque un emploi sur deux créés (+ 17.159 emplois nets).

Deux secteurs innovants ont enregistré une croissance de leur chiffre d’affaires supérieure à 10% : l’informatique et le numérique (+10,0%), ainsi que l’énergie (+12,4%).

CONCENTRATION EN ILE-DE-FRANCE ET EN RHONE-ALPES

En 2013, la progression des effectifs a été concentrée dans les entreprises qui ont leur siège social en Ile-de-France (+ 31.631 emplois nets). De même la progression des chiffres d’affaires s’est concentrée en Ile-de-France, ainsi que dans la région Rhône-Alpes, qui à elles deux totalisent 72% du total de la progression des chiffres d’affaires en 2013.

A l’occasion de la publication de ces chiffres Michel Chabanel, Président de l’AFIC, a déclaré : « De façon continue les entreprises accompagnées par le capital-investissement français créent de l’emploi et de la valeur. C’est la preuve de la résistance des entreprises qui disposent de ressources nécessaires en fonds propres et qui bénéficient de l’expertise et du support d’actionnaires professionnels du capital-investissement. Elles peuvent continuer à croître, adopter des stratégies offensives et se projeter dans l’avenir, y compris dans cette période où les économies française et internationale traversent des temps difficiles. On ne peut dès lors que regretter que trop peu de capitaux viennent irriguer la croissance des entreprises. On espère toutefois que les signaux positifs envoyés par le gouvernement français sur un début d’orientation de l’épargne gérée par des caisses de retraite publiques et par l’assurance-vie vers l’investissement dans le non-coté vont se traduire dans les faits. »

Laurent Majubert, Associé EY Transaction Advisory Services, a précisé « Dans un contexte économique qui reste difficile, la résilience des entreprises accompagnées par le capital-investissement se vérifie à nouveau sur 2013, avec une croissance d’effectifs dans tous les principaux secteurs d’activité (à l’exception du BTP). Quand on exclut de l’échantillon analysé les 21 grandes entreprises (GE) cotées, le taux de croissance d’emplois en 2013 est identique et la hausse annuelle de chiffre d’ailleurs un peu meilleure ( + 1,1 % pour les GE cotées vs. + 1,7 % pour le reste de l’échantillon). »

L’étude « Impact économique des acteurs français du capital-investissement en 2013 » est disponible sur les sites : www.afic.asso.fr et www.ey.com et auprès des contacts presse AFIC et EY.

Source : http://www.insee.fr/fr/themes/info-rapide.asp?id=105

A PROPOS DE L’AFIC

L’Association Française des Investisseurs pour la Croissance (AFIC) regroupe l’ensemble des structures de capital-investissement installées en France : capital-innovation, capital-développement, capital-transmission et capital-retournement. Actionnaires professionnels, les 276 membres actifs de l’association accompagnent et financent la croissance de près de 5000 entreprises en France en collaboration avec près de 180 membres associés qui représentent les sociétés de conseil et de gestion partenaires des investisseurs et des entrepreneurs. L’adhésion à l’AFIC constitue pour les sociétés de gestion une des conditions d’agrément requises par l’Autorité des Marchés Financiers (AMF) pour l’exercice de la profession. Au-delà de sa mission de déontologie, de contrôle et de développement de pratiques de place, l’AFIC fédère, représente et assure la promotion de la profession du capital-investissement auprès des investisseurs institutionnels, des entrepreneurs, des leaders d’opinion et des pouvoirs publics. Le capital-investissement, acteur essentiel de la croissance et de l‘emploi, contribue à l’amélioration du financement de l’économie, en particulier à destination des PME-PMI qu’il accompagne et soutient aux différents stades de leur cycle de vie, à la stimulation de la croissance et à la promotion de l’esprit d’entreprise. Représentant plus de 20 % du marché européen, le capital-investissement français se classe au 1er rang en Europe Continentale par la densité de ses interventions : il n’y a pas d’autre pays en Europe où autant d’entreprises soient soutenues chaque année.

A PROPOS DE EY EY | Audit | Conseil | Fiscalité & Droit | Transactions

EY est un des leaders mondiaux de l’audit, du conseil, de la fiscalité et du droit, des transactions. Partout dans le monde, notre expertise et la qualité de nos services contribuent à créer les conditions de la confiance dans l’économie et les marchés financiers. Nous faisons grandir les talents afin qu’ensemble, ils accompagnent les organisations vers une croissance pérenne. C’est ainsi que nous jouons un rôle actif dans la construction d’un monde plus juste et plus équilibré pour nos équipes, nos clients et la société dans son ensemble. EY désigne l’organisation mondiale et peut faire référence à l’un ou plusieurs des membres d’Ernst & Young Global Limited, dont chacun est une entité juridique distincte. Ernst & Young Global Limited, société britannique à responsabilité limitée par garantie, ne fournit pas de prestations aux clients.

newsletter de Fiscalonline

Communiqué du 10 décembre 2014

Publié le mercredi 10 décembre 2014

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

[Connexion] [s'inscrire] [mot de passe oublié ?]

Autres articles associés aux mots clés :  Anoter


 



Les articles les plus lus !
Les mesures fiscales du projet de loi de finances pour 2019 intéressant les ménages
Les mesures fiscales du projet de loi de finances pour 2019 intéressant les entreprises
Une SCI non tenue de tenir une comptabilité commerciale ne peut procéder à une réévaluation libre de ses actifs
Plus-value immobilière : attention à l’exonération dont bénéficient les titulaires de pensions de vieillesse
Présomption de transfert de bénéfice prévue à l’article 57 du CGI : il faut de la méthode
Preuve apportée par l’administration de l’existence d’un transfert de bénéfices à l’étranger
Les pays de l’UE ont perdu près de 150 Mds € de recettes de TVA en 2016
De la constitutionnalité du régime fiscal des rentes viagères allouées par le juge en réparation d’un préjudice corporel très grave
[+ ...]







Tout pour la gestion de mes impôts et de ma fiscalité en un clic
A propos... Plan du site Nos partenaires Conditions générales Tous droits réservés ® 2000/2018